Frédéric Salat-Baroux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Frédéric Salat-Baroux, né le à Paris, est un haut fonctionnaire et avocat français.

Du jusqu'à la fin du mandat de Jacques Chirac, il occupa les fonctions de secrétaire général de la présidence de la République française à l'Élysée.

Conseiller d'État en service ordinaire à partir d'avril 2007, il démissionne du Conseil d'État à compter du 1er septembre 2017[1] pour se consacrer à sa carrière d'avocat.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille juive de Tunisie, Frédéric est le fils du professeur Jacques Salat-Baroux, gynécologue[2] et pionnier français de la procréation médicalement assistée (PMA).

Formation et débuts[modifier | modifier le code]

Titulaire d'une maîtrise de droit des affaires, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, d'ESCP Europe et de l'École nationale d'administration (promotion Victor-Hugo), il entre en 1991 au Conseil d'État où il est promu maître des requêtes en 1994 et nommé commissaire du gouvernement près l'Assemblée du contentieux et les autres formations de jugement.

Conseiller technique au cabinet d'Alain Juppé à Matignon de 1995 à 1997, chargé de la santé et de la sécurité sociale, il participe ensuite aux travaux de son association France moderne.

Un proche de Jacques Chirac[modifier | modifier le code]

En septembre 2000, il rejoint à l'Élysée le cabinet de Jacques Chirac comme conseiller social, remplaçant Philippe Bas, qui vient d'être promu secrétaire général adjoint de la présidence de la République.

De mai 2002 à juin 2005, il est secrétaire général adjoint de la présidence de la République, d'abord aux côtés de Frédéric Lemoine, puis seul, et sous la direction de Philippe Bas jusqu'à la nomination de ce dernier comme ministre délégué dans le gouvernement Dominique de Villepin. Il lui succède alors comme secrétaire général de la présidence de la République.

En 2005-2006, il fut président du conseil d'administration du domaine national de Chambord.

Frédéric Salat-Baroux, qui devait prendre la tête de la Caisse des dépôts et consignations, a décidé d'exercer ses fonctions auprès du président de la République jusqu'à la fin du mandat de celui-ci.

Le , il est nommé conseiller d'État, quelques semaines avant l'achèvement du quinquennat de Jacques Chirac[3].

Comme Jacques Chirac et Claude Chirac, il soutient François Hollande pour l'élection présidentielle de 2012 et se rend au grand meeting du candidat socialiste le 15 avril 2012 devant le château de Vincennes[4].

Avocat d'affaires[modifier | modifier le code]

Le 7 novembre 2007, il prête serment et devient avocat associé de la direction parisienne du cabinet d'affaires Weil, Gotshal & Manges, au sein duquel il dirige une équipe de cinq avocats spécialisée dans le droit public et le droit de la régulation, et œuvrant notamment dans les secteurs de l'énergie et des télécommunications[5].

Le 1er septembre 2017, il démissionne de la fonction publique d'État[6].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Frédéric Salat-Baroux, divorcé d'une première union, est le père de trois enfants : Alexandre, Nicolas et Esther.

Le , il épouse civilement Claude Chirac, fille de Jacques Chirac, devant le maire de Paris, Bertrand Delanoë, qui célèbre cette union à la mairie du VIe arrondissement de Paris[7].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 11 septembre 2017 portant acceptation de démission et radiation des cadres d'un conseiller d'Etat (Conseil d'Etat) - M. SALAT-BAROUX (Frédéric) (lire en ligne)
  2. Anne Fulda, « Frédéric Salat-Baroux, la passion sous le flegme », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous »,‎ 30-31 janvier 2021, p. 36 (lire en ligne).
  3. Décret du 20 avril 2007 portant nomination de conseillers d'État en service ordinaire (lire en ligne).
  4. A-Ch. D. (avec AFP), « Hirsch, Amara, Begag... Hollande engrange les soutiens », sur Le Journal du dimanche, (consulté le 28 mai 2020).
  5. Décret du 11 septembre 2017 portant acceptation de démission et radiation des cadres d'un conseiller d'Etat (Conseil d'Etat) - M. SALAT-BAROUX (Frédéric) (lire en ligne).
  6. « Paris : Bertrand Delanoë a marié Claude Chirac », Le Parisien, 11 février 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]