Skellig Michael

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Skellig Michael
Sceilg Mhichíl (ga)
Vue de l'île depuis le large.
Vue de l'île depuis le large.
Géographie
Pays Drapeau de l'Irlande Irlande
Archipel Îles Skellig
Localisation Océan Atlantique
Coordonnées 51° 46′ 00″ N, 10° 32′ 00″ O
Superficie 0,219 km2
Point culminant 218 m
Administration
Statut Patrimoine mondial Patrimoine mondial (1996)

Province Munster
Comté Kerry
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Fuseau horaire UTC±0 (été : UTC+1)

Géolocalisation sur la carte : Irlande

(Voir situation sur carte : Irlande)
Skellig Michael
Skellig Michael
Îles en Irlande

Skellig Michael (en irlandais : Sceilg Mhichíl), aussi connue sous le nom de Great Skellig, est une île de la côte sud-ouest de l'Irlande. Avec Little Skellig, elle forme l'archipel des îles Skellig, au large de la péninsule d'Iveragh dans le comté de Kerry. S'élevant abruptement à 210 mètres au-dessus de l'océan Atlantique, elle a abrité jusqu'au XIIIe siècle un petit monastère chrétien. De nos jours, le phare de Skellig Michael est toujours en activité.

Skellig Michael est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO en .

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom local du site en irlandais est Sceilg Mhichíl, c'est-à-dire « le rocher escarpé de Micheál », Micheál désignant Saint Michael[1]. Le nom a été anglicisé en Skellig Michael. On retrouve aussi en anglais l'appellation Great Skellig, en opposition avec Little Skellig[A 1].

Originellement, le site fut inscrit au patrimoine mondial en 1996 sous le nom Skellig Michael[2]. En 2012, le comité du patrimoine mondial prend la décision de renommer le bien en Sceilg Mhichíl[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Skellig Michael.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'îlot de Skellig Michael est situé au large de la côte sud-ouest de l'Irlande, dans le comté de Kerry[A 2],[4]. Il se situe à 11,6 km de Bolus Head, le point le plus occidental de la péninsule d'Iveragh[A 2]. Administrativement, il constitue le townland de Great Skellig[A 2].

L'île couvre une superficie d'environ 21,9 hectares[A 3]. Le site inscrit au patrimoine mondial comprend toute l'île, mais pas l'île voisine de Little Skellig ni les eaux entourant l'archipel[A 3]. L'océan Atlantique forme naturellement la zone tampon du site[A 3].

Topographie[modifier | modifier le code]

Vue de Skellig Michael depuis le nord. On distingue de gauche à droite le pic nord-est, le Christ's Saddle et le South Peak.

Skellig Michael culmine à 218 m au dessus du niveau de la mer et est caractérisé par des pentes abruptes[5],[6]. Le relief est dominé par deux sommets : le sommet sud-ouest ou South Peak où se situe l'ermitage (218 m d'altitude) et le sommet nord-est où est construit le monastère (185 m d'altitude)[A 3]. Ces deux pics se situent de part et d'autres d'une dépression de 130 m d'altitude connue sous le nom de Christ's Saddle[A 3]. Par ailleurs, l'île compte trois criques[A 3],[7].

Au sud-est de l'île se trouve le Blue Man's Rock[A 2].

Géologie[modifier | modifier le code]

Les îles Skellig sont formées par les vieux grès rouges, que l'on retrouve aussi dans les régions montagneuses du sud du comté de Kerry ou de l'ouest du comté de Cork, comme les Macgillycuddy's Reeks ou les Caha Mountains[A 3]. Ces roches sont issues des sédiments déposés par les rivières en crue lors du Dévonien, il y a 400 millions d'années[A 3]. La topographie actuelle de la région, caractérisé par des vallées orientées nord-est-est-sud-ouest-ouest séparées par des chaînes de montagnes, est le résultat d'une période de pliages et de formations de chaînes de montagnes environ 100 millions d'années après le dépôt des sédiments[A 3]. Le niveau de la mer monta, d'où résulta la formation de bras de mer relativement profonds dans le sud-ouest, comme Kenmare River et Bantry Bay, et la séparation des Skellig de l'île principale[A 3].

Les mouvements de formation des montagnes ont compressé les roches sédimentaires en couches d'ardoise et de grès en grains fins et durs[A 3]. Par ailleurs, ces mouvements ont créé de grands lignes de fracture[A 3]. L'érosion le long de ces failles au centre de Skellig Michael a causé la cassure et l'effondrement de la roche, laissant une dépression en forme de U, d'une altitude de 130 m au-dessus du niveau de la mer, connue sous le nom de Christ's Saddle[A 3]. Ainsi, deux pics restèrent, sur chaque côté de la vallée : le pic nord-est (185 m), où est construit le monastère, et le pic sud-ouest (218 m), où est établi l'ermitage[A 3]. L'érosion le long des lignes de fracture et de clivage est également à l'origine des trois criques de l'île[A 3].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de l'Irlande, de type océanique, est fortement influencé l'océan Atlantique et caractérisé par sa fraîcheur et son humidité[8]. Les précipitations sont abondantes (1 000 mm de pluie par an dans la moitié ouest du pays) et bien réparties (plus de 200 jours par an)[8]. Les hivers sont doux (7 °C en janvier sur la côte sud) et les étés ne sont pas particulièrement chauds (15 °C en juillet)[8]. La météo se caractérise par une forte nébulosité et des vents violents sur les sommets et les côtes exposées[8].

Relevé métérologique à Valentia Island - 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 4,2 3,9 4,6 5,5 7,5 10,1 11,7 11,6 10,3 8,6 6 5 7,4
Température moyenne (°C) 6,8 6,6 7,6 8,9 10,9 13,3 14,8 14,8 13,5 11,5 8,7 7,6 10,4
Température maximale moyenne (°C) 9,3 9,3 10,5 12,2 14,3 16,4 17,9 18 16,6 14,3 11,4 10,1 13,4
Ensoleillement (h) 1,41 2,16 3,05 5 5,81 5,12 4,53 4,5 3,61 2,53 1,72 1,17 3,39
Précipitations (mm) 167 123,1 121,7 77 88,5 79,9 73,3 111,2 124,9 157,3 147,1 159,3 1 430,3
Source : (en) « 30 Year Averages - Valentia Observatory », sur Met Éireann (consulté le 13 avril 2017).
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
9,3
4,2
167
 
 
 
9,3
3,9
123,1
 
 
 
10,5
4,6
121,7
 
 
 
12,2
5,5
77
 
 
 
14,3
7,5
88,5
 
 
 
16,4
10,1
79,9
 
 
 
17,9
11,7
73,3
 
 
 
18
11,6
111,2
 
 
 
16,6
10,3
124,9
 
 
 
14,3
8,6
157,3
 
 
 
11,4
6
147,1
 
 
 
10,1
5
159,3
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Milieu naturel[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

Jeune phoque gris.

Les îles Skellig sont reconnues comme l'un des plus importants sites d'oiseaux marins en Irlande, autant du point de vue de la population que de la diversité[A 4]. Skellig Michael, avec les îles Blasket et Puffin Island, accueille l'un des plus grandes populations reproductrices de puffins des Anglais et d'hydrobatidés[A 4]. Parmi les autres d'espèces d'oiseaux marins recontrées à Skellig Michael, on compte des fulmars, des mouettes, des guillemots et des macareux[A 4].

Skellig Michael accueille aussi plusieurs espèces de mammifères, notamment le phoque gris (Halichoerus grypus), mais aussi des lapins et des souris grises[A 5]

Flore[modifier | modifier le code]

Silènes de l'espèce Silene uniflora.

Skellig Michael est majoritairement recouverte d'habitats peu végétalisés, comme des falaises rocheuses ou des roches à découvert[A 5]. La végétation que l'on rencontre sur l'île est typique des environnements hautement exposés aux conditions maritimes : terre rare, sol escarpé, embruns salés et forts vents[A 5].

Les principales plantes observées à Skellig Michael sont des arméries, des silènes et des spergulaires ; on observe également fréquemment la fétuque rouge, l'oseille, et la matricaire maritime[A 5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Si Little Skellig n'a jamais abrité que des colonies d'oiseaux de mer, Skellig Michael fut habitée dès le VIIe siècle. Une petite communauté de moines catholiques s'y est installée, vivant chichement de pêche et d’un peu de culture, sur un site acrobatique, sans arbres et battu par les vents. Relevés régulièrement par des bateaux venus de la grande île (l'Irlande), les moines ont entretenu ce sanctuaire pendant plus de cinq siècles.

Devenue un but de pèlerinage vers l'an 1200, la communauté de Skellig a disparu au profit de moines catholiques de l'abbaye continentale de Ballinskelligs, qui organisait, quand le temps le permettait, des passages depuis la terre (île de Valentia ou Portmagee).

Au XVIe siècle, lorsque l'Angleterre des Tudor impose la Réforme en Irlande, l'abbaye continentale de Ballinaskellig et sa dépendance maritime sont vendues à un propriétaire privé en 1578. Dans le bail, Skellig Michael n'apparaît que comme « une petite île du nom de Skellig michell, alias de la sainte Croix, portant une chapelle »[9].

Vers 1750, on rencontre, dans une Histoire du royaume de Kerry du frère O'Sullivan, une allusion à l'existence, sur l'ancien lieu de pèlerinage, de « deux ou trois chapelles en pierre ne pouvant apparemment contenir plus de 30 personnes chacune »[9].

Ce n'est qu'en 1756 qu'apparaît la première description détaillée du rocher, où de rares pèlerins mâtinés d'alpinistes s'aventurent encore : dans sa description du comté de Kerry, Charles Smith évoque les eaux poissonneuses autour du rocher, signale les traces d'anciennes cultures de blé visibles dans la partie centrale plate de l'île et décrit les toits des « cellules », bien qu'il ne semble pas être allé sur place[9].

Vers 1800, l'idée d'un phare germe et l’île est rachetée par les Phares et Balises qui entreprennent la construction de deux lanternes en 1826. Malgré une clause dans le contrat stipulant que les bâtiments existants doivent être conservés, ceux-ci subissent un premier avatar. Selon un visiteur de l'époque, Crofton Croker, « le directeur des travaux avait élu temporairement domicile (...) au sommet du pic le moins élevé, entouré de huit ou neuf petites cellules de pierre ressemblant à des ruches » et « converties en casemates pour entreposer la poudre devant servir à faire sauter le rocher ». La construction du phare se traduit également par l'établissement d'un débarcadère et l'amélioration des chemins d'accès[9]. Un seul phare (phare de Skellig Michael) reste au XXe siècle. D'une portée de 27 milles nautiques, il est automatisé en 1987 et, depuis cette date, plus personne n'habite Skellig Michael.

Accès et architecture[modifier | modifier le code]

Monastère[modifier | modifier le code]

Carte du monastère de Skellig Michael.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Ermitage[modifier | modifier le code]

Phares[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Phare de Skellig Michael.

Escaliers et chemins[modifier | modifier le code]

Escaliers de Skellig Michael.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de port sur les îles Skelligs, juste un débarcadère sur Michael Skellig, où la grande houle de l'Atlantique ne permet pas de s'amarrer, même par beau temps. De ce fait, le site ne peut être visité que par un petit nombre de touristes et seulement quelques jours par an[10].

Gestion et protection[modifier | modifier le code]

Sceilg Mhichíl *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Coordonnées 51° 46′ 00″ nord, 10° 32′ 00″ ouest
Pays Drapeau de l'Irlande Irlande
Subdivision Comté de Kerry, Munster
Type Culturel
Critères (iii), (iv)
Superficie 21,9 ha
Numéro
d’identification
757
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1996 (20e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Skellig Michael est détenue par l'État irlandais, à l'exception de la zone du phare possédée par le Commissioners of Irish Lights[A 6].

Le site est inscrit au patrimoine mondial selon la justification suivante : « Le Comité a décidé d'inscrire le bien proposé sur la base des critères (iii) et (iv), considérant la valeur universelle exceptionnelle du site qui est à bien des égards un exemple remarquable d'installation religieuse primitive sur un rocher pyramidal en plein océan, préservé grâce à son remarquable environnement. Ce site illustre mieux qu'aucun autre les extrêmes d'un christianisme monastique caractéristique d'une grande partie de l'Afrique du Nord, du Moyen-Orient et de l'Europe. »[6].

Outre l'inscription au patrimoine mondial, l'île est protégée par plusieurs conventions aussi bien nationales qu'internationales[A 7]. Le site inscrit au patrimoine mondial est également classé monument national[A 6]. L'île constitue aussi la Great Skellig Nature Reserve depuis 1988[11] et est également proposée pour former une Natural Heritage Area[A 7]. Enfin, les îles Skellig et les eaux environnantes sont également classées zone de protection spéciale (SPA) sous le nom Skelligs SPA[A 6],[12].

La gestion du site est assurée conjointement par l'Office of Public Works, chargé de la gestion opérationnelle, et le Department of the Environment, Heritage and Local Government, responsable du cadre légal de protection de l'héritage du site[A 8]. Ces deux organisations ont rédigé un plan de gestion (Managament Plan), en encadrant la protection du site[A 9]. Réalisé en 2008, il expirera en 2018[A 9].

Activités[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Skellig Michael reçoit en moyenne 11 100 visiteurs par an, le nombre de visiteurs par jour étant limité à 180 par l'Office of Public Works pour des raisons de protection du site[7].

L'île est accessible par bateau depuis Portmagee, Ballinskelligs, Caherdaniel et Knightstown (Valentia Island), la traversée de 11 km environ permettant de longer Little Skellig et d'apercevoir ses colonies de fous de Bassan[5],[13],[14]. Skellig Michael n'est accessible que par beau temps, entre mai et septembre[4],[14].

L'île ne compte pas d'infrastructures touristiques, même pas de toilettes ; ce manque étant considéré comme un problème majeur[7].

Par ailleurs, il existe un centre touristique sur Valentia Island, The Skellig Experience[14],[15]. Il ne s'agit pas d'un centre officiel mais d'un partenariat public-privé[7]. Le centre comprend plusieurs expositions sur l'histoire, la faune et la flore de Skellig Michael, un restaurant et une boutique[15]. La compagnie organise également des croisières autour de l'île[15].

Cinéma[modifier | modifier le code]

L'île a également servi de décor pour le cinéma. Ainsi, Skellig Michael a accueilli deux fois le tournage de la série Star Wars, en 2014 et en 2015[16],[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • (en) Skellig Michael World Heritage Site Management Plan 2008 – 2018, , 139 p. (lire en ligne).
  1. p. 1
  2. a, b, c et d p. 6
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o p. 7
  4. a, b et c p. 14
  5. a, b, c et d p. 15
  6. a, b et c annexe 2
  7. a et b p. 25
  8. p. 29
  9. a et b Executive Summary
  • Autres références
  1. (en) « Sceilg Mhichíl/Skellig Rock Great », sur Logainm.ie (consulté le 13 avril 2017).
  2. UNESCO, « Inscription : Skellig Michael (Irlande) », sur Centre du patrimoine mondial, (consulté le 13 avril 2017).
  3. UNESCO, « Changement de noms de biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial : Sceilg Mhichíl », sur Centre du patrimoine mondial, (consulté le 13 avril 2017).
  4. a et b (en) Brad Olsen, Sacred Places Europe: 108 Destinations, CCC Publishing, , 320 p. (ISBN 9781888729122, lire en ligne), pp. 81-83.
  5. a et b (en) Office of Public Works, « Skellig Michael », sur Heritage Ireland (consulté le 13 avril 2017).
  6. a et b UNESCO, « Sceilg Mhichíl », sur Centre du patrimoine mondial (consulté le 13 avril 2017).
  7. a, b, c et d (en) UNESCO, « Report on the Mission to SKELLIG MICHAEL, IRELAND - 26– 28 November 2007 », sur Centre du patrimoine mondial, (consulté le 15 avril 2017).
  8. a, b, c et d « Irlande : géographie physique », sur Encyclopédie Larousse (consulté le 13 avril 2017).
  9. a, b, c et d (en) Françoise Henry, « Early Monasteries, Beehive Huts, and Dry-stone Houses in the Neighbourhood of Caherciveen and Waterville (Co. Kerry) », in Proceedings of the Royal Irish Academy, vol. LVIII, No 3, février 1957, p. 45-166, en part. p. 121-126.
  10. (en) Peter Harbison, Pilgrimage in Ireland: The Monuments and the People, Syracuse University Press, 1995, 256 p., p. 87 : « Certainly, the Great Skelling is not easily accessible. An hour-and-a-half sea journey in a big swell can be frightening to the point of panic for those not expecting anything of the kind on a pleasant day's outing, and a twenty-foot rise and fall in the water level at the landing place is only for those who are nimble of foot. »
  11. (en) National Parks and Wildlife Service, « Kerry » (consulté le 15 avril 2017).
  12. (en) National Parks and Wildlife Service, « Skelligs SPA » (consulté le 15 avril 2017).
  13. (en) Tourism Ireland, « Skellig Michael, County Kerry », sur Ireland.com (consulté le 15 avril 2017).
  14. a, b et c (en) « Skellig Michael - Visitor's Guide », sur World Heritage Ireland (consulté le 15 avril 2017).
  15. a, b et c (en) Skellig Experience, « Welcome to The Skellig Experience Visitor Centre » (consulté le 15 avril 2017).
  16. « Un lieu de tournage exceptionnel pour Star Wars 7 », sur Première.
  17. « C'est confirmé : l'Episode VIII sera tourné en septembre à Skellig Michael », sur Starwars-universe.com, (consulté le 31 août 2015).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Liam de Paor, A Survey of Sceilg Mhichil, in The Journal of the Royal Society of Antiquaries of Ireland, vol. 85, 1955, pp. 174-187.
  • Les cabanes en pierre sèche de Skellig Michael (Comté de Kerry, Irlande) : vestiges authentiques du monastère du haut Moyen Âge, fabrique mystique des XVIe – XVIIe siècles ou casemates à poudre pour la construction du phare au XIXe siècle ?, in L'Architecture vernaculaire, tome XVIII (1994), CERAV, Paris, pp. 29-43.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]