Fernande Olivier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olivier.
Fernande Olivier
Jean Agélou - 018.jpg
Fernande Olivier photographiée par Jean Agélou
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Amélie LangVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Fernande Olivier, de son vrai nom Amélie Lang, née le , et morte le , fut la compagne de Pablo Picasso, entre 1904 et 1909[1].

Fernande Olivier et Picasso[modifier | modifier le code]

Picasso s'est fortement inspiré de son modèle, Fernande Olivier, qu'il rencontre en même temps que Guillaume Apollinaire et Edmond-Marie Poullain, au Bateau-Lavoir en 1904, au début de sa période rose. Elle est la première des compagnes de Picasso, et inspire de nombreuses œuvres de sa période cubiste. Les œuvres les plus remarquables représentant Fernande Olivier sont les sculptures cubistes de Picasso de bustes féminins, réalisées entre 1907 et 1909, ainsi qu'il est admis que l'une des Demoiselles d'Avignon la représente[1]. Elle quitte Picasso en 1909.

Paul Léautaud évoque Fernande Olivier dans son Journal et Gertrude Stein dans son livre Autobiographie d'Alice Toklas.

Les années qui suivent sa séparation avec Picasso sont difficiles. Elle multiplie les petits emplois, garde le fils de Pierre Hodé lorsque celui-ci est mobilisé en 1917-1918, travaille pour Paul Poiret, récite des vers au Lapin Agile, est employée par un antiquaire, puis par un galeriste, etc[2]. Elle partage un moment la vie d'un comédien, Roger Karl, puis vit seule, dans le dénuement. Picasso lui vient en aide à la fin des années 1950. Elle décède le 29 janvier 1966, ayant écrit deux livres de souvenirs.

Mention littéraire[modifier | modifier le code]

Dans son Journal littéraire du 4 juillet 1931, Paul Léautaud évoque sa rencontre avec Fernande Olivier

« Elle m’a parlé de Picasso. Garde un excellent souvenir de lui. Est atteinte quand on dit devant elle du mal de lui, ou qu’on dit qu’il est malade. Il a été très bon pour elle, bien qu’il la trompât. Un vrai père. Même les jours qu’il n’avait pas de quoi manger, il trouvait le moyen de lui apporter une gentillesse, un flacon de parfum, par exemple, de trois francs, c’est entendu, mais enfin une gentillesse. Elle était jeune, pas d’expérience de la vie, elle a pris les choses au tragique, elle est partie, avec onze francs dans sa poche, abandonnant tout, même ce qui lui appartenait. Une folie ! Elle serait aujourd’hui Mme Picasso, riche, tranquille, la vie assurée. »

— Journal littéraire (1931), Paul Léautaud.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Neuf ans chez Picasso : I Picasso et ses amis ; II : La naissance du cubisme ; III : L'Atelier du boulevard de Clichy, articles parus les 15 mai, 15 juin et 15 juillet 1931 dans Le Mercure de France[3].
  • Souvenirs intimes, écrits pour Picasso, édition posthume de son journal, Éditions Calmann-Lévy, 1988

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marie-Laure Bernadac et Androula Michael, Picasso. Propos sur l'art, éditions Gallimard, coll. « Art et artistes », 1998, p. 60-61, (ISBN 2-07-074698-4).
  2. Franck 1998, p. 192.
  3. « Fernande Olivier (1881-1966) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 22 mai 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]