Thérapie par la nature

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Connexion à la terre)

La thérapie par la nature, parfois appelée écothérapie, thérapie forestière, bain de forêt, mise à la terre, Shinrin-Yoku ou Sami Lok, est un ensemble de diverses formes de recours à l'environnement naturel au bénéfice de la santé mentale ou physique.

Cette thérapie est qualifiée de pseudoscience car aucune étude sérieuse réalisée à son sujet n'a démontrée son efficacité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au 6e siècle avant notre ère, Cyrus le Grand a planté un jardin au milieu d'une ville pour améliorer la santé humaine[1]. Au 16e siècle de notre ère, Paracelse a écrit : « L'art de guérir vient de la nature, pas du médecin ». Dans les années 1950, des scientifiques se sont penchés sur les raisons pour lesquelles les gens choisissaient de passer du temps dans la nature[2]. Le Shinrin-yoku (森林浴) ou bain de forêt a été inventé par le chef du ministère japonais de l'Agriculture, des Forêts et de la Pêche, Tomohide Akiyama, en 1982 pour encourager les visiteurs à se rendre dans les forêts[3],[4],[5],[6].

Critique[modifier | modifier le code]

Une étude de revue systématique de 2012 a montré des résultats non concluants liés à la méthodologie utilisée dans les études[7]. Passer du temps dans les forêts a démontré des effets positifs sur la santé, mais pas suffisamment pour générer des directives de pratique clinique ou démontrer la causalité[8]. De plus, des chercheurs expriment des inquiétudes quant au fait que le temps passé dans la nature en tant que forme de thérapie régénératrice est très personnel et totalement imprévisible[3]. La nature peut être endommagée dans le processus d'interaction humaine[3].

Effets supposés sur la santé[modifier | modifier le code]

Humeur[modifier | modifier le code]

Une personne se détend lorsqu'elle passe du temps dans la nature[9]. 120 minutes hebdomadaires dans la nature pourraient améliorer la santé et le bien-être[10]. Cinq minutes seulement dans un cadre naturel améliorent l'humeur, l'estime de soi et la motivation[11]. La thérapie par la nature a probablement pour avantage de réduire le stress et d'améliorer l'humeur d'une personne[12],[13].

La thérapie par la forêt a été liée à certains avantages physiologiques, comme l'indiquent la neuro-imagerie et le test psychologique Profile of mood states (en)[14].

La thérapie par l'horticulture a été liée au bien-être général en stimulant l'humeur positive et en permettant d'échapper aux facteurs de stress de la vie quotidienne[13].

Stress et dépression[modifier | modifier le code]

L'interaction avec la nature peut diminuer le stress et la dépression[13],[1]. La thérapie par la forêt pourrait aider à gérer le stress pour tous les groupes d'âge[15].

L'horticulture sociale pourrait aider à lutter contre la dépression et d'autres problèmes de santé mentale tels que le SSPT, la maltraitance, les personnes âgées seules, les toxicomanes ou les alcooliques, les aveugles et d'autres personnes ayant des besoins particuliers[16]. La thérapie par la nature pourrait également améliorer l'autogestion, l'estime de soi, les relations et les compétences sociales, la conscience sociopolitique et l'employabilité[17]. La thérapie par la nature pourrait réduire l'agressivité et améliorer les compétences relationnelles[18].

Autres avantages possibles[modifier | modifier le code]

La thérapie par la nature pourrait contribuer au rétablissement médical général, à la réduction de la douleur, au trouble du déficit de l'attention/hyperactivité, à la démence, à l'obésité et à la carence en vitamine D[19].

Mise à la terre[modifier | modifier le code]

La connexion à la terre, appelée grounding ou earthing en anglais, est une technique de médecine non conventionnelle défendue par Paweł et Karol Sokal consistant à dormir, ou effectuer des activités (ou une convalescence) en touchant la terre. Cela « reconnecterait électriquement » le patient à celle-ci et modifierait plusieurs paramètres physiologiques pour accélérer une guérison, atténuer la douleur ou faciliter le sommeil.

Cette technique n'a pas été validée scientifiquement : si des études disparates, pour la plupart effectuées par les promoteurs de la méthode, ont montré des effets positifs, aucune méta-analyse indépendante n'a été menée et aucune étude scientifique n'a apporté la moindre preuve de l'efficacité de cette méthode ou de sa valeur théorique.

Éléments de définition[modifier | modifier le code]

Dans les années 2000, pour ce qui concerne le contexte médical, Paweł et Karol Sokal (le premier étant membre du Département de Neurochirurgie de l'Hôpital militaire Powstancow de Varsovie), définissent la connexion à la terre (ou mise à la terre) comme tout contact avec la Terre assuré durant le sommeil et/ou lors d'activités quotidiennes ; ce contact pouvant être assuré par les pieds nus en contact d'un sol humide, ou via un élément conducteur métallique relié d'une part au corps humain et d'autre part à une prise de terre[20].

Le potentiel électrique du corps serait alors égal au potentiel électrique local du sol (potentiel qui, peut varier selon l'emplacement, la météo, les conditions atmosphériques, le taux d'humidité du sol)[20].

Contexte général[modifier | modifier le code]

De nombreuses procédures d'électrothérapie découlent des premiers travaux scientifiques sur l'électricité. Ces expériences sont résumées dans trois ouvrages du physicien et abbé Pierre Bertholon de Saint-Lazare (1741-1800), rapidement traduits en plusieurs langues et qui ont à l'époque connu un retentissement rapide dans les milieux savants :

  • De l'Électricité du corps humain dans l'état de santé et de maladie, ouvrage dans lequel on traite de l'électricité de l'atmosphère, de son influence & de ses effets sur l'économie animale. &c. &c 1780 ;
  • De l'Électricité des végétaux 1783 ;
  • De l'Électricité du corps humain dans l'état de santé et de maladie, 2 volumes, 1786.

À la fin du XIXe siècle, un mouvement romantique et de « retour à la nature » en Allemagne et aux États-Unis a promu l'idée qu'être pieds nus à l'extérieur, même par temps froid était bénéfique pour la santé[21].

Dans les années 1920, un médecin anglais (Georges Starr White), à Londres s'est intéressé aux effets de l'orientation du corps du dormeur (ou d'animaux tels que volailles dans le poulailler ou vaches dans l'étable) par rapport aux points cardinaux, et au sommeil dans un lit connecté au sol par un fil de cuivre (après avoir écouté des patients disant ne pas dormir correctement « à moins d'être à terre ou d'être reliés au sol d'une manière ou d'une autre » (via un fil de cuivre attachés à des tuyaux d'eau, de gaz ou de radiateur mis à la terre par exemple). Il concluait de divers constats que ces méthodes amélioraient grandement le sommeil, y compris chez un patient qui avait antérieurement besoin d'un médicament opiacé pour dormir[22].

À la fin du XXe siècle, des personnalités dont Clinton Ober, qui se présente comme un homme d'affaires autodidacte, reconverti à 53 ans dans la recherche sur ce sujet, après un problème de santé et une révélation, ou les médecins K. Sokal et P. Sokal jugent, sans preuves scientifiques, que la mise à la terre du corps humain représente un « facteur de régulation universel dans la nature ». Elle leur semble offrir un effet modulateur important sur les maladies chroniques rencontrées quotidiennement dans leur pratique clinique[23]. Ces affirmations ne sont cependant corroborées par aucune recherche scientifique.

En effet la mesure des effets sur la santé de la connexion électrique du corps humain à la terre tient plus de la subjectivité de la douleur, des symptômes et syndromes inflammatoires. De plus ces expériences ne disposent généralement pas de groupe témoin apparié.

Dans les années 2000-2020, aux États-Unis notamment, un groupe d'une douzaine de chercheurs, dont les promoteurs de la méthode eux-mêmes, se sont spécialisés dans l'étude des effets physiologiques de la mise à la terre, avec plus d'une douzaine d'études publiées dans des revues à comité de lecture, mais souvent à partir d'une petit nombre de patients. Une partie d'entre eux a fondé un institut dénommé Earthing Institute se présentant comme voulant « diffuser les connaissances sur la mise à la terre et ses avantages, et de coordonner la recherche sur la mise à la terre »[24]. Selon cet Institut une vingtaine d'études avaient déjà porté sur ce sujet avant 2020, mais la recherche continue[24].

D'après Paweł Sokal, « la mise à la terre génère des changements immédiats » dans trois phénomènes liés au système nerveux (central et périphérique) :

  1. l'électroencéphalographie (EEG) ;
  2. l'électromyographie de surface (SEMG), dite « de surface » car les électrodes de recueil du signal sont placées directement sur la peau au regard du muscle à étudier ;
  3. les « potentiels évoqués somato-sensoriels » (SEP ou SSEP ou Somatosensory evoked potential pour les anglophones). Les SEP désignent l'activité électrique cérébrale résultant de la stimulation du « toucher », mesurée de manière non invasive (à partir d'un bref impact mécanique sur le bout du doigt, d'un jet d'air sur la peau ou à partir d'une stimulation électrique transcutanée bipolaire appliquée sur la peau sur la trajectoire d'un nerf périphérique (du bras ou de la jambe) dont l'effet est ensuite enregistré à partir du cuir chevelu. Les CEPs sont utilisés pour évaluer le fonctionnement du « système somatosensoriel »[25] (Une anomalie neurologique des CEPs indique ou confirme et aide à localiser une lésion silencieuse, ou des changements qu'il est utile de suivre lors de certaines interventions chirurgicales)[26].

En 2014, Kent Chamberlin et 4 de ses collègues de l'Université du New Hampshire, grâce à un détecteur sensible aux faibles niveaux de basses fréquences, montrent que les courants circulant entre le corps humain (d'une personne couchée sur un tissu recouvrant un matériau conducteur électriquement relié au sol) et la terre sont très faibles (ils se mesurent en nanoampères, et donc bien en deçà des seuils de perception humaine, qui est d'environ 500 microA)[27] mais avec une énorme variation interindividuelle (de deux ordres de grandeur) et selon l'âge et le sexe[28],[29],[30]. Les auteurs confirment aussi que l'intensité de ce courant est corrélée avec le mouvement du sujet, et ils précisent : « il ne semble y avoir aucune information contenue dans cet échange, à l'exception d'informations sur le mouvement du sujet »[27] (un témoin lors des expériences était un mannequin de taille humaine, recouvert d'une feuille conductrice d'aluminium)[27].

L'absence de prise en compte de la durée de mise à la terre, et de son degré (autrement dit, du degré de conductibilité/résistance électrique du sol des cages, enclos, etc. ; lors des expérimentations) dans les études (ce qui est généralement le cas) pourrait donc être une source de biais scientifique[1].

Médecine alternatives ou absence de tout effet ?[modifier | modifier le code]

Clinton Ober, ancien homme d'affaires de la télévision câblée et reconverti selon ses dires dans la recherche après un problème de santé et une révélation[31] est le PDG d'EarthFX, une société de recherche et développement située à Palm Springs, Californie. Selon lui, le système immunitaire utilise les globules blancs (appelés neutrophiles) pour libérer des molécules d'oxygène réactives (communément appelées radicaux libres) afin d'oxyder et de détruire les agents pathogènes et les cellules endommagées. Les radicaux libres ont un déséquilibre électronique qui les rend électriquement chargés. Dans leur quête pour trouver un électron libre et le neutraliser, ils peuvent s'attacher à une cellule saine ou lui voler un électron, l'endommageant par la même occasion. La cellule endommagée doit alors être retirée, et le système immunitaire envoie un autre neutrophile pour la traiter, en recommençant tout le cycle. C'est ainsi que l'inflammation chronique (qui provoque des douleurs chroniques et favorise de nombreux troubles de santé) est mise en route[32].

La terre dispose d'une réserve infinie d'électrons libres, de sorte que selon lui, lorsqu'une personne est connectée à la terre, ces électrons circulent naturellement entre la terre et le corps, réduisant les radicaux libres et éliminant toute charge électrique statique. La raison pour laquelle la mise à la terre est si puissante est qu'elle empêche l'inflammation de se produire dans le corps, ce qui à son tour prévient les troubles de santé liés à l'inflammation[32].

Dans le même temps, le site earthing.com vendant les produits de Clinton Ober, et recommandé par l'Earthing Institute auquel appartiennent Chevalier, Sinatra, Oschman et Sokal, auteurs des études précédemment cités, mentionne que ces produits n'ont aucune visée diagnostique, thérapeutique ou prophylactique (These products are not intended to diagnose, treat, cure, or prevent any disease).

Méthodes de connexion à la terre[modifier | modifier le code]

Marcher pieds nus sur un sol naturel, s'allonger sur le sol, s'immerger dans l'eau[2].

Quand il n'est pas possible de sortir pour se connecter à terre, il existe des alternatives comme relier une tige métallique au sol à l'extérieur, puis à relier la tige du corps par un fil, tapis[2].

Critique scientifique[modifier | modifier le code]

Certains détracteurs, sceptiques dont une ancienne chirurgienne, la Dr Harriet Hall[33],[34], estiment que les arguments en faveur de la mise à la terre sont faux, exagérés ou assez vagues pour ne pas pouvoir être vraiment mis à l'épreuve de la science. Pour le Dr Steven Novella (Médecin impliqué dans l'analyse critique/sceptique des allégations de médecine alternative), les études sur le sujet sont « typiques du type d'études sans valeur, conçues pour générer des faux positifs - le genre d'études « internes »que les entreprises utilisent parfois pour revendiquer que leurs produits sont « cliniquement prouvés ». En lisant les études individuelles, vous pouvez voir que ce sont toutes de petites études pilotes ou préliminaires avec une méthodologie atroce. Ils ne sont guère plus que la documentation des effets placebo, des résultats subjectifs et de la recherche d'anomalies »

Elle et d'autres critiquent des dérives ou utilisations commerciales de ce concept, ou des liens d'intérêt (non cachés par trois chercheurs : Chevalier, Sinatra et Oschman qui ont signalé dans leur déclaration de conflits d'intérêts être aussi entrepreneurs indépendants pour Earth L. Inc., une société qui parraine la recherche sur la mise à la terre, dont ils détiennent un petit pourcentage des actions ; chapitre Disclosure[3]. D'autres critiques portent sur des assertions et promesses thérapeutiques faites par des médecines alternatives reposant sur des notions floues de type New âge, telles que les énergies de la nature primordiale émanant de la Terre aux effets anti-âge, par des auteurs qui présentent la surface de la Terre comme vivante avec des fréquences subtilement palpitantes, voire capable de communiquer avec nos fréquences corporelles, convoquant des notions de Qi et de prana ou de liens avec des champs quantiques relevant de théories classées dans les pseudosciences par la majorité de la communauté scientifique. Autant de concepts qui ne sont pas présents dans les articles scientifiques sur le sujet, mais qu'introduisent certains auteurs dans leurs livres, et notamment dans une vidéo The Living Matrix présentée comme documentaire en 2009, réalisé par Greg Becker, où James Oschman tient des propos contredisant souvent le contenu de ses propres articles scientifiques, notamment celui où en 2009 il définit la notion de Living Matrix[35].

Ils reprochent à des auteurs comme Clint Ober (un cadre américain retraité de la télévision câblée, qui pense avoir trouvé une similitude entre le corps humain qui est selon lui un organisme bioélectrique, transmetteur de signaux, et le câble (utilisé pour transmettre les signaux de télévision par câble, et qui cité comme chercheur à plusieurs reprises dans le présent article) des métaphores ou exemples inconsistants (ex : corps humain se comportant comme une antenne, référence au roi-Titan mythologique Antée, invincible tant que ses pieds touchaient le sol, mais vaincu par Hercule qui l'a soulevé du sol. Une présentation des électrons comme s'ils étaient des nutriments, l'affirmation que les animaux sauvages sont moins malades que nous (alors qu'ils sont soumis à une prédation ; selon Ober, quand les câbles[Quoi ?] sont connectés à la terre, les interférences sont pratiquement éliminées du signal. De plus, tous les systèmes électriques sont stabilisés en les connectant à la terre.

Les éventuels changements d'humeur pourraient être dus à un effet placebo[36].

Soutien[modifier | modifier le code]

En Finlande, les chercheurs recommandent de passer cinq heures par mois dans la nature pour réduire la dépression, l'alcoolisme et le suicide[2]. La thérapie par la forêt est soutenue par l'État au Japon[15]. La Corée du Sud a un programme de thérapie par la nature pour les pompiers souffrant de stress post-traumatique[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Margaret M. Hansen, Reo Jones et Kirsten Tocchini, « Shinrin-Yoku (Forest Bathing) and Nature Therapy: A State-of-the-Art Review », International Journal of Environmental Research and Public Health, vol. 14, no 8,‎ (ISSN 1661-7827, PMID 28788101, PMCID 5580555, DOI 10.3390/ijerph14080851, lire en ligne, consulté le )
  2. a b c d et e J. B. MacKinnon, « The Problem with Nature Therapy », sur Nautilus, (consulté le )
  3. a b c et d Chorong Song, Harumi Ikei et Yoshifumi Miyazaki, « Physiological Effects of Nature Therapy: A Review of the Research in Japan », International Journal of Environmental Research and Public Health, vol. 13, no 8,‎ (ISSN 1661-7827, PMID 27527193, PMCID 4997467, DOI 10.3390/ijerph13080781, lire en ligne, consulté le )
  4. (en-US) J. J. O'Donoghue, « Stressed out? Bathing in the woods is just what the doctor ordered », sur The Japan Times, (consulté le )
  5. (en) « Behavioral therapy development and psychological science: If a tree falls in the forest and no one hears it... », Behavior Therapy, vol. 29, no 4,‎ , p. 539–543 (ISSN 0005-7894, DOI 10.1016/S0005-7894(98)80049-X, lire en ligne, consulté le )
  6. (en) « From haiku to shinrin-yoku » [PDF]
  7. Hiroharu Kamioka, Kiichiro Tsutani, Yoshiteru Mutoh et Takuya Honda, « A systematic review of randomized controlled trials on curative and health enhancement effects of forest therapy », Psychology Research and Behavior Management, vol. 5,‎ , p. 85–95 (ISSN 1179-1578, PMID 22888281, PMCID 3414249, DOI 10.2147/PRBM.S32402, lire en ligne, consulté le )
  8. Byeongsang Oh, Kyung Ju Lee, Chris Zaslawski et Albert Yeung, « Health and well-being benefits of spending time in forests: systematic review », Environmental Health and Preventive Medicine, vol. 22,‎ (ISSN 1342-078X, PMID 29165173, PMCID 5664422, DOI 10.1186/s12199-017-0677-9, lire en ligne, consulté le )
  9. Chorong Song, Harumi Ikei et Yoshifumi Miyazaki, « Physiological Effects of Nature Therapy: A Review of the Research in Japan », International Journal of Environmental Research and Public Health, vol. 13, no 8,‎ (ISSN 1661-7827, PMID 27527193, PMCID 4997467, DOI 10.3390/ijerph13080781, lire en ligne, consulté le )
  10. Mathew P. White, Ian Alcock, James Grellier et Benedict W. Wheeler, « Spending at least 120 minutes a week in nature is associated with good health and wellbeing », Scientific Reports, vol. 9,‎ (ISSN 2045-2322, PMID 31197192, PMCID 6565732, DOI 10.1038/s41598-019-44097-3, lire en ligne, consulté le )
  11. (en) Madeline Laguaite, « Exploring the Natural Benefits of Ecotherapy », sur WebMD (consulté le )
  12. (en) Gregory N. Bratman, J. Paul Hamilton et Gretchen C. Daily, « The impacts of nature experience on human cognitive function and mental health », Annals of the New York Academy of Sciences, vol. 1249, no 1,‎ , p. 118–136 (ISSN 0077-8923, DOI 10.1111/j.1749-6632.2011.06400.x, lire en ligne, consulté le )
  13. a b et c A. Cutillo, N. Rathore, N. Reynolds et L. Hilliard, « A Literature Review of Nature-Based Therapy and its Application in Cancer Care », Journal of Therapeutic Horticulture, vol. 25, no 1,‎ , p. 3–15 (ISSN 1088-3487, lire en ligne, consulté le )
  14. (en) « Healthcare Journal of Baton Rouge. » [PDF]
  15. a et b (en) « The physiological and psychosocial effects of forest therapy: A systematic review », Urban Forestry & Urban Greening, vol. 54,‎ , p. 126744 (ISSN 1618-8667, DOI 10.1016/j.ufug.2020.126744, lire en ligne, consulté le )
  16. Craig Chalquist, « A Look at the Ecotherapy Research Evidence », Ecopsychology, vol. 1, no 2,‎ , p. 64–74 (DOI 10.1089/eco.2009.0003, lire en ligne, consulté le )
  17. (en) « Ecotherapy: a therapeutic and educative model » [PDF]
  18. (en-US) « Using nature as a therapeutic partner », sur Counseling Today, (consulté le )
  19. James K. Summers et Deborah N. Vivian, « Ecotherapy – A Forgotten Ecosystem Service: A Review », Frontiers in Psychology, vol. 9,‎ (ISSN 1664-1078, PMID 30123175, PMCID 6085576, DOI 10.3389/fpsyg.2018.01389, lire en ligne, consulté le )
  20. a et b (en) Paweł Sokal et Karol Sokal, « The neuromodulative role of earthing », Medical Hypotheses, vol. 77, no 5,‎ , p. 824–826 (DOI 10.1016/j.mehy.2011.07.046, lire en ligne, consulté le )
  21. Just A (1903), Return to Nature : The True Natural Method of Healing and Living and The True Salvation of the Soul, B. Lust, New York, NY, USA.
  22. Georges Starr White (1929) The Finer Forces of Nature in Diagnosis and Therapy, Phillips Printing Company, Los Angeles, Calif, USA.
  23. Gaétan Chevalier, Stephen T. Sinatra, James L. Oschman et Karol Sokal, « Earthing: Health Implications of Reconnecting the Human Body to the Earth's Surface Electrons », Journal of Environmental and Public Health, vol. 2012,‎ (ISSN 1687-9805, PMID 22291721, PMCID 3265077, DOI 10.1155/2012/291541, lire en ligne, consulté le )
  24. a et b (en-US) « Earthing Institute Mission and Board of Advisors », sur Earthing Institute, (consulté le )
  25. Mauguiere, F (1999). "Somatosensory evoked potentials". In E. Niedermeyer & F. Lopes da Silva (ed.). Electroencephalography : basic principles, clinical applications and related fields. Williams and Wilkins.
  26. (en) Marc R Nuwer, « Fundamentals of evoked potentials and common clinical applications today », Electroencephalography and Clinical Neurophysiology, vol. 106, no 2,‎ , p. 142–148 (DOI 10.1016/S0013-4694(97)00117-X, lire en ligne, consulté le )
  27. a b et c (en) Kent Chamberlin, Wayne Smith, Christopher Chirgwin et Seshank Appasani, « Analysis of the Charge Exchange Between the Human Body and Ground: Evaluation of “Earthing” From an Electrical Perspective », Journal of Chiropractic Medicine, vol. 13, no 4,‎ , p. 239–246 (ISSN 1556-3707, PMID 25435837, PMCID PMC4241473, DOI 10.1016/j.jcm.2014.10.001, lire en ligne, consulté le )
  28. (en) N Leitgeb, J Schroettner et R Cech, « Electric current perception of the general population including children and the elderly », Journal of Medical Engineering & Technology, vol. 29, no 5,‎ , p. 215–218 (ISSN 0309-1902 et 1464-522X, DOI 10.1080/03091900412331291705, lire en ligne, consulté le )
  29. N. Leitgeb, J. Schroettner et R. Cech, « Electric current perception of children: the role of age and gender », Journal of Medical Engineering & Technology, vol. 30, no 5,‎ , p. 306–309 (ISSN 0309-1902, PMID 16980285, DOI 10.1080/03091900500285346, lire en ligne, consulté le )
  30. (en-US) N Leitgeb, J Schroettner et R Cech, « Perception of ELF Elecromagnetic Fields : excitation thresholds and inter-individual variability », Health Physics, vol. 92, no 6,‎ , p. 591–595 (ISSN 0017-9078, DOI 10.1097/01.hp.0000243128.29337.aa, lire en ligne, consulté le )
  31. http://www.esdjournal.com/articles/cober/bio.htm
  32. a et b (en-US) « Earthing - What Is Earthing & Can It Improve Your Health? », sur Goop, (consulté le )
  33. Harriet Hall dite "SkepDoc", se présente comme médecin de famille à la retraite et colonel de l'US air Force, auteur de Women Aren’'t Supposed to Fly: The Memoirs of a Female Flight Surgeon, et se consacrant à dénoncer les médecines alternatives, la pseudoscience et le charlatanisme, promouvant la pensée critique, rédactrice en chef de Skeptic et Skeptical Inquirer, impliquée dans site Web Quackwatch et rédactrice en chef de Sciencebasedmedicine.org, où elle publie un article chaque mardi, en plus de ses publications personnelles sur le site Web SkepDoc.info
  34. (en) Harriet Hall et M.D., « Barefoot in Sedona: Bogus Claims About Grounding Your Feet to Earth Promote Medical Pseudoscience », Skeptic,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. (en) James L. Oschman, « Charge transfer in the living matrix », Journal of Bodywork and Movement Therapies, vol. 13, no 3,‎ , p. 215–228 (DOI 10.1016/j.jbmt.2008.06.005, lire en ligne, consulté le )
  36. (en) « Grounding: Hype or Healing? »

Articles connexes[modifier | modifier le code]