Beaurepaire-en-Bresse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Beaurepaire-en-Bresse
Beaurepaire-en-Bresse
Le château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Louhans
Intercommunalité Communauté de communes Bresse Revermont 71
Maire
Mandat
Martine Chevallier
2020-2026
Code postal 71580
Code commune 71027
Démographie
Population
municipale
717 hab. (2018 en augmentation de 14,54 % par rapport à 2013)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 10″ nord, 5° 23′ 19″ est
Altitude Min. 193 m
Max. 222 m
Superficie 10,42 km2
Élections
Départementales Canton de Pierre-de-Bresse
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaurepaire-en-Bresse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaurepaire-en-Bresse
Liens
Site web beaurepaire-en-bresse.com

Beaurepaire-en-Bresse est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Beaurepaire-en-Bresse fait partie de la Bresse louhannaise.

La ville profite de sa proximité avec Lons-le-Saunier, Chalon-sur-Saône, Louhans, voire Dijon, Lyon et Bourg-en-Bresse, pour bénéficier d'un réseau de transport varié, qui possède des voies d'importance locale, régionale et nationale.

Beaurepaire-en-Bresse est traversée par la route départementale 87, qui permet d'aller à Saint-Germain-du-Bois, ou à Savigny-en-Revermont. Cette route, passée la limite entre la Saône-et-Loire et le Jura, devient la route départementale 97. Elle croise la route départementale 1089, Route nationale 89 avant son déclassement entre Miribel (Ain) et l'A391 (Jura) (qui relie Strasbourg à Lyon), et continue jusqu'à Orbagna.

Enfin, la ville est également traversée par la route départementale D678 (ex Route nationale 78), qui relie Chalon-sur-Saône à Saint-Laurent-en-Grandvaux (depuis son déclassement), en passant par Louhans, Lons-le-Saunier et Clairvaux-les-Lacs par exemple.

Cette D678 est desservie par la sortie 8 (Beaurepaire-en-Bresse) de l'Autoroute A39, qui relie Dijon à Bourg-en-Bresse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saillenard Les Repôts
(Jura)
Rose des vents
Le Fay N Courlaoux
(Jura)
O    Beaurepaire-en-Bresse    E
S
Savigny-en-Revermont

Toponymie[modifier | modifier le code]

Beaurepaire : Sens du toponyme, le « bel abri », le « beau séjour ».

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne paroisse de Beaurepaire appartenait, sous l'ancien régime, au diocèse de Besançon[1], du doyenné de Lons-le-Saunier, de la subdélégation de Louhans. Elle fait aujourd'hui partie du diocèse d'Autun.

Beaurepaire est le nom qu'avait pris l'une des plus anciennes seigneuries du Louhannais

Le château de Beaurepaire est la fierté du village. Il a été rénové par ses propriétaires Paul-Ivan et Anita de Saint-Germain depuis une dizaine d'années.

1806 : Beaurepaire-en-Bresse est l'une des premières communes de Saône-et-Loire à être cadastrée, conformément aux dispositions de l’arrêté du 12 brumaire an XI établissant le premier système de cadastre dit « par masse de culture » (il s’agissait d’établir la nature des cultures présentes sur le territoire des communes sans introduire toutefois de découpage entre les parcelles, l’administration se chargeant de faire coïncider les déclarations des propriétaires et les superficies concernées)[Note 1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 juin 1995 Raymond Passot DVD  
juin 1995 mars 2008 Michel Henriot   Retraité de l'industrie
mars 2008 en cours Martine Chevallier UMP-LR Conseillère générale (2011-2015)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2018, la commune comptait 717 habitants[Note 2], en augmentation de 14,54 % par rapport à 2013 (Saône-et-Loire : −0,73 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
871817849755814846863845901
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
895887869875868854868853861
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
855832801745716691685629650
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
619537522505502515585595605
2013 2018 - - - - - - -
626717-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Beaurepaire-en-Bresse, dont les façades et les toitures (ainsi que les dépendances, la chapelle, les fossés et le « pont dormant ») ont été inscrites à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques par arrêté du 3 octobre 1997[6].
  • L'église paroissiale de l'Assomption de la Sainte Vierge[1]. Elle est construite entre 1849 en remplacement d'une ancienne église en mauvais état et trop petite par rapport à la population. Elle a été bénie par Monseigneur d'Héricourt, évêque d'Autun, le 12 septembre 1949.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La démarche était expérimentale : 1800 communes avaient été retenues pour l’ensemble du territoire national. Tirées au sort, elles devaient être au moins deux par arrondissement et pas plus de huit, théoriquement. Pour le département de Saône-et-Loire, il subsiste aujourd’hui une quarantaine de plans, disponibles sur le site internet des archives départementales, avec une répartition inégale d’un arrondissement à l’autre. Techniquement, le plan devait être réalisé à l'échelle du 1/5000e, après arpentage et triangulation. Le territoire de la commune était divisé en masses colorées figurant de la même manière les terrains portant des récoltes identiques. Source : Annie Bleton-Ruget, Un département à l'aube du XIXe siècle : images et représentations de la Saône-et-Loire, article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire », n° 199-200 de novembre 2019, p. 18-24.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Inventaire du patrimoine Beaurepaire-sur-Bresse », sur archives71.fr (consulté le 13 mars 2017)
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  6. « Au pays de Bresse : le château de Beaurepaire », article de Paul-Ivan Lefebvre de Saint-Germain paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 136 de décembre 2003 (pages 8 à 11).