Geoffroy Boulard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Geoffroy Boulard
Illustration.
Fonctions
Maire du 17e arrondissement de Paris
En fonction depuis le
(3 ans, 1 mois et 3 jours)
Réélection 28 juin 2020
Prédécesseur Brigitte Kuster
Vice-président de la Métropole
du Grand Paris
En fonction depuis le
(25 jours)
Élection
Président Patrick Ollier
Conseiller de Paris
En fonction depuis le
(6 ans, 4 mois et 15 jours)
Élection 30 mars 2014
Maire Anne Hidalgo
Biographie
Date de naissance (41 ans)
Lieu de naissance Rouen (Seine-Maritime)
Nationalité Française
Parti politique UMP (jusqu'en 2015)
LR (depuis 2015)
Diplômé de Université du Havre
Université de Rennes-I
Université de Cergy-Pontoise
ESSEC

Geoffroy Boulard, né le à Rouen (Seine-Maritime), est un homme politique français.

Membre de l'Union pour un mouvement populaire, devenu Les Républicains, parti au sein duquel il occupe différentes responsabilités relatives à la fédération de Paris jusqu'en 2019, il est adjoint au maire du 17e arrondissement de Paris à partir de 2008, et succède à Brigitte Kuster comme maire en 2017. La même année, il est élu conseiller de la métropole du Grand Paris, délégué aux affaires générales et administratives. Il est réélu maire du 17e arrondissement à la suite des élections municipales de 2020.

Études et parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Natif du pays de Caux (Seine-Maritime) d'un père exploitant agricole et d'une mère enseignante[1], Geoffroy Boulard obtient un Diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en management de projets européens à l'université de Cergy-Pontoise[2] et depuis , il est titulaire du Advanced Certificate Négociation, Médiation et Résolution de conflits (ESSEC)[3].

Spécialisé dans l'accompagnement des créateurs d'entreprises et porteurs de projets, Geoffroy Boulard rejoint fin 2006 la société de portage salarial Links Consultants, après une expérience au sein des équipes de Réseau+ (services à la personne).

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Adjoint au maire du 17e arrondissement de Paris[modifier | modifier le code]

Élu sur la liste d'union de la droite et du centre dans le 17e arrondissement conduite par Françoise de Panafieu lors des élections municipales de 2008 à Paris, il devient adjoint de la maire Brigitte Kuster délégué au commerce, à l'artisanat et à l'attractivité économique jusqu'en [1]. De 2011 à 2014, il est chargé de la sécurité et de la politique de la Ville. En , il est élu conseiller de Paris et premier adjoint à la maire du 17e arrondissement Brigitte Kuster dont il était le directeur de campagne, délégué du conseil de quartier La Fourche-Guy Môquet suite à l'élection au premier tour de la liste menée par Brigitte Kuster (53,53%). Il devient vice-président du groupe Les Républicains au Conseil de Paris[réf. nécessaire].

En , la presse révèle qu'il habite dans un logement social[4].

Depuis 2014, il siège dans différents conseils d’administration : SEMAEST[5], Europlaces et Paris Métropole Aménagement[6].

Maire du 17e arrondissement de Paris et conseiller métropolitain[modifier | modifier le code]

Élection[modifier | modifier le code]

Le , il succède à Brigitte Kuster comme maire du 17e arrondissement de Paris, cette dernière ayant été élue députée de la 4e circonscription de Paris[7].

Il est élu le , par la Métropole du Grand Paris, conseiller métropolitain délégué aux affaires générales et administratives[8],[3] auprès de Patrick Ollier.

Le 28 juin 2020, au second tour des élections municipales, sa liste l’emporte (55,9 % des suffrages exprimés) face aux listes de Karen Taieb et Agnès Buzyn. Il est ensuite réélu maire du 17e arrondissement le 11 juillet 2020.

Actions menées[modifier | modifier le code]

Lutte contre la prolifération des rats[modifier | modifier le code]
Geoffroy Boulard et Eric Adams, maire de Brooklyn, en septembre 2018, lors de la présentation de l'outil signalerunrat.paris à New York.

Le [9], Geoffroy Boulard lance le site web mobile signalerunrat.paris[10], carte crowdsourcée des rats du 17e arrondissement de Paris. L'objectif est de relever et de reporter à la mairie de Paris l'ensemble des rongeurs signalés sur l'outil. En 24h, le site reçoit plus de 700 signalements et plus de 6 500 visiteurs uniques[11]. Le site internet connaît une renommée mondiale[12],[13] et en quelques semaines, le maire Geoffroy Boulard revendique les 3000 signalements[14]. En , la carte crowdsourcée est présentée à New York[15], où Geoffroy Boulard est reçu par Gale Brewer et Eric L. Adams, présidents des arrondissements de Manhattan et de Brooklyn.

Lutte contre les dépôts d'ordures sauvages[modifier | modifier le code]
Place Richard-Baret en juillet 2019, une sucette JCDecaux présente le jeu Détritous en une du journal local.

Le , Geoffroy Boulard annonce le lancement de Détritous[16],[17], une application smartphone « permettant aux habitants de cet arrondissement de l’ouest de la capitale de signaler les dépôts sauvages et les déchets présents sur la voie publique et de les ramasser s’ils le souhaitent ».

Mouvement des Gilets jaunes[modifier | modifier le code]

Geoffroy Boulard demande au préfet de police de Paris l'extension du périmètre de sécurité du maintien de l’ordre après l'« acte II » du 24 novembre 2019. Il demande également à être reçu avec les collègues maires d’arrondissements du 1er, 8e, 9e et 16e au ministère de l'Intérieur après les graves violences dans le quartier de Ternes proche de l'Étoile lors de l'« acte III »[18]. Après le 1er décembre, il demande davantage d'interpellations préventives avant l'« acte IV » du [19] et l’interdiction de la manifestation sur les Champs-Élysées à l'occasion de l'« acte V » du à Paris.

Lutte contre la radicalisation[modifier | modifier le code]

Après les attentats de Charlie Hebdo, Geoffroy Boulard intervient en au Conseil de Paris sur la radicalisation d'agents municipaux (dont l’un des frères Kouachi), demandant à la ville de Paris quelles mesures allaient être prises pour connaître les antécédents des personnes recrutées, et les consignes données aux cadres de la ville[20].

En , il est l’origine du partage d'informations sur les individus suspectés de radicalisation entre les maires d'arrondissements de Paris[21] et la Préfecture : les élus qui font des signalements auprès des services de l'État sur un individu pouvant s'être radicalisé bénéficient désormais d’un retour confidentiel.

En , à sa demande, la mairie de Paris s’est engagée auprès des élus du Conseil de Paris à communiquer des données relatives, d’une part, au bilan des dispositifs de prévention de la radicalisation dans les services publics parisiens (notamment les signalements à l’État de personnes radicalisées) et, d’autre part, aux nombres de sanctions disciplinaires prises par la mairie à l’encontre d’agents de la Ville ayant porté atteinte au principe de laïcité dans l’exercice de leurs fonctions[22].

Au sein de LR[modifier | modifier le code]

En 2013, il devient trésorier de Pierre-Yves Bournazel[23], candidat à la primaire pour la candidature UMP en vue des élections municipales de 2014.

Fin , il devient secrétaire départemental adjoint de la fédération Les Républicains (LR) de Paris[réf. nécessaire] puis le , lors des élections internes du parti Les Républicains, il est élu délégué de la 3e circonscription de Paris[3].

Le , soutenu par Frédéric Péchenard et Philippe Goujon il est nommé secrétaire départemental LR de Paris[24],[3], et le , il démissionne après le faible score de la liste LR aux élections européennes 2019 (10,2 % des suffrages) dans la capitale[réf. nécessaire] pour se consacrer au 17e arrondissement.

Début , il appelle à cesser « Le Wauquiez bashing permanent »[25]. Il se prononce pour la dissolution de l'Assemblée nationale et annonce son soutien à François-Xavier Bellamy pour les élections européennes de 2019[26].

Élections municipales de 2020[modifier | modifier le code]

En 2019, il entre en discussion avec Benjamin Griveaux, tête de liste La République en marche (LREM) pour les élections municipales de 2020 à Paris[27],[28]. Finalement, en janvier 2020, Benjamin Griveaux est investi en tant que tête de liste par LREM dans le 17e arrondissement[29] et Geoffroy Boulard est officiellement investi à l’unanimité par la commission nationale d'investiture de LR pour représenter les couleurs « de la droite et du centre »[30] dans l'arrondissement alors qu'un sondage le place comme favori[31]. Le 15 janvier 2020, Valérie Pécresse, présidente du conseil régional, annonce son soutien à Geoffroy Boulard lors de ses voeux[32].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Geoffroy Boulard a été proche de La Manif pour tous : soutien de la première manifestation contre l'ouverture du mariage civil aux couples homosexuels du [33], il participera également à celle du . Il signe en 2014 la charte des municipales de la Manif pour tous[34]. Il fait partie des co-signataires en de la tribune « L'appel des colistiers de NKM en faveur de la famille »[35].

En mai 2015, il reproche à la ministre de la Justice Christiane Taubira de ne pas chanter La Marseillaise lors de la journée commémorative du souvenir de l'esclavage et de son abolition[36].

En , il condamne les agressions des personnes transsexuelles rue de La Jonquière et soutient Julia Boyer après son agression place de la République à Paris[37].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié et père de trois enfants[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Paris : Geoffroy Boulard (LR) « un taiseux » à la tête de la mairie du XVIIe, Le Parisien, 13 juillet 2017
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :0
  3. a b c d et e « Votre Maire », sur Geoffroy Boulard | Site officiel (consulté le 16 mai 2019)
  4. Virginie Grolleau, « Paris : un nouvel élu UMP épinglé pour son logement social », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 3 octobre 2018).
  5. « SEMAEST - Nos équipes », sur SEMAEST
  6. « Paris Métropole Aménagement - Conseil d'administration », sur parisetmetropole-amenagement.fr
  7. « Paris: Geoffroy Boulard élu maire du 17e », lefigaro.fr, 11 juillet 2017.
  8. « Président et Bureau », sur Métropole du Grand Paris, (consulté le 3 janvier 2019)
  9. BFMTV, « Opération « signaler un rat »: à Paris, le maire du 17e lance une chasse aux rongeurs sur internet », sur BFMTV (consulté le 14 novembre 2018)
  10. « Rats à Paris : Geoffroy Boulard, le maire LR du XVIIe, lance le site «signalerunrat.paris» », leparisien.fr,‎ 2018-06-10cest17:00:00+02:00 (lire en ligne, consulté le 13 juin 2018)
  11. « Rats à Paris: «La ville de Paris ne se creuse pas assez la tête sur la dératisation», estime le maire du XVIIe », sur www.20minutes.fr (consulté le 13 juin 2018)
  12. (en-US) « Latest entrant in Paris mayoral race: Rats! », POLITICO,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  13. (en) Kim Willsher, « Parisian mayor launches 'rat map' to tackle rodent menace », sur the Guardian, (consulté le 14 novembre 2018)
  14. Causeur.fr, « "Contre les rats, Anne Hidalgo doit enfin prendre les décisions qui s'imposent" - Causeur », Causeur,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  15. Le Point, magazine, « Paris : Geoffroy Boulard, l'élu qui a déclaré la guerre aux rats », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  16. « Paris : après les rats, le maire du XVIIe lance son appli contre la saleté », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  17. BFMTV, « Paris: après « signaler un rat », le maire du 17e lance le « détritous challenge » », sur BFMTV (consulté le 16 mai 2019)
  18. « Les élus locaux seront associés jeudi au dispositif de sécurité en cas de nouvelle manifestation », sur leparisien.fr, 2018-12-03cet18:25:45+01:00 (consulté le 29 décembre 2018)
  19. BFMTV, « Nicole Belloubet évoque des interpellations préventives avant la mobilisation de samedi », sur BFMTV (consulté le 29 décembre 2018)
  20. Le 11 février 2015 à 07h00, « Droite et gauche s'affrontent sur la radicalisation d'agents municipaux », sur leparisien.fr, (consulté le 9 août 2019)
  21. « Radicalisés : les élus parisiens seront informés », sur FIGARO, (consulté le 9 août 2019)
  22. « À Paris, la radicalisation dans les services publics en question », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 9 août 2019)
  23. « Votre Maire », sur Geoffroy Boulard | Site officiel (consulté le 9 août 2019)
  24. « Paris : Geoffroy Boulard, nouveau secrétaire départemental pour LR », leparisien.fr,‎ 2018-03-15cet19:12:32+01:00 (lire en ligne, consulté le 3 janvier 2019)
  25. « «Nous n’acceptons plus le “Wauquiez bashing” permanent». Par 22 élus LR », sur L'Opinion, (consulté le 2 juin 2019)
  26. « Geoffroy Boulard: «La dissolution peut-être une voie pour le Président de la République» », sur Figaro Live (consulté le 5 août 2019)
  27. « Paris 2020 : Benjamin Griveaux en discussion avec Geoffroy Boulard, maire LR du 17e », sur La Lettre A.fr, (consulté le 10 novembre 2019).
  28. Denis Cosnard, « Elections municipales 2020 : à Paris, Benjamin Griveaux tête de liste dans le 17e arrondissement », sur lemonde.fr, (consulté le 19 janvier 2020).
  29. « Elections municipales 2020 : à Paris, Benjamin Griveaux tête de liste dans le 17e arrondissement », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le 17 janvier 2020)
  30. « Communiqué de Geoffroy Boulard », sur Geoffroy Boulard | Votre Maire, (consulté le 17 janvier 2020)
  31. Fabien Dabert et Mis à jour le 17/01/20 10:32 Linternaute.com, « Elections municipales 2020 : infos clés, sondages... Toute l'actu de la campagne ! », sur www.linternaute.com (consulté le 17 janvier 2020)
  32. PIERRE MAURER, « Municipales à Paris : Pécresse assure que Dati n'a «pas saisi» sa «main tendue» », sur Le Figaro.fr, (consulté le 17 janvier 2020)
  33. « La Manif pour Tous (LMPT) — France Politique », sur www.france-politique.fr (consulté le 2 juin 2019)
  34. « Les signataires de la charte - Charte des Municipales - La Manif Pour Tous », sur www.chartedesmunicipales.fr (consulté le 3 septembre 2019)
  35. « L'appel des colistiers de NKM en faveur de la famille », sur FIGARO, (consulté le 5 août 2019)
  36. « Christiane Taubira assume et revendique ne pas toujours chanter La Marseillaise - Le Lab Europe 1 », 2015,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juillet 2017)
  37. « Agression transphobe à Paris : c'est "tous les soirs, toutes les nuits", dénonce une association », sur France 3 Paris Ile-de-France (consulté le 31 mai 2019)

Lien externe[modifier | modifier le code]