Anna Tsing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anna Tsing
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Anna Lowenhaupt Tsing, née le , est une professeure américaine d'anthropologie. Elle travaille à l'université de Californie à Santa Cruz dans la division des humanités, le département des études féministes et dans le département des études environnementales[1].

Parcours[modifier | modifier le code]

Anna Tsing reçoit son bachelor en art à l'université Yale et complète sa maîtrise et son doctorat à l'université de Stanford. Elle écrit plusieurs articles et livres portant sur un large éventail de questions anthropologiques. En 2010, elle reçoit une bourse Guggenheim. En 2013, Tsing est nommée professeure Niels Bohr à l'université d'Aarhus au Danemark, pour sa contribution à un travail interdisciplinaire dans les domaines des sciences humaines, en sciences naturelles, en sciences sociales et en arts[2]. Elle travaille actuellement à l'élaboration d'un programme transdisciplinaire pour l'exploration de l'anthropocène en étant directrice de l'AURA (Recherche de l'université d'Aarhus sur l'anthropocène)[3].

Travaux notables[modifier | modifier le code]

In the Realm of the Diamond Queen: Marginality in an Out-of-the-way Place (1993)[modifier | modifier le code]

Le premier livre d'Anna Tsing se concentre sur les individus de la tribu Meratus Dayak, du Sud de Kalimantan, en Indonésie. L'informateur clef de Tsing est Uma Adang, chaman, qui lui donne un aperçu du chamanisme, de la politique et de la mythologie dans le rapport à l'identité ethnique. Le livre se concentre sur le thème de la marginalité au sein d'un état et le contexte de la communauté à l'intérieur d'un cadre genré.

Friction: An Ethnography of Global Connection (2004)[modifier | modifier le code]

Tsing construit son travail ethnographique à partir des luttes dans les forêts des Montagnes du Meratus au Sud du Kalimantan, une province de l'Indonésie[4]. Le terme de friction est décrit comme « la maladresse, les inégalités, l'instabilité et les qualités créatives naissant de l'interconnexion à travers la différence. » Cette ethnographie est basée sur un travail de terrain à court terme plutôt qu'à long terme; les méthodes sont basées sur les « fragments ethnographiques ». Le livre est une étude sur les paysages dominés par l'homme, les thèmes principaux sont les sociétés d'exploitation, la mondialisation, la défense de l'environnement et la dégradation de l'environnement[5].

Le Champignon de la fin du monde. Sur les possibilités de vie dans les ruines du capitalisme (2015)[modifier | modifier le code]

L'ethnographie de Tsing prenant en compte le champignon Matsutake donne aux lecteurs un regard sur ce rare, précieux et coûteux champignon[6]. Originaire du Japon, ces champignons ont d'abord germé dans les paysages désolés d'après l'explosion de la bombe atomique à Hiroshima[7]. L'apport de Tsing dans le domaine de l'anthropologie tient à sa capacité d'étude de multi-interactions entre les espèces. Partant du non-humains elle nous amène à apprendre davantage sur le monde des humains[8].

Tsing suit les champignons Matsutake dans un voyage international afin de donner au lecteur un aperçu du champignon dans la filière de transformation alimentaire pour l'amener vers des méditations sur le capitalisme. Elle utilise le Matsutake pour faire la lumière sur le thème plus large de la façon dont l'écologie est modifiée par l'interférence humaine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Anna L Tsing », sur Site de l'Université de Californie, Santa Cruz, (consulté le 25 juin 2017).
  2. (en) « Anthropology professor Anna Tsing wins $5 million Danish research award », (consulté le 25 juin 2017).
  3. (en) « Aarhus University Research on the Anthropocene », sur anthropocene.au.dk (consulté le 25 juin 2017).
  4. (en) « Princeton University Press ».
  5. Don McKenzie, « Connectivity and scale in cultural landscapes: A.L. Tsing, Friction: an Ethnography of Global Connection », Landscape Ecology, vol. 22, no 1,‎ , p. 157–158 (ISSN 0921-2973, DOI 10.1007/s10980-006-9000-7, lire en ligne).
  6. (en) « Tsing, A.L.: The Mushroom at the End of the World: On the Possibility of Life in Capitalist Ruins. (eBook and Hardcover) », sur press.princeton.edu (consulté le 10 décembre 2015).
  7. (en) « Blasted Landscapes (And the Gentle Art of Mushroom Picking) », sur The Multispecies Salon (consulté le 10 décembre 2015)
  8. Anna Tsing, « Arts of Inclusion, or How to Love a Mushroom », Manoa, vol. 22, no 2,‎ , p. 191–203 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]