Emmanuel d'Harcourt (1844-1928)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison d'Harcourt.

Louis-Emmanuel, vicomte d'Harcourt (, Paris - ), est un militaire, diplomate et homme politique français, secrétaire général de la présidence de la République de 1873 à 1877.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Georges Trévor Douglas Bernard d'Harcourt et de Jeanne Paule de Beaupoil de Saint-Aulaire (fille de Louis de Sainte-Aulaire), et frère de Bernard d'Harcourt, il entre dans la diplomatie et occupe les fonctions de secrétaire d'ambassade dans le grand-duché de Bade avant la guerre franco-allemande de 1870.

Lieutenant et parent de la maréchale de Mac Mahon, il devient l'officier d'ordonnance du maréchal de Mac Mahon de 1871 à 1872.

Il est le secrétaire général de la présidence de la République française pendant le mandat présidentiel du maréchal Patrice de Mac Mahon, de 1873 à 1877, ce qui en fait le plus jeune secrétaire général de l'Élysée de l'histoire[1]. Face aux attaques des républicains, l'accusant de tenir un « cabinet noir » et de fomenter un complot contre la République, il finit par donner sa démission[2].

Nommé « capitaine à la suite » en 1876, il est démissionnaire de l'armée en 1881.

Il est vice-président de la Croix-Rouge.

Propriétaire et éleveur de chevaux de courses, il est président du comité de la Société d’Encouragement[3]. Le Prix d'Harcourt, disputé chaque année sur l'hippodrome de Longchamp, lui rend hommage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Olivier Forcade, Eric Duhamel, Philippe Vial, Militaires en République : les officiers, le pouvoir et la vie publique en France, 1999
  • Jacques Silvestre de Sacy, Le maréchal de Mac Mahon : duc de Magenta (1808-1893), 1960
  • Daniel Amson, La cohabitation politique en France: la règle de deux, 1985
  • Gilles Le Béguec, Les entourages des chefs de l’Etat sous les IIIe et IVe Républiques

Liens externes[modifier | modifier le code]