Ennemi de classe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ennemi de classe était l'expression officielle en URSS (klassovy vrag), dans les anciens régimes communistes d'Europe centrale et d'Europe de l'est, ainsi que dans les autres pays communistes pour désigner les membres de la bourgeoisie ou de l'aristocratie, ainsi que des petits ou grands propriétaires terriens. Ce terme est repris dans les ouvrages du marxisme-léninisme, puis par ceux du trotskysme. L'abolition des classes étant l'objectif ultime et jamais atteint du communisme, il fallait commencer par abolir les classes accusées d'exploitation.

Ce terme ne doit pas être confondu avec ennemi du peuple qui dans la phraséologie de l'époque constituait un degré plus grave d'accusation, le délit étant résolument personnel et volontaire, tandis que le premier était conséquence d'une appartenance de groupe.

Catégories[modifier | modifier le code]

  • Secteur industriel

Lénine décrète la nationalisation des usines fin octobre 1917. Les propriétaires sont pour la plupart arrêtés, pour faits d'exploitation du prolétariat. Il s'apparente au délit des ennemis du prolétariat.

  • Secteur commerçant et financier

Les banques sont nationalisées en Russie soviétique le 27 décembre 1917.

  • Secteur agricole

La propriété foncière (sauf un lopin autour des maisons) est abolie le 8 novembre 1917 par Lénine.

Ainsi les koulaks en Russie soviétique et en Ukraine, pour les petits agriculteurs des années 1920, puis les Junkers d'Allemagne de l'est et de l'ancienne Prusse, propriétaires de latifundia (grands domaines extensifs), après la Seconde Guerre mondiale, furent désignés comme ennemis de classe (Klassenfeind en allemand), et non comme ennemis du peuple.

  • Clergé et fidèles engagés

Les membres du clergé, orthodoxe ou catholique, ainsi que les familles des pasteurs protestants pouvaient aussi facilement en faire partie, ainsi que les communautés religieuses, appelées à disparaître.

Pénalisation[modifier | modifier le code]

Les membres des familles des ennemis de classe, étant d'abord expropriés, puisque la propriété privée était interdite, furent pour la plupart arrêtés sous divers motifs. Le motif le plus fréquent pour le clergé ou les fidèles trop engagés était l'article 6 du code pénal de la république socialiste fédérative soviétique de Russie, repris ensuite par ses satellites, qui désignait les atteintes à la sûreté de l'État. Il aboutissait obligatoirement à la prison ou au camp, et au pire des cas à l'exécution. Ce fut le motif le plus fréquent dans les années 1930 pour l'expédition au goulag.

Les enfants des ennemis de classe étaient interdits d'études supérieures, et les familles, souvent bannies dans d'autres villes que leur ville d'origine, étaient interdites de séjour dans les grandes villes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]