Royaume de Hanovre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hanovre (homonymie).
Royaume de Hanovre
Königreich Hannover

1814-1866

Drapeau
Drapeau après 1837
Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
Le royaume de Hanovre en 1815.
Informations générales
Statut Monarchie constitutionnelle
- État membre de la Drapeau de la Confédération germanique Confédération germanique
- Union personnelle avec le Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande jusqu'en 1837
Capitale Hanovre
Langue Allemand
Monnaie Hannoveraner thaler (en)

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le royaume de Hanovre (en allemand : Königreich Hannover) est un État allemand formé en 1814 par le congrès de Vienne. Il correspond à l'ancien électorat de Brunswick-Lunebourg (parfois appelé « électorat de Hanovre »), qui avait disparu dans la tourmente napoléonienne. C'était un État membre de la Confédération germanique depuis sa création en 1815. Le siège des rois était à Hanovre.

Jusqu'en 1837, le royaume de Hanovre est gouverné en union personnelle par les souverains britanniques. Après la mort du roi Guillaume IV sans descendance en 1837, sa nièce Victoria lui succède au Royaume-Uni. Au Hanovre, où les femmes sont exclues de la succession, c'est son oncle et frère cadet de Guillaume IV, Ernest-Auguste, qui devient roi. Lorsqu'il a aboli la constitution libérale du pays, les Sept de Göttingen protestèrent fortement ; une étape essentielle dans la période pré-révolutionnaire du Vormärz.

Durant la guerre austro-prussienne de 1866, le Hanovre essaye de rester dans une position neutre mais finit par entrer en guerre aux côtés de l'empire d'Autriche. Il est alors conquis par la Prusse, dont il devient une simple province. Un État de Hanovre éphémère a existé encore une fois en 1946.

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'ancien électorat de Brunswick-Lunebourg, d'abord attribué par la France à la Prusse en échange de diverses provinces rhénanes (traité de Schönbrunn, 15 décembre 1805), était incorporé dans le royaume de Westphalie sous Jérôme Bonaparte en 1810. Au congrès de Vienne, le , l'électorat s'est déclaré un royaume. Le chef de ses négociateurs, Ernst Friedrich Herbert zu Münster, atteint une augmentation substantielle du terrioire, dont le duché d'Arenberg-Meppen, l'ancien évêché de Hildesheim, les comtés de Lingen et de Bentheim et l'ancienne ville impériale de Goslar, ainsi que des parties de l'Eichsfeld et la Frise orientale.

Le château de la Leine à Hanovre, la résidence des rois à partir de 1837.

L'union personnelle avec le Royaume-Uni sous la maison de Hanovre jusquèn 1837 conduit à une double politique étrangère, en particulier vis-à-vis de la Prusse, par le ministre Ernst zu Münster qui avait su avec habileté à imposer le propre agenda. Le , le duc Adolphe de Cambridge est nommé gouverneur général du Hanovre, au nom de son père George III. Administrateur juste et loyal, il laissa un bon souvenir auprès des Hanovriens. Il entretient une cour somptueuse et se fait le protecteur des beaux-arts, et notamment de la musique et du théâtre. En 1821, le nouveau roi Guillaume IV s'est rendue pour la première fois dans le pays et a été reçu avec enthousiasme.

En 1831, à la suite de troubles à l'université de Göttingen, Adolphe de Cambridge est nommé vice-roi de Hanovre. L'année suivante, il accepte de restreindre la liberté des mouvements libéraux à l'initiative du chancelier autrichien Metternich. Il est soutenu en cela par Guillaume IV mais s'oppose au secrétaire d'État aux affaires étrangères Lord Palmerston. En 1833, Cambridge accepte l'invitation de Metternich à participer à une conférence des États allemands à Vienne. Là encore il agit en accord avec le roi et contre Palmerston. La même année il fait promulguer une constitution plus libérale, élargissant les pouvoirs du parlement afin de calmer l'opposition. En 1834, Hanovre et le duché de Brunswick s'unissent pour fonder le Steuerverein, une union douanière afin de se protéger contre la domination de la Prusse. Le Hanovre n'a adhéré au Zollverein allemand qu'en 1854.

Après la fin de l'union personnelle en 1837, le nouveau roi Ernest-Auguste Ier de Hanovre abolit la constitution de 1833 provoquant une crise majeure dans la politique intérieure. Les protestations des Sept de Göttingen, y compris les frères Grimm, font sensation en Allemagne. Plusieurs membres du gouvernement de Mars à l'avenir ont soumis une plainte à la Confédération germanique. La révolution de 1848 a provisoirement rétabli la libéralisation ; toutefois, les réformes ont été annulées sous le règne du roi Georges V sur pression du premier ministre prusse Otto von Bismarck.

Le Hanovre a perdu son indépendance suite à la guerre austro-prussienne de 1866. Après la bataille de Langensalza, qui s'est déroulée le 27 juin 1866 et fut la première grande bataille du front ouest au cours de la guerre, l’armée du Hanovre a capitulé devant les troupes prusssiennes. La Prusse a détrôné la maison de Hanovre en annexant son royaume. Le patrimoine personnel de la dynastie, les fonds Welfs, a été confisqué et servit plus tard de caisse noire au premier ministre Bismarck. En réaction, le parti allemand hanovrien qui tente de rétablir la famille Welf au pouvoir est fondé en 1869. Une certaine évolution vers la réconciliation politique a pu se produire grâce au mariage du prince Ernest-Auguste de Brunswick avec Victoria-Louise de Prusse le .

Territoire[modifier | modifier le code]

Le royaume de Hanovre comprenait :

  • La principauté de Calenberg (Fürstentum Calenberg) ;
  • Le comté de Hoya (Grafschaft Hoya) ;
  • Le comté de Diepholz (Grafschaft Diepholz) ;
  • La principauté de Hildesheim (Fürstentum Hildesheim) ;
  • La principauté de Göttingen (Fürstentum Göttingen) ;
  • La principauté de Grubenhagen (Fürstentum Grubenhagen) ;
  • Le comté de Hohnstein (Grafschaft Hohnstein) ;
  • La principauté de Lunebourg (Fürstentum Lüneburg) ;
  • D'anciennes parties du duché de Saxe-Lauenbourg (Herzogtum Sachsen-Lauenburg) ;
  • La ville et le territoire de Goslar ;
  • La principauté de Frise-Orientale (Fürstentum Ostfriesland), y compris le pays dit de Harlingenland ;
  • La principauté d'Osnabrück (Fürstentum Osnabrück) ;
  • Le duché d'Arenberg-Meppen (Herzogtum Arenberg-Meppen) ;
  • Le comté de Bentheim (Grafschaft Bentheim) ;
  • Le comté inférieur de Lingen (Niedergrafschaft Lingen) ;
  • Le duché de Brême (Herzogtum Bremen) ;
  • Le duché de Verden (Herzogtum Verden) ;
  • Le pays de Hadeln (Land Hadeln).

Liste des rois de Hanovre[modifier | modifier le code]

Liste des prétendants au trône de Hanovre[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :