Bas-en-Basset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bas-en-Basset
Bas-en-Basset
Bas-en-Basset depuis le château de Rochebaron.
Blason de Bas-en-Basset
Héraldique
Bas-en-Basset
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Yssingeaux
Intercommunalité Communauté de communes Marches du Velay-Rochebaron
Maire
Mandat
Guy Jolivet
2020-2026
Code postal 43210
Code commune 43020
Démographie
Population
municipale
4 461 hab. (2020 en augmentation de 3,41 % par rapport à 2014)
Densité 95 hab./km2
Population
agglomération
13 423 hab. (2020)
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 24″ nord, 4° 06′ 36″ est
Altitude Min. 433 m
Max. 901 m
Superficie 46,76 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Monistrol-sur-Loire
(banlieue)
Aire d'attraction Saint-Étienne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bas-en-Basset
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bas-en-Basset
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bas-en-Basset
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Bas-en-Basset
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Bas-en-Basset

Bas-en-Basset (prononciation : /bas ɑ̃ basɛ/) est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Loire, le fleuve marquant,, la limite communale sur deux sections distinctes au sud-est et à l'est. Une plaine avec des étangs s'étend depuis la Loire jusqu'à des collines à l'ouest. La commune est limitrophe du département de la Saône-et-Loire au nord-est[c 1]. Ces étangs se sont formés après l'exploitation intensive des sables de la Loire. Les cavités exploitées à l'époque se sont remplies d'eau et abritent une faune et une flore protégées.

Localisation[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2. carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes

La commune de Bas-en-Basset se trouve dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes[I 1] et est limitrophe du département de la Loire

Elle se situe à 50 km par la route[Note 1] du Puy-en-Velay[1], préfecture du département, et à 25 km d'Yssingeaux[2], sous-préfecture

Communes proches et limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes les plus proches[Note 2] sont[3],[c 1] : Valprivas (5,1 km), Monistrol-sur-Loire (5,2 km), Beauzac (5,3 km), Malvalette (6,7 km), Rozier-Côtes-d'Aurec (7,3 km), La Chapelle-d'Aurec (8,3 km), Saint-Hilaire-Cusson-la-Valmitte (8,7 km), Saint-Maurice-de-Lignon (9,4 km).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bas-en-Basset est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine de Monistrol-sur-Loire, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[I 2] et 13 423 habitants en 2020, dont elle est une commune de la banlieue[I 3],[I 4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Étienne dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 105 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[I 5],[I 6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (46,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (46,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (43,8 %), zones agricoles hétérogènes (26,7 %), prairies (15,1 %), zones urbanisées (6,8 %), eaux continentales[Note 5] (2,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,7 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,8 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[c 2].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Bas-en-Basset est composée de plusieurs villages (44 lieux-dits).

Sur sa partie rive-gauche :

  • Bas. Partie administrative du bourg dans lequel se trouvent mairie et écoles, limitée par la Loire à l'est
  • Lamure
  • Loudun
  • Labiec
  • Os
  • Fouilloux
  • Ranchevoux
  • Coutanson
  • Tézenac
  • Montméat
  • Le Roure
  • Saint-Julien
  • Nave
  • Navogne
  • Ancette. Située au bord de l'Ance
  • Crémerolles
  • la Roche

Sur sa partie rive-droite :

  • Gourdon
  • Basset
  • les Salles
  • Gournier, partagé avec la commune de Monistrol-sur-Loire, de même que la gare.

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 101, alors qu'il était de 100 en 2013 et de 85 en 2008[I 7].

Parmi ces logements, 46,5 % étaient des résidences principales, 46,5 % des résidences secondaires et 6,9 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 95 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 5 % des appartements[I 8].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Bas-en-Basset en 2018 en comparaison avec celle de la Haute-Loire et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (46,5 %) supérieure à celle du département (16,1 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 73,7 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (73,2 % en 2013), contre 70 % pour la Haute-Loire et 57,5 pour la France entière[I 9].

Le logement à Bas-en-Basset en 2018.
Typologie Bas-en-Basset[I 7] Haute-Loire[I 10] France entière[I 11]
Résidences principales (en %) 46,5 71,5 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 46,5 16,1 9,7
Logements vacants (en %) 6,9 12,4 8,2

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Malgré la découverte de silex datant du Néolithique près de la Loire, il n'y a aucune preuve d'une occupation permanente du territoire aux temps préhistoriques.[réf. nécessaire]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La commune de Bas-en-Basset est située dans le nord de l'ancien territoire des Vellaves, proche du territoire des Ségusiaves. À cette époque, s'y trouve une sorte de « pôle » proto-urbain comprenant trois sites proches les uns des autres, avec d'ouest en est : le « Mont Malorum », site fortifié sur une éminence surplombant la plaine ; à Basset, une agglomération ouverte en rive droite (côté est) de la Loire, occupée principalement pendant le IIe siècle av. J.-C. ; et à Bas, une autre agglomération ouverte en rive gauche de la Loire[c 1],[9].

Selon Lauranson (2012), les premières mentions du Mont Mallorum dans la littérature archéologique sont de l'abbé J.-M. Theillère (1882[10]), et des fouilles mentionnées par A. Boudon-Lashermes dont les écrits retiennent la mention d'une « grosse cargaison » d'amphores et de poteries celtiques[11]. Vers les années 1980 L. Simonnet et Y. Theillère y font des prospections qui ont livré de modestes quantités de mobilier[12] ; des sondages par L. Simonnet n'ont rien révélé[13]. Son extension maximale serait comprise entre quatre et six hectares.[réf. nécessaire] Outre les amphores et poteries mentionnées plus haut, le site a livré des pièces de monnaie[14][source insuffisante]. Après l'invasion romaine, le Mont Malorum est voué à l'exploitation agricole jusqu'à la fin du XIXe siècle.[réf. nécessaire]

Dans la plaine, par contre, la spécialité fut « durant des millénaires » la poterie, grâce au gisement d'argile de Ranchevoux, exploité en souterrain, et ce encore jusqu'à la fin du XIXe siècle[15].

Le nom Bas trouverait son origine dans la présence d'un consul romain nommé Caius Bassus, propriétaire de biens dans le Territorium Bassence[16].[source insuffisante] Le Bas-en-Basset gallo-romain, dans la plaine, parait avoir été important : traversé par une route, on y a retrouvé des colonnes ; une stèle funéraire ; des monnaies ; des objets divers originaires de la région ou de Gaulle ; et certains autres qui ornaient habituellement les temples romains[17].[source insuffisante]

Le Velay est ravagé lors des invasions barbares par les Vandales[Note 6], les Burgondes, les Wisigoths. Il passe ensuite sous domination franque.[réf. nécessaire]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Bas est lié à la seigneurie de Rochebaron, dont le château est bâti au XIe siècle[18] sur un éperon en bordure du Mont Malorum, à 650 mètres d'altitude, dominant de plus de 200 mètres le cours de la Loire et la plaine. Il est fortement remanié au XVe siècle.

Citons quelques seigneurs moyenâgeux du lieu, sans trop entrer dans les détails :

De la Renaissance à 1789[modifier | modifier le code]

De 1789 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Le territoire fait partie du Comté de Forez du XIVe siècle jusqu'en 1789, et est rattaché l'année suivante au département de la Haute-Loire.

Au XVIIIe siècle et durant la première partie du XIXe, la commune connaît une importante exploitation de son bois (principalement des sapins), qui est acheminé par flottage sur le fleuve jusqu'à Saint-Just-Saint-Rambert pour servir à la construction de bateaux[19].

Le village subit des crues catastrophiques en 1790, 1846, 1856, 1866, ce qui n'entrave cependant pas le développement des activités agricoles dans la plaine, principalement axées sur le maraîchage et la viticulture (jusqu'à la crise du Phylloxéra pour cette dernière).

Une gare est bâtie et est ouverte au service en 1863 sur la ligne ferroviaire Saint-Georges-d'Aurac - Saint-Étienne.

L'église Saint-Thyrse-et-Saint-Antoine-le-Grand, bâtie sur l'emplacement d'un édifice antérieur, est consacrée en 1888.

Bas devient Bas-en-Basset le 19 décembre 1958. Dans la seconde moitié du XXe siècle se développe le tourisme, matérialisé par l'implantation de deux campings, justifiant le surnom de « Petit Nice de la Haute-Loire »[20].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Bas-en-Basset est membre de la communauté de communes Marches du Velay-Rochebaron[I 12], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Monistrol-sur-Loire. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[21].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement d'Yssingeaux, au département de la Haute-Loire, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[I 12].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Bas-en-Basset pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 12], et de la première circonscription de la Haute-Loire pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[22].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Tête de liste Suffrages Pourcentage CM CC
Guy Jolivet 925 54,22 % 21 6
Paul Bourgin-Barel 397 23,27 % 3 1
Christine Fournier-Chollet 384 22,5 % 3 0

Le conseil municipal de Bas-en-Basset, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[23], pour un mandat de six ans renouvelable[24]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 27[25]. Les vingt-sept conseillers municipaux sont élus au second tour avec un taux de participation de 49,54 %, se répartissant en vingt et un issus de la liste conduite par Guy Jolivet, trois issus de celle de Paul Bourgin-Barel et trois issus de celle de Christine Fournier-Chollet[26]. Guy Jolivet est élu nouveau maire de la commune le [27].

Les sept sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire de la communauté de communes Marches du Velay-Rochebaron se répartissent en : liste de Guy Jolivet (6) et liste de Paul Bourgin-Barel (1)[26].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 mars 1989 Urbain Martin[28] UDF-PR Responsable d'agence bancaire
Conseiller général (1982-2001)
mars 1989 mars 2014 Joseph Chapuis DVD Agriculteur
Conseiller général (2001-2015) puis départemental (2015-)
du canton de Bas-en-Basset
mars 2014 2020 Gilles David[29] DVD Retraité
2020 En cours Guy Jolivet[30] DVD Cadre retraité de l'industrie, conseiller départemental depuis 2021

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[32].

En 2020, la commune comptait 4 461 habitants[Note 10], en augmentation de 3,41 % par rapport à 2014 (Haute-Loire : +0,41 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 9615 0985 3885 3085 5245 4185 7886 1993 386
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 0003 1893 1413 0223 0673 0743 0933 0402 940
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 9283 0022 8622 6742 6022 6112 5242 2182 112
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 1782 2802 3032 5212 9553 3443 8754 2324 351
2020 - - - - - - - -
4 461--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,3 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (31 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 29,1 % la même année, alors qu'il est de 31,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 124 hommes pour 2 244 femmes, soit un taux de 51,37 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (50,87 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
2,1 
7,9 
75-89 ans
12,2 
18,3 
60-74 ans
16,9 
22,3 
45-59 ans
20,9 
18,8 
30-44 ans
17,2 
13,8 
15-29 ans
12,9 
18,3 
0-14 ans
17,7 
Pyramide des âges du département de la Haute-Loire en 2018 en pourcentage[I 14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,4 
75-89 ans
11,6 
19,7 
60-74 ans
19,6 
21,6 
45-59 ans
20,5 
17,2 
30-44 ans
16,4 
15,3 
15-29 ans
13,4 
17,4 
0-14 ans
16,1 

Sports[modifier | modifier le code]

  • Stade René-David.
  • Court(s) de tennis.
  • Trois terrains de football d'entraînement.
  • Une salle municipale et une salle des fêtes.
  • Un gymnase.
  • Un club de volley-ball.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune possède trois zones industrielles :

  • ZI de la Gare ;
  • ZI du Patûral ;
  • ZI du Pré du Milieu.

L'essentiel de l'activité économique de la commune repose sur les domaines de la plasturgie et de l'industrie mécanique.

Les entreprises artisanales sont aussi très présentes dans la commune. Le secteur primaire est lui aussi bien représenté.

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 1 945 ménages fiscaux[Note 11], regroupant 4 482 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 22 050 [I 15] (20 800  dans le département[I 16]). 47 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 12] (42,8 % dans le département).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 17] 5,6 % 6,5 % 7,1 %
Département[I 18] 6,3 % 7,7 % 7,7 %
France entière[I 19] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 2 597 personnes, parmi lesquelles on compte 76,3 % d'actifs (69,3 % ayant un emploi et 7,1 % de chômeurs) et 23,7 % d'inactifs[Note 13],[I 17]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Saint-Étienne, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[c 3],[I 20]. Elle compte 1 152 emplois en 2018, contre 1 013 en 2013 et 882 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 1 811, soit un indicateur de concentration d'emploi de 63,6 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 55,7 %[I 21].

Sur ces 1 811 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 460 travaillent dans la commune, soit 25 % des habitants[I 22]. Pour se rendre au travail, 88,9 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 2,8 % les transports en commun, 4,8 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 3,5 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 23].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

306 établissements[Note 14] sont implantés à Bas-en-Basset au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 15],[I 24].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 306 100 % (100 %)
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
37 12,1 % (14,2 %)
Construction 63 20,6 % (13,9 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
71 23,2 % (28,8 %)
Information et communication 2 0,7 % (1,9 %)
Activités financières et d'assurance 9 2,9 % (4,4 %)
Activités immobilières 13 4,2 % (3,9 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
39 12,7 % (11,6 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
41 13,4 % (13,3 %)
Autres activités de services 31 10,1 % (8 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 23,2 % du nombre total d'établissements de la commune (71 sur les 306 entreprises implantées à Bas-en-Basset), contre 28,8 % au niveau départemental[I 25]. Les cinq entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[35] :

  • Industrial Packaging Solutions, fabrication de plaques, feuilles, tubes et profilés en matières plastiques (42 044 k€)
  • Stimm, fabrication de machines pour l'extraction ou la construction (10 522 k€)
  • Thermaflu, installation de structures métalliques, chaudronnées et de tuyauterie (7 205 k€)
  • Energeco, travaux d'installation d'équipements thermiques et de climatisation (3 798 k€)
  • Massard Et Cie, fabrication de vis et de boulons (2 611 k€)

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la petite région agricole dénommée « Monts du Forez »[36]. En 2010, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 16] sur la commune est la production de bovins, orientation élevage et viande[37].

1988 2000 2010
Exploitations 89 47 36
Superficie agricole utilisée (ha) 1 724 1435 1378

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 89 en 1988 à 47 en 2000 puis à 36 en 2010[38], soit une baisse de 60 % en 22 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 43 % de ses exploitations[39]. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué, passant de 1 724 ha en 1988 à 1 378 ha en 2010. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 19 à 38 ha[38].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Thyrse de style roman.
  • La Croix de Bas-en-Basset, dans le cimetière, inscrite aux monuments historiques en 1930
  • La croix des Marronniers.
  • Béate de Basset.
  • Le château de Rochebaron. Dominant toute la plaine de Bas-en-Basset, il est un lieu de tourisme local, et accueille parfois des manifestations culturelles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bas-en-Basset Blason
De gueules à une amphore romaine d'or (couronne de trois tours)[40].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Theillère, Histoire du canton de Bas-en-Basset de l'époque néolithique au XXe siècle, 1989
  • Lucien Parat, « Le château de Rochebaron », Cahiers de la Haute-Loire, Le Puy-en-Velay,‎ (lire en ligne [sur Gallica])
  • Yves Theillère, « Archéologie dans le nord-est du département, cantons de Bas-en-Basset et Monistrol-sur-Loire », Cahiers de la Haute-Loire, Le Puy-en-Velay,‎ .
  • Yves Theillère, « Propriétaires et exploitants viticoles dans la région de Bas-en-Basset aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle », Cahiers de la Haute-Loire, Le Puy-en-Velay,‎

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  6. Page Wikipedia de la ville d'Espaly-Saint-Marcel.
  7. Il y a peu d'informations sur cette famille, sinon qu'elle est originaire du Forez. Guillaume de Baffie est évêque de Clermont de 1096 à 1103. Au XIIIe siècle une certaine Philippie ou Philippa de Baffie (née vers 1225) se marie avec Guillaume VIII d'Auvergne, puis avec Robert II de Courcelles.
  8. Les origines géographiques de Marguerite de Buzet et de Elide de la Rouë sont à vérifier.
  9. Ce mariage a certainement été organisé pour « raccommoder » les partis, au sortir des luttes fratricides de la guerre de Cent Ans. À noter, l'âge de Guigon à sa mort (24 ans) ; et celui de Louis lors de son mariage (10 ans).
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  11. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  12. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  13. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  14. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  15. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  16. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  17. Anciennement classée aux monuments historiques et déclassée par le décret du 25 avril 2017 du fait de son délabrement et du don de l'ensemble de papiers peints panoramiques des années 1800-1810.
  • Cartes
  1. a b c et d « La Pacaudière, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques » et « Hydrographie » activées.
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  3. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Métadonnées de la commune de Bas-en-Basset » (consulté le ).
  2. « Unité urbaine 2020 de Monistrol-sur-Loire », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  3. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  7. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Bas-en-Basset » (consulté le ).
  8. « Chiffres clés - Logement en 2018 à Bas-en-Basset - Section LOG T2 » (consulté le ).
  9. « Chiffres clés - Logement en 2018 à Bas-en-Basset - Section LOG T7 » (consulté le ).
  10. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  11. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  12. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Bas-en-Basset » (consulté le ).
  13. « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Bas-en-Basset (43020) », (consulté le ).
  14. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Haute-Loire (43) », (consulté le ).
  15. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Bas-en-Basset » (consulté le ).
  16. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  17. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Bas-en-Basset » (consulté le ).
  18. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  19. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  20. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  21. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Bas-en-Basset » (consulté le ).
  22. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  23. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  24. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre à Bas-en-Basset » (consulté le ).
  25. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre dans la France entière Haute-Loire » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Stephan Georg, « Distance entre Bas-en-Basset et Le Puy-en-Velay », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Bas-en-Basset et Yssingeaux », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. « Communes les plus proches de Bas-en-Basset », sur villorama.com (consulté le ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. carte IGN.
  9. Yann Deberge (dir.), Nouvelles observations sur l'occupation laténienne (IIe s. av. J-C.) et gallo-romaine (Ier-IIe s. ap. J-C.) de Bas-en-Basset (Haute-Loire), Le Maray II (rapport de fouille archéologique), Bron, Inrap, (lire en ligne).
  10. J.-M. Theillière, Les châteaux du Velay et autres questions d'histoire locale, vol. V, t. 2, , p. 163-164. Cité dans Lauranson 2012.
  11. Albert Boudon-Lashermes, Podium Sanctae Maria : La Déesse Vélauna et les trois images de N.D. du Puy, Le Breuil-de-Doue, Association des amis de Boudon-Lashermes (lire en ligne), p. 2.
  12. Yves Theillère, « État des découvertes archéologiques faites sur la commune de Bas-en-Basset (Haute-Loire) », Cahiers de la Haute-Loire,‎ , p. 9-64 (voir p. 37) (présentation en ligne). Cité dans Lauranson 2012.
  13. Romain Lauranson, « Le Mont-Malorum » (notice intégrée au rapport annuel 2006 du PCR « Sites fortifiés et occupations de hauteur en Auvergne de l’âge du bronze final à la fin des âges du fer »), Groupe de recherche archéologique vellave,‎ (lire en ligne, consulté en ).
  14. « Bas-en-Basset - Ville du département de la Haute-Loire », sur auvergne-centrefrance.com (consulté en ).
  15. Jean-Paul Béal (préf. François Fichet de Clairfontaine), Le monde souterrain de Haute-Loire, éds. du Roure, (ISBN 978-2-919762-63-7), p. 75.
  16. « À la découverte du petit patrimoine »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur basenbasset.fr.
  17. « Bas-en-Basset - À la découverte du passé gallo-romain de "Navogne », sur leprogres.fr, Le Progrès, (consulté en ).
  18. Selon les sites internet, ce château est parfois daté du XIe siècle, et parfois du XIIe siècle. Cependant il faut noter que la famille de Rochebaron apparaît en 960 (voir texte plus bas).
  19. Commune de Bas-en-Basset (43) - Plan Local d'Urbanisme (P.L.U.), année 2016, page 13.
  20. P.L.U., année 2016, page 14.
  21. « communauté de communes Marches du Velay-Rochebaron - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  22. « Découpage électoral de la Haute-Loire (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  23. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  24. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le )
  25. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  26. a et b « Résultats du 1er tour pour Bas-en-Basset », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le )
  27. « Répertoire national des élus - version du 3 septembre 2020 », sur https://www.data.gouv.fr/ (consulté le )
  28. Urbain Martin, ancien-maire sur leprogres.fr
  29. « Liste des maires » [PDF], sur le site de la préfecture de la Haute-Loire, (consulté le ).
  30. « Liste des maires » [PDF], Préfecture de la Haute-Loire, (consulté le ).
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  33. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  35. « Entreprises à Bas-en-Basset », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  36. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  37. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Bas-en-Basset - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  38. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Bas-en-Basset », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  39. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département de la Haute-Loire » (consulté le ).
  40. Armorial spécial de France : recueil authentique des généalogies historiques de familles nobles et titrées... Ouvrage contenant un grand nombre de blasons gravés et l'état présent des maisons souveraines, Aimé B. d'Agnières, page 558.