Jean Offenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean Offenberg
Surnom Pyker (Peike)
Naissance
Laeken
Décès (à 25 ans)
Digby (RAF) (en), Angleterre
Origine Drapeau de la Belgique Belgique
Allégeance Royal Air Force
Grade Flight Lieutenant, Capitaine aviateur
Années de service 19361942
Conflits Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Campagne des 18 jours
Bataille d'Angleterre
Distinctions Distinguished Flying Cross
Hommages La base aérienne de Florennes prend le nom de Base Jean Offenberg le

Jean Henri Marie Offenberg est né à Laeken le et décédé le à Digby (en).

Le Flight Lieutenant Jean « Pyker » Offenberg, DFC est un as belge de la RAF durant la seconde guerre mondiale.

Avant guerre[modifier | modifier le code]

Engagé comme élève pilote en 1936, attaché à la 77e promotion, il est breveté en mars 1938 et affecté à la 4e Escadrille du 2e Groupe du 2e Régiment d'Aéronautique[1](4/II/2) basé à Nivelles, équipée de Fairey Firefly. Au début 1940, il volera sur Fiat CR.42 Falco.

Durant la guerre[modifier | modifier le code]

La Belgique entre en guerre le lorsqu'elle est envahie par les troupes allemandes. À ce moment, le Groupe d'Offenberg est affecté à Brustem. C'est là qu'il participera à ses premiers combats aériens et revendiquera un Dornier Do 17 abattu et un autre endommagé dès le premier jour de la guerre.

Sous la poussée allemande, son unité se retire sur Chartres d'où il partira quelques jours plus tard, le , en compagnie d'Alexis Jottard, vers Montpellier à bord d'un Caudron Simoun. Il continuera vers l'Algérie pour finalement rejoindre Oujda où s'est installée l'école belge de pilotage. De là, ils essaient d'obtenir un avion pour gagner Gibraltar. Devant leur insuccès, ils prennent le train pour Casablanca où ils se joignent à d'autres pilotes belges et polonais qui tentent de rejoindre l'Angleterre. Leur périple les mènera à bord du cargo Djebel Druse pour Gibraltar et ensuite à bord du Har Sion à destination de Liverpool où ils accosteront le [2].

Offenberg est commissionné Pilot Officer le et rejoint le 6 OTU (Operational Training Units) à Sutton Bridge pour conversion vers le Hurricane. Le [3] il est versé à la 145e Escadrille avec laquelle il participera à la Bataille d'Angleterre sur Hurricane et, à partir de janvier 1941, sur Spitfire. Les Anglais étant incapables de prononcer son surnom Peike, ils le déformeront en Pyker.

Le [4] il arrive, en compagnie de Baudouin de Hemptinne, à la 609e Escadrille, alors à Biggin Hill, qui comprend déjà des pilotes belges de la RAF. Et le lendemain, il est le premier Belge à recevoir la Distinguished Flying Cross. Il écrira « J'ai reçu la D.F.C. Je ne crois pas que je la mérite[5] ».

Le [6], l'escadrille est transférée à la base de Digby (en) dans le Lincolnshire.

Le , il s'envole avec un autre pilote belge « Balbo » Roelandt pour un vol d'entraînement. Un pilote anglais de la 92e Escadrille simule alors une attaque sur le leader de la formation. Il rate sa manœuvre et percute l'avion d'Offenberg coupant la queue du Spitfire. Les deux appareils s'écrasent tuant leurs pilotes. Il est enterré le dans le cimetière de Digby (en).

Il avait à son actif 7 (5 + 2 partagés) avions détruits, 5 probables et 7 (5 + 2 partagés) endommagés.

Hommage[modifier | modifier le code]

La base aérienne du 2e Wing Tactique à Florennes devient la Base Jean Offenberg le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Aéronefs de la Force Aérienne Belge (3e partie : 1920-1940), Jean-Luc WAUTHY and Florimond DE NEVE Le Fana de l'Aviation magazine n.306, mai 1995
  2. Le Guerrier Solitaire, V. Houart, Gérard&Co, p. 8
  3. Le Guerrier Solitaire, V. Houart, Gérard&Co, p. 11
  4. Le Guerrier Solitaire, V. Houart, Gérard&Co, p. 74
  5. Le Guerrier Solitaire, V. Houart, Gérard&Co, p. 76
  6. Le Guerrier Solitaire, V. Houart, Gérard&Co, p. 145

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cdt Victor Houart " Les carnets d'Offenberg ", Éditions de la Pensée Moderne, Paris, 1956
  • Major Victor Houart, Le Guerrier Solitaire, collection Marabout Junior, Éditions Gérard&Co, Verviers, 1958

Liens externes[modifier | modifier le code]