Benjamin Coriat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Benjamin Coriat
Benjamin Coriat.jpg

L'économiste français Benjamin Coriat en juin 2015 à Paris lors d'une réunion du collectif « Avec les Grecs ».

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse

Benjamin Coriat, né le 14 novembre 1948 à Rabat au Maroc, est un économiste français spécialisé en économie industrielle, de l’innovation et de la propriété intellectuelle. Il est membre des Économistes Atterrés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Licencié de philosophie, docteur (1976-1980) et agrégé en sciences économiques (1984), il est depuis 1989 professeur à l'université Paris-Nord (faculté des sciences économiques et de gestion), avec promotion en classe exceptionnelle en 2004[1].

Se situant dans la filiation de la théorie de la régulation, il est membre du CA du collectif des Économistes Atterrés.

Il publie le retour des communs en 2015. Dans cet ouvrage, Benjamin Coriat s'intéresse à la notion de communs, forme de partage allant des logiciels libres, aux garderies autogérées qu'il oppose à l'idéologie propriétaire[2].

Il voit dans les communs l'émergence d'une économie collaborative et une alternative au capitalisme[3].

Responsabilités en matière de recherche et d'enseignement[modifier | modifier le code]

Recherche[modifier | modifier le code]

  • Réseaux d'excellence du 6e PCRD de l'UE et réseaux européens
  • ADPICs, Économie des médicaments et politiques publiques de santé
  • Initiative for Policy Dialogue, (fondée et dirigée par Joseph Stiglitz)
  • Encadrement doctoral du Master « Économie de la firme et des marchés » de l'université Paris 13
  • responsable de l’IMDPI, Axe 3 du Centre d'économie de l'université Paris Nord (CEPN)
  • responsable scientifique de l’ANR PROPICE.
  • président de l’action « Recherches socio-économiques sur le Sida et l'accès aux soins dans les PED » au sein de l’ANRS (Agence nationale de recherche sur le Sida).
  • membre de la direction de l’IFRIS (Institut francilien Rechercher innovation société) depuis sa fondation.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Science, technique et capital, Paris, Seuil, 1976
  • L'Atelier et le chronomètre : essai sur le taylorisme, le fordisme et la production de masse, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1979 (rééd. 1982 et 1994)
  • La robotique, Paris, La Découverte/Maspéro, 1983
  • « Le débat théorique sur la désindustrialisation », in Économie appliquée, tome 42, n° 4, 1989
  • Penser à l'envers, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1991
  • L'atelier et le robot : essai sur le fordisme et la production de masse à l'âge de l'électronique, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1990 (rééd. 1994)
  • Made in France : l'industrie française dans la compétition mondiale (avec Frédéric Taddéi), LGF, Libre de poche, 1993
  • Les nouvelles théories de l'entreprise (avec Olivier Weinstein), Paris, Éd. Librairie générale française, 1995
  • Vingt ans d'aveuglement : l'Europe au bord du gouffre, Les liens qui libèrent, 2011
  • Benjamin Coriat (dir.), Le retour des communs : la crise de l'idéologie propriétaire, Les Liens qui libèrent, (ISBN 979-10-209-0272-6, présentation en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Coriat Benjamin | L'IFRIS », sur ifris.org (consulté le 21 juin 2017)
  2. Vittorio De Filippis, « Benjamin Coriat : «L’idéologie propriétaire a atteint ses limites» », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  3. Vittorio De Filippis, « Benjamin Coriat : «Commoners de tous les pays, unissez-vous !» », Libération.fr,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]