David Bollier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
David Bollier
DavidBollierJI1.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Activités
Autres informations
Membre de
Site web
Distinction
Berlin Prize (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

David Bollier est un activiste, consultant politique et auteur américain impliqué dans le mouvement des Communs. Il est cofondateur avec Silke Helfrich et Michel Bauwens de Commons Strategies Group.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il travaille pour le défenseur des consommateurs américain Ralph Nader entre la fin des années 1970 et le début des années 1980.

À partir de 1985 David Bollier travaille avec le producteur et scénariste américain Norman Lear[1].

David Bollier s'intéresse aux biens communs dès les années 90. Il publie en 2002 un premier ouvrage traitant de la privatisation de biens communs par des entreprises : Silent Theft.

Entre 2002 et 2010 il est auteur et éditeur du site Onthecommons.org[1]. En 2002 il cofonde avec Gigi Sohn et Laurie Racine, Public Knowledge (Savoirs publics), une organisation à but non lucratif de défense de citoyens sur les problématiques liées à la propriété intellectuelle à l'ère d'Internet.

Puis avec Silke Helfrich et Michel Bauwens il fonde le Commons Strategies Group, pour faire avancer les idées et les pratiques autour des communs.

En 2014 La renaissance des communs est traduit en français[2],[3].

David Bollier vit actuellement à Amherst, Massachusetts[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

  • (en) David Bollier, Think Like a Commoner : A Short Introduction to the Life of the Commons, New Society Publishers, , 192 p. (ISBN 9780865717688)[1]
  • Green Governance: Ecological Survival, Human Rights and the Law of the Commons" (with co-author Burns H. Weston) (Cambridge University Press), 2012) [2]
  • (en) David Bollier et Silke Helfrich, The Wealth of the Commons : A World beyond Market and State, Leveller Press, , 462 p. (ISBN 978-1-937146-14-6, lire en ligne)
  • Viral Spiral: How the Commoners Built a Digital Republic of Their Own (The New Press, 2009) [3]
  • Ready to Share: Fashion and the Ownership of Creativity (Lear Center Press, 2006)[4]
  • Brand Name Bullies: The Quest to Own and Control Culture (John Wiley & Sons, 2005) [5]
  • Sophisticated Sabotage: The Intellectual Games Used to Subvert Responsible Regulation (with Thomas McGarity and Sidney Shapiro; Environmental Law Institute, 2004)
  • Artists, Technology and the Ownership of Creative Content (Norman Lear Center, 2003)[6]
  • Silent Theft: The Private Plunder of Our Common Wealth (Routledge, 2002) [7]
  • Aiming Higher: 25 Stories of How Companies Prosper by Combining Sound Management and Social Vision. (AMACOM, 1996)
  • The Great Hartford Circus Fire: Creative Settlement of Mass Disasters (Yale University Press, 1991)
  • Crusaders & Criminals, Victims & Visionaries: Historic Encounters Between Connecticut Citizens and the United States Supreme Court (Connecticut Attorney General, 1986)

Traductions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « David A. Bollier », sur American Academy in Berlin (consulté le )
  2. par Framalang |, « Sortie du livre La renaissance des communs de David Bollier », sur Framablog, (consulté le )
  3. Serge Audier, « Les « biens communs » sont parmi nous », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  4. « About | David Bollier », sur bollier.org (consulté le )
  5. « ECLM - La Renaissance des communs », sur www.eclm.fr (consulté le )
  6. Frédérick Lemarchand, « La renaissance des communs », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement,‎ (ISSN 1492-8442, lire en ligne, consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]