Aérodrome de Saint-Hubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne pas confondre avec la base aérienne de Saint-Hubert (code OACI : EBSU) ni l’aéroport de Saint-Hubert (au Québec, code CYHU)
image illustrant un aéroport image illustrant la Belgique
Cet article est une ébauche concernant un aéroport et la Belgique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Aérodrome de Saint-Hubert
Localisation
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Ville Saint-Hubert
Date d'ouverture 1930
Coordonnées 50° 02′ 09″ Nord 5° 24′ 15″ Est / 50.03583, 5.40417
Altitude 563 m (1 847 ft)

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Aérodrome de Saint-Hubert
Aérodrome de Saint-Hubert
Pistes
Direction Longueur Surface
05 L / 23 R 600 x 42 m Herbe
05 R / 23 L 600 x 42 m Herbe
14 L / 32 R 799 x 42 m Herbe
14 R / 32 L 799 x 42 m Herbe
Informations aéronautiques
Code OACI EBSH
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire IDELUX
Site web gestionnaire Consulter
Site web aéroport Consulter

L'aérodrome de Saint-Hubert (code OACI: EBSH) est un aérodrome belge situé à Saint-Hubert, en province de Luxembourg dans la Région wallonne. Il est essentiellement dévolu aux loisirs aériens, particulièrement le vol à voile dont il héberge le Centre national, mais aussi l'aviation légère et de tourisme ainsi que la voltige aérienne, l'apprentissage du pilotage en avion, ULM, hélicoptères et aérostats,.

C'est le second plus haut aérodrome de Belgique (563 m) juste après la base aérienne de Saint-Hubert. Il possède deux doubles pistes en herbe, presque perpendiculaires.

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

L'aérodrome de Saint-Hubert fut créé en 1930[1]. Il a servi d'école d'aviation dès 1934 sous l'autorité du Capitaine Orta, de centre d'entretien pour DC-3 de l'armée américaine en 1945. Il fut cédé à l'État belge en 1946 et servit alors d'aérodrome de dérivation avec celui d'Ostende, au cas où celui de Melsbroek (Bruxelles national) en venait à être inutilisable. L'Aéroclub des Ardennes y exerce ses activités depuis 1958 avec un planeur Prefect et un Rhönlerche.

L'arrivée du vol-à-voile[modifier | modifier le code]

On y installe le Centre national de vol à voile (CNVV) en 1960, qui était précédemment à Temploux. En 1962, le parc de planeurs se composait d´un Mucha (OO-ZSP), d´un Av 36, d´un Préfect (OO-ZSH), d´un Rhonlerche (OO-ZUK) et d´un Tiger-Moth (OO-EVM) servant d'avion remorqueur. En 1963, un Javelot (OO-ZJO) et en 1964 un Ka 7 (OO-ZDF). À l'heure actuelle ce parc compte quatre ASK-13, cinq Ka8b, deux ASK-21, deux ASK-23, un LS-1, un LS-4 et un Janus C.

En 1992, la gestion de l'aérodrome passe de la Régie des Voies aériennes à la Région wallonne et au ministère de l'Équipement et des Transports (MET). En 2009, l'intercommunale provinciale IDELUX, rachète l'aérodrome.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situé au cœur de l'Ardenne, dans un espace aérien non contrôlé, à quelques kilomètres au nord de Saint-Hubert, il est accessible via l'E411 prenant ensuite la N89[2].

Coordonnées géographiques[modifier | modifier le code]

Pistes[modifier | modifier le code]

Un planeur sur l'une des quatre pistes de l'aérodrome.

L'aérodrome possède deux doubles pistes en herbe presque perpendiculaires:

  • Les pistes 05 / 23 gauche et droite qui mesurent 600 m de long et 42 m de large.
  • Les pistes 14 / 32 gauche et droite qui mesurent 1 799 m de long et 42 m de large.

Radio[modifier | modifier le code]

  • « Saint-Hubert Tour » et VDF Homer sur 122.175 et 123.000.

Services[modifier | modifier le code]

Hangars[modifier | modifier le code]

L'aérodrome dispose de cinq hangars pour avions et aéronef de différentes tailles. Ils peuvent être loués.

Organismes et écoles[3][modifier | modifier le code]

  • Le CNVV : Centre national de vol à voile.
  • ULM Air Evasion - EBSH
    Simulateur Air Evasion - EBSH
    AIr Evasion : Club ULM disposant d'un simulateur pour la formation (gestion des pannes et des situations d'urgences)
    • École de pilotage ULM
    • Formation de pilotes ULM
    • Conversion pour les personnes détentrices d’une licence PPL AVION en licence ULM
    • Stages de découverte et vol d’initiation
    • Stages de perfectionnement
    • Baptêmes de l’air
  • Air Loisirs : société de découverte de l'aviation (Baptêmes de l'air...)
  • Aéro-Club royal des Ardennes : association de pilotes vélivoles et avions
  • Aéro-Club universitaire de Louvain : regroupe en majorité des élèves ou anciens élèves de l'UCL qui pratiquent le vol à voile
  • Faucheurs de marguerites : club rassemblant principalement des amateurs de machines anciennes

Projets futurs[modifier | modifier le code]

Depuis le rachat par l'intercommunale luxembourgeoise IDELUX, celle-ci a décidé d'investir dans l'aérodrome sur trois grands chantiers[4]:

  • Un nouvel atelier mécanique de 1 200 m2 est prévu afin de remplacer l'ancien.
  • Une nouvelle piste en dur prévue pour l'horizon 2013.
  • un centre de formation de techniciens en aéronautique.

Accidents et incidents[modifier | modifier le code]

  • Le un vénérable biplan Boeing Stearman s'est abimé lors du décollage, blessant le pilote et le copilote[5].
  • Le un planeur piloté par une jeune stagiaire de 17 ans s'est écrasé non loin de l'aérodrome tuant la seule occupante de l'appareil[6]. Il s'agirait d'une erreur de pilotage ayant provoqué une vrille*
  • Rapport et enquête d'accident sur le site dumMinistère des Transports[7]

Note et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]