Gare de Saumur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Gare de Saumur-Rive-Gauche.
Saumur
Image illustrative de l'article Gare de Saumur
Les voies et les quais,
lors du passage d'un train de fret.
Localisation
Pays France
Commune Saumur
Adresse Avenue David-d'Angers
49400 Saumur
Coordonnées géographiques 47° 16′ 08″ nord, 0° 04′ 17″ ouest
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV
Intercités
Intercités 100% Éco
TER (dont Interloire)
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Chartres à Bordeaux-Saint-Jean
Tours à Saint-Nazaire
Voies 4 (+ voies de service)
Quais 3
Transit annuel 673 735 voyageurs (2008)
Altitude 30 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Bus et cars voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Saumur

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Saumur

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Saumur

Géolocalisation sur la carte : Saumur

(Voir situation sur carte : Saumur)
Saumur

La gare de Saumur, également appelée Saumur-Rive-Droite[1], est une gare ferroviaire française de la ligne de Tours à Saint-Nazaire, située sur le territoire de la commune de Saumur, dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Elle est mise en service en 1848, par la Compagnie du chemin de fer de Tours à Nantes. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des TGV, des Intercités et des trains régionaux des réseaux TER Pays de la Loire, TER Poitou-Charentes et TER Centre-Val de Loire.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 30 mètres d'altitude, la gare de Saumur est une gare de bifurcation située au point kilométrique (PK) 299,101 de la ligne de Tours à Saint-Nazaire et au point kilométrique 285,631 de la ligne de Chartres à Bordeaux-Saint-Jean.
Sur la ligne de Tours à Saint-Nazaire, elle se trouve entre les gares ouvertes de Port-Boulet et des Rosiers-sur-Loire. Elle est séparée de Port-Boulet par la gare fermée de Varennes-sur-Loire et des Rosiers-sur-Loire par celles fermées de Saint-Martin-de-la-Place et de Saint-Clément-des-Levées.
Sur la ligne de Chartres à Bordeaux-Saint-Jean, elle se trouve entre les gares ouvertes de Vivy (ouverte uniquement au trafic fret), et de Montreuil-Bellay. Elle est séparée de cette dernière par les gares fermées de Nantilly - Saumur, Chacé - Varrains et Brézé - Saint-Cyr-en-Bourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare est ouverte le par la Compagnie du chemin de fer de Tours à Nantes, rachetée quatre ans plus tard par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans.

La gare est constituée d'un bâtiment voyageurs, situé sur l'actuelle place de la Résistance, à cheval sur les voies, et d'un bâtiment perpendiculaire reliant le pavillon principal aux quais de chaque côté en contrebas[2],[3].

En 1886, l'administration des chemins de fer de l'État ouvre une ligne entre Château-du-Loir et la gare de Nantilly via un viaduc sur la Loire, ce qui permet de compléter la ligne de Chartres à Bordeaux-Saint-Jean. La ligne croise celle du PO dans la gare de Saumur-Rive-Droite, qui est donc commune avec celle de l'État. Pour faire face à l'accroissement du trafic, la gare est reconstruite légèrement plus à l'Ouest. Le nouveau bâtiment voyageurs est édifié le long de l'actuelle avenue David-d'Angers. Les quatre voies sont recouvertes par une grande halle métallique. L'ancien bâtiment voyageurs, sis place de la Résistance, est conservé pour servir de logement[4].

La gare est endommagée par des bombardements aériens en 1944. Elle est reconstruite après guerre au même emplacement, mais sans la halle métallique recouvrant les voies et les quais.

En 2008, la gare a accueilli 673 735 voyageurs[5].

La desserte de la gare par le Lunéa Quimper - Nantes - Lyon - Genève, limitée aux week-ends et vacances scolaires a cessé en 2011.

En 2015, la gare est l'une des premières françaises (avec celles de Nort-sur-Erdre et des Sables-d'Olonne) à expérimenter la présence d'un robot (Pepper) pour renseigner les voyageurs[6].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le hall de la gare après sa rénovation.
Le hall de la gare après sa rénovation.

La gare dispose[7] d'un bâtiment voyageurs avec guichets ouverts tous les jours. L'ensemble des espaces voyageurs ont été rénovés en 2010 et 2011 et ont permis l'accès aux trains aux personnes à mobilité réduite grâce à la mise en place d'ascenseurs sur chaque quai.

Desserte[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par trains suivants :

  • TGV Intersecteurs circulant entre Nantes et Lyon (et parfois au-delà, vers Montpellier-Saint-Roch ou Marseille-Saint-Charles) ;
  • Trains Intercités Nantes - Lyon (les vendredis, samedis et dimanches uniquement) ;
  • TER Interloire communs aux régions Centre et Pays de la Loire circulant entre Orléans et Nantes (et au-delà, vers Le Croisic les vendredis, samedis et dimanches)[8] ;
  • TER des régions Centre, Poitou-Charentes ou Pays de la Loire vers respectivement Tours, Bressuire et Angers (et au-delà, vers Nantes ou Le Croisic) ;
  • TER nommés « Train des plages », communs aux régions Pays de la Loire et Poitou-Charentes, circulant entre Saumur et Les Sables-d'Olonne les samedis, dimanches et fêtes de mai à septembre ainsi que tous les autres jours de la semaine en juillet et août[8].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par trois réseaux routiers distincts :

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Cette gare est ouverte au service du fret[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Document de Référence du Réseau », sur sncf-reseau.fr (consulté le 4 juillet 2017) ; cf. la liste des quais, dans les annexes du DRR de l'année en cours ou de la suivante.
  2. Joseph Toussaint Le Roch, Inondation de la gare de Saumur et des voies ferrées, octobre 1866 [lire en ligne]
  3. E. Raffay, Plan de la ville de Saumur, dressé par l'architecte soussigné Saumur, le 9 mars 1879, Saumur, E. Milon et fils, 1879 [lire en ligne]
  4. Gare de Saumur, 1929 [lire en ligne]
  5. [PDF] Agglomag n°4, magazine d’information de la communauté d’agglomération, consulté le 16 octobre 2013.
  6. « SNCF: Un robot humanoïde pour renseigner les voyageurs en Pays de la Loire », sur 20minutes.fr (consulté le 10 décembre 2015).
  7. Site SNCF TER Pays de la Loire, Informations pratiques sur les gares : Gare de Saumur lire (consulté le 19 mars 2011).
  8. a et b Selon les fiches horaires n°14 et 19 du TER Pays de la Loire, consultées le 8 août 2017 sur la page de la gare du site TER.
  9. Site Fret SNCF : gare de Saumur

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Nantes Angers-Saint-Laud TGV Saint-Pierre-des-Corps Lyon-Part-Dieu
Nantes Angers-Saint-Laud Intercités
(week-ends et fériés)
Tours Lyon-Perrache
Le Croisic
ou Nantes
Angers-Saint-Laud Intercités 100% Éco
(week-ends et fériés)
Saint-Pierre-des-Corps Paris-Austerlitz
Nantes
ou Le Croisic
Angers-Saint-Laud Interloire Saint-Pierre-des-Corps Orléans
Bressuire Montreuil-Bellay TER Poitou-Charentes /
Centre-Val de Loire
Port-Boulet Tours
Nantes
ou Le Croisic
La Ménitré TER Pays de la Loire /
Centre-Val de Loire
Terminus
ou Port-Boulet
Terminus
ou Tours
Terminus
ou Angers-Saint-Laud
ou Nantes
Terminus
ou Les Rosiers-sur-Loire
TER Pays de la Loire /
Centre-Val de Loire
Terminus
ou Port-Boulet
Terminus
ou Tours
Angers-Saint-Laud Les Rosiers-sur-Loire TER Pays de la Loire /
Poitou-Charentes
Montreuil-Bellay Thouars
Terminus Terminus TER Poitou-Charentes
(saisonnier : l'été)
Montreuil-Bellay Les Sables-d'Olonne