Paulo Picasso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Paulo Ruiz Picasso, né le à Paris et mort le à Cannes, est le fils aîné du peintre, dessinateur et sculpteur espagnol Pablo Picasso.

Biographie[modifier | modifier le code]

Naissance et famille[modifier | modifier le code]

Paulo Picasso (dit aussi Paul Picasso) est issu du premier mariage de Pablo Picasso (né le 25 octobre 1881 à Malaga en Espagne) avec la danseuse russe Olga Khokhlova (née le 17 juin 1891 à Nijyn dans l'Empire russe). Ses parents se sont mariés le 12 juillet 1918 à Paris au sein de la cathédrale orthodoxe Saint-Alexandre-Nevsky avec, pour témoins, Jean Cocteau, Guillaume Apollinaire et Max Jacob[1]. Unique enfant du couple formé par Pablo et Olga, Paulo Picasso n'en reste pas moins le demi-frère de Maya Wiedmaier-Picasso (1935), Claude Picasso (1947) et Paloma Picasso (1949), nés des autres liaisons de son père.

Dans l'œuvre de son père[modifier | modifier le code]

Pablo Picasso, au début des années 1920, atteint un certain degré d'épanouissement et de stabilité dans sa vie privée. Il s'entend parfaitement avec son épouse et son jeune fils Paulo va constituer pour lui une source d'inspiration. L'enfant devient alors le sujet de plusieurs de ses tableaux. Picasso le représente à de multiples reprises, déguisé en Arlequin[2] ou en Pierrot[3], en train de dessiner ou de jouer[4]. Il fait de lui plusieurs portraits. Il en va de même pour Olga qui sert fréquemment de modèle à son mari[5]. Cette période de relative tranquillité familiale cesse finalement lorsque Picasso rencontre Marie-Thérèse Walter en 1927 et entame une liaison avec elle. Le couple se sépare définitivement en 1935. Olga réclame le divorce, ce que Picasso refuse, et part vivre dans le Sud de la France avec Paulo, alors âgé de 14 ans[6].

Vie active[modifier | modifier le code]

Paulo Picasso devient par la suite le chauffeur de Pablo. Faiblement rémunéré pour ce service, son père ne lui verse qu'une maigre pension et refuse d'apporter la moindre aide financière à sa mère, Olga, qui sombre peu à peu dans la misère (elle mourra le 11 février 1955) . Les relations entre le peintre et son fils se dégradent progressivement. Pablo considère ouvertement Paulo comme un " imbécile " et l'humilie régulièrement[7]. Un jour, il lui dira : " Tu es un anarchiste bourgeois doublé d'un incapable ". Devenu le souffre-douleur du peintre, Paulo Picasso n'est pas autorisé à pénétrer dans la villa cannoise de son père ni même à le rencontrer lorsque celui-ci travaille. Contraint à une vie précaire, il souffre d'alcoolisme et ne parvient pas à se libérer de l'emprise de Pablo Picasso qui s'avère être sa seule source de revenus[8].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Paulo Picasso a épousé Émilienne Lotte[9] avec qui il a eu deux enfants :

  • Pablito Picasso (né en 1948 et mort par suicide en 1973).
  • Marina Picasso (née en 1950).

Il se sépare d’Émilienne cinq mois après la naissance de Marina et se remarie avec Christine Picasso[10] qui lui donne un troisième enfant :

En tant que chauffeur de Pablo Picasso, Paulo voue une passion aux automobiles de luxe.

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Pablo Picasso décède le 8 avril 1973 à l'âge de 91 ans. En tant que seul fils légitime du peintre, Paulo a droit à une certaine part de l'héritage qui lui permet amplement d'améliorer son train de vie. Il se consacre davantage à sa passion pour les voitures de luxe[11]. En juillet 1973 cependant, il perd son fils aîné, Pablito Picasso, qui meurt après avoir avalé de l'eau de javel et enduré une longue agonie[12]. Atteint d'un cancer du foie, Paulo Picasso décède à son tour le 5 juin 1975 à l'âge de 54 ans. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse à Paris.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Dagen, « Quand Picasso célébrait sa première épouse Olga », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 1er juillet 2017)
  2. « Pablo Picasso, Paul en Arlequin – Musée national Picasso-Paris », sur www.museepicassoparis.fr (consulté le 1er juillet 2017)
  3. « Paul en Pierrot de Pablo Picasso », sur www.cineclubdecaen.com (consulté le 1er juillet 2017)
  4. « Pablo Picasso - Paul drawing, 1923 », sur www.pablo-ruiz-picasso.net (consulté le 1er juillet 2017)
  5. « Olga Picasso : l'Exposition - Musée Picasso », sur www.offi.fr (consulté le 1er juillet 2017)
  6. « Olga Picasso, l’exposition au Musée Picasso », sur www.sortiraparis.com (consulté le 1er juillet 2017)
  7. « Marina Picasso, la petite-fille d'un monstre de génie », ladepeche.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2017)
  8. biographie marina picasso, « Biographie de Marina Picasso (1950-...) », sur www.bacfrancais.com (consulté le 1er juillet 2017)
  9. Véronique Prat, « Querelles autour d'un héritage lucratif », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 1er juillet 2017)
  10. « Picasso a casa », Libération.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2017)
  11. Bernard Desvignes, « Clin d’œil à Paulo Picasso et ses voitures ! - Le journal de Bernard en Thaïlande », Le journal de Bernard en Thaïlande, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2017)
  12. Miroir de l'Art, « C'était un 8 avril, Picasso, la mort dans l'âme... - Le blog de Miroir de l'Art », Le blog de Miroir de l'Art, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2017)