Courteron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Courteron
Image illustrative de l'article Courteron
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Bar-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes du Barséquanais
Maire
Mandat
Gérard Gillot
2014-2020
Code postal 10250
Code commune 10111
Démographie
Population
municipale
108 hab. (2014)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 01′ 13″ nord, 4° 26′ 47″ est
Superficie 10,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Courteron

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Courteron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courteron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courteron

Courteron est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1789, le village dépendait de l'intendance et de la généralité de Châlons, de lélection de Bar-sur-Aube, pour le bailliage : une partie de celui de Sens et l'autre du bailliage signeurial de Gyé-sur-Seine.

Mary Chollot, dans « Regards sur le passé de Courteron »[1], relate que « Courteron fut la première commune de l'Aube (et l'une des premières de France) électrifiée par elle-même. Le don de la force motrice ayant été fait par Monsieur Nicolle, au retour des Amériques où il avait puisé cette idée. Propriétaire du Moulin il put procéder d'abord à l'éclairage des rues de la commune, et en 1888 cette inauguration officielle se marqua d'une fête inoubliable. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Gérard Gillot[2] DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 108 habitants, en diminution de -10 % par rapport à 2009 (Aube : 1,56 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
538 558 545 504 525 492 498 522 529
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
467 504 503 475 435 400 391 382 349
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
349 312 290 250 234 219 195 179 170
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
165 154 130 149 149 136 120 114 108
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Commune comptant 24 exploitants produisant des vins de Champagne, notamment :

    • Champagne Ambroise Laurent
    • Champagne Dubreuil Frères
    • Champagne Cottet-Dubreuil
    • Champagne Fleury[7].
    • Champagne Mannoury EM
    • Champagne Maurice Deguise
    • Champagne Schreiber

Le champagne Fleury est cultivé en « biodynamie » et a fait l'objet de plusieurs articles dans la presse à ce sujet[8],[9],[10].

La commune compte également deux entreprises de terrassement.

Une cadole déplacée et reconstruite à l'entrée du village.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un circuit de randonnée pédestre autour de la découverte des cadoles autour du village a été en place par l'Office du Tourisme de l'Aube[11]. C'est une cadole de Courteron, la cadole appelée La Merveille, qui illustre un timbre (carnet auto-adhésifs Nos régions) édité en 2010 par La Poste[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le peintre Paul Rebeyrolle a habité quelques années à Courteron après son départ de Paris en 1960[13].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Almanach 1981 l'Est Eclair
  2. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Champagne Fleury
  8. L'Express du 1er décembre 2010 «Champagne Du bio dans les bulles»
  9. 24h du 30 octobre 2009 «Le bio séduit la Champagne»
  10. The Irish Times du 7 novembre 2009 «Captivating Champagne»
  11. Circuits des cadoles sur le site Aube-Champagne.com.
  12. La "Merveille" sur le circuit des cadoles de Courteron Dans le Journal L'Est Eclair.
  13. ArtCult 1er février 2005

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :