Beaurepaire-en-Bresse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaurepaire.
Beaurepaire-en-Bresse
Le château.
Le château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Louhans
Canton Pierre-de-Bresse
Intercommunalité Communauté de communes de Bresse Revermont 71
Maire
Mandat
Martine Chevallier
2014-2020
Code postal 71580
Code commune 71027
Démographie
Population
municipale
646 hab. (2014)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 10″ nord, 5° 23′ 19″ est
Altitude Min. 193 m – Max. 222 m
Superficie 10,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaurepaire-en-Bresse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaurepaire-en-Bresse
Liens
Site web beaurepaire-en-bresse.com

Beaurepaire-en-Bresse est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Beaurepaire-en-Bresse fait partie de la Bresse louhannaise.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saillenard Les Repôts
(Jura)
Rose des vents
Le Fay N Courlaoux
(Jura)
O    Beaurepaire-en-Bresse    E
S
Savigny-en-Revermont

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne paroisse de Beaurepaire appartenait, sous l'ancien régime, au diocèse de Besançon[1], du doyenné de Lons-le-Saunier, de la subdélégation de Louhans. Elle fait aujourd'hui partie du diocèse d'Autun.

Beaurepaire est le nom qu'avait pris l'une des plus anciennes seigneureries du Louhannais

Le château de Beaurepaire est la fierté du village. Il a été rénové par ses propriétaires Paul-Ivan et Anita de Saint-Germain depuis une dizaine d'années.

Article détaillé : Château de Beaurepaire-en-Bresse.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 juin 1995 Raymond Passot    
juin 1995 mars 2008 Michel Henriot    
mars 2008 en cours Martine Chevallier UMP-LR Conseillère générale
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 646 habitants, en augmentation de 5,38 % par rapport à 2009 (Saône-et-Loire : 0,19 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
871 817 849 755 814 846 863 845 901
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
895 887 869 875 868 854 868 853 861
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
855 832 801 745 716 691 685 629 650
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
619 537 522 505 502 515 605 626 646
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Beaurepaire-en-Bresse, dont les façades et les toitures (ainsi que les dépendances, la chapelle, les fossés et le « pont dormant ») ont été inscrites à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques par arrêté du 3 octobre 1997[6].
  • L'église paroissiale de l'Assomption de la Sainte Vierge[1]. Elle est construite entre 1849 en remplacement d'une ancienne église en mauvais état et trop petite par rapport à la population. Elle a été bénie par Monseigneur d'Héricourt, évêque d'Autun, le 12 septembre 1949.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Inventaire du patrimoine Beaurepaire-sur-Bresse », sur archives71.fr (consulté le 13 mars 2017)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Au pays de Bresse : le château de Beaurepaire », article de Paul-Ivan Lefebvre de Saint-Germain paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 136 de décembre 2003 (pages 8 à 11).