Inflammation chronique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coupe histologique d'un foie de patient cirrhotique : agrandissement d'un septa fibreux

L'inflammation chronique est une phase anormale de l'inflammation, caractérisée par sa persistance dans le temps : elle peut durer plusieurs semaines voire plusieurs années, d'où le terme chronique. Le caractère chronique de cette inflammation a pour origine le maintien du (ou des) facteur d'agression, qui peut être d'origine infectieux, toxique, auto-immun...

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le maintien du phénomène inflammatoire sous-tend tout d'abord la persistance de la lésion tissulaire initiale : le tissu ne se régénère pas correctement. Il existe un infiltrat inflammatoire qui persiste (dit chronique), contenant majoritairement des cellules immunitaires (lymphocytes, plasmocytes, monocytes et macrophages, granulocytes éosinophiles, basophiles, mastocytes).

Enfin, un phénomène de cicatrisation pathologique s'installe : c'est la fibrose, qui est définie par un accroissement de la composante fibrillaire de la matrice extracellulaire, notamment par l'augmentation de la proportion de collagène. C'est cette dernière caractéristique qui prédomine dans l'inflammation chronique[1], et qui peut être responsable de la perte ou de la diminution de la fonction de l'organe touché.

Alors que dans l'inflammation aiguë il existe une séquence stéréotypée (agression puis phase vasculaire, cellulaire et enfin cicatrisation), dans l'inflammation chronique les phénomènes d'inflammation, de destruction tissulaire (nécrose), et de réparation (fibrose) coexistent[2].

Causes[modifier | modifier le code]

Les origines d'une inflammation chroniques sont variées, mais il existe dans tous les cas une persistance du facteur d’agression malgré la défense immunitaire. Ce facteur d'agression peut être par exemple[2] :

De plus, il est montré qu'une obésité viscérale importante est souvent associée à une inflammation chronique du tissu adipeux, contribuant à l'aggravation du syndrome métabolique (facteur de risque d'insulino-résistance)[3].

Types[modifier | modifier le code]

Inflammation chronique non spécifique[modifier | modifier le code]

Elle fait suite à l'inflammation aiguë et se caractérise par l'absence de neutralisation ou de destruction du stimulus pathologique.

Inflammation chronique spécifique[modifier | modifier le code]

L'inflammation est dite spécifique quand ses caractéristiques morphologiques sont suffisamment évocatrices pour permettre de suspecter ou d'affirmer quelle est la cause à l'origine de cette inflammation. Par exemple, la nécrose caséeuse est typique de la tuberculose.

Inflammation granulomateuse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Inflammation granulomateuse.

L'inflammation dite granulomateuse désigne un aspect particulier d'une réaction inflammatoire chronique spécifique, caractérisée par une prédominance des phénomènes cellulaires. Ce type d'inflammation est observée dans la sarcoïdose ou la tuberculose.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « INFLAMMATION CHRONIQUE - Définition », sur www.dematice.org (consulté le 25 janvier 2016)
  2. a et b « Réaction inflammatoire - Inflammation chronique - Fibrose », sur Université Lyon Sud
  3. Jean-Pierre Després, L'obésité abdominale, une maladie métabolique, (ISBN 9782742005741, lire en ligne), page 70

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]