Jean Forgeot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forgeot.

Jean Forgeot
Illustration.
Fonctions
Secrétaire général de la
présidence de la République française
Président Vincent Auriol
Prédécesseur Georges Huisman
Successeur Charles Merveilleux du Vignaux
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 84 ans)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Haut fonctionnaire

Jean Forgeot, né le à Paris et décédé le , est un haut fonctionnaire et chef d'entreprise français, secrétaire général de la présidence de la République française pendant le mandat présidentiel de Vincent Auriol, du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur en droit, il devient rédacteur au ministère des Finances en 1937, puis inspecteur des finances en 1943. Jeune inspecteur des finances de trente-deux ans et résistant, il était chargé de mission auprès d’Henri Frenay, ministre des Prisonniers, Déportés et Réfugiés depuis novembre 1944, où il travaillait avec Émile Jalouneix, vieux militant socialiste. Ce dernier l’introduisit auprès de Vincent Auriol, et sa candidature fut appuyée par son collègue de l’inspection des Finances, Roumagnac, déjà en poste, et par Madeleine Léo-Lagrange. Il devint ainsi le chef adjoint de cabinet d’Auriol le 29 novembre 1945, puis son directeur de cabinet à la présidence de l’Assemblée en juin 1946, à la place de Rastel. En janvier 1947, Auriol le nomma secrétaire général de la présidence de la République[1].

Après son départ de l'Élysée, Forgeot devient administrateur de sociétés, vice-président de Simca et fait ensuite une belle carrière au sein du groupe Schneider et Cie où il apparait comme un fidèle du baron Empain. D'abord président de Jeumont-Schneider[2] il devient président de Schneider SA[3] le 12 mai 1969 dans un contexte d'hostilité de la part du gouvernement[4]. Il devient également président-directeur général des Batignolles-Châtillon, ainsi qu'administrateur de la Banque commerciale de Paris et des Chargeurs réunis.

Il fut membre du club Le Siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]