Mosaïque (pathologie végétale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mosaïque (homonymie).
Symptômes du virus de la mosaïque de la luzerne (AMV) sur feuille de pomme de terre
La variété de tulipe Semper Augustus, qui fut la plus chère durant l'épisode de la tulipomanie au XVIIe siècle dans les Provinces Unies, était en fait atteinte d'un potyvirus, comme la plupart des variétés précieuses de cette époque.

En pathologie végétale, les mosaïques sont des symptômes de maladies virales. Ces symptômes se manifestent notamment par une décoloration du limbe foliaire évoquant des motifs de mosaïques ou de marbrures. Ces maladies, souvent désignées elles-mêmes sous le nom de « mosaïque », sont causées par divers phytovirus et peuvent entraîner dans certaines cultures des dommages économiques importants.

Le cas des tulipes atteintes d'un virus de ce type a été à l'origine de prestigieuses variétés horticoles de cette fleur au XVIIe siècle, aux pétales rayées ou marbrées avec deux couleurs. Ce sont ces variétés qui ont entrainé la célèbre tulipomanie en Hollande à cette époque, qui serait la première bulle spéculative financière de l'histoire.

Les virus en cause appartiennent notamment aux genres suivants : Alfamovirus, Bromovirus, Caulimovirus, Comovirus, Cucumovirus, Potyvirus, Tobamovirus, Tymovirus.

Principaux virus provoquant des mosaïques[modifier | modifier le code]

Chez la pomme de terre, des symptômes de mosaïque sont causés par les virus X (Potexvirus), S et M (Carlavirus), ainsi que les virus Y et A (Potyvirus).

Notes et références[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Hédin, « La Mosaïque des feuilles du Manioc au Cameroun », in Revue de botanique appliquée et d'agriculture coloniale, 1929, vol. 9, no 94, p. 361-365, [lire en ligne] (en collab. avec J. Dufrénoy)

Articles connexes[modifier | modifier le code]