Bessais-le-Fromental

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bessais-le-Fromental
Bessais-le-Fromental
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Saint-Amand-Montrond
Intercommunalité Communauté de communes du Cœur de France
Maire
Mandat
Serge Audonnet
2020-2026
Code postal 18210
Code commune 18029
Démographie
Gentilé Bessaisiens
Population
municipale
312 hab. (2017 en diminution de 4,29 % par rapport à 2012)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 48″ nord, 2° 45′ 45″ est
Altitude Min. 182 m
Max. 241 m
Superficie 25,75 km2
Élections
Départementales Canton de Dun-sur-Auron
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Bessais-le-Fromental
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Bessais-le-Fromental
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bessais-le-Fromental
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bessais-le-Fromental

Bessais-le-Fromental est une commune française, située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village du sud du Cher, situé près de Saint-Amand-Montrond, Bessais-le-Fromental se trouve à une distance de 50 km de Bourges.

Localisation[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église

Le nom du village a évolué au fil des siècles : Becchaico en 1080, Vicus Becciacus au VIe siècle (Grégoire de Tours), Ecclesia Batthaice (en 1080), Beccay Le Fromental en 1411 (pour le distinguer de l'autre Beccay)[1].

La population, de 764 habitants en 1831, est passé à 830 habitants en 1851 puis 955 habitants en 1881.

Le village est une paroisse de l'archiprêtré de Charenton, de la châtellenie d'Ainay et de la seigneurie de Guillaume de Bourbon en 1248.

En 1569, Nicolas de Nicolay, dans sa Générale description du Bourbonnais, décrit la cité comme « Bessais, paroisse en laquelle sont les chasteaux et maisons nobles des Barres, du Ceray et Bernon et contient le nombre de 113 feux. »

Bessais-le-Fromental est rattaché à Charenton et au département du Cher à la Révolution (1790).

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Bessais-le-Fromental (Cher).svg

Les armoiries de Bessais-le-Fromental se blasonnent ainsi :

Taillé: au 1er de sinople à la lettre « b » d'or, au 2e d'azur à 'épi de blé d'or posé en barre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Mars 2003 Mars 2008 José Guillen    
Mars 2008 en cours Serge Audonnet[2],[3]   Ancienne profession intermédiaire (72 ans en début de mandat 2020-2026)

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2017, la commune comptait 312 habitants[Note 1], en diminution de 4,29 % par rapport à 2012 (Cher : -2,45 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
656631649795764843855887830
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
804841920986956955968974965
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
954912874728719667664643576
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
535535430405361325316315313
2013 2017 - - - - - - -
333312-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
La croix cannelée

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Croix : dans le mur de la cour de l'ancienne école, une croix cannelée portant une inscription - François Chassaigne, sieur de Cossonay et du domaine du Bourg - 1730.
  • Église romane Saint-Martin : elle est cédée au chapitre Saint-Ursin en 1080 par Ségaud. Les dîmes étaient versées à Cornusse. Elle a été très altérée par le feu et les guerres de religion.
  • Venou : au sud-est de Bessais, ce fut une cité avec forteresse et fossés-étangs. Les ruines désertes d'une ville entière de petite étendue avec un temple, ses rues, ses maisons, ses murs et ses fossés, le tout a disparu. Au Moyen Âge c'était une ville. En 1212, Bonne la Grossine, épouse de Jean Beraut, fait aveu à Saint-Sulpice pour une partie de la dîme de Venoe. Si l'acte de 1344 indique que Venou était une paroisse, il s'agit en fait d'un fief ayant haute et basse justice, avec des fortifications et des fossés défensifs dont Alys Bréchard fait aveu à Mme de Seuly, dame de Saint-Amand-Montrond. Venou relevait de Liénesse[9].
  • Goule : étang de Goule

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. H. Boyer, dictionnaire toponymique du Cher
  2. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 8 août 2020)
  3. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 8 août 2020)
  4. Site des villes et villages fleuris, consulté le 23 décembre 2016.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. Les Vestiges de l'ancienne ville de Venoux, M-T Maucuit


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :