Michel Bouillot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouillot.

Michel Bouillot, né à Chalon-sur-Saône le , mort à Cluny le (à 77 ans), était artiste et écrivain. Il était un érudit spécialiste de la Bourgogne-du-Sud, notamment son « petit patrimoine » et ses églises romanes[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1947, Michel Bouillot intégra l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris où il fréquenta les ateliers de peinture et d'architecture. De retour en Bourgogne, il suivit une formation de tailleur de pierre à Beaune et y obtint son CAP. Après être passé au petit séminaire de Rimont près de Buxy (où il enseigna), au lycée Frédéric Ozanam de Mâcon et au pensionnat Sainte-Marie de Saint-Didier-sur-Chalaronne, Michel Bouillot enseigna à Lugny, auprès de la communauté éducative rassemblée dès la fin de la guerre autour du père Joseph Robert, curé-archiprêtre du lieu ; il y fut professeur de dessin pendant plusieurs années. Michel Bouillot connut parfaitement Cluny : il y fit une grande partie de sa carrière, jusqu’à ce qu’il prenne sa retraite en 1989. Il fut en effet maître d'internat au lycée La Prat's, établissement où il enseignait parallèlement le dessin. Conseiller municipal de Cluny durant trois mandats – dont un en tant qu’adjoint au maire chargé de la culture –, Michel Bouillot œuvra au développement culturel et artistique de la cité à laquelle il consacra son dernier livre : Cours intérieures de Cluny, escaliers et ferronneries paru en 2004 chez JPM Éditions[1].

Michel Bouillot faisait connaître les richesses du patrimoine et la nécessité de le préserver en organisant des visites commentées et en dessinant. Des dizaines d'années durant, il utilisa le crayon, la plume et l'aquarelle, arpentant la Bourgogne du Sud, en quête du « petit patrimoine de pays » : maisons, monuments, cadoles, pigeonniers, lavoirs, calvaires, puits… Michel Bouillot emmagasina ainsi dans sa maison de Mazille plus de soixante-dix volumes de croquis et des dizaines de milliers de dessins – réalisés le plus souvent à la plume – à partir desquels il fit paraître, principalement édités par les Foyers ruraux de Saône-et-Loire, une vingtaine de livres présentant pour la plupart l'habitat rural de la Saône-et-Loire et de contrées voisines, certains traitant de thèmes particuliers tels que les lavoirs, les cadoles ou l'architecture vigneronne[1]. Michel Bouillot est l'auteur de nombreuses œuvres visibles dans les églises du diocèse d'Autun[2], entre autres d'un tableau intitulé « L'Annonce de la Parole en Mâconnais » peint à Lugny et visible en l'église de cette commune[3], d'un « polyptyque des abbés de Cluny » exposé en l'église Notre-Dame de Cluny (peint en 1983), d'un « triptyque de l'Adoration des Bergers » exposé en l'abbatiale Saint-Philibert de Tournus[4] et d'un triptyque se trouvant avec d'autres éléments de mobilier (autel...) dans le chœur de l'église de Sainte-Cécile.

Michel Bouillot était membre ou responsable de nombreuses associations et instances départementales et régionales, notamment à Maisons paysannes de France – dont il fut président départemental – et aux foyers ruraux. Il était également membre titulaire de l'Académie de Mâcon (il y fut élu le 7 novembre 1985, au fauteuil no 13)[1].

« C'était un ami très souriant, souvent humoriste, avec une gentille tendance à la moquerie, sans agressivité. » a écrit de lui Fernand Nicolas, directeur de la publication de la revue trimestrielle Image de Saône-et-Loire dans laquelle Michel Bouillot fit paraître une trentaine d'articles[5].

Michel Bouillot est décédé à Cluny le . Une « ruette » y porte son nom[6]. Il repose dans le cimetière de Mazille auprès de l'église Saint-Blaise, tout près du hameau des Varennes où il résidait[1].

Michel Bouillot avait été fait chevalier de l’ordre national du Mérite le 7 octobre 1994[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'habitat rural des origines au 16e siècle en Saône-et-Loire, Groupe 71, Mâcon, 1988
  • L'habitat rural au 17e siècle en Saône-et-Loire, Groupe 71, Mâcon, 1990
  • L'habitat rural en Charolais-Brionnais, Foyers ruraux de Saône-et-Loire, Pierreclos, 1988 (ISBN 2-907497-00-6)
  • L'Habitat rural de la Côte chalonnaise, La Roche-Vineuse France, Foyers ruraux de Saône-&-Loire, coll. « Au cœur de nos terroirs », (ISBN 2907497014)
  • (avec Jean Pautet), Chemins des brigands. Juillet 1789 en Mâconnais, Fédération des Œuvres laïques de Saône-et-Loire, Mâcon, 1990. 96 p. (préface de Pierre Goujon)
  • L'habitat rural dans la plaine chalonnaise, Foyers ruraux de Saône-et-Loire, Pierreclos, 1990 (ISBN 2-907497-02-2)
  • L'habitat rural autour de Mâcon, Foyers ruraux de Saône-et-Loire, Pierreclos, 1991 (ISBN 2-907497-03-0)
  • L'habitat rural en Bresse bourguignonne, Foyers ruraux de Saône-et-Loire, Pierreclos, 1994 (ISBN 2-907497-06-5)
  • L'habitat rural en Bresse savoyarde, de la Seille à la Chalaronne, Foyers ruraux de Saône-et-Loire, Pierreclos, 1995
  • L'habitat rural en Autunois-Morvan, Foyers ruraux de Saône-et-Loire, Pierreclos, 1996
  • Architecture vigneronne dans la Côte des Maranges et le Couchois, Foyers ruraux de Saône-et-Loire, Pierreclos, 1997
  • Les cadoles en Bourgogne du sud, La Roche-Vineuse France, Foyers ruraux de Saône-&-Loire, coll. « Au cœur de nos terroirs », (ISBN 2907497111)
  • Le nouveau livre des lavoirs en Bourgogne du Sud (préf. François Portet), La Roche-Vineuse France, Foyers ruraux de Saône-&-Loire, coll. « Au cœur de nos terroirs », (ISBN 290749712X)
  • L'habitat rural au pays de Tournus, Mâcon, JPM éd, (ISBN 2847860274)
  • L'habitat rural au pays de Cluny, Mâcon, JPM éd, (ISBN 2847860266)
  • Cours intérieures de Cluny : escaliers et ferronneries, Mâcon, JPM éd, (ISBN 2847860312)
  • L'habitat rural en Beaujolais, l'Arbresle Rhône, Maisons Paysannes du Rhône, coll. « Au cœur de nos terroirs »,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Fossat Guy, "Introduction aux publications de Michel Bouillot", Annales de l'Académie de Mâcon, tome 2, travaux 2008, p. 349 et seq.
  2. Au sujet du volet religieux de l’œuvre artistique de Michel Bouillot, consulter : « 2007-2017: Il y a dix ans, Michel Bouillot nous quittait », article de Frédéric Lafarge paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 188 de décembre 2016, pages 20 à 23.
  3. Œuvre exécutée vers 1950 à la demande du père Joseph Robert (1898-1987), fondateur de la communauté de prêtres de Lugny et de la structure éducative créée après-guerre en son sein (actuel groupe scolaire privé « La Source »). Tableau (2 m x 1 m) restauré en 2016.
  4. Provenant de l'église Saint-Blaise de Mazille.
  5. Témoignage paru dans « Nos amis qui nous ont quittés », article de Fernand Nicolas paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 149 de mars 2007, pages 2 et 3.
  6. Voie publique inaugurée le 22 mars 2013 (ancienne petite rue de la Barre).