Antifa (États-Unis)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Antifa (États-Unis)
Antifa sticker on No Parking sign.jpg
Un autocollant Antifa sur un panneau de signalisation à Duluth, dans le Minnesota.
Cadre
Type
Pays
Organisation
Idéologie

Antifa (/ænˈtiːfə/ ou /ˈæntiˌfɑː/)[1] est le nom collectif utilisé par différents groupes autonomes et souvent informels se réclamant de l'antifascisme[2],[3],[4]. Les groupes Antifa sont connus pour leur recours à l'action directe pour s'opposer à l'extrême droite, pouvant aller jusqu'à la destruction de biens matériels et la violence physique lorsqu'ils le jugent nécessaire[5],[6],[7],[8]. La plupart de ces groupes sont anti-gouvernement et anti-capitalistes[9], et appartiennent à des mouvances d'extrême gauche[10] anarchistes, communistes ou socialistes[11],[12],[13],[14]. Ils mettent l'accent notamment sur la lutte directe contre l'extrême droite et les mouvements prônant la suprématie de la race blanche.

Le terme Antifa tient son origine de l'Action antifasciste, un nom employé par des mouvements politiques européens des années 1920 et 1930 qui ont lutté contre les fascistes en Allemagne, en Italie et en Espagne[15],[16]. En réponse à l'importance du néonazisme après la chute du Mur de Berlin, des manifestants antifascistes ont réapparu en Allemagne. Peter Beinart, un journaliste américain, écrit que « à la fin des années 1980 aux États-Unis, des fans de punk appartenant à des mouvances de gauche leur ont emboîté le pas mais sous le nom d'Anti-Racist Action (« Action antiraciste »), pensant que les Américains seraient plus familiers avec la lutte contre le racisme qu'avec celle contre le fascisme »[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le militantisme antifasciste remonte aux années 1920, années durant lesquelles les anti-fascistes ont été impliqués dans des batailles de rue contre les Chemises noires de Benito Mussolini ou celles brunes d'Adolf Hitler, l'Union britannique des fascistes d'Oswald Mosley et des organisations américaines pro-nazies telles que les Amis de la Nouvelle-Allemagne[18]. Bien qu'il n'existe pas de réelle connexion entre les organisations antifascistes, on peut remonter la généalogie de l'Antifa américaine jusqu'à l'Allemagne de Weimar[19], où fut créé en 1932 le premier groupe décrit comme « antifa », Antifaschistische Aktion, avec la participation du Parti communiste d'Allemagne[20]. Le logo aux deux drapeaux d'Antifaschistische Aktion est le symbole le plus couramment utilisé par l'Antifa américaine, avec le cercle antifasciste aux trois flèches du mouvement social-démocrate Front de fer (créé en 1931 puis dirigé par les sociaux-démocrates).

L'Anti-Racist Action, née des mouvements punk et d'une partie du mouvement skinhead de la fin des années 1980[21], est le précurseur direct de beaucoup, sinon de la plupart des mouvements antifa américains actuels. D'autres groupes antifa ont cependant d'autres ascendances, comme les Baldies de Minneapolis, dans le Minnesota, un groupe formé en 1987, avec l'intention de combattre le néonazisme.

Activités[modifier | modifier le code]

Un autocollant antifa écrit en allemand sur le journal d'Anne Frank au Anne Frank Human Right Memorial à Boise, dans l'Idaho.

Le mouvement Antifa est constitué de groupes autonomes, et n'a donc pas d'organisation formelle. Ces groupes forment des réseaux de soutien, comme le NYC Antifa, ou fonctionnent de façon indépendante[22]. L'organisation de manifestations se fait généralement via les médias sociaux, des sites web et des listes de diffusion.

Bien que le nombre d'affiliés aux mouvements Antifa ne puisse être estimé avec précision, le mouvement a pris plus d'ampleur depuis l'élection de Donald Trump : environ 200 groupes, de taille et niveau d'engagement variables, existent actuellement aux États-Unis. Dans une interview accordée à la chaîne de télévision CNN en , un membre de Rose City Antifa (un groupe de Portland, dans l'Oregon), explique que « les membres de notre groupe viennent de toute la gauche : nous avons des anarchistes, nous avons des socialistes, nous avons même des libéraux et des sociaux-démocrates »[23].

Bien que les militants Antifa puissent pratiquer l'entraide, comme ils le firent après l'ouragan Harvey[24],[25], ils ont surtout été associés aux démonstrations de violence à l'encontre de la police[26] et des personnes dont les opinions politiques sont jugées nauséabondes[27],[28]. Ils sont généralement perçus comme n'hésitant pas à recourir à des démonstrations de force. Un manuel publié sur It's Going Down, un site anarchiste, met pourtant en garde contre « ceux qui ont seulement envie de se battre ». Il note en outre que « se confronter physiquement aux fascistes est un aspect nécessaire de la lutte anti-fasciste, mais ce n'est pas le seul ni même nécessairement le plus important »[29].

Selon Peter Beinart, les militants Antifa « luttent contre le suprémacisme blanc, non en essayant de changer la politique du gouvernement, mais par l'action directe. Ils essaient d'identifier publiquement les suprémacistes pour les faire licencier ou leur faire perdre leur logement », en plus de « perturber leurs rassemblements, y compris par la force »[30].

Manifestations et actes de violence notables[modifier | modifier le code]

Les groupes Antifa ont participé activement aux protestations et manifestations contre l'élection de Donald Trump en 2016[31]. Ils ont également participé aux manifestations de à Berkeley contre le porte-parole de l'alt-right Milo Yiannopoulos. Ces manifestations ont attiré l'attention du public[32], les médias ayant rapporté que les Antifa ont « lancé des cocktails Molotov et brisé des fenêtres » et causé 100 000 $ de dommages.

Le , des membres d'Antifa se sont joints aux manifestants de l'Evergreen State College, qui s'opposaient à un événement organisé par le Patriot Prayer, un mouvement de droite libérale suspecté de liens avec le suprémacisme blanc

Lors des contre-manifestations au rassemblement "Unir la droite" de Charlottesville en , les Antifa ont « certainement utilisé des battes et des marqueurs à air comprimé contre les manifestants suprémacistes »[33].

Selon un Antifa interrogé par la journaliste Adele Stan, les battes utilisées par les manifestants antifascistes sont justifiées par la présence de « goon squads » (sortes de groupes mercenaires) dans l'autre camp[34]. Lors de cet événement, des Antifa ont protégé Cornel West et divers membres du clergé de l'attaque de suprémacistes. Cornel West a plus tard déclaré qu'il estimait que les Antifa lui avaient « sauvé la vie »[35],[36].

Selon un militant d'extrême droite, les manifestants Antifa n'étaient pas cantonnés au périmètre qui leur avait été alloué par la ville, mais arpentaient les rues et ont bloqué le passage aux manifestants d'extrême-droite avant de lancer une attaque sur eux avec des masses, des sprays au poivre, des briques, des bâtons et du liquide sâle[37].

À Berkeley, le , une centaine de manifestants Antifa auraient rejoint les 2 000 à 4 000 contre-manifestants présents pour s'opposer à ce qui a été décrit comme une « poignée » de manifestants de l'alt-right et de supporters du président Trump, réunis pour un rally « Say No to Marxism » (« Non au marxisme ») qui avait été annulé pour des raisons de sécurité. Il est décrit que certains militants Antifa ont donné des coups de pied à des manifestants non armés et ont menacé de casser les caméras des journalistes[38],[39]. Le maire de Berkeley Jesse Arreguin a suggéré de classer les Antifa de la ville comme « gang »[40].

Lors de nouvelles contre-manifestations en opposition au rassemblement « Unir la droite » à Charlottesville en , des Antifas ont invectivé et attaqué des journalistes et des policiers, leur lançant notamment des œufs et des bouteilles d'eau, et en tirant des feux d'artifice dans leur direction. Des journalistes[Qui ?] rapportent aussi que des Antifa les ont harcelés pour les empêcher de filmer[41],[42].

Méthodes[modifier | modifier le code]

Selon la National Public Radio, « ceux qui parlent au nom du mouvement Antifa reconnaissent qu'ils ont parfois des battes et des massues » et leur « méthode repose sur la confrontation »[43]. CNN affirme que les Antifa sont « connus pour causer des dégradations matérielles lors des manifestations ». Scott Crow, un membre de longue date d'un groupe Antifa et impliqué dans l'organisation du mouvement selon CNN, fait valoir que la destruction de la propriété n'est pas une forme de violence.

Selon Brian Levin, directeur du Centre pour l'Étude de la Haine et de l'Extrémisme à l'Université d'État de Californie de San Bernardino, les Antifa ont recours à la violence car « ils croient que les élites contrôlent le gouvernement et les médias. Ils ont donc besoin de s'opposer frontalement à ceux qu'ils considèrent comme racistes ». Selon Mark Bray, maître de conférences à l'Institut de recherche sur le genre de Dartmouth et auteur d’Antifa: The Anti-Fascist Handbook (Antifa: Le Manuel des antifascistes), les adhérents au mouvement sont pour la plupart socialistes, anarchistes ou communistes et « refusent de faire appel à la police ou à l’État pour freiner l'avancée du suprémacisme blanc. Ils préconisent à la place l'opposition populaire au fascisme telle que nous avons pu le voir à Charlottesville »[44]. En rapport avec cet ouvrage, Carlos Lozada a déclaré que les groupes Antifa ne respectent pas la liberté d'expression. Selon Bray, l'atteinte à la liberté d'expression « est justifiée par son rôle dans la lutte politique contre le fascisme »[45].

Selon Scott Crow, cette justification se fonde sur le principe de l'action directe : « L'incitation à la haine ne relève pas de la liberté d'expression. Si vous mettez en danger des personnes avec ce que vous dites et les actes que vos paroles impliquent, alors vous n'avez pas le droit de le dire. C'est pour cela que nous allons au conflit, pour les faire taire, parce que nous croyons que les nazis et les fascistes de tout poil ne devraient pas avoir droit à la parole ».

En , la mouvance Antifa a été rattachée à l'anarchisme par le Département de la sécurité intérieure du New Jersey[46], qui avec le FBI a classé leurs activités comme terrorisme domestique. Le FBI et le DSI ont également reconnu être incapables d'infiltrer « l'organisation diffuse et décentralisée » de ces groupes[47].

Réactions à Antifa[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

À la suite des violences de Berkeley le , les actions des Antifa ont fait l'objet de critiques de la part de Républicains, de Démocrates et des commentateurs politiques des médias américains[48],[49],[50] :

Classement comme organisation terroriste[modifier | modifier le code]

En , une pétition appelant à ce que les Antifa soient classés par le Pentagone comme une organisation terroriste a été lancée via la plate-forme de la Maison-Blanche We The People. Elle a recueilli plus de 100 000 signatures en trois jours, et par conséquent - en vertu de la politique définie par l'administration Obama - aurait dû recevoir un examen officiel et une réponse par la Maison-Blanche. Avec plus de 300 000 signatures à la fin du mois d'août, c'était la troisième pétition la plus signée de la plate-forme[54]. Toutefois, cette politique n'a pas été poursuivie par l'administration Trump, qui n'a répondu à aucune des pétitions de la plate-forme[55]. L'auteur de la pétition, connu sous le pseudonyme de Microchip, a expliqué à Politico que le but de celle-ci n'était pas nécessairement de provoquer une quelconque action concrète de la part du gouvernement, mais simplement de pousser les conservateurs à la partager et à en débattre[56].

En , en réaction aux manifestations faisant suite à la mort de George Floyd, Donald Trump annonce sur Twitter que les États-Unis « désigneront Antifa comme une organisation terroriste »[57].

Anti-Antifa[modifier | modifier le code]

Les anti-antifas sont les opposants à l'Action Antifasciste. Il ne s'agit pas du nom d'une quelconque organisation. Les anti-antifas sont souvent composés de militants d'extrême droite radicaux tels des néofascistes, néonazis, skinhead d'extrême droite, ainsi que de suprémacistes blancs et noirs.

Usurpation de compte Twitter[modifier | modifier le code]

En , une campagne de canulars photographiques a été lancée via le Hashtag #PunchWhiteWomen par des membres de l'alt-right dans une tentative de discréditer Antifa[58]. Notamment, une image de l'actrice Britannique Anna Friel la montrant sous les traits d'une femme battue lors de la campagne de 2007 contre les violences conjugales de la Women's Aid Federation of England a été détournée par de faux comptes Twitter Antifa. La supercherie, organisée via le site internet 4chan, a été dévoilée à la suite d'une enquête du chercheur du réseau Bellingcat Eliot Higgins. L'image est sous-titrée « 53 % de femmes blanches ont voté pour Trump, 53 % des femmes blanches devraient ressembler à ceci » et porte un drapeau Antifa. Une autre image, montrant une femme blessée, est elle sous-titrée « Elle a choisi d'être une nazie. Les choix ont des conséquences », et est accompagnée du mot-dièse #PunchANazi. Eliot Higgins a fait remarquer à la BBC que « c'était un canular pathétique et assez évident, mais [qu'il ne serait] pas surpris si les groupes nationalistes blancs essayaient à l'avenir de monter des attaques plus sophistiquées »[59].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Language Log » Ask Language Log: How to pronounce "Antifa"? », sur languagelog.ldc.upenn.edu (consulté le 23 septembre 2017).
  2. (en) Jessica Seurth, « What is Antifa? », CNN,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2017).
  3. (en) Charlie Savage, « Justice Dept. Demands Data on Visitors to Anti-Trump Website, Sparking Fight », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2017).
  4. (en-US) Emma Grey Ellis, « Neo-Nazis Face a New Foe Online and IRL: the Far-Left Antifa », Wired,‎ (lire en ligne).
  5. (en) « Is Antifa good for American society? », The Perspective, (consulté le 4 septembre 2017).
  6. (en) William Steakin, « What is Antifa? Controversial far-left group defends use of violence », AOL.com,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2017).
  7. (en-GB) Brenna Cammeron, « Antifa: Left-wing militants on the rise », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2017).
  8. (en) « Fact Check: Is Left-Wing Violence Rising? », sur NPR.org, (consulté le 15 août 2017).
  9. (en) « What is Antifa? », sur The Economist (consulté le 15 août 2017).
  10. (en) Brenna Cammeron, « Antifa: Left-wing militants on the rise », BBC News,‎ (lire en ligne).
  11. Thomas Fuller, Alan Feuer et Serge F. Kovaleski, « 'Antifa' Grows as Left-Wing Faction Set to, Literally, Fight the Far Right », sur The New York Times, .
  12. Pasha-Robinson, Lucy (September 4, 2017). Antifa: US security agencies label group 'domestic terrorists'. The Independent. Retrieved: September 4, 2017.
  13. A look at the violent anarchist group Antifa. CNN. Retrieved: September 4, 2017.
  14. Lizzie Johnson, Erin Allday, Michael Cabanatuan and Nanette Asimov (August 28, 2017). Masked anarchists violently rout right-wing demonstrators in Berkeley. SFGate. Retrieved: September 4, 2017.
  15. (en) Brenna Cammeron, « Antifa: Left-wing militants on the rise », BBC, .
  16. (en) William Cummings, « Trump spoke of the 'alt-left'. Is that a thing? », USA Today,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2017).
  17. (en) Peter Beinhart, « The Rise of the Violent Left », The Atlantic,‎ (lire en ligne, consulté le 7 août 2017).
  18. Three out on Bail As Aftermath of Nazi Brawl in Milwaukee, Jewish Telegraphic Agency (en), June 27, 1934
  19. (en-US) Ben Sales, « What you need to know about antifa, the group that fought white supremacists in Charlottesville », sur Jewish Telegraph Agency, (consulté le 25 août 2017).
  20. (en) Andreas Dorpalen, German History in Marxist Perspective : The East German Approach, I.B.Tauris, , 542 p. (ISBN 978-1-85043-024-7), p. 384.
  21. (en-US) Matt Snyders, « Skinheads at Forty » [archive du ], City Pages, City Pages, LLC, (consulté le 29 juillet 2012).
  22. (en) Natasha Lennard, « Anti-Fascists Will Fight Trump's Fascism in the Streets », The Nation, (consulté le 14 août 2017).
  23. (en) « Unmasking the leftist Antifa movement », CNN,‎ (lire en ligne)
  24. (en) « The Red Cross Won't Save Houston. Texas Residents Are Launching Community Relief Efforts Instead », sur Democracy Now!, (consulté le 2 septembre 2017).
  25. (en) Lydia Smith, « Hurricane Harvey: Antifa are on the ground in Texas helping flooding relief efforts: Politics put aside to help thousands displaced by worst US storm in 10-years. », sur The Independent, (consulté le 2 septembre 2017).
  26. (en-US) « Portland Police Chief Says Antifa Protesters Used Slingshot to Launch Urine and Feces-Filled Balloons at Riot Cops », Willamette Week,‎ (lire en ligne, consulté le 2 septembre 2017).
  27. (en-US) Alene Tchekmedyian, « Counter-protester who allegedly sucker punched Trump supporter at O.C. rally tried to flee state, police say », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne, consulté le 2 septembre 2017).
  28. (en-US) Paige St John et James Queally, « 'Antifa' violence in Berkeley spurs soul-searching within leftist activist community », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne, consulté le 2 septembre 2017).
  29. (en) « Trump and the right's post-Charlottesville bogeyman is antifa, a movement with a complicated history », sur Business Insider Deutschland (consulté le 28 août 2017).
  30. (en) Peter Beinart, « What Trump Gets Wrong About Antifa », The Atlantic,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2017).
  31. (en-US) Natasha Lennard, « Anti-Fascists Will Fight Trump's Fascism in the Streets », The Nation,‎ (lire en ligne, consulté le 7 août 2017).
  32. (en) « Behind Berkeley's Semester of Hate », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 7 août 2017).
  33. (en) Linda Qiu, « Trump Asks, 'What About the Alt-Left?' Here's an Answer », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2017).
  34. (en-US) Adele Stan, « White Supremacist Chaos in Charlottesville Is Just the Beginning », Moyers & Company (en),‎ (lire en ligne, consulté le 14 août 2017).
  35. (en) Dahlia Lithwick, « Yes, What About the "Alt-Left"? », Slate, .
  36. (en) Alison Flood, « Antifa: the Anti-fascist Handbook – 'What Trump said made the book seem even more urgent' Rushed into print after the US president said there were 'fine people on both sides' of the Charlottesville clashes, Mark Bray's guide provides tactics for those hoping to 'defeat the resurgent far right' », sur The Guardian, (consulté le 27 août 2017).
  37. Matt Pearce, « Who was responsible for the violence in Charlottesville? Here's what witnesses say », sur latimes.com (consulté le 15 août 2018).
  38. (en) Kyle Swenson, « Black-clad antifa attack peaceful right wing demonstrators in Berkeley », Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 28 août 2017).
  39. (en) Emma Bowman, « Scattered Violence Erupts At Large, Left-Wing Berkeley Rally », NPR,‎ (lire en ligne, consulté le 28 août 2017).
  40. (en) Tom Porter, « Berkeley's mayor wants antifa to be classified as a gang », Newsweek, (consulté le 29 août 2017).
  41. (en) « Antifa clashes with police and journalists in Charlottesville and DC », Vox,‎ (lire en ligne, consulté le 14 août 2018).
  42. (en) « Antifa protesters couldn’t find any fascists at Unite the Right — and harassed the press instead », sur Washington Post, (consulté le 14 août 2018).
  43. (en) Brian Mann, National Public Radio, « Trump Supporter: 'He Called For Unity, I Never Saw Obama Call For Unity' », Morning Edition,‎ (lire en ligne, consulté le 14 août 2017).
  44. (en) Sean Illing, « 'They have no allegiance to liberal democracy': an expert on antifa explains the group Why a loose network of militant activists is confronting fascists. », sur The Vox, (consulté le 27 août 2017).
  45. (en) Carlos Lozada, « The history, theory and contradictions of antifa », sur The Washington Post, (consulté le 1er septembre 2017).
  46. (en) « Anarchist Extremists: Antifa », sur New Jersey Office of Homeland Security and Preparedness (consulté le 27 août 2017).
  47. (en) Josh Meyer, « FBI, Homeland Security warn of more 'antifa' attacks », Politico,  : « Federal authorities have been warning state and local officials since early 2016 that leftist extremists known as 'antifa' had become increasingly confrontational and dangerous, so much so that the Department of Homeland Security formally classified their activities as 'domestic terrorist violence', according to interviews and confidential law enforcement documents obtained by POLITICO ».
  48. (en) « Calmer voices on the left must disavow antifa's tactics — or else they will give rhetorical ammunition to Trump », sur New York Daily News, (consulté le 25 août 2017).
  49. (en) Hank Berrien, « Crowder Slams Antifa, Alt-Right », sur DailyWire.com, (consulté le 30 août 2017).
  50. (en) Maya Oppenheim, « Noam Chomsky: Antifa is a 'major gift to the right' », sur The Independent, (consulté le 30 août 2017).
  51. (en) Nancy Pelosi, « Pelosi Statement Condemning Antifa Violence in Berkeley », sur democraticleader.gov, (consulté le 30 août 2017).
  52. (en) Joe Concha, « Laura Ingraham proposes declaring antifa a 'terrorist organization' », sur The Hill, (consulté le 30 août 2017).
  53. (en) Trevor Noah, « Antifa: The Anti-Fascist Antagonists of the Alt-Right: The Daily Show ».
  54. (en) Fox News, « Petition urging terror label for Antifa gets enough signatures for White House response », sur Fox News Channel, (consulté le 26 août 2017).
  55. (en) Steven Nelson, « White House Considers Dumping Petition Site », sur usnews.com, (consulté le 31 août 2017).
  56. (en) Shawn Musgrave, « White House 'antifa' petition written by pro-Trump troll: Online organizer tied to Trump Twitter 'rooms' says he started petition to unify the right after Charlottesville. », sur Politico, (consulté le 25 août 2017).
  57. « Mort de George Floyd : Donald Trump cible la mouvance « antifa », qu’il veut classer comme « organisation terroriste » », sur Le Monde, (consulté le 1er juin 2020).
  58. (en) Alessandra Maldonado, « Antifa '#PunchWhiteWomen' campaign revealed as 4Chan hoax », Salon,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2017) :

    « Reportedly, 'alt-right' activists have been using masked Twitter accounts and doctored photos of battered women to run a smear campaign against the antifa movement. »

    .
  59. (en) « Far-right smear campaign against Antifa exposed by Bellingcat », BBC News, (consulté le 25 août 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Mouvements antifascistes et idéologies liées aux antifas[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Action antifasciste.

Opposition aux antifas[modifier | modifier le code]