Laura Bush

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Laura Bush
Image dans Infobox.
Portrait de Laura Bush.
Fonction
Première dame des États-Unis
-
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Laura Lane Welch BushVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Laura Lane Welch
Nationalité
Formation
Activités
Père
Harold Welch (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Jenna Welch (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Barbara Pierce Bush (en)
Jenna Bush Hager (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Religion
Parti politique
Membre de
Distinctions
Médaille du chancelier-Nichols (en)
Légende vivante de la Bibliothèque du Congrès ()Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Laura Bush
Signature

Laura Bush, née Welch le à Midland au Texas, est, en sa qualité d'épouse du 43e président des États-Unis George W. Bush, la Première dame des États-Unis du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Le roi Harald V de Norvège, Laura Bush, le président américain George W. Bush et la reine Sonja, le à la Maison-Blanche.
La reine Élisabeth II et Laura Bush, en 2007.

Née dans le Texas, elle est l'enfant unique de Harol Bruce Welch (1912-1995) et de Jenna Louise Hawkins (1919-2019). À l'âge de 17 ans, elle grille un stop et tue involontairement un ami proche, parfois présenté comme son fiancé, qui se trouvait dans une autre voiture.

Cet événement l'a bouleversée : « J'en ai perdu la foi de longues années. C'était la première fois que je demandais quelque chose à Dieu, et la seule réponse que j'ai reçue était les sanglots » de la mère de la victime[1].

Après ses études, elle devient institutrice puis obtient un diplôme en sciences de l'information (bibliothéconomie) qui lui permet de devenir bibliothécaire à Austin (Texas). Elle rencontre George W. Bush en 1977 avec qui elle se marie le de la même année. Elle donne naissance à deux jumelles, Barbara et Jenna.

Son mari élu président, elle devient la première First lady à pouvoir adresser des rituels messages radio hebdomadaires, ceci étant réservé jusque‑là au président lui-même. Elle s'engage profondément dans la cause de l'éducation des enfants défavorisés, ce qui explique l'influence qu'elle a auprès de son époux, promoteur du programme No Child Left Behind.

Elle est cependant parfois moquée pour son image d'« épouse parfaite », typique de l'Amérique traditionaliste[1].

C'est lors d'une visite dans une petite école élémentaire dans le cadre de ce programme, que George W. Bush apprend les attentats du 11 septembre 2001. Dans les jours qui suivent, elle adresse des messages afin d'apaiser les enfants, puis un message radio en , portant sur les droits des femmes en Afghanistan. Elle prononce un discours à l'UNESCO lorsque les États-Unis décident de réintégrer cette organisation. Son discours porte sur le rôle central de l'éducation des enfants.

En hommage à sa mère, qui survécut à un cancer, elle soutient une campagne de lutte contre les maladies cardiaques chez les femmes. Elle encourage également les associations de préservation du patrimoine historique et de l'environnement. En mai 2005, elle effectue une tournée au Moyen-Orient en tant qu'ambassadrice de la paix. Lors de ce voyage, elle participe au forum économique mondial où elle résume ainsi sa pensée : « L'éducation contribue à l'instauration de la liberté. Des citoyens éduqués peuvent faire leur propre choix, prendre leurs décisions et assumer leurs responsabilités de citoyens. »

Sa cote de popularité atteint 85 % d'opinions favorables en . Elle se rend plusieurs fois en Afrique pour évoquer la lutte contre le Sida.

En 2004, le magazine Forbes la classe 4e femme, 43e en 2006 et 60e en 2007.

En 2010, elle publie son autobiographie, Spoken From the Heart, chez Simon & Schuster[1].

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Dans la série télévisée Bush Président (2001), son rôle est joué par Carrie Quinn Dolin, dans le film W. : L'Improbable Président (2008) d'Oliver Stone, par Elizabeth Banks et dans la série télévisée The First Lady (2022), par Kathleen Garrett.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Diplomatie : les révélations-choc de Laura Bush », leparisien.fr, 29 avril 2010.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]