Anatomie animale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anatomie (homonymie).
Planche anatomique datant de la fin du XIIIe siècle et représentant le réseau veineux.
Anatomie d'un escargot

L'anatomie animale (provenant du nom grec ἀνατομία anatomia, provenant du verbe ἀνατέμνειν anatemnein, se traduisant par couper, découper) est une branche de l'anatomie et de la zoologie étudiant la structure interne des animaux, la topographie et le rapport des organes entre eux. Elle se distingue ainsi de la morphologie.

Le terme désigne à la fois la structure d'un organisme vivant et la branche de la biologie ou de la médecine, pour l'anatomie humaine, qui étudie cette structure. On parle également d'anatomie pour désigner les anatomies publiques, événements sociaux des Temps modernes et du début de l'Époque contemporaine durant lequel un maître exposait en public son savoir anatomique.

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : histoire de l'anatomie.

Chapitres de l'anatomie[modifier | modifier le code]

  • L'anatomie systémique est l'étude anatomique des grands systèmes et appareils de l'organisme.
  1. La myologie est l'étude des muscles.
  2. L'arthrologie, ou syndesmologie est l'étude des articulations.
  3. L'ostéologie est l'étude des os.
  4. La splanchnologie est l'étude des viscères.
  5. L'étude des vaisseaux sanguins et lymphatiques est appelée angiologie ou angéiologie; pour en savoir plus, consultez Anatomie des vaisseaux chez l'homme.
  6. La neuroanatomie est l'étude anatomique du système nerveux central et du système nerveux périphérique et de leurs subdivisions.
  • L'anatomie macroscopique est l'étude des structures visibles à l'œil nu (ou à la loupe).
  • L'anatomie microscopique ou histologie est l'étude des structures trop petites pour être vues à la loupe.
  • La cytologie est l'étude des cellules.
  • L'anatomie fonctionnelle est l'étude du rapport entre structure et fonctions des organes.
  • L'anatomie pathologique est l'étude microscopique et macroscopique des cellules, tissus et organes malades.
  • L'anatomie comparée est l'étude des analogies et des dissemblances de forme entre les animaux (y compris l'Homme).
  • L'anatomie radiologique est l'étude faisant de l'imagerie médicale) en général et des radiographies en particulier.
  • La biologie du développement, est l'étude du développement de l'organisme. Sur le plan anatomique, elle recouvre l'embryogénèse, la fœtogénèse et la tératogénèse.
  • Le terme « morphologie » est un terme général recouvrant l'étude de la forme des structures quelles qu'elles soient.

Enseignement de l'anatomie[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une matière clé des études biologiques et médicales, enseignées traditionnellement en début de cursus. L'anatomie est aussi enseignée en arts plastiques pour une meilleure compréhension du corps humain, en plus des cours et exercices de modèle vivant. Des logiciels permettent aussi de tester un grand nombre de poses d'écorchés virtuels[1].

Il se base sur :

  • des manuels. En biologie, les manuels d'anatomie animale les plus célèbres sont ceux de Pierre-Paul Grassé en 17 volumes (voir Traité de zoologie de Grassé : anatomie, systématique, biologie). En médecine vétérinaire les manuels de références en France sont ceux de Robert Barone, intitulés Anatomie comparée des mammifères domestiques (en 7 tomes). En médecine humaine le plus connu dans le monde anglophone est le Gray's. Dans le monde francophone, les Feuillets d'anatomie de Brizon et Castaing, les Monod et Duhamel, ou encore l'atlas « Kamina » sont des ouvrages de références pour l'anatomie humaine.
  • un enseignement magistral. En France, les cours d'anatomie de médecine sont très souvent donnés par des chirurgiens, qui sont censés se baser sur la nomina anatomica francisée, datant des années 1950, très peu utilisée dans la réalité (en effet, beaucoup d'éponymes sont encore utilisés). De ce fait, les termes anatomiques employés d'une faculté de médecine à l'autre divergent légèrement.
  • la dissection de cadavres d'hommes et d'animaux (souris, chat, dindon, grenouille, criquet, escargot, lombric, langoustine...) dans les moindres détails (innervation, muscles, appareil urogénital, etc.). Elle permet la visualisation tridimensionnelle des structures mais sa réelle utilité n'est cependant pas bien établie[2].
  • les reconstitutions anatomiques (ex : squelettes, écorchés). Elles consistent à représenter les structures intéressantes de manière pédagogique à l'aide d'un modèle plastifié. De nombreuses pièces sont exposées à la galerie de paléontologie et d'anatomie comparée du Muséum national d'histoire naturelle et au musée Fragonard à l'école vétérinaire d'Alfort.
  • la vidéo radiographie à rayon X. Elle permet d'étudier en direct les mouvements des animaux pour mettre en évidence les relations anatomo-fonctionnelles de l'animal en question.
  • l'imagerie médicale traditionnelle. Il s'agit d'un volet devenant de plus en plus important de l'enseignement. La représentation humaine est différente car il s'agit essentiellement d'une imagerie par coupes (scanner, IRM, etc.)

Position anatomique de référence, axes de référence et qualificatifs d'orientation[modifier | modifier le code]

Évolution de l'anatomie animale[modifier | modifier le code]

Le résumé qui suit vise à fournir un aperçu de la diversité des métazoaires et des relations de parenté entre les principaux groupes de Métazoaires en fonction principalement de l'évolution de leur anatomie.

  



ChoanoflagellésCronoflagelado2.svg



Eumétazoaires

Porifera


  

Placozoa



CnidariaMedusae of world-vol03 fig360 Atolla chuni.jpg



CtenophoraMertensia ovum.png



Bilateria

Xenacoelomorpha


Nephrozoa

DeutérostomiensCyprinus carpio3.jpg


Protostomiens

EcdysozoaAcrodipsas brisbanensis.jpg



SpiraliaLoligo forbesii.jpg









Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. écorchés virtuels « Posemaniacs » pour s'exercer au dessin du corps humain
  2. Winkelmann A, « Anatomical dissection as a teaching method in medical school: a review of the evidence », Med Educ, vol. 41, pages 15-22, 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]