Béni Mellal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Béni Mellal
ⴰⵢⵜ ⵎⵍⵍⴰⵍ بني ملال
Aït Mellal
Image illustrative de l'article Béni Mellal
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Béni Mellal-Khénifra
Province Béni Mellal
Maire Ahmed Chada (MP) (2009)
Code postal 23000
Démographie
Gentilé Mellali
Géographie
Coordonnées 32° 20′ 22″ nord, 6° 21′ 39″ ouest
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Béni Mellal

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Béni Mellal

Béni Mellal (en arabe : بني ملال ; en tamazight : ⴰⵢⵜ ⵎⵍⵍⴰⵍ Ayt Mellal) est la plus importante ville et le chef lieu de la province de Béni mellal et la région de Béni mellal-Khenifra Elle se situe au centre du maroc a 240 km de la capitale Rabat, 200 km de Casablanca et 190 km de marrakech.

l'agglomération compte 447 330 habitants en 2014

Wilaya de la Région de Beni mellal-Khenifra

Province de Beni mellal:

  • cercle de Béni-Mellal :
  • cercle d'El Ksiba :
    • caïdat d'Aït Ouirra : Naour, Dir El Ksiba,
    • caïdat de Taghzirt : Foum El Anceur, Tanougha, Taghzirt,
    • caïdat d'Aït Oum El Bekht : Aït Oum El Bekht ;
  • cercle d'Aghbala :
    • caïdat d'Aghbala : Aghbala,
    • caïdat de Tizi N'Isly : Tizi N'Isly, Boutferda ;
  • cercle de Kasba Tadla :
    • caïdat d'Aït Rbaa : Guettaya, Semguet,
    • caïdat d'Ouled Saïd Loued : Ouled Youssef, Ouled Saïd Loued ;

Géographie[modifier | modifier le code]

Béni Mellal est située entre 400 à 600 m d'altitude mais au pied du mont Tassemit (« le mont du froid ») culminant à une altitude de 2 240 m couvert de neige des novembre a avril et et aussi la montagne Ighnayen a 2460 metre.

Beni mellal se caractérise par un climat continental, et la quantité de précipitations varie entre 350 et 650 mm selon les années. Les gelées ne sont pas rares en hiver ; on a enregistré - 06 °C à Beni Mellal en janvier 2005. L'été est très chaud à cause des vents brûlants du sud-ouest-est (chergui) qui font augmenter le mercure au-dessus des 40 °C(47 °C en juillet 2007), les vagues de chaleur se terminant parfois par de violents orages qui rafraîchissent le sol surtout dans la zone montagneuses

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'ancien nom de Béni Mellal est Dai, nom d'une petite rivière qui existe dans les environs de la ville.

Aït Mellal est le nom originel de la ville, Béni Mellal étant sa forme arabisée. L'appellation Beni Mellal se compose de deux mots, béni (bani en arabe), qui signifie « fils », son équivalent berbère étant aït (ayt), et de mellal, mot amazigh qui signifie « blanc ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Les anciens habitants du Tadla étaient des Berbères :

  • Zénètes, agriculteurs dans les plaines
  • Haskura-Snaga, pasteurs dans les montagnes.

Le premier contact de Tadla avec les Arabes a eu lieu lors du passage du conquérant Oqba Ibn Nafaa (général arabe envoyé en 670) qui revenait du Sus pour islamiser les Haskura. Quand Idris Ier conquit le Tadla en 172/789, il n'y trouva qu'un petit nombre de musulmans ; la majorité de la population était encore composée de juifs ou de chrétiens.

En l'an 202/818, des Arabes andalous fuyant l'Espagne à la suite de la révolution du Rabad (Faubourg de Cordoue), s'établirent dans le Tadla ; quelques années plus tard, d'autres Arabes de Fès les suivirent lorsqu'un Émirat Idrissides fut créé dans cette région.

La grande émigration arabe n'eut lieu qu'à la fin du VI/XIIe, lorsque les Almohades eurent décidé de déplacer vers le Maroc les bédouins arabes de Banu Hilal et de Banu Sulaym qui avaient pris pied en Tunisie. Les Arabes se répandirent alors dans le pays ; Ibn Khaldoun dit à ce sujet :

«  Les immigrés arabes Djusham et Ryah ont habité les plaines, le Maroc fut submergé par des peuplades innombrables  ».

Après l'assassinat de l'almohade Yahya b. Nasir en 1236, les Banu Jabir, autre fraction des Djusham, affluèrent au Tadla et s'installèrent dans le piémont, avoisinant les Snaga établis sur les sommets et les plateaux. Les Banu Djabir se hasardaient parfois vers les plaines, mais dès qu'ils craignaient un danger provenant du pouvoir central ou d'un chef impitoyable, ils se repliaient dans la montagne auprès de leurs alliés berbères.

Les Saadiens à leur tour, introduisirent au Tadla des Arabes Ma'kil, originaires du Yémen. Cette population hétérogène se ramifia avec le temps, ses branches se sont interpénétrées dans un métissage arabo-berbère, donnant naissance à une communauté composite vivant dans la concorde et la solidarité.

Par sa situation stratégique entre le Nord et le Sud et son contrôle de la route reliant les deux villes impériales Fès et Marrakech, en plus de ses ressources naturelles, le Tadla a constamment fait l'objet d'un intérêt particulier de la part de toutes les dynasties du Maroc. Chacune d'elles tenait à renforcer son pouvoir sur cette région en y nommant des représentants de haut niveau, avec une grande influence. Mais ces précautions n'empêchèrent nullement les troubles d'éclater de temps à autre, donnant lieu à de graves confrontations militaires, surtout à chaque changement de dynastie.

Ces conflits rejaillissaient fâcheusement sur le système urbain de la région : des villes sont détruites et rebâties, d'autres disparaissent et sur leurs décombres des cités nouvelles sont élevées. C'est ainsi qu'au Moyen Âge, la ville de Tadla était la métropole qui donna son nom à toute la province ; Al Himyari écrit dans son al-Rawd al mi'tar :

«  C'est une ville antique où existent les vestiges des anciens  ».

Dans sa Nuzhat al-Mushtah, al Idrisi ajoute :

«  La ville de Tadla occupait la première place dans la production du coton et en exportait de grandes quantités dans toutes les directions ; il était au Maghreb al Aksa la principale matière dans la fabrication des cotonnades, si bien que les habitants de ce pays n'avaient nul besoin d'en importer  ».Au Moyen Âge, la ville portait le nom de Hisn Day (Hisn Daī), de hisn, (hosn, Ḥuṣn), fortification en arabe.

Elle a gagné son importance sous les Idrissides, et les Almoravides.

Elle a longtemps été un important centre de fabrication de produits en cuivre.

La ville a été ainsi une importante cité caravanière, encore conservée dans la zone de Somaa.

La ville moderne de Béni Mellal est née à l'époque ismaélienne au XVIIe siècle, et s'est appelée Ismali dès 1688.

Cette ville fortifiée est dominée par un très célèbre château, haut perché, kasbah berbère de type tighremt, en pisé.

La ville ancienne a été restaurée au XIXe siècle.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Cycle supérieur[modifier | modifier le code]

L'Université Sultan Moulay Slimane, créée en avril 2007, était, jusqu'en 2010, dirigée "à distance" par l'Université Caddi Ayyad de Marrakech. Elle n'a pu bénéficier d'une présidence sur place qu'à partir de 2010. Elle est située sur deux sites. D'une part, Ouled Hamdane dans le centre-ville, où se trouve la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines créée en 1991 et, d'autre part, le site de Mghila au nord de la ville qui regroupe la Faculté des Sciences et Techniques créée en 1994, la Faculté Polydisciplinaire créée en 2003 et l'EST créée en 2012.
Cette université a connu depuis 2010 un essor très important favorisé par la mise en place du Plan d'Urgence voulu par S.M. le Roi Mohammed VI. En trois années, le nombre de ses étudiants a triplé pour atteindre en 2013 plus de 20 000 étudiants. Cette progression s'explique par :

  1. un très gros effort en amont du système éducatif marocain qui a favorisé la scolarisation et donc accru les effectifs des bacheliers au sortir du secondaire.
  2. un développement économique particulièrement important voulu par S.M. le Roi qui a permis de désenclaver ce secteur particulièrement riche par son agriculture, son élevage et son potentiel touristique. C'est ainsi que la réalisation d'une autoroute reliant Béni Mellal à Berrechid et la mettant donc à moins de trois heures de Casablanca et Rabat sera livré en 2014.. Parallèlement, la remise à niveau de l'aéroport permettra d'accueillir des avions de type moyen courrier.
  3. la diversification de l'offre de formation proposée par l'université (thématiques tournées vers les besoins de l'industrie, cycles cours DUT ou Licences professionnelles) et son ancrage dans l'environnement permettant d'accroître l'employabilité des lauréats. Cette réponse à l'attente des jeunes bacheliers de la région apparaît clairement en considérant leur taux d'évasion qui, en trois ans, a opéré une chute spectaculaire en passant de 56 % à 22 %.
  • L'École Canadienne de Technologie, Logistique et Management. (E.C.T.L.M)

Tourisme[modifier | modifier le code]

Considérée comme l’une des villes les plus importantes du centre du Maroc, Béni Mellal, est aussi une cité historique.

Sa Kasbah Bel Koush, construite au XVIIe siècle par Moulay Ismaïl a été restaurée au XIXe siècle.

Se trouvent à proximité les sites de Ain Asserdoun et Kasbah Ras el Ain.

Transports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Les principales activités économiques de la région Tadla-Azilal sont les suivantes :

  • agriculture irriguée dans les plaines : coton, betteraves, citronniers, orangers, oliviers, figuiers, légumes, pommes, bétail...,
  • agriculture vivrière dans la montagne,
  • commerce,
  • industrie agroalimentaire,
  • tourisme...

La superficie agricole utile (SAU) s’élève à 259 600 ha, représentant 80 % de l’ensemble des terres. À l’échelle nationale, l’agriculture régionale contribue par exemple pour près de 20 % à la production de betterave sucrière, 7,5 % à la production de cultures maraîchères, 17 % pour les agrumes, 18 % pour les olives, ou encore 17 % pour le lait. 186 000 exploitations agricoles emploient près de 445 000 actifs, soit 16 % de la population active.

La région :

  • dispose d’importantes ressources en eau de surface (10 % du potentiel national), qui permettent l’irrigation de 18 % de la superficie irriguée à l’échelle nationale, et souterraines (13 % du potentiel national),
  • offre la possibilité de développement d’une agriculture moderne et industrialisante[Quoi ?], avec ses plaines (Tadla) et ses importantes ressources en eau,
  • dispose de trois grands barrages, dont Bin ouidane, le plus grand du Maroc, d’une capacité totale de 1 566,9 millions de m3, soit 11,22 % de la capacité totale de l’ensemble des barrages du pays,
  • possède des atouts majeurs pour le développement des activités touristiques, du fait de sa situation géographique privilégiée et de sa richesse en sites naturels et historiques.

Migration[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, la région a connu un fort courant migratoire à destination de la France (Région parisienne, Dijon, Angers et Rouen principalement), et dans les années 1990 l'Italie et l'Espagne.

Sport[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Le Raja de Beni Mellal est un club marocain de football créé en 1956 situé à la wilaya de Beni Mellal, et évoluant actuellement en Botola 2.

Palmarès
Coupe du Maghreb des clubs champions Finaliste en 1975
Championnat du Maroc 1973-1974

Célébrités[modifier | modifier le code]

  • Abdellatif Filali (1909-2009), premier ministre de 1994 à 1998, né à Béni Mellal.
  • Le rabbin Shalom Aroush, fondateur des institutions Hout shel hessed (Les Fils de la Charité), est né à Beni Mellal en 1952.

Galerie photo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :