Élections législatives roumaines de 2008

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Roumanie image illustrant une élection ou un référendum
Cet article est une ébauche concernant la Roumanie et une élection ou un référendum.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Précédent 2004 Drapeau de la Roumanie 2012 Suivant
Élections législatives roumaines de 2008
30 novembre 2008
Participation
39,2 %
Mircea Geoana 1.jpg Alliance PSD+PC – Mircea Geoană
Voix 2 279 449
33,1 %
Sénateurs élus 49
Députés élus 114
Emil Boc (nov 2011).jpg Parti démocrate-libéral – Emil Boc
Voix 2 228 860
32,4 %
Sénateurs élus 51
Députés élus 115
Călin Popescu-Tăriceanu at a government meeting.jpg Parti national libéral – Călin Popescu-Tăriceanu
Voix 1 279 063
18,6 %
Sénateurs élus 28
Députés élus 65
Marko-Bela1.jpg Union démocrate magyare de Roumanie – Béla Markó
Voix 425 008
6,2 %
Sénateurs élus 9
Députés élus 22
Diagramme
Diagramme2
Premier ministre
Sortant Élu
Călin Popescu-Tăriceanu
PNL
Emil Boc
Parti démocrate-libéral

Des élections législatives roumaines se sont tenues le .

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Les membres des deux assemblées ont été élus selon un mode de scrutin mixte : les électeurs votent, dans le cadre de 41 circonscriptions, pour un candidat individuel, élu au premier tour s'il obtient la majorité absolue des suffrages exprimés et au moins 70 000 voix pour un député et 160 000 voix pour un sénateur. Les voix des candidats n'ayant pas été élus sont additionnées au niveau national et les sièges restants sont distribués entre les différents partis ayant rassemblé au moins 5 % des suffrages exprimés à la représentation proportionnelle. La répartition finale reste de fait assez proche de la proportionnalité. Auparavant, les députés étaient tous élus à la proportionnelle, les électeurs votant pour des listes bloquées (c'est-à-dire ne permettant pas de modifier la composition de la liste). Le nouveau système devait permettre de lutter contre la corruption et empêcher des personnalités souhaitant profiter de l'immunité parlementaire de figurer sur ces listes. L'objectif était aussi de sanctionner les petits partis, familiers de ce genre de pratiques[1].

Résultats[modifier | modifier le code]

Chambre des députés[modifier | modifier le code]

Résultats à la Chambre des députés[2]
Partis et coalitions Voix % Sièges +/-
Alliance PSD+PC 2 279 449 33,09 114 –10
Parti démocrate-libéral 2 228 860 32,36 115 +48
Parti national-libéral 1 279 063 18,57 65 +5
Union démocrate magyare de Roumanie 425 008 6,17 22 ±0
Partis des minorités ethniques de Roumanie 243 908 3,56 18
Parti de la Grande Roumanie 217 595 3,15 0 –21
Parti de la nouvelle génération 156 901 2,27
Parti vert écologiste 18 279 0,27
Parti populaire et de la protection populaire 8 388 0,12
Parti socialiste roumain 585 0,01
Parti national démocrate chrétien 316 0,00
Parti de la Roumanie européenne 87 0,00
Total (participation : 39,2 %) 6 858 439 100,00 334 +2

Sénat[modifier | modifier le code]

Résultats au Sénat[2]
Partis et coalitions Voix % Sièges +/-
Parti démocrate-libéral 2 312 358 33,57 51 +22
Alliance PSD+PC 2 352 968 34,16 49 –6
Parti national-libéral 1 291 029 18,74 28 +4
Union démocrate magyare de Roumanie 440 449 6,39 9 –1
Parti de la Grande Roumanie 245 930 3,57 0 –13
Parti de la nouvelle génération 174 519 2,53
Parti vert écologiste 48 119 0,70
Parti populaire et de la protection populaire 10 805 0,16
Parti national démocrate chrétien 1 365 0,02
Parti socialiste roumain 445 0,02
Parti de la Roumanie européenne
Total (participation : 39,2 %) 6 877 987 100,00 137

Arrivés en tête dans les circonscriptions uninominales[modifier | modifier le code]

315 circonscriptions uninominales à la Chambre, 137 au Sénat :

  • UDMR, 23 fois à la Chambre, 9 fois au Sénat
  • PNL, 37 fois à la Chambre, 15 fois au Sénat
  • PSD + PC, 117 fois à la Chambre, 55 fois au Sénat
  • PD-L, 138 fois à la Chambre, 58 fois au Sénat

Analyse[modifier | modifier le code]

Avec ces trois partis majeurs et les partis des minorités ethniques[3], seule l'Union démocrate magyare de Roumanie dépasse les 5 % qui lui permettront d'être également représentée[4]. Le Parti de la Grande Roumanie sera lui exclu de la répartition des sièges pour la première fois depuis 1992.

C'étaient les premières élections législatives depuis l'adhésion de la Roumanie à l'Union européenne.

La participation a été inférieure à 39,3 % (6 858 439 votes exprimés à la Chambre, 6 877 987 au Sénat, sur 18 millions d'électeurs), la plus faible de l'histoire roumaine après 1989. Le coefficient électoral national pour la répartition des sièges des députés à la Chambre (315) est de 21 772 voix. Pour la première fois, les Roumains résidant à l'étranger auront leurs propres parlementaires, à la Chambre et au Sénat.

Ces élections ont été entachées de nombreux incidents.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fondation Robert-Schuman, Analyse de Corinne Deloy et Mirabela Lupaescu
  2. a et b (ro) « Alegeri Parlamentul României 2008 », sur alegeri.roaep.ro (consulté le 17 juin 2016)
  3. Qui seront représentés par 18 députés au total, comme en 2004, les 18 listes des minorités ayant dépassé au moins 10 % du coefficient électoral national.
  4. Règle cumulative avec le fait pour chaque parti ou alliance d'être arrivé en tête dans au moins six circonscriptions uninominales à la Chambre ou trois au Sénat.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]