Lupé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lupé
Lupé
Le château de Lupé.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Le Pilat
Intercommunalité Communauté de communes du Pilat rhodanien
Maire
Mandat
Farid Cheriet
2015-2020
Code postal 42520
Code commune 42124
Démographie
Gentilé Lupéens, Lupéennes
Population
municipale
312 hab. (2015 en diminution de 1,27 % par rapport à 2010)
Densité 212 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 22′ 24″ nord, 4° 42′ 18″ est
Altitude Min. 263 m
Max. 382 m
Superficie 1,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Lupé

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Lupé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lupé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lupé
Liens
Site web mairielupe.wordpress.com

Lupé est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le site fut d’abord occupé par une villa gallo-romaine : Villam Lupoicam.

Lupé apparaît dans l’histoire à travers quelques dates. À l’époque mérovingienne, en 665, un des premiers seigneurs de Lupé, Valdebert, assiste son parent, saint Ennemond, archevêque de Lyon, dans ses derniers moments.

On retrouve mention en 1066 d’un seigneur de Lupé, Guigo Falasterius, dans le cartulaire du monastère de Saint-Sauveur-en-Rue. Cette noble famille Falasterius (nom francisé en Falatier) fait construire le castrum à la fin du XIIe siècle et le conserve pendant plus de cinq cents ans en le transmettant toujours par les femmes.

La dernière descendante des Falatier, Louise, épouse un seigneur voisin, Gastonnet de Gaste qui, chambellan de Charles Ier de Bourbon, comte de Forez, en obtient les droits de moyenne et haute justice pour sa seigneurie de Lupé. Leur fils fut chambellan du roi Louis XI et leur petit-fils, chambellan du roi Charles VIII.

Le personnage le plus marquant de cette famille fut Marguerite de Gaste de Lupé, d’une rare beauté, qui inspira Honoré d’Urfé pour son roman L’Astrée. Son frère Anne d’Urfé, poète, très amoureux de la dame lui dédia de nombreux vers. Mais c’est Jean d’Apchon, baron de Montrond, qu’elle épousa en 1570. Restée veuve, elle se remarie en 1580 avec Aymard de Grolée-Mouillon, baron de Bressieu en Dauphiné.

De leur union va naître Catherine qui transmet en 1598 la terre de Lupé à son mari Rostaing de la Baume, comte de Suze. Commence alors pour Lupé une période de fastes et de splendeur. Les différentes alliances par mariage ont fait des descendants des Falatier, des personnages riches et titrés. Ils vivent entre leurs cinq châteaux : Lupé, Rochefort, Bressieu en Dauphiné, Montrond en Fôrez et Suze la Rousse, en Provence. Cette période de prospérité dure pendant tout le XVIIe siècle.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Lupé (Loire).svg

Les armoiries de Lupé se blasonnent ainsi :

: au 1er d'or au loup ravissant de sable, allumé et lampassé de gueules, au 2e de gueules à trois fasces cousues d'azur et au loup ravissant brochant de l'un en l'autre.
Ce blason s'inspire de celui de la famille Gaste de Lupé :Mi-parti d'or et de gueules, à trois fasces d'azur sur les gueules. d'après Anne d'Urfé (rapporté par Malte-Brun dans La France illustrée, tome III, 1882). Le loup est le symbole de la commune (étymologie latine de Lupé).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 2001 Henri Faure    
mars 2001 en cours Eddie Blanc[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2015, la commune comptait 312 habitants[Note 1], en diminution de 1,27 % par rapport à 2010 (Loire : +1,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
287237313321317370313333329
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
344313314326313304322336313
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
298283266210199194191168168
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
171161184168208251294312316
2015 - - - - - - - -
312--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lupé sur le site de l'association des maires de France, consulté le 31 mai 2015.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :