Apoplexie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’apoplexie est un terme médical historique, qui se définissait comme la suspension brutale, plus ou moins complète, de l'activité cérébrale, le plus souvent causée par une hémorragie cérébrale. Par extension et par analogie, le terme apoplexie a pu désigner toute hémorragie soudaine survenant dans les tissus, ou tout arrêt fonctionnel brusque, d'un organe quelconque.

Le terme devient médicalement obsolète au cours du XXe siècle, mais il reste utilisé dans le langage populaire et littéraire.

Au début du XXIe siècle, le terme accident vasculaire cérébral (AVC) englobe plus ou moins ce qui était historiquement apoplexie cérébrale.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Du grec ancien απο / apo, « à partir de, en dehors de, loin de »[1] et πληττω / pléttô, « frapper », ce mot signifie donc, étymologiquement « frapper de stupeur »[2], « frapper avec violence »[3], « renverser »[4]. Il garde son sens étymologique dans l'anglais médical stroke.

Son équivalent latin est ictus qui implique la soudaineté, ou encore sideratio qui implique une perte de mouvement et de sensibilité.

Son équivalent populaire est « attaque ».

Histoire du concept[modifier | modifier le code]

Chez Homère, la mort soudaine est un signe de la colère divine, par les flèches d'Apollon pour les hommes, et celles d'Artémis pour les femmes. Toutefois, cette tradition est ambivalente car ces flèches sont souvent qualifiés de « douces », la mort rapide, plutôt qu'une longue souffrance, peut être une faveur des dieux. Le monde homérique distingue ainsi clairement l'existence d'affections soudaines, souvent mortelles, en l'absence de toute blessure apparente, et survenant en état de santé (pas de maladie connue en cours)[5].

Le terme « apoplexie » apparait dans le Corpus hippocratique comme un terme clinique évident[6]. Dans le traité Des maladies II et III, Hippocrate décrit des cas où le malade est « sidéré », avec douleur soudaine de tête, perte de la vue, de la connaissance et du mouvement. Il explique cette maladie par un excès d'impuretés dans le cerveau, par afflux de phlegme ou de bile noire dans le sang[7].

Érasistrate rejette cette théorie humorale, il attribue l'apoplexie à une brusque abondance de sang dans le cerveau[8]. Galien oppose l'apoplexie à l'épilepsie, l'épilepsie est une perturbation des fonctions cérébrales, alors que l'apoplexie est une atteinte de la matière cérébrale elle-même[6].

Les deux sens, large (maladie soudaine et inopinée) et plus étroit (touchant le cerveau), coexistent jusqu'au Moyen-Âge. À partir de l'invention de l'imprimerie et jusqu'à la fin du XIXe siècle, plusieurs centaines de monographies sont consacrées à l'apoplexie.

Les premières autopsies avec examen du cerveau sont réalisées au XVIIe siècle. En 1761, l'anatomiste Morgagni dans son De sedibus et causis morborum per anatomen indagatis distingue « l'apoplexie séreuse » de « l'apoplexie sanguine ».

Si l'apoplexie « sanguine » (hémorragique) est reconnue au XIXe siècle, la signification et la réalité de l'apoplexie « séreuse » fait débat. C'est notamment le cas avec les auteurs anglais comme John Cheyne (Cases of Apoplexy and Lethargy with Observations upon the Comatose Diseases, 1812), John Cooke (médecin) (en) (On Apoplexy, 1820), et John Abercrombie (Practical Researches on Diseases of the Brain and Spinal Cord, 1828)[6].

De 1828 à 1842, le français Jean Cruveilhier publie sa monumentale Anatomie pathologique du corps humain, où le terme apoplexie est utilisé comme synonyme d'hémorragie dans le système nerveux central. Ce point de vue se généralise, au point que le terme apoplexie devient synonyme d'hémorragie tout court pouvant survenir dans le parenchyme de tout organe.

Cette confusion est critiquée dans la deuxième moitié du XIXe siècle par Armand Trousseau et Jean-Martin Charcot. En 1914, Jules Dejerine conclut (dans Séméiologie des affections du système nerveux) que l'apoplexie peut survenir en dehors de toute hémorragie cérébrale, et que le terme ne devrait désigner qu'un syndrome clinique « la perte soudaine et simultanée de plusieurs fonctions cérébrales »[6].

En 1921, Jean Lhermitte, dans son Traité de pathologie médicale, maintient la synonymie entre apoplexie et hémorragie, en opposant l'hémiplégie par apoplexie (hémorragie) et l'hémiplégie par infarctus (ischémie).

Au cours du XXe siècle, le terme « apoplexie » devient de plus en plus désuet dans le langage médical (français et anglais). Il devient obsolète après la deuxième guerre mondiale, pour disparaitre du vocabulaire médical (textes et jargon parlé). Toutefois, il reste bien connu et toujours utilisé dans le langage populaire et en littérature[6].

Termes médicaux[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, l'apoplexie se définissait selon des critères anatomo-pathologiques : comme un foyer d’infiltration hémorragique, accompagné ou non de nécrose, d'oblitération ou lésion vasculaire. Ces lésions pouvaient être dues à une perturbation circulatoire fonctionnelle.

Outre l'apoplexie cérébrale (au XXIe siècle : accident vasculaire cérébral – AVC – ou stroke en anglais), le langage médical ancien a pu utiliser des termes tels que[3],[9],[10] :

Le terme apoplectiforme (qui ressemble à une apoplexie) se rencontre aussi, comme la surdité apoplectiforme ou maladie de Menière.

Maladie végétale[modifier | modifier le code]

En pathologie végétale, l'apoplexie, appelée aussi folletage chez la vigne, est un flétrissement et un dessèchement brutal d'une plante souvent en période de déséquilibre hydrique, au moment de la maturation des fruits ou pendant une période de sécheresse estivale (cas chez les daphnés, abricotiers, vignes)[11].

Victimes célèbres[modifier | modifier le code]

C'est le mal qui emporta notamment :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A. Manuila, Dictionnaire français de Médecine et de Biologie, t. IV, Masson, , « Annexe 1 - Eléments d'étymologie », p. 464.
  2. Anatole Bailly, Dictionnaire grec-français, Librairie Hachette, , 16e éd..
  3. a et b « Apoplexie, Dictionnaire de Panckoucke », sur BIU santé
  4. Alain Rey, Dictionnaire culturel en langue française, Le Robert, (ISBN 978-2-84902-176-7), p. 405.
  5. Mirko D. Grmek, Les maladies à l'aube de la civilisation occidentale, Payot, coll. « Médecine et Sociétés » (ISBN 2-228-55030-2), p. 42-43.
  6. a, b, c, d et e (en) Jacques Poirier, Apoplexy and Stroke, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-33286-9), p. 584-585.
    dans The Cambridge World History of Human Disease, K.F. Kiple (dir.).
  7. Jean-Nicolas Corvisier, Santé et société en grèce ancienne, Economica, (ISBN 2-7178-0964-3), p. 100.
  8. J.-N. Corvisier 1985, op. cit., p. 87.
  9. A. Manuila, Dictionnaire français de médecine et de biologie, t. Ier, Masson, , p. 238.
  10. Garnier Delamare, Dictionnaire illustré des termes de médecine, Maloine, (ISBN 978-2-224-03434-4), p. 76
  11. Jean-Jacques Guillaumin, Armillaire et le pourridié-agaric des végétaux ligneux, Éditions Quae, (lire en ligne), p. 329
  12. Maurice Bouvier-Ajam, Attila, Tallandier, (ISBN 2-235-02225-1), p. 401.
    Le verdict des médecins d'Attila fut « apoplexie hémorragique avec étouffement par l'abondance de sang sortant du nez et de la gorge ».
  13. Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF34649310), p. 73.
  14. Article d’Historama du 4 juin 2012.
  15. « Monsieur, frère du roi, à Saint-Cloud » - archives des Hauts-de-Seine

Articles connexes[modifier | modifier le code]