Ernest-Auguste de Brunswick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ernest-Auguste III de Hanovre

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ernest-Auguste.
Ernest-Auguste
(de) Ernst August
Le duc de Brunswickpar Gustav Rienäcker en 1916.
Le duc de Brunswick
par Gustav Rienäcker en 1916.
Titre
Duc souverain de Brunswick

(5 ans et 7 jours)
Prédécesseur Jean-Albert de Mecklembourg (Régent)
Ernest-Auguste de Hanovre (Prétendant)
Successeur Abolition de la monarchie
(lui-même, comme prétendant)
Prétendant au trône de Brunswick

(34 ans, 2 mois et 22 jours)
Prédécesseur Lui-même
(en tant que souverain)
Successeur Ernest-Auguste II de Brunswick
Prétendant au trône de Hanovre

(29 ans, 2 mois et 16 jours)
Prédécesseur Ernest-Auguste II de Hanovre
Successeur Ernest-Auguste IV de Hanovre
Biographie
Dynastie Maison de Hanovre
Nom de naissance Ernest Augustus Christian George von Hannover
Date de naissance
Lieu de naissance Vienne (Autriche)
Date de décès (à 65 ans)
Lieu de décès Château de Marienburg, Pattensen (Allemagne)
Père Ernest-Auguste II de Hanovre
Mère Thyra de Danemark
Conjoint Victoria-Louise de Prusse
Enfants Ernest-Auguste IV de Hanovre
Georges-Guillaume de Hanovre
Frederika de Hanovre
Christian de Hanovre
Guelf-Henri de Hanovre

Ernest-Auguste de Brunswick
Ducs de Brunswick
Prétendants au trône de Hanovre

Ernest-Auguste de Brunswick (en allemand : Ernst August Herzog von Braunschweig), duc de Brunswick et prince de Hanovre, est né le à Penzing, en Autriche, et décédé le , au château de Marienburg, en Allemagne de l'Ouest. Dernier duc régnant de Brunswick (1913-1918), il est également prétendant au trône de Hanovre (1923-1953).

Né après l'exil de sa famille en Autriche, le prince Ernest-Auguste n'est d'abord pas appelé à succéder à son père, le duc de Cumberland et Teviotdale. Les décès successifs de ses deux frères, en 1901 et en 1912, changent cependant la donne et font de lui l'héritier des trônes de Hanovre et de Brunswick. Peu après la mort de son aîné, Ernest-Auguste fait la connaissance de la princesse Victoria-Louise de Prusse et les deux jeunes gens tombent amoureux, ce qui favorise la réconciliation des Hanovre et des Hohenzollern. Marié à la fille du Kaiser Guillaume II, il monte sur le trône de Brunswick en 1913.

Pendant la Première Guerre mondiale, Ernest-Auguste combat dans les rangs de l'armée allemande, ce qui lui vaut d'être privé de ses titres et pairies britanniques. En novembre 1918, une révolution secoue l'Empire allemand et le duc abdique le 8 novembre. Dans les années qui suivent, il voit sa fortune écornée par la crise économique qui sévit en Allemagne. Après l'arrivée d'Adolf Hitler au pouvoir en 1933, Ernest-Auguste a une attitude ambiguë vis-à-vis des nazis et il est considéré comme un « sympathisant » du régime par les Alliés. Privé d'une partie de ses biens par les Soviétiques, il meurt en 1953.

Famille[modifier | modifier le code]

Le duc Ernest-Auguste est le fils du prince Ernest-Auguste de Hanovre (1845-1923), prétendant au trône de Hanovre sous le nom d'« Ernest-Auguste II » et duc de Cumberland et Teviotdale, et de son épouse la princesse Thyra de Danemark (1853-1933). Par son père, il est donc le petit-fils du roi Georges V de Hanovre (1819-1878) et de la reine Marie de Saxe-Altenbourg (1818-1907) tandis que, par sa mère, il descend du roi Christian IX de Danemark (1818-1906), surnommé le « Beau-père de l'Europe », et de la reine Louise de Hesse-Cassel (1817-1898).

Le , le prince épouse, à Berlin, la princesse Victoria-Louise de Prusse (1892-1980), fille du Kaiser Guillaume II d'Allemagne (1859-1941) et de son épouse l'impératrice Augusta-Victoria de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg (1858-1921). La princesse est donc une descendante de la reine Victoria du Royaume-Uni (1819-1901), surnommée la « Grand-mère de l'Europe ».

Du mariage d'Ernest-Auguste et de Victoria-Louise naissent cinq enfants :

Biographie[modifier | modifier le code]

Des exilés royaux[modifier | modifier le code]

En 1866, le roi Georges V de Hanovre, grand-père paternel d'Ernest-Auguste, est chassé de ses états et privé de la majeure partie de ses biens après l'annexion du royaume de Hanovre par la Prusse[1]. La famille royale part alors en exil en Autriche et établit sa résidence à la Königinvilla de Gmunden[2]. Quelques années plus tard, en 1872, le prince héritier Ernest-Auguste de Hanovre, plus connu sous son titre de duc de Cumberland et Teviotdale, rencontre la princesse Thyra de Danemark, à Rome. Les deux jeunes gens tombent amoureux mais leur mariage n'est célébré, à Copenhague, qu'en 1878, du fait de l'opposition du gouvernement allemand, qui voit d'un mauvais œil l'alliance entre deux dynasties ennemies des Hohenzollern[N 1],[3].

La même année, le duc de Cumberland succède à son père à la tête de la maison de Hanovre[4]. Puis, en 1884, il hérite des droits dynastiques de son cousin, le duc Guillaume VIII de Brunswick, ce que la Prusse ne peut accepter. Considéré comme un ennemi de l'Empire allemand, le prince est remplacé, sur le trône, par un régent nommé directement par Berlin[5]. En 1892, le duc de Cumberland obtient cependant la somme de 60 millions de deutschmarks en dédommagement pour la confiscation d'une partie des biens de sa famille en 1866. Avec sa nouvelle fortune, il fait construire le Schloss Cumberland à proximité de la Königinvilla[6].

C'est dans ce contexte difficile que le prince Ernest-Auguste voit le jour en exil à Vienne, le . L'enfant est alors quatrième dans l'ordre de succession au trône de Hanovre, après son père et ses frères aînés Georges-Guillaume (1880-1912) et Christian (1885-1901)[réf. nécessaire]. En grandissant, Ernest-Auguste devient un jeune homme réservé et taciturne[7]. Passionné par l'équitation, il intègre le Ier régiment de cavalerie bavarois[8] grâce à l'intervention de son ami, le prince Rupprecht de Bavière[9].

Un mariage improbable[modifier | modifier le code]

Victoria-Louise de Prusse, duchesse de Brunswik.

Le , le prince héritier Georges-Guillaume de Hanovre, frère aîné d'Ernest-Auguste, trouve la mort dans un accident de la route à Nackel, dans le Brandebourg prussien[10]. Ému par la tragédie, le Kaiser Guillaume II envoie deux de ses fils pour escorter la dépouille du jeune homme jusqu'à Gmunden et représenter les Hohenzollern à ses funérailles. En guise de reconnaissance, le duc de Cumberland envoie, quelque temps plus tard, son dernier fils à Berlin afin d'y transmettre ses remerciements à l'empereur[11].

Durant ce voyage, Ernest-Auguste fait la connaissance de la princesse Victoria-Louise de Prusse, unique fille du Kaiser, et les deux jeunes gens tombent rapidement amoureux. Dans un premier temps, l'idylle est mal perçue par leurs deux familles, depuis trop longtemps ennemies. Cependant, la médiation du prince Max de Bade et la renonciation du duc de Cumberland et de son fils à leurs droits sur l'ancien royaume de Hanovre rassurent les Hohenzollern. Ces derniers acceptent, en échange, de rendre au duc de Cumberland l'ensemble de ses biens et de reconnaître Ernest-Auguste comme héritier du duché de Brunswick[12]. Les fiançailles d'Ernest-Auguste et de Victoria-Louise sont donc annoncées officiellement à Karlsruhe le et leur mariage est célébré à Berlin le 24 mai suivant[13]. Pour les dynasties du vieux continent, l'union est l'occasion de la dernière grande réunion de famille avant l'éclatement de la Première Guerre mondiale[7].

Le , Ernest-Auguste et Victoria-Louise font leur entrée triomphale à Brunswick, capitale du duché éponyme[14], où ils reçoivent le pouvoir des mains du prince-régent Jean-Albert de Mecklembourg.

Un souverain en guerre[modifier | modifier le code]

Le duché de Brunswick, au sein de l'Empire allemand.

Nommé par son beau-père général de division de l'armée prussienne, le duc de Brunswick combat les forces de la Triple Entente durant la Première Guerre mondiale[réf. nécessaire]. Sa présence, et celle (toute symbolique) de son père, dans les rangs de l'armée allemande leur vaut d'être privés de leurs titres et pairies britanniques par leur cousin, le roi George V du Royaume-Uni, après le vote du Titles Deprivation Act en 1917[15].

En novembre 1918, une révolution secoue l'Empire allemand et le Kaiser Guillaume II s'exile aux Pays-Bas. Dans la foulée, un conseil de soldats oblige Ernest-Auguste à abandonner le pouvoir (8 novembre) et les Hanovre se réfugient dans leur domaine de Gmunden, en Autriche. Une fois le calme revenu en Allemagne, la famille récupère l'essentiel de sa fortune et revient séjourner une partie de l'année dans son ancien duché, où elle récupère notamment les châteaux de Blankenburg et de Marienburg[16].

Chef de la maison de Hanovre[modifier | modifier le code]

En 1923, le père d'Ernest-Auguste meurt d'apoplexie à Gmunden, en Autriche, et son fils lui succède à la tête de la maison de Hanovre[10]. Il hérite alors d'une fortune amoindrie par la crise financière que subit la République de Weimar. Dans ces conditions, le prince est contraint à se séparer d'une partie des œuvres d'art appartenant à sa famille en 1930. Puis, il vend le Schloss Cumberland en 1934[17].

Après l'arrivée d'Adolf Hitler au pouvoir en Allemagne en 1933, le duc de Brunswick et sa famille entretiennent des relations ambiguës avec le parti national-socialiste. D'un côté, le chef des Hanovre refuse ostensiblement d'intégrer le mouvement d'extrême-droite mais il lui fait, de l'autre, plusieurs dons importants. Ernest-Auguste entretient, par ailleurs, des relations étroites avec plusieurs dignitaires du Troisième Reich[18] et profite, semble-t-il, de la politique d'aryanisation des biens juifs menée par le Führer[19]. Dans ces conditions, la commission de dénazification mise en place par les Alliés, après-guerre, déclare, le , l'ancien duc de Brunswick « sympathisant » du régime nazi[19].

Après la défaite de l'Allemagne en 1945, les biens des Hanovre situés dans la zone d'occupation soviétique sont confisqués et la famille perd le château de Blankenburg. Confronté à de nouvelles difficultés financières, Ernest-Auguste procède à la vente d'un second lot d'œuvres d'art hérité de sa famille en 1950[17].

L'ancien duc de Brunswick meurt d'une attaque cardiaque au château de Marienburg le . Il est enterré, selon ses vœux, dans les jardins royaux de Herrenhausen, à Hanovre[9].

Son fils aîné, Ernest-Auguste, lui succède à la tête de la maison de Hanovre.

Ernest-Auguste et Victoria-Louise dans les royautés germaniques[modifier | modifier le code]

Ernest-Auguste Ier,
Roi de Hanovre
Frédérique,
Pcesse de Mecklembourg-Strelitz
 
 
 
 
 
 
Guillaume Ier,
Kaiser allemand
Augusta,
Pcesse de Saxe-Weimar-Eisenach
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Albert,
Pce de Saxe-Cobourg
Victoria,
Reine du Royaume-Uni
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Georges V,
Roi de Hanovre
Marie,
Pcesse de Saxe-Altenbourg
 
 
Louise,
Pcesse de Prusse
Frédéric Ier,
Gd-duc de Bade
 
 
 
Frédéric III,
Kaiser allemand
 
Victoria,
Pcesse royale du Royaume-Uni
 
 
 
Alfred Ier,
Duc de Saxe-Cobourg
Maria,
Gde-dchesse de Russie
 
Léopold,
Pce du Royaume-Uni
Hélène,
Pcesse de Waldeck-Pyrmont
 
Alice,
Pcesse du Royaume-Uni
Louis IV,
Gd-duc de Hesse-Darmstadt
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ernest-Auguste,
Prétendant au trône de Hanovre
Thyra,
Pcesse de Danemark
 
 
Frédéric II,
Gd-duc de Bade
Hilda,
Pcesse de Nassau
 
Charlotte,
Pcesse de Prusse
Bernard III,
Duc de Saxe-Meiningen-Hildburghausen
 
Guillaume II,
Kaiser allemand
Augusta-Victoria,
Pcesse de SHSA
 
Marguerite,
Pcesse de Prusse
Frédéric-Charles,
Prétendant au trône de Hesse-Cassel
 
Alfred,
Prince her. de Saxe-Cobourg
 
Charles-Édouard Ier,
Duc de Saxe-Cobourg
Victoria-Adélaïde,
Pcesse de S.H.S.G.
 
Ernest-Louis,
Gd-duc de Hesse-Darmstadt
Éléonore (en),
Pcesse de Solms-Hohensolms-Lich
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louise (en),
Pcesse de Hanovre
Maximilien,
Prétendant au trône de Bade
 
Alexandra,
Pcesse de Hanovre
Frédéric-François IV,
Gd-duc de Mecklembourg-Schwerin
 
Ernest-Auguste Ier,
Duc de Brunswick
 
Victoria-Louise,
Pcesse de Prusse
 
Guillaume,
Prétendant au trône d'Allemagne
Cécilie,
Pcesse de Mecklembourg-Schwerin
 
Philippe,
Prétendant au trône de Hesse-Cassel
Mafalda,
Pcesse d'Italie
 
 
 
Frédéric-Josias (en),
Prétendant au trône de Saxe-Cobourg
Victoria-Louise (en),
Ctsse de Solms-Baruth
 
Georges-Donatus,
Prétendant au trône de Hesse-Darmstadt
Cécile,
Pcesse de Grèce
 
Louis,
Prétendant au trône de Hesse-Darmstadt
∞ Margaret Campbell Geddes
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Berthold,
Prétendant au trône de Bade
Théodora,
Princesse de Grèce
 
Frédéric-François,
Prétendant au trône de Mecklembourg-Schwerin
∞ Karin von Schaper
 
 
 
Ernest-Auguste,
Prétendant aux trônes de Hanovre et de Brunswick
Ortrude (en),
Pcesse de SHSG
 
 
 
Louis-Ferdinand,
Prétendant au trône d'Allemagne
Kira,
Gde-dchsse de Russie
 
Maurice,
Prétendant aux trônes de Hesse
Tatiana (en),
Pcesse de Sayn-Wittgenstein-Berlebourg
 
 
 
Andreas (en),
Prétendant au trône de Saxe-Cobourg
∞ Carin Dabelstein
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Maximilien,
Prétendant au trône de Bade
Valérie (en),
Pcesse de Toscane
 
 
 
 
 
Ernest-Auguste,
Prétendant aux trônes de Hanovre et de Brunswick
∞ Chantal Hochuli
 
Alexandra (en),
Pcesse de Hanovre
Andreas (en),
Prétendant au trône de Leiningen
 
Louis-Ferdinand,
Pce royal d'Allemagne
∞ Donata,
Ctsse de Castell-Rüdenhausen
 
Henri,
Prétendant aux trônes de Hesse
∞ Floria,
Ctsse de Faber-Castell
 
 
 
Hubert (en),
Pce her. de Saxe-Cobourg
∞ Kelly Jeanne Rondestvedt
 
 
 

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Philippe Gain, « Princes et nobles d’Allemagne des années 1920 à l’effondrement du IIIe Reich », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 204,‎ , p. 15-39 (lire en ligne)
  • (fr) Michel Huberty, Alain Giraud et F. et B. Magdelaine, « Ernest-Auguste III de Hanovre », numéro « Brunswick XXVII 6 », L'Allemagne dynastique, t. III : Brunswick-Nassau-Schwarzbourg, 1981, chez l'un des auteurs, Le Perreux, 607 p. (ISBN 2-901138-03-9)
  • (es) Ricardo Mateos Sainz de Medrano, La Familia de la Reina Sofía : La Dinastía griega, la Casa de Hannover y los reales primos de Europa, Madrid, La Esfera de los Libros, (ISBN 84-9734-195-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Jonathan Petropoulos, Royals and the Reich : The Princes von Hessen in Nazi Germany, New York, Oxford university Press, (ISBN 0199212783) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Thomas Vogtherr, Die Welfen : Vom Mittelalter bis zur Gegenwart, Munich, Auflage, C.H.Beck, (ISBN 978-3-406-66177-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Depuis 1864 et la Guerre des Duchés, le Danemark entretient des relations difficiles avec Berlin.

Références[modifier | modifier le code]