École supérieure d'art et de design Marseille-Méditerranée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir École des beaux-arts.
École supérieure d'art et de design Marseille-Méditerranée
Logo Esadmm V2014.jpg
Histoire et statut
Fondation
Type
Nom officiel
École des beaux-arts de Marseille
Président
Anne-Marie d'Estienne d'Orves
Directeur
Pierre Oudart (depuis octobre 2017)
Localisation
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Marseille
voir sur la carte de Marseille
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
430[1] (2012)
Enseignants
57
Divers
Site web

L'École des beaux-arts de Marseille ou École supérieure d'art et de design Marseille-Méditerranée (ESADMM) est un établissement d'enseignement artistique supérieur territorial de la Ville de Marseille, sous tutelle pédagogique du ministère de la Culture.

Diplôme[modifier | modifier le code]

La formation est sanctionnée par des diplômes nationaux[2] :

  • le DNA (donnant grade de licence), diplôme national d’art, à l’issue de la troisième année : option art ou option design.
  • le DNSEP (donnant grade de Master 2) diplôme national supérieur d’expression plastique, à l’issue de la cinquième année : option art ou option design.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vieux-Port de Marseille, ciel nuageux, nombreux bateaux dans la rade. Le bâtiment de l'Arsenal est au centre gauche du tableau. Nombreuses galères en construction avec foule de personnages s'affairant au premier plan ; au loin, l'archipel du Frioul et l'ancien fort remplacé ensuite par Notre Dame de La Garde.
Jean-Baptiste de La Rose, Arsenal des Galères de la ville de Marseille (1666), Marseille, musée de la Marine. Siège de l'Académie de peinture et de sculpture.

L'École des beaux-arts de Marseille est fondée en 1752[3] à l’initiative des peintres Bardon, Jean-Joseph Kapeller et Moulinneuf et du sculpteur Jean-Michel Verdiguier sous le haut patronage du duc Honoré-Armand de Villars. Une subvention annuelle de 3 000 livres lui est accordée par la ville de Marseille[4]. L’école est d’abord installée dans les locaux de l’arsenal[5] qui venait d’être transféré à Toulon puis aux allées de Meilhan. La Révolution française fait stopper toute activité au sein de l'établissement. L’école est reconstituée en 1796 sous le nom d’école de dessin par le peintre Guenin, et installée au couvent des Bernardines, qui accueille également le Lycée impérial, l'Académie de Marseille et le musée des beaux-arts de Marseille. Devant l'augmentation du nombre de lycéens et l'étroitesse des lieux, l'École déménage en 1874, et s'installe dans le Palais des Arts construit à cette occasion[1].

L'école connaît des réformes d'enseignement, une augmentation de ses effectifs et l'émergence de nouvelles disciplines. Le 4 mars 1969 est inauguré un nouveau bâtiment à Luminy dans lequel est transférée l'École. Une nouvelle réforme mène à la scission des beaux-arts et de l'architecture, à la fin des années soixante-dix[1].

Depuis janvier 2012, l’École supérieure des beaux-arts de Marseille a changé de forme juridique, passant d’une régie municipale à un Établissement public de coopération culturelle (EPCC), créé conjointement par la Ville de Marseille et l’État. Elle devient l'ESADMM - École supérieure d'art et de design Marseille-Méditerranée.

Cette nouvelle autonomie de gestion doit favoriser les collaborations entre les structures artistiques et culturelles nationales et internationales et surtout, dans le cadre des accords de Bologne, contribuer à construire un espace européen de l’enseignement supérieur. Ces accords permettent prioritairement la mobilité des enseignants et des étudiants, le développement de diplômes conjoints au plan européen, un système lisible et comparable de diplômes, une coopération européenne en matière d’évaluation et d’assurance qualité, renforçant ainsi l’attractivité de la zone Europe.

Grâce à ces accords, le diplôme national supérieur d’expression plastique, bac+5 (DNSEP), obtient le grade de master 2, et accède à une reconnaissance internationale.

Depuis 2017, le diplôme national d'art (DNA) donne grade de licence.

Membres de l'École[modifier | modifier le code]

Directeurs avant 1968[modifier | modifier le code]

Présidence et direction actuelle[modifier | modifier le code]

Présidente : Anne-Marie d'Estienne d'Orves

Directeur Général : Pierre Oudart

Enseignants[modifier | modifier le code]

Enseignants avant 1968[modifier | modifier le code]

Dessin
Peinture
Modelage
Émile Aldebert, de 1874 à 1884
Sculpture
Émile Aldebert, de 1884 à 1924

Enseignants après 1968[6][modifier | modifier le code]

Dessin, peinture, couleur, images multiples, fixes et en mouvement, photographie, cinéma, vidéo, écriture, pratiques numériques, multimédia, infographie, espaces virtuels, son, volume, espaces, sculpture, installations, performances, objets, espaces et architecture
  • Axel Christian Schindlbeck
  • Pierre Laurent Cassière
  • Chourouk Hriech
  • Charlie Jeffery
  • Max Armengaud
  • Dominik Barbier
  • Patrice Carré
  • Sylvain Deleneuville
  • Frédérick du Chayla
  • Jérôme Duval
  • Gérard Fabre
  • Sylvie Fajfrowska
  • Frédéric Frédout
  • Christophe Berdaguer
  • Jean-Louis Garnell
  • Ronan Kerdreux
  • Piotr Klemensiewicz
  • Frédérique Loutz
  • Saverio Lucariello
  • Agnès Martel
  • François Mezzapelle
  • Didier Morin
  • Éric Pasquiou
  • Frédéric Pradeau
  • Alain Rivière
  • Jean-Claude Ruggirello
  • Jean-Baptiste Sauvage.
  • Julien Maire (arts numériques)
Philosophie, histoire et théorie de l’art et du design, langues vivantes
  • Frédéric Appy
  • Vanessa Brito
  • Philippe Delahautemaison
  • Anna Dezeuze
  • Frédérique Entrialgo
  • Holly Manyak
  • Alexandra Gadoni
  • Lise Guéhenneux
  • Cécile Marie-Castanet
  • Dennis Tredy


Diplômés[modifier | modifier le code]

André-Joseph Allar, La fontaine Estrangin à Marseille.



Les projets[modifier | modifier le code]

Projet Pisourd[modifier | modifier le code]

L'ESADMM, est la première École supérieure des beaux-arts en France à avoir mis en place un programme intitulé "Pisourd" : une structure d'accueil, des moyens techniques et humains permettant aux étudiants sourds et malentendants de suivre l'enseignement[7]. Elle fut désignée en 2005 comme site pilote national par le Ministère de la Culture et de la Communication.

L'ESADMM a introduit l'acquisition et la maîtrise de la Langue des signes française dans le programme d'enseignement depuis l'année universitaire 2005 / 2006[8].

Le LoAD[modifier | modifier le code]

La plateforme LoAD, « Laboratoire ouvert Art Design », est un lieu dédié à l’enseignement des moyens d’expressions les plus contemporains, liés aux innovations technologiques. Cet espace ouvert est un lieu d’échange et de production de savoirs et de créations. Un étudiant ou un porteur de projet peut y rencontrer des compétences complémentaires et nécessaires à la réalisation de son projet. Dotée de caméras Black Magic, de bancs de montage Avid (image) et Pro Tools (son) cette plateforme labellisée Aix Marseille French Tech est un lieu de travail et d'expérimentation pour les étudiants mais également un pôle de fabrication audiovisuelle pour les entreprises extérieures.

L'atelier des situations - une école sans école[modifier | modifier le code]

À la Friche la Belle de Mai, L’atelier des situations n’est pas un espace d’exposition. Il est une plateforme d’investigation accueillant différentes formes d’expérimentations, de présentations, de valorisations et de visualisations que l’école réalise, partage, présente et communique à l’extérieur et plus particulièrement aux acteurs des milieux de l’art et du design.

Son objectif est de créer des séquences d’une « école sans école », rompant avec les mélancolies dystopiques, dans un esprit d’expérimentation de formats nouveaux dans lequel les définitions habituelles de l’exposition comme du travail artistique deviennent plus hybrides, mobiles.

L’atelier des situations met en avant des temporalités fragiles et vivantes plus qu’un espace dédié, des réalités à la fois collectivement et spatialement inscrites et peu matérialisées.

Hors les murs[modifier | modifier le code]

La classe préparatoire[modifier | modifier le code]

L’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée a ouvert à la rentrée 2013 une classe préparatoire aux concours d’entrée des écoles supérieures d’art. Elle permet aux élèves souhaitant avoir une initiation artistique préalable, de pouvoir acquérir des compétences tant pratiques que techniques.

Elle permet aussi aux jeunes intégrant cette formation, de choisir l’orientation la plus appropriée à leurs aptitudes et à leur souhait professionnel.

L’ESADMM est membre de l’APPEA qui regroupe toutes les classes préparatoires publiques aux écoles supérieures d’art, en France.

Les ateliers publics de l'ESADMM[modifier | modifier le code]

Les cinq ateliers publics de l’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée, répartis sur le territoire de la ville, accueillent chaque année près de 500 amateurs, enfants, adolescents et adultes, qui viennent y pratiquer les arts plastiques sous la direction d’enseignants artistes.

La proposition pédagogique consiste en une double approche alliant pratique artistique et sensibilisation esthétique pouvant être complétée par une formation plus générale à l’histoire de l’art.

Les ateliers participent également à plusieurs évènements artistiques : les Arts Éphémères à Maison Blanche et à bien d’autres expositions de fin d’année.

Art-O-Rama[modifier | modifier le code]

Le Printemps de l'Art Contemporain[modifier | modifier le code]

Festival des arts éphémères[modifier | modifier le code]

L'ESADMM est co organisateur et partenaire du Festival des arts éphémères se déroulant au parc de la Maison Blanche à Marseille tous les printemps. Les étudiants organisent des ateliers de pratiques amateurs d'art contemporain, l'occasion d'échanges et rencontres avec le grand public.

Galeries et expositions[modifier | modifier le code]

  • Luminy-Les galeries : l'école dispose d'espaces d'exposition dans ses murs permettant la présentation des travaux des artistes invités et ses étudiants[9].

Échanges internationaux[modifier | modifier le code]

Les étudiants de 4e année de l'ESADMM sont amenés à effectuer des séjours d'études à l'étranger dans le cadre de leur enseignement. Ainsi, des échanges d’étudiants ont lieu avec d’autres écoles des beaux-arts d’Europe, des États-Unis, du Canada, de Mongolie, du Chili ou du Brésil.

En outre, les étudiants sont invités a visiter des lieux majeurs de la création contemporaine en région, en France et en Europe.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]