Base aérienne de Bertrix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Base aérienne de Bertrix Jehonville
Cocarde
Localisation
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Coordonnées 49° 51.25′ N 5° 15.2′ E / 49.85417, 5.253349° 51.25′ Nord 5° 15.2′ Est / 49.85417, 5.2533
Altitude 461 m (1 511 ft)

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Base aérienne de Bertrix Jehonville
Pistes
Direction Longueur Surface
06 / 24 2 825 x 45 m asphalte
Informations aéronautiques
Code OACI EBBX
Type d'aéroport Militaire
Gestionnaire Composante Air

La base aérienne de Bertrix ou Base aérienne de Jehonville (code OACI: EBBX) est une base aérienne de la Composante Air de l'armée Belge située à Jehonville en province de Luxembourg, dans la région wallonne, non loin de la localité plus connue de Bertrix.

Elle ne sert plus aujourd'hui que de base d'entrainement aux cadets de l'air belges pour y effectuer des vols majoritairement en planeur. Néanmoins, des installations militaires l'entourent encore et sont, elles, toujours en activité.

Histoire[modifier | modifier le code]

La base fut construite dans les années 1950 à la demande de l'OTAN[1]. Elle fait aujourd'hui office de base aérienne de réserve pour la composante Air et de base d'entrainement pour ses cadets depuis 2007[2]. Elle est également un terrain d'aviation de réserve de l'OTAN -une base de dispersion- située à 130 km au Sud-Est de Bruxelles. Cette base fut construite dans les années cinquante à la demande de l'OTAN. Afin de réduire le risque de se faire surprendre par une attaque aérienne massive de la part des forces du pacte de Varsovie, le SACEUR (Supreme Allied Commander in Europe) avait développé un plan de redéploiement de ses forces, Afin d'améliorer leurs capacités à résister au coup initial et/ou de conserver tout au moins une capacité de représailles. Ce plan (connu sous sous le nom de code MC60) a été adopté par le comité militaire de l'OTAN au mois d'avril 1956. Une décision du SHAPE (AG61160 ANDP) datant du 11 février 1957, décris d'ailleurs la localisation future des quatre aérodromes de déploiements concernant la première division aéronautique (First Air division) canadienne. Il s'agissait des bases suivantes: Rocroi (France), Saint-Hubert (Belgique), Stuttgart (Allemagne) et Sandweiler (aujourd'hui devenu l'aéroport du Findel à Luxembourg), Luxembourg. Cependant, Bertrix le tout nouvel aérodrome de dispersion fut désigné peu de temps après pour remplacer l'aérodrome de Stuttgart (qui était un aéroport civil) L'accord pour utiliser communément les aérodromes de Saint-Hubert et de Jéhonville (Bertrix) fut entériné le . Les pistes furent adaptées ou construites suivant les standards OTAN de l'époque: 2400 mètres de longs avec un autre piste parallèle de 23 mètres de large. Plus tard, entre 1958 et 1961, les critères voulus par l'OTAN étendirent les distances des bases actives à 10.000 pieds (soient 3.300 mètres) afin de prévenir des sorties de piste ce qui ne fut pas d'application sur les terrains de réserve. La piste de Jéhonville fut tout de même allongée de 200 mètres.

Dès 1958, la piste et la base de replis de Bertrix/Jéhonville fut opérationnelle mais certaines parties comme le stock de P.O.L. (Petroleum, Oil and Lubricant), le magasin de munitions et les équipements télécoms faisaient toujours défaut. Ce qui empêchait ce champ d'aviation d'être pleinement opérationnel. A partir du 31 décembre 1958, malgré les travaux qui devaient se poursuivre en 1959, Bertrix fut prête à à être utilisée par le 422 Squadron(volant sur F86 Sabre) basé à Grostenquin, en France, et, pour ce faire, fourni également un détachement de sécurité. A partir de ce moment, le champs d'aviation fut régulièrement utilisé pour des exercices de déploiement qui continuèrent même lorsque le F-104 Starfighter remplaça le F-86 Sabre.

L'abandon de l'utilisation de cette base de déploiement fut ordonné lorsque les forces canadiennes furent obligées de quitter la France en 1966 (à la suite de la décision du général de Gaulle). Après cela, la base fut cédée à l'armée belge. Cependant, dans les années '70, cette base fut utilisée à des fin civile où un aéroclub vit même jour! (1974-76 - Utilisation le WE seulement?). En outre, le célèbre duo acrobatique belge des "Slivers" (sur F104G Starfighters y débutât d'ailleurs ses entrainements vers cette époque - http://ailes-militaires-belges.be/index.php?option=com_content&view=article&id=244&Itemid=622&lang=fr. -. Ensuite, et depuis lors, la base et ses nombreux bunkers fraichement construits servent d'abris pour les munitions belges qui furent rapatriées d’Allemagne après l'effondrement du mur de Berlin (d'où ce raccordement - le plus récent de Belgique - au réseau SNCB.) Une mini garnison "MUN" l'occupe actuellement.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Piste[modifier | modifier le code]

L'unique piste est la 06 / 24 de 2825 mètres de long pour 45 de large. Elle est en asphalte.

Services[modifier | modifier le code]

La base dispose d'un raccordement à la Ligne ferroviaire belge 166[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Abandonned & little known airfield in Belgium », sur Ronaldv.nl
  2. « Les cadets de l'air belges s'entrainent à Bertrix », sur site internet du quotidien belge « L'Avenir »
  3. « trains belges », sur Site officieux du rail belge

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]