Anekdot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le terme anekdot (en russe, анекдот, lui-même dérivé du français anecdote) désigne, dans l'humour russe, une blague à caractère souvent socio-politique, originellement transmise oralement (pour contourner la censure), qui peut être considéré comme une sorte de folklore, d'ailleurs largement partagé avec les autres pays ayant connu le même système politique ; il en existe des milliers sur tous les aspects de la vie[1],[2].

Dessin anekdot de Vitaliy Peskov sur la « liberté soviétique » (années 1970).

Période tsariste[modifier | modifier le code]

Les blagues de la période tsariste sont les mêmes que dans toute l'Europe de ce temps, mais les spécificités de l'humour de l'empire russe concernent surtout le Tzar, l'église, l'antisémitisme et l'alcoolisme[3].

  • -"Pourquoi notre petit père Nicolas II n'entend-il pas nos prières désespérées ?" -"Parce qu'il est sourd à force de se masturber avec la gloire des Romanov et de la Sainte Russie !"
  • -"Quelles sont les qualités nécessaires pour être pope ?" -"Savoir bien compter, bien chanter et ne surtout pas craindre Dieu !"
  • -"Pourquoi le plus vaste Empire du monde a-t-il été arrêté dans ses conquêtes par les petits Japonais ?" -"Parce qu'à force d'alourdir la télègue dans les hauts, la moindre souche un peu dure suffit à la renverser !"
  • -"Petit père, c'est quoi un Juif ?" -"C'est un malheureux comme nous, sauf que nous, on nous fusille si on se redresse, c'est plus officiel, alors que lui, il croit en Dieu mais pas au Christ, alors on le tue à la main, c'est moins cher !"
  • -"Pourquoi boit-on tant dans notre Sainte Russie ?" -"Parce que la vodka est le seul remède connu à notre sainte misère !"

Période soviétique[modifier | modifier le code]

Les blagues de la période soviétique[4],[5]offrent une vision de la réalité soviétique plus populaire, plus réelle et plus haute en couleurs que celle dépeinte par les études académiques des soviétologues, une vision qui, en dépit du totalitarisme, montre que l'esprit critique du peuple n'a jamais complètement disparu[6], malgré les risques de la répression :

  • -"Quelle est la différence entre une bonne Anekdot et une mauvaise ?" -"Cinq ans de camp !"
  • -"Tu veux vivre ? Ne pense pas. Si tu ne peux pas t'empêcher de penser, ne parle pas. Si tu ne peux pas t'empêcher de parler, n'écris pas. Si tu ne peux pas t'empêcher d'écrire, ne signe pas. Si tu ne peux pas t'empêcher de signer, ne t'étonne pas."
  • -"Maman, est-ce vrai que ce sont des savants qui ont fondé l'URSS ?" -"Non mon petit, ce sont des politiciens." -"Mais maman, à l'école on a appris que ce sont des savants !" -"Bien sûr mon chéri, mais réfléchis : les savants, c'est sur des rats qu'ils font leurs expériences !"
  • En URSS, le Plan est toujours dépassé, bien que personne ne travaille. Le Plan a beau être toujours dépassé, les magasins restent vides. Bien que les magasins soient vides, les gens arrivent quand même à manger. Mais bien qu'ils mangent, ils sont tous mécontents. Et pourtant, ils ne cessent d'applaudir.
  • Un citoyen entre dans l'hôpital : -"Bonjour, je viens pour voir un ophtalmo-otorhino !" -"Nous avons un ophtalmo et un otorhino, lequel veux-tu voir en premier ?" -"Les deux ensemble !" -"Impossible, ce n'est pas le même service, tu dois choisir". -"Alors tant pis, je renonce !" -"Mais enfin camarade, quel est ton problème?" -"C'est que mes oreilles entendent une chose, et mes yeux en voient une autre !"
  • Un citoyen s'écrase un doigt avec son marteau. Il va à l'hôpital. L'hôpital a deux portes : « Camarades dirigeants » et « Autres citoyens ». Comme il n'est pas dirigeant, il prend la seconde porte. Dans le hall, deux portes : « Membres du Parti » et « Non-membres ». N'étant pas membre, il prend la seconde porte. Au bout d'un couloir, encore deux portes : « Urgences » et « Autres patients ». Comme il n'est pas gravement blessé, il ouvre la seconde, et se retrouve dans la rue.
  • Dans la société soviétique, toutes les briques sont théoriquement égales, mais pratiquement celles du dessous doivent supporter le poids de celles qui sont au-dessus.
  • -"Ah, qu'est-ce que j'aimerais pouvoir vivre en Théorie !" -"Qu'est-ce que tu racontes, camarade ?" -"C'est qu'en théorie, tout va bien !"
  • L'idéal communiste, c'est l'horizon radieux de l'humanité. Et l'horizon, c'est une ligne imaginaire qui s'éloigne de nous au fur et à mesure qu'on s'en approche.
  • -"Pourquoi le régime soviétique est-il d'essence divine ?" -"Parce qu'on ne peut démontrer ni que ce qu'il raconte est vrai, ni que c'est faux !"
  • -"Pourquoi le Jardin d'Éden était-il une république soviétique ?" -"Parce qu'on y vivait presque nus, on n'y mangeait que des pommes pas mûres, on devait appeler ça le paradis, et si on accédait à la connaissance, on était sévèrement puni".
  • -"Quelle est la caractéristique la plus durable des économies planifiées ?" -"Les difficultés passagères".
  • Que lit-on sur les pylônes à haute tension soviétiques ? "Danger de mort : 7 h.-8 h., 19 h.-20 h."
  • -"Qu'est-ce qu'il y avait en Russie soviétique avant l'ère de la bougie ?" -"L'ère de l'électricité !"
  • -"Pourquoi l'URSS est-elle le pays le plus érotique du monde ?" -"Parce qu'aucun autre n'a réussi à allonger à ce point les queues".
  • Rencontre entre le Secrétaire Général du PCUS et le Patriarche de l'Église orthodoxe. Le Secrétaire : -"Alors, sacré pécheur, petit père des popes, quoi de neuf ?" Le Patriarche : -"Hier le Tout-puissant m'a visité, et m'a dit que je suis le plus humble des Patriarches que Moscou ait eu." Le Secrétaire : -"Tu as du abuser de la vodka et rêver, car hier j'étais à la pêche au lac Baïkal !"
  • -"Si tu avais à choisir entre l'enfer capitaliste et l'enfer communiste, lequel choisirais-tu ?" -"L'enfer communiste, parce que si c'est comme sur terre, quand ils auront du feu, ils manqueront de chaudrons ; quand ils auront les chaudrons, le feu sera éteint ; et si par hasard feu et chaudrons seront disponibles en même temps, tu peux être sûr que le responsable de l'allumage sera absent !"
  • En URSS, on peut prier… à condition que Dieu seul s'en aperçoive !
  • En URSS, le marxisme-léninisme est la doctrine scientifique qui prépare l'avenir, organise le présent, et modifie le passé !
  • -"Que fait le capitalisme ?" -"Il court à sa perte !" -"Et que fait le communisme ?" -"Il s'accélère pour rattraper et dépasser le capitalisme !"
  • -"Les États-Unis sont au bord du gouffre : pourquoi ?" -"Parce qu'ils contemplent l'Union soviétique".
  • -"Qu'est-ce que le capitalisme ?" -"C'est l'exploitation de l'homme par l'homme !" -"Et qu'est-ce que le socialisme soviétique ?" -"C'est l'inverse !"
  • -"Quelle est la meilleure neige du monde ?" -"C'est la neige soviétique : tu la mets sur le radiateur, et elle ne fond pas !"
  • Un client ouvre la porte du magasin carrelé de blanc, et demande : -"Bonjour, vous n'auriez pas des saucisses ?" La vendeuse : -"Vous vous trompez de magasin : ici, on n'a pas de médicaments. C'est en face qu'ils n'ont pas de viande".
  • Dix ans après l'avènement de l'URSS, une cliente entre dans la boutique qui, sous les Tzars, s'appelait « Boucherie Ivanov » et où l'on trouvait de la viande (chère), et qui à présent s'appelle « Viande bon marché, magasin d'État » et où l'on trouve le camarade gérant Ivanov : -"Avez-vous des saucisses ?" -"Niet !" -"Avez-vous de la mortadelle ?" -"Niet !" -"Et du saucisson ?" -"Niet !" -"Ou du salami ?" -"Niet !" -"Avez-vous du jambon, alors ?" -"Non plus !" -"Avez-vous des côtelettes ?" -"Niet !" -"Peut-être avez-vous des steacks ?" -"Niet !" -"Du foie ?" -"Niet !" -"Ou alors des rognons ?" -"Pas davantage !" -"Peut-être des tripes, ou de la tête de veau ?" -"Niet, niet !" -"Même pas des pieds et paquets ?" -"Niet, camarade, niet !" -"Des os à moëlle, alors ?" -"Niet !" -"Des déchets protéinés ?" "-Rien, je vous dis, je n'ai pas eu de livraison depuis des mois !" La cliente repart. Ivanov, à son vendeur : -"Quelle obstinée, celle-là !" Le vendeur : -"Oui, et quelle mémoire, aussi !"
  • Un camarade rapporte à Staline qu'un obscur moscovite se trouve être son sosie. -"Qu'on le fusille !" ordonne Staline. -"Peut-être qu'on peut juste lui raser la moustache, camarade Staline ?" tempère Zinoviev. -"Très juste ! Qu'on lui rase la moustache, puis qu'on le fusille !"
  • -"Pourquoi Staline a-t-il demandé à Andreï Vychinski de condamner le Soleil à trente ans de Goulag par contumace ?" -"Parce que chaque jour ce salaud de Soleil, après s'être levé à l'Est comme il se doit et contemplé l'URSS dans sa gloire, décide quand même de passer à l'Ouest !"
  • -"Quel est l'animal préféré des dirigeants soviétiques ?" -"C'est le pingouin, parce qu'il supporte le froid sans broncher, ne mange jamais de viande et applaudit volontiers !"
  • Pendant les purges, deux soviétiques se croisent dans la rue : le premier : -"Bonjour, camarade !" Le second : -"Saloperie d'espion !" Le premier : -"Minute, camarade ! pourquoi m'accuses-tu d'être un espion ?" Le second : -"La ferme ! tout le monde sait qu'en URSS la moitié des gens sont des espions ! comme ce n'est pas moi, ça ne peut être que toi !"
  • Un citoyen soviétique, se contemplant dans son miroir : -"De nous deux, lequel peut bien être le mouchard ?"
  • Le Secrétaire Général du PCUS, à ses ministres : -"Dites voir, je viens de lire un poème de Pouchkine, et c'est mièvre, sirupeux et sentimental, à l'opposé de la ligne du Parti !" Le ministre de la culture : -"Mais, camarade Secrétaire, Pouchkine est mort depuis longtemps !" Le Secrétaire, au directeur du KGB : -"Je n'en avais pas donné l'ordre ! camarade directeur, pourquoi donc vos tchékistes sont-ils toujours aussi pressés ?"
  • -"Pourquoi les gens du KGB vont-ils toujours par 3 ?" -"Parce qu'il en faut un qui sache lire les ordres, un qui sache écrire les rapports et un troisième pour surveiller ces deux dangereux intellectuels".
  • -"Quelle est la différence entre un citoyen soviétique et un occidental quand ils critiquent le gouvernement ?" -"C'est que l'occidental, il peut recommencer le lendemain !"
  • Un touriste occidental, sûr de sa supériorité, à un citoyen soviétique : -"Nous en Occident, nous avons le droit de critiquer notre gouvernement". Le soviétique, surveillant du coin de l'œil le mouchard de service : -"Et alors ? Nous aussi, nous avons le droit de critiquer votre gouvernement !"
  • Un touriste occidental, dans un restaurant soviétique : -"C'est un scandale, ce pain est si dur que je me suis cassé une dent !" Le gérant, surveillant du coin de l'œil le mouchard de service : -"Ce n'est pas le pain soviétique qui est trop dur, c'est la dent capitaliste qui est trop molle !"
  • Un touriste occidental, à une famille soviétique : -"Vous êtes contents de votre logement ?" La famille : -"On ne peut pas se plaindre !". -"Et de la nourriture ?" La famille : -"On ne peut pas se plaindre !" -"Et des services de l'état ?" La famille : -"On ne peut pas se plaindre !" -"Mais alors, pourquoi nous envier ?" La famille : -"Parce que chez vous, on peut se plaindre de tout !"
  • Un occidental perdu par ses surveillants s'égare dans la campagne soviétique et arrive dans un kolkhoze ordinaire, qui n'a rien à voir avec ceux des circuits touristiques. Il aperçoit des champs en friche, la moissonneuse-batteuse désossée qui rouille dans son hangar, les quelques têtes de bétail rachitiques. Le gérant du kolkhoze l'intercepte et appelle le KGB : -"Il a tout vu, qu'est-ce qu'il faut en faire ?". Mais les tchékistes le rassurent : -"T'en fais pas camarade : s'il se met à nous dénigrer, notre appareil de communication saura rétablir la vérité !"
  • Après la terreur rouge et les grandes purges, il restait en URSS trois sortes de citoyens : quelques rares membres du PCUS honnêtes, donc inconscients et promis aux prochaines purges ; des millions de membres du PCUS conscients, donc malhonnêtes et promis à de belles carrières, et quelques centaines de milliers de citoyens honnêtes et conscients, donc pas membres du PCUS mais membres de la main d'œuvre servile, dans les camps.
  • Le Goulag ? il y a trois sortes de citoyens soviétiques : ceux qui y ont été, ceux qui y sont, et ceux qui y seront.
  • Trois zeks (prisonniers du Goulag) : -"J'avais une montre qui retardait et je suis arrivé plusieurs fois en retard : ils m'ont collé trois ans pour sabotage de l'économie !" -"Moi, ma montre avançait, et je suis arrivé plusieurs fois en avance : j'ai eu quatre ans pour espionnage !" -"Eh bien moi j'avais une montre toujours à l'heure, grâce à elle j'étais ponctuel et ils m'ont mis cinq ans pour utilisation de la technologie capitaliste !"
  • Trois zeks : -"J'avais une famille à nourrir et j'ai pris des œufs pour moi au kolkhoze : ils m'ont collé trois ans pour sabotage de l'économie populaire !" -"Moi, j'ai hébergé l'un de mes élèves dont les parents avaient été arrêtés : j'ai eu quatre ans pour complicité avec des ennemis du peuple !" -"Eh bien moi je n'ai rien fait du tout et ils m'ont mis cinq ans tout de même !" -"Ne nous prends pas pour des billes, mon vieux : pour rien du tout, c'est deux ans !"
  • Trois zeks : -"J'ai pris position pour la ligne du camarade Oleg Ivanov au Congrès : ils m'ont collé trois ans pour déviationnisme !" Le second dit : -"Moi, je me suis opposé à cette ligne : j'ai eu quatre ans pour manque de confiance dans le Parti !" Le troisième se tait. Les deux autres le regardent avec insistance, alors il soupire et finit par lâcher : -"Oh, moi c'est très différent : je suis Oleg Ivanov !"
  • Trois chiens : un occidental et deux soviétiques. L'occidental : -"Ma vie est parfois ennuyeuse, mais au moins, quand j'aboie, on m'apporte ma viande." Les deux soviétiques : -"C'est quoi, la viande ?" -"C'est quoi, aboyer ?"
  • -"Quel est le peuple le plus pacifique et le plus neutre du monde ?" -"C'est le peuple soviétique, car il ne se mêle même pas de ses affaires intérieures !"
  • Le président américain téléphone au Kremlin : -"Je me suis rendu compte que le capitalisme court à sa perte, et je veux instaurer le communisme en Amérique : que me conseillez-vous ?" -"Ne vous précipitez pas, et surtout, livrez d'abord les machines qu'on vous a commandées !"
  • Lors d'un sommet, entre deux rounds de négociations, l'ambiance étant à la détente, le président américain et de premier soviétique vantent le dévouement et la fidélité de leurs gardes du corps. L'américain appelle le sien : -"Jones, nous sommes au 20ème étage, mais vous allez vous jeter par cette fenêtre, c'est un ordre !" Jones : -"Mais, Mr. President, pourquoi moi ? je suis père de famille !" Le premier soviétique, goguenard : -"Ivanov ?" et il désigne la fenêtre des yeux. Ivanov, ferme et décidé, s'élance et tombe dans le vide sans un cri. Jones, horrifié : -"Il n'avait pas de famille ?" Le premier soviétique, souriant : -"Si, justement !"
  • Dans les années 70, si on demandait à un flic de la Place rouge à Moscou où était la boîte de nuit la plus proche, il vous répondait : -"Helsinki".
  • Pour remédier à ce manque et répondre aux besoins des touristes occidentaux, Brejnev décide d'ouvrir une boîte à Moscou. Au bout de trois mois il convoque le directeur pour un premier bilan : -"Alors, combien de clients nous ont laissé leurs dollars ?" -"Un seul, camarade Brejnev, il est resté deux minutes." -"Comment ? mais qu'est-ce qui n'allait pas ? la musique ? la nourriture ? les boissons ?" -"Impossible, camarade Brejnev, on avait le rock à la mode, les mets les plus succulents, du whisky écossais, du chianti italien, du champagne français, de la bière allemande !" -"Les filles alors ?" -"Impossible, camarade Brejnev, on n'a pris que du personnel fiable, rien que des babouchkas membres du Parti depuis au moins 1950 !"
  • Pour remédier à cette situation, Brejnev fait embaucher de belles devochkas sexy. Les occidentaux affluent, tout le personnel des Ambassades s'y presse, les micros enregistrent 24 h sur 24, les dollars s'accumulent. Brejnev vient vérifier lui-même le succès, et voilà qu'une devochka lui tape dans l'œil. Il la courtise assidûment, mais celle-ci est très farouche. À la fin, n'y tenant plus, il s'exclame : -"Mais enfin, qu'est-ce que tu attends de moi ?". La danseuse : -"Que vous ouvriez les frontières !" -"Ahaa, j'ai compris ton manège, petite coquine : tu veux qu'on reste tout seuls, nous deux !"
  • -"Que faire si le PCUS ouvre les frontières ?" -"Grimper au premier arbre, pour éviter d'être piétiné".
  • Un quatuor à cordes débarque à Moscou : c'est l'orchestre symphonique de la ville, de retour de tournée en occident.
  • Un matin, le téléphone sonne chez Youri Gagarine, à Zviozdny gorodok. Sa petite fille Léna répond : -"Da ?" -"Ici Nikita Khrouchtchev, peux-tu me passer ton papa, notre grand cosmonaute ?" demande l'interlocuteur. -"Il a encore dix orbites à tourner dans le cosmos, il ne sera pas de retour avant ce soir !" dit la petite. -"Alors passe-moi ta maman", demande Khrouchtchev. -"Elle est partie chercher de la viande pour fêter le retour de papa avec nos amis, elle ne sera pas de retour avant demain midi", répond l'enfant.
  • Une rivière, une route, un pont. Une charrette arrive, quitte la route, descend la berge, passe la rivière par le gué, remonte de l'autre côté. Le kolkhozien s'arrête se sécher au soleil et s'en griller une. Arrive un camion, il quitte la route, descend la berge, passe la rivière par le gué, remonte à côté de la charrette, le chauffeur descend et demande du feu au kolkhozien. Arrive une voiture officielle avec des gros camarades à bord. Elle s'engage sur le pont et s'écroule avec dans la rivière. Le kolkhozien et le camionneur se regardent : -"Quel crétin ! Il voit bien qu'il y a un pont, et il le prend quand même !"
  • Le ministre soviétique des Travaux Publics se rend en province. Là il visite le responsable local des Ponts et Chaussées, un camarade de promotion qui habite une datcha somptueuse pourvue de tout le confort moderne, et qui possède une voiture occidentale. Le ministre s'étonne, et son hôte, très fier, le prend alors par l'épaule, ouvre une fenêtre et lui dit : -"Tu vois ce pont, sur le fleuve ? Il devait peser 10.000 tonnes et j'avais dix millions de roubles pour le construire : eh bien, il n'en pèse que 8.000 et il ne m'a coûté que huit millions !" Le ministre hoche la tête. Un an plus tard, c'est lui qui invite son camarade de promotion dans la capitale. Cette fois c'est le collègue des Ponts et Chaussées qui est ébloui : le ministre vit dans un véritable palais avec piscine et possède plusieurs voitures occidentales. -"Comment as-tu fait ?" Le ministre, très fier, le prend alors par l'épaule, ouvre une fenêtre et lui dit : -"Vois-tu l'emplacement du pont, sur la Moskova ?" -"Quel pont ?"
  • -"Comment reconnaître un bateau soviétique au large, quand il n'a pas son pavillon ?" -"Il n'y a ni requins, ni mouettes derrière, ils n'ont rien à jeter".
  • Dans les ports occidentaux, pour reconnaître les bateaux des pays communistes quand ils n'ont pas leurs pavillons, regardez quels sont ceux dont les équipages sont consignés à bord.
  • L'Arabie devient soviétique. Trois ans passent. À présent, elle importe du pétrole et du sable.

Période de la dislocation de l'URSS[modifier | modifier le code]

La période des années 1990 et la désastreuse politique de la « thérapie de choc » ont donné lieu en Russie à de nombreuses blagues, souvent cyniques et confinant à l'humour noir.

  • L'optimiste : -"Si ça continue comme ça, bientôt on en sera à manger de la crotte !" Le pessimiste : -"Et tu verras qu'il n'y en aura pas pour tout le monde !"
  • L'optimiste : -"C'est terrible, jamais la situation économique ne pourra être pire !" Le pessimiste : -"Mais si, mais si !"
  • Deux citoyens : un qui n'a jamais quitté l'URSS, et un autre qui revient d'occident où il s'était réfugié et où il a vécu dix ans : -"Qui êtes-vous, vous les occidentalisés, pour nous donner des leçons ?" -"Et qui êtes-vous, vous les enfermés, pour ne pas en recevoir ?"
  • Un russe et un ukrainien d'Odessa trouvent une pastèque. Le russe : -"Partageons-la fraternellement !" L'ukrainien : -"Ah non alors, c'est fini ça, maintenant l'Ukraine est un État souverain, alors on va faire moitié-moitié !"
  • Le joailler Max Leibovitch, oui, celui des jolies alliances dans la toute petite boutique, attend depuis des décennies un visa d'émigration pour aller vivre auprès de sa famille à Jérusalem. L'URSS vacillant, enfin on le lui accorde. À l'aéroport de Moscou, les douaniers s'étonnent de trouver dans sa valise un petit buste de Lénine en bronze : -"C'est quoi, ça ?" Max : -"En voilà une façon de parler du fondateur de l'URSS ! j'emporte dans ma famille ce souvenir du pays grâce auquel j'ai pu faire des études, échapper aux nazis et avoir du travail !". Les douaniers le laissent passer. Il débarque à l'aéroport de Tel-Aviv où les douaniers s'étonnent à nouveau : -"Lénine, ici ? pourquoi ?" Max : -"Il fera le cochonnet pour jouer aux boules, pour me rappeler les années de Goulag de mon pauvre père et la vie de chicanes et de privations que j'ai eue en URSS !" Les douaniers le laissent passer et il arrive dans sa famille, où les petits enfants lui demandent : -"Qui c'est, ce monsieur ?" Max : -"Qui c'est ? aucune importance ! ce qui compte, c'est ce que c'est : un kilo d'or pur recouvert de bronze !"

Période post-soviétique[modifier | modifier le code]

Depuis 1991, la mutation de la nomenklatura en oligarchie capitaliste a aussi été intégrée dans les anekdotes. Certaines sont des blagues de l'ère soviétique, réadaptées à la nouvelle situation.

  • Deux citoyens ex-soviétiques : un oligarque très riche, puissant depuis plus de trente ans, et un pauvre depuis toujours : l'oligarque dit -"Si on se rapproche de l'Occident, ce seront les étrangers qui feront la loi chez nous !" et le pauvre lui demande : -"Parce que vous, vous vivez et dépensez votre argent en Russie ? ou bien en Occident ?"
  • -"Maman, est-ce vrai que ce sont des experts en économie qui nous ont apporté le capitalisme ?" -"Non mon petit, ce sont nos anciens communistes." -"Mais maman, à l'école on a appris que ce sont des experts en économie ! -"Bien sûr mon chéri, mais réfléchis : les experts en économie, ce sont des produits qu'ils espèrent exporter, pas la population !"
  • Dans le capitalisme, les objectifs affichés ne sont jamais atteints, bien que tout le monde travaille d'arrache-pied. Malgré ça, les magasins regorgent de marchandises, et tout se vend bien. Les magasins ont beau être pleins, les gens ne mangent pas tous à leur faim. Mais bien qu'ils se privent, ils ont tous des autos, des télés, des portables, même à la campagne. Et pourtant, ils ne cessent de pester contre tout et de regretter l'ère soviétique.
  • Un citoyen ex-soviétique, à un visiteur occidental : -"Pourquoi tant de vos intellectuels ont-ils si longtemps applaudi les dirigeants qui nous maltraitaient ?" L'occidental : -"Parce que vos dirigeants avaient gagné la guerre, tandis que vous, jusqu'à la chute du Rideau de fer, vous l'aviez perdue !" Le citoyen ex-soviétique : -"Comment ça, perdue ? mais c'est nous qui avons versé notre sang pour vaincre les nazis !" L'occidental : -"Oui, mais il faut comprendre notre point de vue en Occident : nous n'avons plus d'Indiens, d'Arabes et de Noirs à mépriser après qu'ils aient versé leur sang pour nous, alors voilà, on vous méprise vous, les « hommes au couteau entre les dents » ! vous ne saviez pas qu'on vous appelle comme ça ?"
  • Un diplomate occidental, à un homologue ex-soviétique : -"Le Rideau de fer était une intolérable atteinte aux Droits de l'Homme, heureusement qu'il est tombé". L'ex-soviétique : -"Est-ce pour cela que vous l'avez remplacé par de nouveaux barrages anti-migrants ?"
  • Un humaniste occidental, à un citoyen ex-soviétique : -"Vous, ici, vous êtes nationalistes, vous ne respectez pas les droits de la minorité Tzigane, et vous l'empêchez de vivre selon ses traditions". Le citoyen : -"Vous aussi, puisque vous l'empêchez de venir voyager chez vous, et quand elle y parvient, vous la renvoyez de force ici !"
  • Un monsieur occidental d'un certain âge, très distingué, à un jeune russe post-soviétique : -"Il ne faut pas idéaliser l'Occident, où les mœurs sont relâchées, où l'américanisation détruit les traditions, où les valeurs morales s'effondrent". Le jeune : -"Est-ce pour cela que les queues s'allongent tant, au service des visas de votre Ambassade ?"
  • Deux citoyens ex-soviétiques : un opposant et un poutiniste : -"Dites, vous êtes un démocrate ?" Le poutiniste : -"Ah non, citoyen, moi je suis un honnête homme !"

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ben Lewis, Les blagues de l'époque communiste, in : Prospect (magazine), Mai 2006 Hammer & tickle.
  2. Humour, blagues, textes drôles sur Russie virtuelle : [1].
  3. (en) Victor A. Pogadaev, « The origin and classification of Russian anecdotes as a folklore genre », Folklore and Folkloristics, Université de Malaya, vol. 5, no 2,‎ , p. 9-17 (lire en ligne [PDF])
  4. Antoine et Philippe Meyer, Le communisme est-il soluble dans l'alcool, Seuil, 1979 (ISBN 2020053810)
  5. Amandine Regamey, Prolétaires de tous pays, excusez-moi !, Buchet-Chastel, 2007 (ISBN 228302093X)
  6. (en) David Brandenberger, « Political Humor under Stalin. An Anthology of Unofficial Jokes and Anecdotes », sur richmond.edu, (consulté le 20 novembre 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]