Beauzac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Beauzac
Beauzac
Église de Beauzac, avec portail de style gothique.
Blason de Beauzac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Yssingeaux
Canton Bas-en-Basset
Intercommunalité Communauté de communes Marches du Velay-Rochebaron
Maire
Mandat
Jean Proriol
2014-2020
Code postal 43590
Code commune 43025
Démographie
Population
municipale
2 904 hab. (2015 en augmentation de 5,14 % par rapport à 2010)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 15′ 36″ nord, 4° 05′ 57″ est
Altitude Min. 440 m
Max. 969 m
Superficie 36,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Beauzac

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Beauzac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beauzac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beauzac

Beauzac est une commune française située à l'est du Velay, dans le département de la Haute-Loire en région de l'Auvergne-Rhône-Alpes. Beauzac est située à équidistance (40 kilomètres environ) entre les villes du Puy-en-Velay (Haute-Loire) et de Saint-Étienne (Loire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Viaduc de Brenas, dans le sud de la commune, enjambant la Loire. Un train de la ligne Le Puy – Saint-Étienne l'emprunte.

Le territoire de la commune de Beauzac matérialise une fraction est du Massif central et est située à l'est du département de la Haute-Loire dans l'Auvergne, non loin de la frontière des départements de la Loire et de l'Ardèche. Ce territoire s’étend sur le flanc nord-est de la montagne ou plateau de la Madeleine, sise elle-même sur le territoire de la commune voisine de Retournac. La Loire, qui forme toute la limite est et sud-est de la commune, ne la traverse que dans son extrémité sud, séparant le village de Vaures, situé sur la rive droite du fleuve, d’avec le reste de la commune. Le sommet de la Dent, avec ses 970 mètres d’altitude, en est le point culminant. L’Ance, affluent de rive-gauche de la Loire, forme grosso modo sa limite nord. Le fleuve reçoit également, au village de Confolens, à l’extrême est de la commune, les eaux du Lignon, affluent de rive-droite de la Loire.

La commune est traversée diamétralement par la route départementale 42, qui relie Retournac à Bas-en-Basset, et longée, sur son flanc sud-est, par la ligne de Saint-Étienne-Châteaucreux au Puy-en-Velay, à voie unique, qui emprunte la vallée encaissée de la Loire.

Une halte ferroviaire est située sur la commune : la gare de Pont-de-Lignon (hameau de Confolent).

Histoire[modifier | modifier le code]

Étant mentionné pour la première fois dans un cartulaire de l’abbaye de Chamalières-sur-Loire en 923, le village de Beauzac est une des paroisses les plus anciennes du diocèse du Puy-en-Velay. Au XIIe siècle furent édifiés un château, ainsi que des murailles d’enceinte, formant ensemble un périmètre rectangulaire encore aisément reconnaissable aujourd’hui sur les photographies satellites. De cette ancienne place forte n’ont été conservés que deux porches de forme ogivale et des consoles en bois soutenant les galeries qui couronnent les façades des maisons aménagées dans les anciennes murailles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Blason
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
octobre 1962 en cours Jean Proriol[1] UMP Député de la Haute-Loire

La commune de Beauzac englobe, le bourg de Beauzac (chef-lieu) et les hameaux suivants : Les Preaux, Confolent, Brenas, la Grange, la Para, Vaures, le Fraisse, le Vialard, Grandchamps, les Bernauds, Pirolles, Liorac (ou Lioriac), Proriol, Combres, Chazelet, Bransac, les Vivats, la Charreyre, le Monteil, Chizeneuve, Bérard, la Fretisse, la Groslière (ou Grouleyre), Peyragosse et le Montourtier.

Démographie[modifier | modifier le code]

Hameau de Brenas, situé dans le sud de la commune, à l'intérieur d'une courbe de la Loire.

La croissance démographique s’explique par l’implantation d’activités industrielles, mais aussi par l’arrivée de nombreux néoruraux dans la commune.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2015, la commune comptait 2 904 habitants[Note 1], en augmentation de 5,14 % par rapport à 2010 (Haute-Loire : +1,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 4572 2022 4742 4602 5972 6762 3522 3532 626
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 6422 8612 8182 5492 5142 6742 6642 5862 473
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3282 3572 1942 0452 0101 9261 8741 8501 436
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 5151 4721 5741 8671 9552 0612 5572 7622 904
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture s'est majoritairement intensifiée et, pour les laiteries dépendantes de l'élevage, industrialisée (industrie agroalimentaire). La Compagnie Fromagère de la Vallée de l'Ance (CFVA) (groupe Bongrain) fabrique des fromages aux marques commerciales assez connues du marché vivrier français (par exemple le fromage Saint Agur).

D'autres activités, artisanat, industrie (plastique, mécanique, logistique) se sont installées au sein de la commune, en particulier dans la zone d'activité de Pirolles.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chevet et campenard de l'église Saint-Jean.
  • Le trajet de la Loire à Beauzac fait partie des gorges de la Loire, s’encaissant en effet fortement par endroits, et se bordant de falaises.
  • Jolie vallée de l’Ance, dans le nord de la commune.

Église Saint-Jean[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Jean de Beauzac.

L’église Saint-Jean de Beauzac, a été construite du XIIe au XVIIe siècle, elle est située dans le bourg.

Chapelle du Fraisse[modifier | modifier le code]

La chapelle du Fraisse avec ses trois clochetons.
Article détaillé : Chapelle du Fraisse.

La chapelle du Fraisse, date du XIIe siècle et est située à environ deux kilomètres du pont de Vaure (en bord de Loire), entre les hameaux du Fraisse Haut et du Fraisse Bas.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 1er octobre 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.