François Pittié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Officier général francais 3 etoiles.svg François Pittié
Francis Pittié
Image illustrative de l'article François Pittié

Naissance
Nevers, France
Décès (à 57 ans)
Paris, France
Origine Français
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 1847-1886
Conflits Guerre de Crimée
Campagne d'Italie (1859)
Guerre franco-prussienne
Commandement 1874 à 1879 : Commandant du 61e de Ligne
Distinctions Grand officier de la Légion d'honneur
Hommages Ancienne caserne Pittié de Nevers.

François Gabriel Pittié, dit Francis Pittié en tant qu'auteur, né à Nevers le [1], et mort à Paris le est un militaire et homme de lettres français.

Général de division, secrétaire général de la présidence de la république, grand officier de la Légion d'honneur, et membre du conseil de l'ordre de la Légion d'honneur[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Fils de Philippe Pittié, maître de pension à Nevers, et de Marie Antoinette Theurier, son épouse, François Gabriel Pittié naît à Nevers le 4 janvier 1829. Il y commence ses études au collège de la ville, puis les poursuit au lycée Charlemagne, à Paris. Reçu à l'École spéciale militaire, il en sort en 1847. Il prend part à la guerre de Crimée où il est blessé deux fois devant Sébastopol. Il en revient avec le grade de capitaine, et est fait chevalier de la légion d'honneur. Il participe à la campagne d'Italie, et, lors de la bataille de Solférino reçoit sa troisième blessure. Au cours de la guerre de 1870, il combat dans l’armée de Bourbaki et reçoit sa quatrième blessure. Il est fait commandeur de la Légion d’honneur et termine la guerre avec le grade de lieutenant colonel. En 1874, il est nommé colonel et commande le 61e de Ligne. En 1879, il est choisi par le président Jules Grévy comme chef de sa maison militaire, charge qu’il exerce «avec un grand tact et la plus parfaite urbanité». Général de brigade la même année, il est chargé de l’inspection de l’infanterie. Promu général de division en 1883 comme Secrétaire général du Cabinet du Président. Il est élevé à la dignité Grand Officier de la Légion d'honneur le 24 juin 1886. Il meurt à son domicile, au palais de l'Élysée, le 3 décembre 1886. Il repose au cimetière Jean Gautherin de Nevers.

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Il a écrit, sous le nom de Francis Pittié Contes sous la tente (1856), le Roman de la vingtième année (1862) et un recueil de poésies À travers la vie (1885). Son œuvre littéraire qui critique «l’amour effréné du luxe» du second Empire, lui a valu d’être officier de l’Instruction publique.

Postérité[modifier | modifier le code]

L'ancienne caserne de Nevers portait son nom depuis 1887.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Registre d'état civil de Nevers, cote 5Mi1 85, vue 1019/1131, acte du 5 janvier 1829
  2. Registre d'état civil du 8e arrondissement de Paris, cote V4E 6140, vue 16/31, acte du 4 décembre 1886
  3. Nevers ça me botte (magazine municipal) N°137 Décembre 2006-Janvier 2007, p 47-48, Agathe Maugis
  4. Francis Pittié, dans Anthologie des poètes français du XIXème siècle, Volume II (pp. 213-219)