Marius Guindon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marius Guindon
Marius Guindon-abbé Dassy.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
MontaubanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation

Marius Guindon, pseudonyme d'André Marie Guindon, né à Marseille le [1] et mort à Montauban le [2], est un peintre et sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marius Guindon est l'élève du peintre Émile Loubon. Il poursuit sa formation à Rome, puis en 1879, il devient professeur à l'École des beaux-arts de Marseille pendant plus de quarante ans. En 1863, Marius Guindon exécute le buste de son maître[3] qui orne sa tombe au cimetière Saint-Pierre à Marseille.

Il expose ses peintures au Salon de 1855 à 1914.

À la demande de l'architecte Henri-Jacques Espérandieu, Guindon réalise trois couples d'enfants portant les cartouches dédiés au frère Imbert, aux Parrocel et à Augustin Aubert[4] dans l'escalier d'honneur du musée des Beaux-Arts du palais Longchamp à Marseille. En 1864, il réalise les Atlantes qui décorent un grand immeuble, œuvre de l'architecte Condamain, situé au no 104 de la Canebière à Marseille[5]. Il sculpte un buste de l'empereur Auguste pour la façade du palais des Arts[6] de Marseille. À la suite d'un concours lancé en 1889 par l'Académie de Marseille, il réalise un médaillon en bronze représentant l'abbé Louis-Toussaint Dassy, son ancien secrétaire perpétuel mort le .

Avec sa femme Eugénie[7], également artiste peintre, Guindon fonde le musée de Cassis en faisant don de 47 toiles à la ville. Le musée des beaux-arts de Marseille conserve ses toiles L'Arrivée des pêcheurs, L'Invasion, Portrait de Madame Guindon et La Farnesina.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives des Bouches-du-Rhône, registre 5, acte de naissance n°296 dressé le , vue 31/59.
  2. Archives de Tarn-et-Garonne, registre décès à Montauban de juillet à septembre 1918, acte de décès n°741 dressé le , vue 35/50.
  3. Dans un bloc de marbre offert par Jules Cantini.
  4. Marie-Paule Vial, Le palais Longchamp : À la gloire de l'eau,des Arts et des Sciences, Marseille, Images en manœuvres éditions, coll. « Itinéraire de la mémoire », , 175 p. (ISBN 978-2-908445-05-3, OCLC 26590219), p. 110.
  5. Adrien Blès, La Canebière dans le temps et dans l'espace, Marseille, Éd. Jeanne Laffitte, 1994, p. 88 (ISBN 2-86276-250-4).
  6. Ancienne bibliothèque et École des beaux-arts.
  7. Archives des Bouches-du-Rhône, registre 2 des mariages de Marseille en 1859, acte de mariage n°56 d'André Marie Guindon et Eugénie Louise Martin dressé le , vue 29/48.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte, (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 9782862764412, OCLC 920790818, notice BnF no FRBNF40961988), p. 240.

Liens externes[modifier | modifier le code]