Valprivas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Valprivas
Valprivas
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Yssingeaux
Intercommunalité Communauté de communes Marches du Velay-Rochebaron
Maire
Mandat
René Pascal
2014-2020
Code postal 43210
Code commune 43249
Démographie
Population
municipale
509 hab. (2017 en augmentation de 4,3 % par rapport à 2012)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 43″ nord, 4° 02′ 41″ est
Altitude Min. 491 m
Max. 953 m
Superficie 23,66 km2
Élections
Départementales Canton de Bas-en-Basset
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Valprivas
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Valprivas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valprivas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valprivas

Valprivas est une commune française de l'ancien pays du Velay, située dans le département de la Haute-Loire, à la frontière du département de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Valprivas est une commune de moyenne altitude, au bord du plateau de Chalencon, située au nord-est de la Haute-Loire, à la limite du département de la Loire.

Le village domine la vallée de l'Andrable.

Les communes limitrophes sont Bas-en-Basset, Beauzac, Boisset, Tiranges et au nord Saint-Hilaire-Cusson-la-Valmitte dans le département de la Loire.

La ville la plus proche est Monistrol-sur-Loire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Valprivas fut le fief d'Antoine Verd du Verdier, magistrat lyonnais ami des poètes de la Pléiade, qui fit aménager dans le style Renaissance le château familial[1].

La commune fut créée en 1850 par démembrement de la commune de Bas (aujourd'hui Bas-en-Basset).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Guy Fonton    
mars 2008 En cours
(au 26 août 2014)
René Pascal[2]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1851. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2017, la commune comptait 509 habitants[Note 1], en augmentation de 4,3 % par rapport à 2012 (Haute-Loire : +0,71 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
1 4331 4511 4751 3801 3071 3341 3501 3711 244
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
1 1861 2031 1001 1151 012929922901714
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007
627560461405300356401472482
2008 2013 2017 - - - - - -
492483509------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château dont une partie date du XIe siècle (935), fut rénové et embelli à la Renaissance. La chapelle, reconsacrée en 1493, abrite de vastes peintures inscrites à l'inventaire des Monuments historiques, réalisées par des peintres de l'atelier de Rubens. Ce château fut un temps la propriété d'Antoine Verd du Verdier.
  • Le calvaire de Chanteloube, au point culminant de la commune, où une table d'orientation permet de découvrir un panorama exceptionnel allant du Massif du Pilat, par les monts du Forez et du Velay jusqu'aux Cévennes, au Gévaudan et à la chaîne des Puys.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Verd du Verdier (1544-1600), lieutenant général du royaume pour le Lyonnais, ami des poètes de la Pléiade et auteur de la première Bibliographie en langue françoise[7]. Propriétaire du château de Valprivas
  • Carl de Nys, religieux et musicologue français, mort le à Valprivas. Une place du village porte son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.valprivas.com/chateau.htm
  2. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 26 août 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  7. La Renaissance en Auvergne : architecture et décor, A. Regond, in Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la réforme et la renaissance 1984, Vol. 19, p 16

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]