Bessey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bessey
Bessey
Le village de Bessey en avril 2015.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Intercommunalité Communauté de communes du Pilat rhodanien
Maire
Mandat
Charles Zilliox
2020-2026
Code postal 42520
Code commune 42018
Démographie
Gentilé Besserots, Besserottes [1]
Population
municipale
458 hab. (2018 en augmentation de 8,02 % par rapport à 2013)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 23′ 12″ nord, 4° 41′ 46″ est
Altitude Min. 278 m
Max. 430 m
Superficie 6,24 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Pélussin
(banlieue)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Pilat
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Bessey
Géolocalisation sur la carte : Loire
Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Bessey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bessey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bessey

Bessey est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bessey est situé dans le département de la Loire, au sein du parc naturel régional du Pilat.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Bessey viendrait de bes (l'arbre bouleau) ou de bessons (les jumeaux)[2].

La localité est mentionnée pour la première fois au XIe siècle[2]. Elle apparaît en 1342 sous l'orthographe Becyes. Le nom évolue ensuite en Beces en 1352, Beceys en 1395, Betz en 1409, Besses en 1477 et enfin Bessey en 1754[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse dépendait du prieuré de Roisey[2]. Vers 1850, Théodore Ogier en fait la description suivante : « ce village, situé sur un sol accidenté, est distribué d'une manière irrégulière autour de son église ; ses maisons sont généralement bien construites, mais peu commodes. Quant aux agréments naturels, il n'en existe absolument aucun. L'agriculture seule est productive, les céréales, fruits, légumes, vignes et seigles y croissent en abondance »[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune comptait 317 inscrits sur les listes électorales[5].

Lors du premier tour de l'élection présidentielle de 2017, Marine Le Pen (Front national) arrive en tête avec 32,72 % des votes exprimés. Elle est suivie par Emmanuel Macron (En marche !) avec 18,38 % et François Fillon (Les Républicains) avec 18,01 %. Viennent ensuite Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) avec 15,81 %, Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) avec 6,25 %, Benoît Hamon (Parti socialiste) avec 2,57 %, Jean Lassalle (Résistons !) avec 2,57 %, Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) avec 1,84 % et Philippe Poutou (Nouveau parti anticapitaliste) avec 1,84 %. La participation au premier tour était de 85,8 % dont 1,26 % de bulletins blancs et nuls. Au second tour la participation est plus faible avec 72,56 % de votants dont 11,99 % de votes blancs ou nuls. Emmanuel Macron remporte 50,87 % des voix exprimées au second tour[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Bessey en avril 2015.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Marc Pupier    
mars 2008 En cours
(au 25 mai 2020)
Charles Zilliox[6],[7]
Réélu pour le mandat 2020-2026
   

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2018, la commune comptait 458 habitants[Note 1], en augmentation de 8,02 % par rapport à 2013 (Loire : +0,89 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
408226409380405389377390437
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
442451455428443419395403415
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
396412337305278281264241227
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
239229235226263292369390438
2018 - - - - - - - -
458--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2016, la suivante :

Pyramide des âges à Bessey en 2016 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ans ou +
0,0 
3,1 
75 à 89 ans
7,1 
14,5 
60 à 74 ans
12,2 
22,0 
45 à 59 ans
22,2 
21,6 
30 à 44 ans
23,7 
14,5 
15 à 29 ans
14,7 
23,5 
0 à 14 ans
20,0 
Pyramide des âges du département de la Loire en 2016 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ans ou +
2,1 
7,7 
75 à 89 ans
11,2 
16,6 
60 à 74 ans
17,2 
19,6 
45 à 59 ans
18,9 
18,3 
30 à 44 ans
17,2 
17,7 
15 à 29 ans
16,2 
19,5 
0 à 14 ans
17,2 

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bessey est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Pélussin, une agglomération intra-départementale regroupant 6 communes[17] et 8 104 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[18],[19]. La commune est en outre hors attraction des villes[20],[21].

En 2016, les 203 logements de la commune sont à 85,2 % des résidences principales, presque uniquement des maisons. Il y a 14 logements vacants en 2016 contre 12 en 2011. Les habitants sont majoritairement propriétaires (85,6 %) et 10,2 % sont locataires[12].

Plus de la moitié (59,2 %) des ménages en 2016 occupent leur résidence principale depuis dix ans ou plus. Sur le total des 269 résidences principales, 107 (61,8 %) possèdent cinq pièces ou plus. Le nombre moyen de pièces se situe à 4,9 en 2016. La totalité des résidences (100 %) possèdent une salle de bain disposant d'une baignoire ou d'une douche. Pour le chauffage, seules 18,6 % des résidences possèdent un chauffage individuel tout électrique, tandis que 52,1 % possèdent un chauffage central individuel. Enfin, 74,3 % % des résidences possèdent au moins un emplacement de stationnement et 97 % des ménages sont équipés d'au moins une automobile[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (50,9 %), zones agricoles hétérogènes (32,2 %), forêts (9,1 %), terres arables (7,8 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Économie[modifier | modifier le code]

En 2016, le taux d'activité des 15 à 64 ans s'élevait à 76,3 %, supérieur à la moyenne départementale (72,7 %). Le taux de chômage s'élevait à 4,1 %, très inférieur aux 10 % de la moyenne départementale à la même époque[12],[13].

En 2015, il y a 13 exploitations agricoles sur la commune. Pour l'année 2017, hors agriculture, on recense 18 entreprises, dont une dans le secteur de l'industrie, cinq dans celui de la construction et cinq commerces. Pour le tourisme, le village dispose d'un petit camping d'une capacité de sept personnes[12].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Située sur le GR65 reliant Genève au Puy-en-Velay, l'église du village abrite un vitrail représentant saint Jacques le Majeur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/loire-42
  2. a b et c Lhortolat et al. 2004, p. 13.
  3. Jean-Édouard Dufour, Dictionnaire topographique du département de la Loire, Université de Saint-Étienne, , 1184 p. (ISBN 978-2-86272-412-6, lire en ligne), p. 59-60.
  4. Théodore Ogier, La France par cantons : cantons de Pélussin et de Condrieu, Visages de notre Pilat, (1re éd. vers 1850), 124 p., p. 10 et 11.
  5. a et b « Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur, (consulté le 13 avril 2020).
  6. Bessey sur le site de l'association des maires de France (consulté le 13 mars 2015).
  7. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. a b c d et e « Dossier complet : Commune de Bessey (42018) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 13 avril 2020).
  13. a et b « Dossier complet : Département de la Loire (42) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 9 avril 2020).
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  17. « Unité urbaine 2020 de Pélussin », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 28 mars 2021).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  20. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 26 avril 2021)
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 26 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Lhortolat, Pierre Dumas, Suzanne Corompt et Jean Perreton, Le patrimoine du canton de Pélussin, Visages de notre Pilat, , 130 p. (ISSN 0246-8174).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :