Mancey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mancey
Mancey
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Chalon-sur-Saône
Canton Tournus
Intercommunalité Communauté de communes entre Saône et Grosne
Maire
Mandat
Christine Bourgeon
2014-2020
Code postal 71240
Code commune 71274
Démographie
Gentilé Mancillons ou mancéens[1]
Population
municipale
386 hab. (2016 en diminution de 0,52 % par rapport à 2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 34′ 34″ nord, 4° 49′ 59″ est
Altitude Min. 207 m
Max. 501 m
Superficie 10,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Mancey

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Mancey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mancey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mancey
Liens
Site web mancey.fr

Mancey est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Mancey se trouve à 7 km à l'ouest de Tournus (et de la Saône) en Saône-et-Loire, dans le sud de la Bourgogne, région Bourgogne-Franche-Comté. Mâcon est à 40 km au sud (par l'autoroute A6), Chalon-sur-Saône à 27 km au nord.
Le département de l'Ain est à 15 km au sud-est[2].

Transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier

La commune est traversée d'est en ouest par la départementale D215, et du nord au sud par la D182[3].

L'autoroute la plus proche est la A6 (« autoroute du Soleil »), avec l'entrée-sortie n° 27 « Tournus » à 6,8 km à l'est[2].

Description[modifier | modifier le code]

La commune est partagée entre le flanc Est de la Montagne ou Vannière au nord-ouest, dont les pentes culminant à 500 m d'altitude sont recouvertes par le bois de Mancey ; et au sud-est les abords très vallonnés de la plaine de la Saône, avec trois buttes principales : (du nord au sud) les Brosses, Champ Perroux et Chassagne[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Mancey est limitrophe avec six communes de Saône-et-Loire[3] :

Rose des vents Nanton Vers Rose des vents
Étrigny
La Chapelle-sous-Brancion
N Tournus
O    Mancey    E
S
Royer Ozenay

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée dans le sens sud-ouest/nord-est par la Natouze[3].

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'étymologie de Mancey est incertaine, les noms Manceium, Manciacum, Manda, sont sans doute des formes anciennes non datées et qui peuvent être des latinisations de la forme médiévale. Le nom peut provenir du domaine d'un gallo-romain nommé Mancius ou Manitius ; ou dérivé de mense, c'est-à-dire une « terre appartenant à une abbaye » (ou établissement ecclésiastique) ; ou encore être la forme évoluée de marciacum, provenant du celtique marco (marécage) : Mancey est dans une cuvette avec des sources, au pied du col des Chèvres[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence humaine sur le territoire de la commune est attestée au paléolitique par la découverte d'une hache à main en silex au hameau de Dulphey[5].

Plusieurs armatures tranchantes microlithiques ont été trouvées aux Cras. De même que l'unique exemplaire trouvé à une dizaine de km au sud-est au site de Montmuzard sur Farges-lès-Mâcon, elles sont très proches de la culture cardiale typique du midi de la France[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 juin 1995 Jean Duriaud    
juin 1995 mars 2001 ?    
mars 2001 mars 2008 Martial Chausse    
mars 2008 en cours Christine Bourgeon    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2016, la commune comptait 386 habitants[Note 1], en diminution de 0,52 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
815861851836860840860827797
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
775764753731712656572481447
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
432471470450420411395413370
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
379352324339350355374377386
2016 - - - - - - - -
386--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La colline du Roy Guillaume, située à cheval sur les communes de Mancey et Tournus, qui abrite la plus forte concentration de cadoles du Tournugeois[11].
  • L'église : la construction de l'église primitive remonte au XIIIe siècle, sous le vocable de Saint-Georges. Elle est remaniée au XIVe siècle, puis reconstruite en grande partie à partir de 1840[12],[13].
  • Lavoir dit de la source de Montat, du XIXe siècle, à ciel ouvert avec un bassin rectangulaire en pierre de taille[14].
  • Lavoir de Dulphey[15].
  • Lavoir de Mancey[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Delattre, La Saône-et--Loire les 573 communes, Grandvilliers, Editions Delattre, , 256 p., p. 126
  2. a et b « Mancey », sur google.fr/maps.
    Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) – cliquer sur "Itinéraires".
  3. a b c et d « Mancey, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  4. Charles Millot (1841-1922), Dictionnaire de patois de Mancey (monographie imprimée), Tournus, Société des amis des arts et des sciences de Tournus, (réimpr. 1998), 334 p., 1 vol., ill., 21 cm (lire en ligne), p. 11.
  5. Jean Martin (conservateur du musée Greuze à Tournus), Catalogue du musée de Tournus (Musée Greuze) (Nouvelle édition), Tournus, impr. de Sapet, , 225 p. (lire en ligne), p. 140.
  6. [Thévenot et al 2015] Jean-Paul Thévenot, Rémi Martineau, Clément Moreau, Christophe Bontemps, Franck Ducreux, Olivier Lemercier, Michel Prestreau, Jean Duriaud et Jean-Pierre Nicolardot, « Le Néolithique du bassin versant de la Saône (Saône-et-Loire, Côte-d’Or) », Revue archéologique de l'Est, no 39e supplément « La Préhistoire en Bourgogne - État des connaissances et bilan 1994-2005 (Sous la direction de Rémi Martineau, Yves Pautrat et Olivier Lemercier) »,‎ (lire en ligne [sur academia.edu]), p. 194.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. Georges Bellicot, « Les cadoles de la colline du Roy Guillaume », Images de Saône-et-Loire, no 132,‎ , p. 15-18.
  12. « Église Saint-Georges de Mancey », sur pastourisme71.com.
  13. Raymond Oursel et Anne-Marie Oursel, « Mancey », Inventaire du patrimoine - Édifices et objets remarquables recensés au titre de l'inventaire départemental des années 1960 aux années 1980, sur archives71.fr, .
  14. « Lavoir dit de la source de Montat », notice no IA71000781, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Lavoir de Dulphey », notice no IA71000779, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Lavoir de Mancey », notice no IA71000780, base Mérimée, ministère français de la Culture.