Constant Roux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Constant Roux
Constant Roux.jpg

Constant Roux, photographie anonyme,
Académie de Marseille.

Naissance
Décès
(à 77 ans)
Marseille
Nationalité
Drapeau de la France Française
Activité
Formation
Maître
Distinction
Œuvres réputées

Constant Ambroise Roux, dit Constant Roux, né le à Marseille et mort le 17 novembre 1942 dans la même ville, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Constant Roux est le fils du droguiste Antoine Paulin Roux et de Marie Marguerite Philipp. Il débute comme sculpteur sur bois chez l'ébéniste d’art marseillais Michel Blanqui. Il est élève à l'École des beaux-arts de Marseille dans les ateliers d’Émile Aldebert, de Marius Guindon et de Théodore Jourdan. Puis il est admis à l'École des beaux-arts de Paris, où il suit l'enseignement de Jules Coutan, de Jules Cavelier et de Louis-Ernest Barrias.

Son ami Jean Turcan lui confie l'exécution de la France armée, bronze monumental placé au sommet du monument élevé à la mémoire des mobiles des Bouches-du-Rhône situé en haut de la Canebière, anciennes allées de Meilhan, à proximité de l'église des Réformés. Ce monument sera commencé le , terminé le et inauguré le [1]. En avril 1894, Barrias présente son élève Constant Roux au concours du prix de Rome où le sujet à traiter est Achille commençant à revêtir l'armure apportée par Thétis sa mère pour venger son ami Patrocle. Il obtient le premier grand prix de Rome de sculpture. À la fin de son séjour à Rome, il épouse Joséphine Signoret, sœur de son camarade Charles Signoret. Leur fils unique meurt et le couple se sépare.

À son retour à Marseille, il entreprend divers travaux : buste du général Lamoricière ; statue d'Antoine-Fortuné Marion, directeur du laboratoire de zoologie marine de Marseille ; quatre bas-reliefs pour la décoration de la chambre des députés ; décor des archivoltes de trois portes-fenêtres du premier étage du siège de la Caisse d'épargne de Marseille et enfin, à la suite d'un concours ouvert à tous les artistes provençaux, une statue en marbre représentant la République pour orner la cour d'honneur de l'hôtel de préfecture des Bouches-du-Rhône.

Il s'installe à Paris et, le , il épouse en seconde noce Émilie Dechenaud, sœur du peintre Adolphe Dechenaud (ou Deschenaux). Bien que résidant à Paris, il reste en contact avec Marseille. Il réalise en 1908 le Monument à Louis Salvator, riche courtier de Marseille, qui a légué sa fortune et sa propriété pour la construction d'un hôpital qui porte son nom[2]. En 1910, il travaille en collaboration avec l'architecte Emmanuel Pontremoli à la décoration extérieure de l'Institut de Paléontologie humaine créé par le prince Albert Ier de Monaco, membre associé de l'Institut de France. Le prince de Monaco ayant à cette occasion apprécié le travail de l'artiste, lui confie la réalisation d'un monument représentant La Science découvrant les merveilles de l'Océan. En 1922, il réalise le Monument à Jean Bouin à la mémoire de coureur de fond marseillais Jean Bouin, mort au champ d'honneur le , érigé sur le parvis du stade Vélodrome à Marseille.

Constant Roux meurt dans sa ville natale le .

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

L’Homme primitif (1912), bas-relief, Paris, façade de l'Institut de paléontologie humaine.
En France
À Monaco
  • palais de Monaco, esplanade : La Science découvrant les richesses de l’Océan, 1914, groupe en pierre[10].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Masson (dir.), Ferdinand Servian, André Gouirand, Pierre Léris, Émile Ripert, Jean Reynaud, Gaston Vimar et al., Les Bouches-du-Rhône, vol. II, t. VI : La vie intellectuelle, Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, , 877 p., p. 820
  2. Jean Chélini (dir.), Félix Reynaud (dir.), Madeleine Villard (dir.) et Académie de Marseille, Dictionnaire des marseillais, Marseille, Édisud, , 368 p., 24,5 × 17,5 cm (ISBN 2-7449-0254-3), p. 312
  3. Amitié franco-américaine.
  4. Nicolas poussin.
  5. Le fronton a été sculpté par Henri-Édouard Lombard.
  6. « Monument Jean Bouin (Constant Roux sculpteur) », marseillesculptee.blogspot.fr.
  7. « Monument aux morts à Saint-Martin-de-Crau », notice no MHR93_20101302083, base Mémoire, ministère français de la Culture
  8. « Monument aux morts à Seillans », notice no MHR93_20108300469, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  9. memorial14-18.paris.fr.
  10. « La science découvrant les richesses de l'Océan », notice no IVN00_2007003618, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  11. Laurent Noet, Constant Roux : catalogue raisonné, Paris, Mare & Martin, , 253 p. (ISBN 9782849340905)
  12. « Cote 19800035/565/64316 », base Léonore, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie delli Paoli, Revue municipale de Marseille, n° 126, 4e trimestre 1981.
  • Laurent Noet, Constant Roux : catalogue raisonné, Paris, Mare & Martin, , 253 p. (ISBN 9782849340905).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :