Sociobiologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Figures comparées d'homme et de cochon[img 1]

La sociobiologie est, en sciences du vivant, l'étude des bases biologiques présumées des comportements sociaux répertoriés dans le règne animal. En sa qualité de synthèse, elle fait appel à un vaste rassemblement des savoirs relatifs à l'évolution des espèces. De la sélection naturelle à la coévolution gène-culture, en passant par l' effet Westermarck, l'altruisme réciproque, la consilience et autres, la sociobiologie interpelle tant les sciences de la vie que les sciences exactes, humaines et sociales.

De la molécule d'ADN à la cellule vivante.

Née aux États-Unis, dans les années 1970, la sociobiologie a pour mauvaise fortune de raviver des guerres d'idées d'une extrême intensité. Les hostilités à la fois les plus vivaces et les plus universelles portent sur la théologie, l'eugénisme, le nazisme, le racisme, l'élitisme et le sexisme.

Après la Seconde Guerre mondiale, suivie de la participation des États-Unis à la Guerre du Viêt Nam, les tensions sociales se traduisent par des rafales de contestations populaires En 1969, le groupe Science pour le peuple (en) suivi en 1975 du Groupe d'étude sur la sociobiologie (en) se forment. Ce dernier est revendiqué par des experts, académiciens et étudiants rattachés de près et de loin à l'Université Harvard où enseigne le professeur Edward Osborne Wilson, chef de file de la sociobiologie. Des théoriciens aujourd'hui réputés, tels que des Lewontin, Sahlins et Gould, ont tôt fait de se liguer contre son schéma explicatif dont ils dénoncent les effets pervers politiques, mais aussi scientifiques, théoriques et empiriques.

Au XXIe siècle, après bientôt cinquante ans d'existence, il arrive encore régulièrement que la sociobiologie et son fondateur subissent des affrontements cuisants. Certaines disciplines, dont l'écologie comportementale, ainsi que certains épistémologues et historiens des sciences humaines et sociales, des anthropologues, biologistes et généticiens, continuent de fustiger la sociobiologie voire de s'en dissocier pour cause de réputation contaminée et de différends dans l'approche et la méthodologie.

Dans l'ensemble, toutefois, la sociobiologie se fond dans le paysage des sciences de la vie et de la Terre. Ouverte sur le monde, sa grille de lecture transversale génère un cadre hypothético-déductif révisé, raffiné et enrichi sur une base permanente. Force est d'admettre que la sociobiologie en soi opère sans agenda politique. Elle privilégie son idéal-type scientifique, nommément la consilience.


Sommaire

Origine du concept[modifier | modifier le code]

En France et aux États-Unis, le mot « sociobiologie », en anglais « sociobiology », commence à se manifester sous forme de néologisme en construction vers la fin du XIXe siècle.

En France, durant la décennie 1890, apparaissent en effet les occurrences « sociologie biologique » et « biosociologie »[1]. Leur pertinence fait d'ailleurs l'objet de querelles récurrentes : « Le procès de la Sociologie biologique est encore pendant. Tous les ans, à son sujet, le Congrès International de l'Institut de Sociologie ramène les mêmes réquisitoires et les mêmes plaidoyers »[2],[1]. Au début du XXe siècle, la proche occurrence « socio-biologie » est également utilisée, entre autres, dans le titre de trois études thématiques publiées par le médecin Georges Auguste Morache, en 1902, 1904 et 1906[3].

Aux États-Unis, le mot « sociobiologie » dans sa graphie des XXe et XXIe siècles surgit, ici et là, par intermittence. Environ une dizaine d'auteurs scientifiques y font appel depuis les années 1940, bien que sans définition ni correspondance sémantique établies[4],[5],[6].

En 1971, le biologiste myrmécologue Edward Osborne Wilson, de l'Université Harvard du Massachusetts aux États-Unis, s'approprie le mot « sociobiologie ». À ce moment-là, il le mute en concept pour désigner et développer une nouvelle science qui porte désormais le nom de sociobiologie.[7].

Mise en perspective[modifier | modifier le code]

Contexte socio-historique[modifier | modifier le code]

La naissance et l'accueil de la sociobiologie sont influencés en bonne partie par les circonstances situées et datées caractéristiques de leur milieu social. La portion la plus immédiate de cet éclairage se déroule durant les années 1945-1980. Cette période probablement significative s'étale approximativement entre la fin de la Deuxième Guerre mondiale et la fin de la guerre du Vietnam à laquelle les États-Unis ont participé[8],[9],[10].

Contexte scientifique[modifier | modifier le code]

Le morcellement des sciences, à l'instar des sciences sociales, s'applique aussi au quadrillage de plus en plus spécialisé des sciences de la vie :

« Les sciences sociales progressent par une spécialisation croissante qui entraîne une fragmentation des disciplines formelles. Les spécialités se recombinent, créant de nouveaux domaines hybrides. Comme ce ne sont pas des disciplines entières qui se croisent, la notion d'interdisciplinarité apparaît comme fallacieuse. Les innovations scientifiques se produisent aux intersections entre les spécialités, et en conséquence la notion de paradigme ne semble pas appropriée pour les sciences sociales. Ce processus est décrit pour cinq disciplines classiques : histoire, géographie, science politique, sociologie et science économique[11] »

Concernant l'évolution des espèces, les résultats de recherches et le fourmillement des idées jaillissent de sciences tantôt attestées, comme la physique, la biologie, la génétique, la psychologie, tantôt en voie de l’être, comme la paléogénétique et la biogéographie insulaire, pour ne citer que ces exemples. À l'instar de la physique, de la chimie et des mathématiques, les répercussions de cet engouement se manifestent dans toutes les branches de la biologie, notamment en biologie moléculaire et en génétique des populations[12].

Dès le début, zoologie, éthologie, sociologie, anthropologie, écologie comportementale, génétique des populations, mathématiques, physique, chimie et philosophie des sciences composent le paysage scientifique de la sociobiologie. Or, la croissance fulgurante de toutes ces disciplines se traduit par une dégradation de la cohérence d’ensemble. Les risques de freiner l'avancement des sciences voire d'en favoriser les dérives semblent imminents. La nécessité de regrouper les expertises à la même enseigne et l'utilité d'en faire la synthèse s'impose à l'esprit scientifique. Comme le résume Wilson, « C'était dans l'air du temps »[13]. Au cours des années 1945-1975, un important intérêt pour les sciences se manifeste aux États-Unis[8],[14],[15].

Naissance[modifier | modifier le code]

La sociobiologie n'est ni une science exacte, ni un courant de pensée révolutionnaire, comme l'explique James D. Cadian[16] :

« Au sens strict, la sociobiologie ne constitue pas une révolution. Elle s'établit sur les principes de base qui remontent aux années 1700 avec Érasme Darwin, à la naissance de la biologie et du transformisme avec Lamarck, à l'élaboration du principe de sélection naturelle avec Darwin et Wallace[trad 1] »

Par ailleurs, souligne le biologiste Horowitz[18], la science s'est développée à une rapidité telle depuis les années 1900 que les histoires des sciences sont souvent rédigées du vivant des chercheurs. De surcroît, plusieurs de ceux-ci sont encore actifs[trad 2].

Or, à ce propos, le chef de file de la sociobiologie, Edward Osborne Wilson (85 ans en 2015), poursuit allègrement son parcours de savant, professeur, chercheur, auteur, conférencier, vulgarisateur. Ces activités l'amènent à réviser et modifier, sur une base permanente, les fondements et les éléments théoriques de la sociobiologie[19].

Il serait donc prématuré de prendre pour acquises les définitions de la sociobiologie, formulées, revues et raffinées par son fondateur depuis 1971. La rapidité des découvertes scientifiques survenues depuis appelle un ajustement constant des hypothèses et des concepts mis à l'épreuve en sciences, a fortiori en sociobiologie, vue sa vocation transdisciplinaire[20].

Les premières étapes de la sociobiologie[modifier | modifier le code]

Troupeau d'hippopotames en baignade
Troupeau d'hippopotames comme exemple de comportement social

En 1971, dans son ouvrage The Insect Societies[21], Edward Osborne Wilson révèle vouloir créer, sous le nom de sociobiologie, une nouvelle discipline scientifique[22]. Sachant que ce mot est déjà connu dans l'univers académique, il rapporte l'avoir choisi dans le but d'éviter la confusion et de la sorte faciliter l'acceptation de sa nouvelle théorie par ses pairs[23]. Il consacre le dernier chapitre, « The Prospects for a unified Sociobiology » , à la définition de la sociobiologie assortie de ses enjeux et de sa fécondité potentielles en biologie[24]. « La sociobiologie est une branche importante de la biologie comportementale, laquelle devrait être reliée à la biologie des populations[trad 3]. »

En 1975, Wilson officialise la création de la sociobiologie. Dans le premier chapitre de son ouvrage Sociobiology : The New Synthesis[25] il lui confère d'office le double statut de science et de synthèse. Il en produit alors une définition prudente. Il ajoute : citation|La sociobiologie est l'étude systématique des bases biologiques de tous les comportements sociaux[trad 4]. Dans le dernier chapitre « Man : From Sociobiology to Sociology[26], Wilson ouvre la voie à l'expansion du cadre de la sociobiologie. Il invite les sciences sociales à inclure la sociobiologie dans leurs études sur les comportements sociaux des humains en société, ce qui déclenche un violent émoi, partout, mais surtout en sciences sociales où les opposants sont encore loin d'être muets. On peut comprendre leur réaction profonde et persistante devant ce souhait par trop audacieux :

« La sociologie et les autres sciences sociales et humaines, sont les dernières branches de la biologie en attente d'intégration dans la synthèse moderne[trad 5]. »

En 1976, impacts obligent[27], Wilson décrit clairement l'étendue du paysage scientifique de la sociobiologie : « La sociobiologie est l'étude systématique des fondements biologiques de toutes les formes du comportement social, tant chez l'homme que chez les animaux[trad 6],[28]. » En 1978, étonné par la férocité des réactions, Wilson explique : « Mes collègues et moi avions simplement étendu le néo-darwinisme à l'étude du comportement social et des sociétés du règne animal, tandis que les principes biologiques à l'appui étaient largement conventionnels[29][30]. »

Il tente alors de lever les ambiguïtés en ajoutant une explication dans la définition même de la sociobiologie comme étant : « une extension de la biologie des populations et de la théorie de l'évolution à l'organisation sociale »[trad 7]. Plus tard, après plus de trente-cinq ans d'évolution, Wilson et son équipe reformulent les fondements de la sociobiologie, réalisé en 2007 [31]

La recherche d'une définition[modifier | modifier le code]

«  La sociobiologie n'est pas une science révolutionnaire au sens strict. Elle s'établit sur les principes de base qui remontent aux années 1700 avec Érasme Darwin, à la naissance de la biologie et du transformisme avec Lamarck, à l'élaboration du principe de sélection naturelle avec Darwin et Wallace[trad 8] »

La sociobiologie a généré énormément d'écrits durant la décade de son apparition, 1970-1980, signale Arthur L. Caplan en 1984 :

« La parution de l'ouvrage volumineux de E.O. Wilson , « Sociobiology : The New Synthesis » a déclenché des « trépidations interdisciplinaires dont les vibrations se répercutent encore dans des parties de l'univers académique aussi exotiques que la philosophie [...]Sociobiology : The New Synthesis a déclenché des trépidations interdisciplinaires dont les vibrations se répercutent encore dans des parties de l'univers académique aussi exotiques que la philosophie [...] Cependant, en dépit du fait que tant d'attention ait été dirigée sur la sociobiologie, de l'intérieur comme de l'extérieur de l'université par admirateurs et détracteurs, des problèmes de base rattachés au sujet demeurent remarquablement obscurs ... Par exemple, la plus fondamentale des questions que l'on puisse poser porte sur sa propre description »

« rien approchant vaguement un consensus n'a émergé chez les philosophes ni chez les autres méthodologistes en ce qui concerne le statut conceptuel qui devrait revenir à la sociobiologie. Dans leur empressement à prononcer le sujet mort-né ou à célébrer son arrivée à titre de nouveau commencement en sciences sociales, théorie politique et psychologie morale, très peu a été dit en termes de méthodologie, au sujet de sa structure conceptuelle et de son statut théorique[trad 9]. »

En revanche, en 2009, on trouve des points de vue très différents et moins critiques. Ainsi, le médecin spécialiste Michael C. McGoodwin paraphrase Wilson pour définir la sociobiologie : « La sociobiologie est l'étude scientifique, ou systématique, des bases de « toutes les formes de comportements sociaux », dans « tous les types d'organismes incluant l'homme », laquelle incorpore les connaissances provenant de l'éthologie, de l'écologie et de la génétique, afin d'en tirer des principes généraux en regard des propriétés biologiques de sociétés entières »[trad 10],[34]

Réception de la sociobiologie[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, en 1975, la parution grand public de l'ouvrage Sociobiology : A New Synthesis a eu des retentissements immédiats. À côté des critiques élogieuses, une série d'attaques foudroyantes ont entraîné un remue-ménage resté historique, rapporte Wade dans son article Troubled birth for anew discipline (1976). Il signale que « le livre a subi de vertes critiques en raison d'un présumé message caché de politiques réactionnaires. Ces théories sont tenues pour être analogues à celles de l'eugénisme nazi... cette flambée repose sur un débat scientifique - que d'aucuns estiment d'importance historique - sur la question de savoir si le comportement humain est biologiquement déterminé[35][36] »

En France, la traduction de l'ouvrage de Wilson est brièvement titrée La sociobiologie[37]. Fait à noter, elle est traduite puis disponible quatorze ans plus tard, soit en 1989. Ce décalage modifie considérablement le type de réactions soulevées en raison, notamment, des propriétés différentes du paysage intellectuel de l'époque en France. En 1985, pourtant, le rapprochement entre la pensée d'Alfred Espinas dans le domaine de la sociologie avec celle de Wilson en matière de sociobiologie est déjà proposé en Europe francophone[38].

En Allemagne, l'analyse de la couverture médiatique de la sociobiologie fait état d'un découplage significatif entre la discussion académique et son absence de présentation ponctuelle dans la presse[39]. Lorsque les débats les plus intenses sur la sociobiologie étaient à leur apogée aux États-Unis durant la seconde moitié des années 1970, à peu près aucun rapport n'a été présenté sur le sujet dans la presse allemande. Petit à petit, la couverture médiatique est apparue seulement à partir des années 1990. Par conséquent, la sociobiologie est présentée comme une science nouvelle, sans plus. Ainsi, on accueille une sociobiologie sans vague[40]

« quand les débats scientifiques sur la sociobiologie (SB) étaient à leur apogée (fin des années 1970), presque aucun rapport a eu lieu dans la presse allemande, alors que depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, lorsque la discussion académique se sont installés, SB a été présenté plus en plus souvent. L'affaire révèle l'importance du contexte culturel dans l'élaboration de la couverture de vulgarisation scientifique, une SB un non-problème dans les médias allemands à l'époque de ses plus intenses débats scientifiques contextes contraignent la science dans le public : comment le débat de la sociobiologie est (pas) présenté dans la presse allemande[trad 11] »

Au Royaume-Uni, la réception de la sociobiologie est mitigée. Il arrive d'associer Richard Dawkins à l’émergence de cette nouvelle science. Peu après, il est vrai, il publie son ouvrage Le gène égoïste[41]. Pourtant, le scientifique britannique semble vouloir se démarquer de la sociobiologie en créant la mémétique fondée sur le concept de mème. En 2012, par ailleurs, il fustige Wilson, avec respect faut-il souligner, dans un article grand public intitulé « La chute de Edward Wilson : Un grand biologiste de l'évolution publie un nouveau livre truffé d'erreurs[trad 12].

Titien. Allégorie du temps.
Points de vue[img 2]
Le groupe Science for the People

Avant la sortie publique de l'ouvrage sur la sociobiologie de Wilson en 1975, le groupe Science pour le Peuple existait déjà. Depuis sa naissance en 1969, il était très actif en matière de relations entre la science, la responsabilité sociale, et la politique. Ce groupe proclame : « [...] la science est inévitablement politique [...] le contexte du capitalisme d'entreprise américaine contemporaine [...] contribue grandement à l'exploitation et à l'oppression de la plupart des gens à la fois dans ce pays et à l'étranger. Nous réclamerons une réorientation du travail scientifique et nous suggérerons des moyens grâce auxquels les travailleurs scientifiques poourront diriger leurs recherches vers la réalisation de changements sociaux significatifs »[trad 13]

Le groupe Sociobiology Study Group

« Nous ne nions pas l'existence de composantes génétiques dans le comportement humain. Par contre, nous nous attendons à découvrirr les universaux biologiques davantage dans les comportements généralisés tels que manger, excréter, dormir, plutôt qu'au niveau des habitudes hautement spérifiques et variables tels que la guerre, l'exploitation sexuelle des femmes et le recours à l'argent comme moyen d'échange. Wilson rejoint les rangs du long défilé de déterministes biologiques dont les travaux ont servi de pilier aux institutions de leur société en les exonérant de leur responsabilité en matière de problèmes sociaux. De ce que nous avons vu de l'impact social et politique de ces théories dans le passé, nous croyons fermement devoir nous élever contre eux. Nous devons prendre la « Sociobiologie » au sérieux, non pas parce que nous pensons qu'elle fournit une base scientifique pour l'examen du comportement humain, mais parce qu'elle montre les signes d'une nouvelle vague des théories du déterminisme biologique[trad 14].[44] »

De son côté, explique Wilson : « En 1975, la guerre du Vietnam prenait fin. En même temps, la Nouvelle Gauche dans l'académie était devenue quasi dominante et très violente à plusieurs égards, notamment durant les années 1960. Ce mouvement a impliqué une minorité d'étudiants et de professeurs. Néanmoins, ils étaient si bruyants et à ce point démonstratifs qu'ils tendaient à dominer le climat d'apprentissage dans l'académie. C'était une tendance très fâcheuse. Les principaux antagonistes — Stephen Jay Gould et Richard Lewontin par exemple, et plusieurs autres organisateurs du mouvement contre la sociobiologie — avaient pour but de l'étouffer dans l’œuf. Donc, ils vociféraient de façon extrêmement soutenue[45],[trad 15] ».

Dans ses ouvrages critiques sur la sociobiologie, Ullica Segerstrale, historienne, sociologue et professeure, analyse de près l'évolution de la sociobiologie depuis ses débuts. En 2000, elle rappelle que le Sociobiology Study Group of Science for the People persiste dans ses revendications car ils est d'abord un mouvement de gauche et qu'il agit avant tout au niveau politique. Mais, souligne-t-elle, la violence n'est plus au rendez-vous. Ce constat de paix relative, poursuit-elle, nuit à la compréhension du branle-bas explosif provoqué par la sociobiologie dans les années 1970[note 1]. Elle explique : « Le conflit soulevé par la sociobiologie est à considérer comme une bataille interminable sur la question de savoir ce qu'est une « bonne science » en regard de la responsabilité sociale des scientifiques. Elle fait appel aux grands thèmes tels que l'unité de la connaissance, la nature de l'homme, le libre arbitre et le déterminisme. Wilson est tombé de plain pied dans ce nid de guêpe, là où nichent des revendications, réclamations, contre-réclamations, des préoccupations morales, des croyances métaphysiques, convictions politiques, hommes de paille, faux-fuyants, potins et ragots, ragots, ragots[trad 16] ».

Échos en sciences sociales[modifier | modifier le code]

Par hypothèse, la biologie jointe à la sociologie pourrait expliquer plusieurs aspects du monde social. Mais en sociologie, une telle perspective est rejetée d'emblée ; de plus, l'absence de sociologue dans l'équipe fondatrice de la sociobiologie fait l'objet de critiques [51]. Cette position reste représentative de la relation de la sociologie avec la sociobiologie jusqu'au début des années 2000[51].


Du côté des autres sciences, comme l'anthropologie, la philosophie ou l'épistémologie, le refus général d'association avec la sociobiologie, plus précisément la biologie, est tout aussi catégorique jusqu'au début du XXIe siècle[52].

Comme le résume Wilson, en 2006, durant une entrevue et en réponse à l'une des questions posées par l'intervieweur :

«  Q - Your adversaries from the 1970s would be appalled by how much your ideas about sociobiology have taken hold. R - The opposition has mostly fallen silent … Most of the opposition came from the social sciences, where it was visceral and almost universal[53]  »

.

Depuis le début du XXIe siècle, le rejet massif de la sociobiologie par les sociologues commence à s'émousser. À l'instar de Van den Burghe et de Maryanski, la tendance à l'acceptation de la sociobiologie se manifeste. Les sociologues commencent à exploiter de la sociobiologie tout en y apportant certaines modifications.

« Il est grand temps de se considérer comme une simple espèce biologique parmi d'autres... tant que ce fait ne sera pas accepté... la sociobiologie restera stagnante car il n'y a aucun doute que des forces biologiques influencent les modes d'organisation des humains »[trad 17]

Évolution de la sociobiologie[modifier | modifier le code]

En 1998, dans l'ouvrage Consilience, Wilson reprend la nécessité pour la sociobiologie de rassembler les connaissances sur la mécanique de l'évolution à la même enseigne[54]. Et, en 2007, finalement, lui et son collègue David Sloan Wilson produisent une refonte des fondations mêmes de la sociobiologie[55]. Il s'agit d'un va-et-vient critique entre l'état actuel de la sociobiologie, son passé théorique des années 1960-1975, et les percées contemporaines en sciences de la vie, principalement en génétique.

Fondements révisés de la sociobiologie[modifier | modifier le code]

Edward Wilson et David Wilson cherchent à redresser les hypothèses de base et les principes de la sociobiologie[56]. Ils expliquent : « la sociobiologie est aux prises avec une diversité de cadres conceptuels pauvrement reliés entre eux, et se retrouve par conséquent dans un piètre chaos théorique. Une partie du problème provient d'une réticence à revenir sur des éléments pivots développés durant les années 1960. En l'occurrence, le rejet de la sélection de groupe assorti à l'élaboration de cadres théoriques alternatifs destinés à expliquer l'évolution des comportements coopératifs et altruistes. Nous proposons un retour aux sources pour clarifier ce qu'est la sélection de groupe, pourquoi son rejet a été considéré comme très important, puis comment elle a été relancée sur une base plus solide par une formulation plus prudente dans les recherches subséquentes. [Aujourd'hui] la Théorie de la sélection multi-niveaux, incluant la sélection de groupe, fournit une base théorique élégante sur laquelle asseoir la sociobiologie future, après que son passé tumultueux a été correctement compris »[57],[trad 18].

Les auteurs justifient leur propos en s'inspirant de Charles Darwin qui, dans The Descent of man (1871), s'exprimait en ces termes : « Même si une moralité de haut niveau ne procure pas d'avantage, ou si peu, à chaque individu et à ses enfants par rapport aux autres individus de la même tribu, il ne faut pas l'oublier, une augmentation du nombre d'individus bien pensants et une élévation du standard de moralité procurera assurément un avantage immense à cette tribu par rapport à une autre »[trad 19],[58].

Pour conclure, l'argumentaire d'E. O. Wilson et D. S. Wilso débouche tout simplement sur une hypothèse heuristique[note 2] : « L'égoïsme l'emporte sur l'altruisme au sein des groupes. Les groupes altruistes l'emportent sur les groupes égoïstes. Tout le reste est accessoire »[trad 20]

Principes et objectifs[modifier | modifier le code]

Principaux évolutionnistes du XIXe siècle Lamarck, Darwin, Haeckel, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire[img 3],[trad 21]

L'objectif principal de la sociobiologie consiste à générer un cadre explicatif à l'évolution sociale. Un programme-cadre cohérent basé sur la synthèse des études sur l'évolution en génétique, sociologie, biologie du comportement, écologie, psychologie et anthropologie, permettrait de mieux couvrir des domaines d'importance essentielle ou émergents. L'objectif sous-jacent vise la mise en commun des expertises sur l'évolution des espèces au moyen de la sélection naturelle. À terme, la sociobiologie serait une plate-forme d'échange entre scientifiques de différents horizons. Elle pourrait également servir de tremplin transdisciplinaire au service de la recherche. Quant aux comportements sociaux des humains en société, l'objectif de la sociobiologie est d'accueillir les sciences sociales dans l'enceinte de la biologie[note 3]

Contexte théorique[modifier | modifier le code]

La sociobiologie étend les paramètres de la sélection naturelle aux systèmes et comportements sociaux, notamment ceux de reproduction, dans le règne animal, l'espèce humaine incluse. Elle développe ensuite le postulat en vertu duquel les comportements sociaux subissent eux aussi un tri sélectif. Par voie de conséquence, les comportements sociaux sont susceptibles de modifications basés sur les processus de sélection naturelle. À condition de prendre en compte les facteurs à la fois biologiques et environnementaux, le comportement social pourrait s'expliquer de manière plus satisfaisante. Dans ce contexte, l'analyse des comportements sociaux des espèces doit se dérouler à la lumière de leurs origines évolutives.

Vus sous cet angle, les comportements sociaux résultent d'une interaction complexe entre l'hérédité et l'environnement. Si le comportement social est soumis aux effets de la sélection, il peut être considéré comme une adaptation aux milieux naturels. La sociobiologie participe à la biologie de l'évolution. Son objectif est d'expliquer pourquoi tel comportement social et de tel comportement reproduction grâce aux apports de la biologie du comportement, de l'écologie comportementale, de l'éthologie. Elle utilise des concepts communs aux autres disciplines, tels que proximité génétique, parenté, valeur de sélection inclusive, investissement parental, coût, altruisme, altruisme réciproque, agressivité, sélection, etc. La sociobiologie limite sa portée aux comportements héréditaires, essayant d'expliquer les similitudes et les différences entre les cultures et les modes de comportements sociaux et reproducteurs, sous le paramètre de différents tris sélectifs qui se concrétisent dans l'histoire d'une espèce.

La sélection naturelle néo-darwinienne intègre l'existence de divers modèles de comportements héréditaires qui permettent un succès reproducteur de certains organismes. Les biologistes acceptent désormais que ces modes de comportements présents dans les espèces animales peuvent également être présents et même jouer un rôle central dans les sociétés humaines. Ce point constitue le foyer de la controverse scientifique et sociopolitique la plus virulente, en particulier l'applicabilité de la théorie sociobiologique à toutes les espèces animales et principalement sa pertinence au regard des sociétés humaines.

Les principaux centres d'intérêt de la sociobiologie se résument, pour l'essentiel, à trois axes de recherche fondamentaux :

  1. L'évolution des espèces ;
  2. La sélection naturelle ;
  3. Les comportements sociaux.

Les thèmes des foyers de recherche portent principalement sur la sélection naturelle, notamment le choix du partenaire et le système d'accouplement, puis la sélection de l'habitat et la dispersion de la population[62].

En somme, tous les comportements sociaux de tout le règne animal sont à l'étude, à savoir : leur influence sur les mécanismes des paliers d’organisation supérieurs tels que, entre autres, la population et la communauté, la dynamique des populations, la programmation dynamique et la dynamique d'adaptation. Les recherches reposent sur des méthodologies variées, en l'occurrence : l'observation directe et le suivi à long terme des populations naturelles, les laboratoires sur le terrain, les analyses théoriques du cadre hypothético-déductif.

Questionnements récurrents[modifier | modifier le code]

Sélection de groupe, sélection de parentèle, sélection multi-niveaux, multipolaire ?[modifier | modifier le code]

Ici, la question posée consiste à déterminer le niveau sur lequel opèrent les gènes et leur mode de fonctionnement.

Consilience[modifier | modifier le code]

Aux yeux de Wilson, le principe fondamental de consilience est indispensable à l'utilité et à l'avancement de la sociobiologie. Par exemple, des rapprochements avec la biologie intégrative, spécialisée dans le domaine de l’écologie, des mécanismes évolutifs et des aspects appliqués en conservation de la biodiversité, font partie du programme scientifique de la sociobiologie.

Résumé provisoire[modifier | modifier le code]

En somme, les comportements sociaux des êtres humains associés sinon comparés à ceux des animaux, d’une part, et l'invitation aux sciences sociales de s'associer à la biologie, d’autre part, suscitent de vives objections, par ailleurs inextinguibles. Pourtant, la sociobiologie s'inscrit, comme l'explique Wilson [30], dans la trajectoire du darwinisme. Elle va de l'avant sur les sentiers fréquentés par Darwin dans ses deux derniers ouvrage, soit La Filiation de l'homme et la sélection liée au sexe[63] et L'expression des émotions chez l'homme et les animaux[64].

Critiques scientifiques[modifier | modifier le code]

Sur le plan critique, on trouve principalement deux univers distincts d'analyses : les critiques scientifiques et les critiques politico-sociales. Un distingo supplémentaire au sein de ces deux groupes doit être signalé. On trouve des auteurs qui s'insurgent quasi exclusivement contre l'application de la sociobiologie aux sociétés humaines, c'est-à-dire ceux dont le focus principal ou exclusif porte sur les comportements de l'homme. À titre d'exemple, l'auteur Ruelland (2004) focalise, pour ainsi dire uniquement, sur la sociobiologie humaine. De manière générale, par contre, la ligne optique en sciences de la vie, entre autres en génétique, biologie, biochimie par exemple, porte pour l'essentiel sur l'imprécision des concepts et sur les méthodes de la sociobiologie

Principaux critiques - Aperçu[modifier | modifier le code]

Critiques favorables

Yves Christen - Richard Dawkins (1975-2011)

Critiques mitigés

Claude Lévi-Strauss (1983) - Richard Dawkins (2012) - Sébastien Lemerle - Michel Verdon

Critiques défavorables

Philip Kitcher (1985) - Stephen Jay Gould - Richard C. Lewontin - Jacques G. Ruelland - Jacques Ruffié (in Universalis 2015) - Marshall Sahlins - Science for the People (groupe) - Sociobiogy Study Group - Sociobiogy Study Group of Science for the People - Patrick Tort

Critiques scientifiques défavorables

Albert Jacquard - Jacques Ruffié

Déterministes biologiques - Biochimie

François Jacob - Jacques Monod

Philosophie des sciences[modifier | modifier le code]

Critique sur l'essence de la sociobiologie : « Toute l'ingéniosité exercée à démontrer que tous les êtres humains sont essentiellement les mêmes pourrait être mieux utilisée à expliquer pourquoi nous devons tous être essentiellement les mêmes pour être éligibles aux droits de l'homme. Pourquoi devons nous être essentiellement les mêmes pour avoir des droits ? Pourquoi les gens qui sont fondamentalement différents ne peuvent-ils avoir les mêmes droits ? Jusqu'à ce qu'on réponde à cette question, je reste suspect des allégations continuelles sur l'existence et l'importance de la nature humaine »[trad 22],[65].

Anthropologie et sociologie[modifier | modifier le code]

Dans son ouvrage Le regard éloigné, publié en 1983, Claude Lévi-Strauss développe les tenants et les aboutissants de sa position d'ethno-anthropologue en matière de biologie, de génétique des populations et de sociobiologie[66]. Selon lui, l'entrée en scène des sciences biologiques dans le discours sur l'humain est un bienfait. Tant et si bien que les débats sur l'inné et l'acquis ainsi que sur le racisme « perdent leur caractère de dogme »[67]. Mais, « reconnaître que les généticiens y font passer un grand souffle d'air frais me valait le reproche d'introduire le loup dans la bergerie »[68]. S'il semble favorable à la génétique, surtout des populations, Lévi-Strauss est, par contraste, plutôt défavorable, en 1983, aux prétentions de la sociobiologie des années 1970-1982 [69].

Écologie comportementale[modifier | modifier le code]

Dans une optique évolutive, l'écologie comportementale est à l’interface de l’écologie et des sciences du comportement. Ses contours sont vastes, et ont tendance à s’élargir, car la démarche sous-jacente, qui consiste à penser en termes de coûts, bénéfices et adaptation s’applique à tous les organismes et à toutes les questions. Des interfaces naturelles existent en aval avec les neurosciences et la physiologie d’une part, et en amont avec l’écologie des communautés et avec l’écologie écosystémique d’autre part. Les domaines de la biologie des populations (écologie et génétique) ou des relations durables sont englobés dans cette définition de l’écologie comportementale évolutive, tout comme une partie de la biologie de la conservation et des invasions. Par conséquent les mécanismes de l’origine et du maintien de la biodiversité sont pris en compte. L’écologie comportementale et les interactions durables et leurs implications écologiques sont représentées, tout comme le modèle d’étude des insectes sociaux.[réf. nécessaire]

Éthologie[modifier | modifier le code]

Biologie de l'évolution[modifier | modifier le code]

Génétique[modifier | modifier le code]

Que devient la sociobiologie ?[modifier | modifier le code]

Déjà en 1984, Caplan explique à quel point la parution de l'ouvrage volumineux de E.O. Wilson , « Sociobiology : The New Synthesis » a déclenché « des trépidations interdisciplinaires dont les vibrations se répercutent encore dans des parties de l'univers académique aussi exotiques que la philosophie [...] Cependant, en dépit du fait que tant d'attention ait été dirigée sur la sociobiologie, de l'intérieur comme de l'extérieur de l'université par admirateurs et détracteurs, des problèmes de base rattachés au sujet demeurent remarquablement obscurs... Par exemple, la plus fondamentale des questions que l'on puisse poser porte sur sa propre description [...]. [...] rien approchant vaguement un consensus n'a émergé chez les philosophes ni chez les autres méthodologistes en ce qui concerne le statut conceptuel qui devrait revenir à la sociobiologie. Dans leur empressement à prononcer le sujet mort-né ou à célébrer son arrivée à titre de nouveau commencement en sciences sociales, théorie politique et psychologie morale, très peu a été dit en termes de méthodologie, au sujet de sa structure conceptuelle et de son statut théorique »[trad 23].

En revanche, en 2009, on trouve des points de vue très différents et moins critiques. Ainsi, le médecin spécialiste Michael C. McGoodwin, paraphrase Wilson pour définir la sociobiologie :

« La sociobiologie est l'étude scientifique, ou systématique, des bases de toutes les formes de comportements sociaux , dans tous les types d'organismes incluant l'homme, laquelle incorpore les connaissances provenant de l'éthologie, de l'écologie et de la génétique, afin d'en tirer des principes généraux en regard des propriétés biologiques de sociétés entières[trad 24],[34] »

Quelques rapports de la sociobiologie avec les autres sciences =[modifier | modifier le code]

Philosophie des sciences[modifier | modifier le code]

Critique sur l'essence de la sociobiologie

« Toute l'ingéniosité exercée à démontrer que tous les êtres humains sont essentiellement les mêmes pourrait être mieux utilisée à expliquer pourquoi nous devons tous être essentiellement les mêmes pour être éligibles aux droits de l'homme. Pourquoi devons nous être essentiellement les mêmes pour avoir des droits ? Pourquoi les gens qui sont fondamentalement différents ne peuvent-ils avoir les mêmes droits ? Jusqu'à ce qu'on réponde à cette question, je reste suspect des allégations continuelles sur l'existence et l'importance de la nature humaine [trad 25],[70]. »

Anthropologie et sociologie[modifier | modifier le code]

Dans son ouvrage Le regard éloigné, publié en 1983, Claude Lévi-Strauss développe les tenants et les aboutissants de sa position d'ethno-anthropologue en matière de biologie, de génétique des populations et de sociobiologie[71]. Selon lui, l'entrée en scène des sciences biologiques dans le discours sur l'humain est un bienfait. Tant et si bien que les débats sur l'inné et l'acquis ainsi que sur le racisme « perdent leur caractère de dogme » (p. 14) Mais, « reconnaître que les généticiens y font passer un grand souffle d'air frais me valait le reproche d'introduire le loup dans la bergerie » (p. 15) S'il semble favorable à la génétique, surtout des populations, il est, par contraste, plutôt défavorable, en 1983, aux prétentions de la sociobiologie des années 1970-1982 [72].

Écologie comportementale[modifier | modifier le code]

Dans une optique évolutive, l'écologie comportementale est à l’interface de l’écologie et des sciences du comportement. Ses contours sont vastes, et ont tendance à s’élargir, car la démarche sous-jacente, qui consiste à penser en termes de coûts, bénéfices et adaptation s’applique à tous les organismes et à toutes les questions. Des interfaces naturelles existent en aval avec les neurosciences et la physiologie d’une part, et en amont avec l’écologie des communautés et avec l’écologie écosystémique d’autre part. Les domaines de la biologie des populations (écologie et génétique) ou des relations durables sont englobés dans cette définition de l’écologie comportementale évolutive, tout comme une partie de la biologie de la conservation et des invasions. Par conséquent les mécanismes de l’origine et du maintien de la biodiversité sont pris en compte. L’écologie comportementale et les interactions durables et leurs implications écologiques sont représentées, tout comme le modèle d’étude des insectes sociaux.

Éthologie[modifier | modifier le code]

Tendances sociales[modifier | modifier le code]

Biologisme et scientisme

Depuis les années 1960, l'éthologie, la génétique et les sciences neuronales ont connu des retentissements remarquables. En France, par exemple, Konrad Lorenz et Boris Cyrulnik pour l'éthologie, Jacques Monod et François Jacob en génétique, Henri Laborit puis Jean-Pierre Changeux pour les sciences du cerveau.

« Reconnus par leurs pairs, ces savants ne se sont pas contentés de rendre leurs travaux accessibles au public. Ils en ont fait le socle d'une vision de l'homme où les données biologiques sont convoquées comme facteur principal du comportement humain au niveau individuel comme à l'échelon social[73].  »

Dans les médias et sur le Web

Datée de 2014, la définition suivante est aisément accessible sur un site d'éducation populaire.

« La sociobiologie est un champ d'étude scientifique basé sur l'hypothèse selon laquelle le comportement social est le résultat de l'évolution. Le comportement social est étudié et expliqué dans ce contexte. La sociobiologie analyse les comportements sociaux tels que les scénarios de reproduction, les luttes territoriales, la chasse en meute, et les sociétés d'insectes sociaux. La théorie stipule que la pression de sélection a conduit le règne animal à développer des manières avantageuses d'interagir avec l'environnement naturel et causé une évolution génétique de comportements sociaux avantageux [trad 26].  »

La relève[modifier | modifier le code]

Dans la conclusion de son article de 2015[75], DS Wilson signale à Edward Osborne Wilson et Richard Dawkins que les querelles sourcilleuses sur la valeur ou non des hypothèses sur les processus de sélection de parentèle et de sélection de groupe sont obsolètes.

« Dans cet article, écrit D.S. Wilson, j’ai présenté Richard Dawkins et E.O. Wilson comme deux experts parmi tant d'autres qui ont étudié la sélection de parentèle et la sélection de groupe s’échelonnant sur une période de plusieurs décennies. J'ai également affirmé qu'il y a une zone de consensus du plus grand nombre. Et que Dawkins et Wilson font tous deux l’erreur de ne pas reconnaitre que les prises de bec sur la sélection de parentèle contre la sélection de groupe sont terminées[trad 27]. »

À la lumière des écrits scientifiques sur les comportements sociaux et sur les ramifications naissantes de la sociobiologie, quelques problématiques ressortent de la mêlée. En cette deuxième décade du XXIe siècle, les retentissements du réchauffement climatique sur les comportements sociaux, les critiques émises en philosophie des sciences et de la morale, l'objectif de consilience, somme toute au cœur des préoccupations récurrentes en sciences sociales et humaines, et enfin l'évaluation des chemins de la connaissance ressortent comme problématiques de fine pointe[note 4], sans oublier le débat écologie comportementale versus sociobiologie des comportements sociaux resteront à l'honneur.

Articles détaillés : Écologie comportementale et Consilience.

Tendances[modifier | modifier le code]

Biologisme et scientisme[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1960, l'éthologie, la génétique et les sciences neuronales ont connu des retentissements remarquables. En France, par exemple, Konrad Lorenz et Boris Cyrulnik pour l'éthologie, Jacques Monod et François Jacob en génétique, Henri Laborit puis Jean-Pierre Changeux pour les sciences du cerveau. « Reconnus par leurs pairs, ces savants ne se sont pas contentés de rendre leurs travaux accessibles au public. Ils en ont fait le socle d'une vision de l'homme où les données biologiques sont convoquées comme facteur principal du comportement humain au niveau individuel comme à l'échelon social[73]. »

Société et sociobiologie ou « pop sociobiology »[modifier | modifier le code]

Datée de 2014, la définition suivante est aisément accessible sur un site d'éducation populaire. « La sociobiologie est un champ d'étude scientifique basé sur l'hypothèse selon laquelle le comportement social est le résultat de l'évolution. Le comportement social est étudié et expliqué dans ce contexte. La sociobiologie analyse les comportements sociaux tels que les scénarios de reproduction, les luttes territoriales, la chasse en meute, et les sociétés d'insectes sociaux. La théorie stipule que la pression de sélection a conduit le règne animal à développer des manières avantageuses d'interagir avec l'environnement naturel et causé une évolution génétique de comportements sociaux avantageux »[trad 28].

La relève[modifier | modifier le code]

Dans la conclusion de son article de 2015, David Sloan Wilson (en) informe publiquement Edward Osborne Wilson et Richard Dawkins que les querelles sourcilleuses sur les processus de sélection de parentèle et de sélection de groupe sont obsolètes[75] : « Dans cet article, j’ai présenté Richard Dawkins et E.O. Wilson comme deux experts parmi tant d'autres qui ont étudié la sélection de parentèle et la sélection de groupe s’échelonnant sur une période de plusieurs décennies. J'ai également affirmé qu'il y a une zone de consensus du plus grand nombre. Et que Dawkins et Wilson font tous deux l’erreur de ne pas reconnaitre que les prises de bec sur la sélection de parentèle contre la sélection de groupe sont terminées »[trad 29].

À la lumière des écrits scientifiques sur les comportements sociaux et sur les ramifications naissantes de la sociobiologie, quelques problématiques ressortent de la mêlée. En cette deuxième décade du XXIe siècle, les retentissements du réchauffement climatique sur les comportements sociaux, les critiques émises en philosophie des sciences et de la morale, l'objectif de consilience, somme toute au cœur des préoccupations récurrentes en sciences sociales et humaines, et enfin l'évaluation des chemins de la connaissance ressortent comme problématiques de fine pointe[note 5], sans oublier le débat écologie comportementale versus sociobiologie des comportements sociaux resteront à l'honneur.

Encyclopédie de langue française sur Internet[modifier | modifier le code]

Dans l'Encyclopédie Universalis de 2015, Jacques Ruffié en conclut à propos de la sociobiologie :

«  Comment expliquer qu'une théorie qui repose sur des données anciennes et périmées ait pu avoir un certain succès, au moins dans nos pays ? La raison est d'ordre psychologique. Le monde s'enfonce dans une crise grave qui est en train d'ébranler la hiérarchie imposée aux nations par l'histoire des derniers siècles. Dans nos pays occidentaux, certains y voient, à tort, une menace et croient trouver dans la sociobiologie le maintien des privilèges aujourd'hui périmés. Notre avenir se trouve ailleurs : dans la recherche de la complémentarité et de la coopération rendues possibles par l'extraordinaire polymorphisme génétique et culturel du groupe humain [79]. »

[80]

Honneurs et reconnaissance en Sciences de la vie[modifier | modifier le code]

Académie royale des sciences de Suède[modifier | modifier le code]

Cet article court présente un sujet plus développé dans : Académie royale des sciences de Suède.

L'Académie royale des sciences de Suède[81] choisit les lauréats du Prix Nobel. Elle nomme également, une fois par année, un lauréat du Prix Crafoord[82] destiné à promouvoir la recherche fondamentale dans l'une des sciences exclues de la catégorie Nobel.

Lauréats du Prix Nobel de physiologie ou médecine[modifier | modifier le code]

Cet article court présente un sujet plus développé dans : Prix Nobel.
1973. Décerné, pour la première fois dans la catégorie des sciences du comportement, à trois co-lauréats 
Pour leurs découvertes sur l'organisation des comportements et leurs modes d'expression individuels et sociaux[trad 30],[83].
2007. Décerné dans la catégorie Physiologie ou médecine, notamment en biosciences, à trois co-lauréats 
Pour le développement d'une technique d'administration de gènes modifiés chez les souris[trad 31], [note 6], [trad 32],[84].

Lauréats du Prix Crafoord en Biosciences[modifier | modifier le code]

Cet article court présente un sujet plus développé dans : Prix Crafoord.

L'astronomie, les mathématiques, les géosciences, les Sciences de la vie nommées biosciences en anglais, dont la sociobiologie, et la recherche sur la polyarthrite représentent les domaines scientifiques ayant droit au Prix Crafoord. Le prix est octroyé à l'une d'entre elles, à tour de rôle une fois à tous les trois ou quatre ans[85].

Ce tableau est proposé à titre indicatif. Il contient les mentions reliées aussi bien de près que de loin à la sociobiologie comme telle. Par exemple, précurseurs et penseurs inspirés tels que, Tinbergen, Lorenz, Hamilton, Mayr, Trivers, pour ne citer que quelques exemples. Leurs travaux scientifiques sont susceptibles d'éclairer l'histoire de la sociobiologie et d'en repérer les éléments sujets à débats.

Prix Crafoord en Biosciences (en) de 1982 à 2014
Année Domaines d'expertises du lauréat Lauréat Nationalité Travaux primés
1984 Biologie, écologie évolutionniste, conservationnisme[note 7],[86] Daniel Janzen (en) Drapeau des États-Unis États-Unis « pour ses recherches stimulantes et imaginatives sur la coévolution, lesquelles ont inspiré plusieurs chercheurs à poursuivre leurs travaux dans ce domaine »[87].
1987 Biologie, zoologie, mathématiques, écologie Eugène Odum Drapeau des États-Unis États-Unis Conjointement avec
1987 Biologie, zoologie, météorologie, écologie Howard T. Odum Drapeau des États-Unis États-Unis Écologie des systèmes et des écosystèmes[88].
1990 Biologie, génétique des populations Paul R. Ehrlich Drapeau des États-Unis États-Unis Dynamique et génétique des populations fragmentées[89] Conjointement avec
1990 Biologie, zoologie, entomologie, myrmécologie, sociobiologie, biodiversité Edward Osborne Wilson Drapeau des États-Unis États-Unis Biogéographie insulaire[90].
1993 William D. Hamilton Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Conjointement avec
1993 Physique, biologie moléculaire, génétique behaviorale, chronobiologie, neurogénétique Seymour Benzer (en) Drapeau des États-Unis États-Unis Évolution et comportement - Étude génétique et neurophysiologique chez les mouches des fruits[91].
1996 Physique théorique, Theoretical ecology (en) Robert M. May Drapeau de l'Australie  Australie Recherches en écologie[92].
1999 Biologie évolutionniste, génétique Ernst Mayr Drapeau des États-Unis  États-Unis Conjointement avec
1999 Biologie, génétique John Maynard Smith Drapeau des États-Unis  États-Unis Conjointement avec
1999 Biologie George C. Williams Drapeau des États-Unis  États-Unis Développement d'une perspective moderne de la théorie de l'évolution - Biologie évolutionniste[93].
2003 Biophysique, microbiologie Carl Woese Drapeau des États-Unis  États-Unis Découverte des Archaea formant ainsi un troisième groupe de l'Arbre de vie[94].
2007 Biologie, sociobiologie Robert Trivers Drapeau des États-Unis  États-Unis Évolution sociale chez les animaux - coopération et conflits[95].
2011 Biologie, zoologie, écologie Ilkka Hanski (en) Drapeau de la Finlande  Finlande Effet des variations spatiales sur la dynamique des populations animales et végétales[96].


Notes et références[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

  1. in many ways sociobiology is not a revolution, that its basic claims have roots far back in biology and evolutionary thought, and that this is merely the time which some scientists feel is right to dredge them to the surface again[17]
  2. (en) « Science has advanced so rapidly in our century that histories of science are often written while participants in the events described are still living, some still active[18]. »
  3. (en) This important branch of behavioral biology should be joined with population biology.
  4. « Sociobiology is the systematic study of the biological basis of all social behavior »
  5. « Sociology and the other social sciences, as well as the humanities, are the last branches of biology, waiting to be included in the modern Synthesis »[25]
  6. … behavior, in all kinds of organisms including humans
  7. the extension of population biology and evolutionary theory to social organization
  8. in many ways sociobiology is not a revolution, that its basic claims have roots far back in biology and evolutionary thought, and that this is merely the time which some scientists feel is right to dredge them to the surface again[32]
  9. « in many ways sociobiology is not a revolution, that its basic claims have roots far back in biology and evolutionary thought, and that this is merely the time which some scientists feel is right to dredge them to the surface again [...]Nor has anything even vaguely resembling a consensus emerged among philosophers and other methodologists as to the conceptual status that ought to be accorded to sociobiology. In their eagerness to either pronounce the subject stillbolrn or to hais its arrival as a new beginning for social science, political theory and moral psychology, very little has been said, from a methodological point of view, about sociobiology's conceptual structure and theorical status »[33],[32]
  10. (en) « Sociobiology is defined as the scientific or systematic study of the biological basis of all forms of social behavior, in all kinds of organisms including man, and incorporating knowledge from ethology, ecology, and genetics, in order to derive general principles concerning the biological properties of entire societies »
  11. The analyses show a decoupling between the academic discussion and the German media coverage: when the scientific debates about SB were at their height (late 1970s), nearly no reporting occurred in the German press, whereas from the middle of the 1990s onwards, when the academic discussion had settled, SB was presented increasingly often. The case reveals the importance of cultural contexts in shaping popular science coverage, making SB a non-issue in the German media at the times of its most intense scientific debate
  12. « The descent of Edward Wilson : A new book on evolution by a great biologist makes a slew of mistakes » [42]
  13. « We will argue below that science is inevitably political, and in the context of contemporary American corporate capitalism, that it contributes greatly to the exploitation and oppression of most of the people both in this country and abroad. We will call for a re-orientation of scientific work and will suggest ways in which scientific workers can re-direct their research to further meaningful social change »[43]
  14. We are not denying that there are genetic components to human behavior. But we suspect that human biological universals are to be discovered more in the generalities of eating, excreting and sleeping than in such specific and highly variable habits as warfare, sexual exploitation of women and the use of money as a medium of exchange. Wilson joins the long parade of biological determinists whose work has served to buttress the institutions of their society by exonerating them from responsibility for social problems. From what we have seen of the social and political impact of such theories in the past, we feel strongly that we should speak out against them. We must take “Sociobiology” seriously, then, not because we feel that it provides a scientific basis for its discussion of human behavior, but because it appears to signal a new wave of biological determinist theories.
  15. « 1975 was the last year of the Vietnam War. It was also the twilight of the New Left in the academy, which had become almost dominant and very violent in several respects in the '60s. It involved a minority of students and professors, but nonetheless, they were so vocal and demonstrative that they tended to rule the learning climate in the academy. It was a very unfortunate trend. The main antagonists -- Stephen Jay Gould and Richard Lewontin for example, and several others who organized the movement against it -- their idea was to strangle it in the crib. So their language was extremely strong »
  16. « The conflict over sociobiology is best interpreted as a drawn-out battle about the nature of good science and the social responsibility of the scientist, while it touches on such grand themes as the unity of knowledge, the nature of man, and free will and determinism. The author has stepped right into the hornets nest of claims and counterclaims, moral concerns, metaphysical beliefs, political convictions, strawmen, red herrings, and gossip, gossip, gossip »[50]
  17. « it is high high time that we seriously look at ourselves as merely one biological species among many.” ... until this shift ... sociology will remain stagnant for there can be no doubt that biological forces shape and constrain patterns of human organizations »[52].
  18. « Current sociobiology is in theoretical disarray, with a diversity of frameworks that are poorly related to each other. Part of the problem is a reluctance to revisit the pivotal events that took place during the 1960s, including the rejection of group selection and the development of alternative theoretical frameworks to explain the evolution of cooperative and altruistic behaviors. In this article, we take a “back to basics” approach, explaining what group selection is, why its rejection was regarded as so important, and how it has been revived based on a more careful formulation and subsequent research. Multilevel selection theory (including group selection) provides an elegant theoretical foundation for sociobiology in the future, once its turbulent past is appropriately understood. »
  19. (en) « It must not be forgotten that although a high standard of morality gives but a slight or no advantage to each individual man and his children over the other men of the same tribe … an increase in the number of well‐endowed men and an advancement in the standard of morality will certainly give an immense advantage to one tribe over another. »
  20. « Selfishness beats altruism within groups. Altruistic groups beat selfish groups. Everything else is commentary »[60]
  21. (ne)Samengesteld portret van vier belangrijke evolutiebiologen uit de 19e eeuw: Jean Lamarck (boven, 1744-1829); Charles Darwin (links, 1809-1882); Ernst Haeckel (rechts, 1834-1919) en Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (onder, 1772-1844). Uit Die Gartenlaube (1873)
  22. All the ingenuity which has been exercised trying to show that all human beings are essentially the same might be better used trying to explain why we must ail be essentially the same in order to have such things as human rights. Why must we all be essentially the same in order to have rights? Why cannot people who are essentially different nevertheless have the same rights? Until this question is answered, I remain suspicious of continued claims about the existence and importance of human nature
  23. in many ways sociobiology is not a revolution, that its basic claims have roots far back in biology and evolutionary thought, and that this is merely the time which some scientists feel is right to dredge them to the surface again [...]Nor has anything even vaguely resembling a consensus emerged among philosophers and other methodologists as to the conceptual status that ought to be accorded to sociobiology. In their eagerness to either pronounce the subject stillbolrn or to hais its arrival as a new beginning for social science, political theory and moral psychology, very little has been said, from a methodological point of view, about sociobiology's conceptual structure and theorical status[33],[32]
  24. (en) « Sociobiology is defined as the scientific or systematic study of the biological basis of all forms of social behavior, in all kinds of organisms including man, and incorporating knowledge from ethology, ecology, and genetics, in order to derive general principles concerning the biological properties of entire societies »
  25. All the ingenuity which has been exercised trying to show that all human beings are essentially the same might be better used trying to explain why we must ail be essentially the same in order to have such things as human rights. Why must we all be essentially the same in order to have rights? Why cannot people who are essentially different nevertheless have the same rights? Until this question is answered, I remain suspicious of continued claims about the existence and importance of human nature
  26. Sociobiology is a field of scientific study which is based on the assumption that social behavior has resulted from evolution and attempts to explain and examine social behavior within that context. Sociobiology investigates social behaviors, such as mating patterns, territorial fights, pack hunting, and the hive society of social insects. It argues that just as selection pressure led to animals evolving useful ways of interacting with the natural environment, it led to the genetic evolution of advantageous social behavior[74].
  27. In this article, I have described Richard Dawkins and E.O. Wilson as two among many who have been studying kin selection and group selection over a period of decades. I also have claimed that there is a zone of consensus of the many and that both Dawkins and Wilson are outliers who fail to recognize that the days of pitting kin selection against group selection are over[75]
  28. « Sociobiology is a field of scientific study which is based on the assumption that social behavior has resulted from evolution and attempts to explain and examine social behavior within that context. Sociobiology investigates social behaviors, such as mating patterns, territorial fights, pack hunting, and the hive society of social insects. It argues that just as selection pressure led to animals evolving useful ways of interacting with the natural environment, it led to the genetic evolution of advantageous social behavior »[77].
  29. « In this article, I have described Richard Dawkins and E.O. Wilson as two among many who have been studying kin selection and group selection over a period of decades. I also have claimed that there is a zone of consensus of the many and that both Dawkins and Wilson are outliers who fail to recognize that the days of pitting kin selection against group selection are over »[75]
  30. (en) « for their discoveries concerning organization and elicitation of individual and social behaviour patterns »
  31. (en) « For their development of a technique for introducing modified genes into mice »
  32. (en) « [...]technique that involved introducing a gene that “knocks out” (replaces) a mouse’s own version of a targeted gene, became extremely useful in genetic research as a way of finding out what specific genes do »

Images[modifier | modifier le code]

  1. Lavater, 1820. T. IX, planche 564, p. 106
  2. Titien. Allégorie du temps
  3. Le Gazebo (1873). Portrait de quatre grands biologistes évolutionnistes du 19e siècle Lamarck (ci-dessus, de 1744 à 1829); Darwin (gauche, 1809-1882); Haeckel (à droite, de 1834 à 1919) et Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (devant 1772-1844)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour aller plus loin : [46],[47],[48],[49]
  2. Hypothèse heuristique, c'est-à-dire adoptée provisoirement en guise d'idée directrice dans la recherche des faits, nonobstant sa valeur de vérité. En un mot, elle sert à la découverte. L'objectif n'est pas de savoir si elle est vraie ou fausse. Ainsi, on peut la rattacher à une méthode d'exploration déployée par évaluations successives et par hypothèses provisoires[59]
  3. Dans les années 1960-1975, explique Wilson, l'étude des comportements sociaux des humains relève de la sociologie. Or, l'explication sociologique de ces comportements sociaux est fondée sur la description empirique de leurs modes d’expression, notamment sans recours aux données génétiques de l'évolution. La sociobiologie voudrait pallier ce manque en proposant d'y inclure des marqueurs biologiques[61].
  4. Pour aller plus loin[76]
  5. Pour aller plus loin[78]
  6. La technique mise au point par Capecchi, Evans et Smithies, concernant l'administration d'un gène qui remplace la version originale d'un gène précis de la souris, s'est montrée extrêmement utile dans le domaine de la recherche en génétique visant à déterminer l'action d'un gène en particulier
  7. Jean-Pierre Raffin cité par Jean-Paul Deléage, Article Protection de la nature, Universalis, 1994 :

    « Conservation ou protection ? [...] En anglais, protection a le sens de mise à l'écart et conservation implique, à l'inverse, la réintégration de l'activité humaine au sein de la nature. En français, le sens des deux mots est littéralement inversé : le conservateur a pour mission de garder la nature en l'état alors que « le protecteur admet – à l'inverse – un éventail de mesures qui vont de l'absence d'intervention à une gestion active », écrit l'écologue français Jean-Pierre Raffin.  »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Guillaume 1985, p. 139
  2. Richard (1900), Bouglé (1900) et Célestin Bouglès (1900)
  3. Georges Auguste Morache, Le mariage : Étude de socio-biologie et de médecine légale, Charleston (SC) (USA), (1902 Félix Alcan pour l'original) ; Nabu Press pour la reproduction (2012),‎ , 326 p. (ISBN 1275155294 et 978-1275155299),Georges Auguste Morache, Naissance et mort : Étude de socio-biologie et de médecine légale (1904), Charleston (SC) (USA), (Félix Alcan pour l'original 1904) ; Nabu Press pour la reproduction (2012),‎ , 292 p. (ISBN 1147969051) Reproduction exacte d'un livre publié avant 1923; Georges Auguste Morache, La responsabilité : Étude de socio-biologie et de médecine légale (1906), Charleston (SC) (USA), (1902 Félix Alcan pour l'original) ; Nabu Press pour la reproduction (2012),‎ , 292 p.
  4. Synthese. Journal coverage 1936-2011 et 2012-2015; Mannoury, G. Sociobiology dans Synthese, volume 5, No 11, pages 522-525, 1947 [1] (frais de consultation requis) ; 1946. John Paul Scott (en), zoologue et généticien, rapporté par Wilson dans Gregory 1978, chapitre 1 ; 1948. Charles F. Hockett (en), linguiste évolutionniste, rapporté par Wilson dans Gregory 1978, chapitre 1.
  5. Altman 1962, p. 330-435.
  6. Buettner-Janusch 1962, p. 183
  7. Wilson 1971, p. 400-403.
  8. a et b (en) « Les États-Unis de Truman à Carter », sur hst.ulaval.ca (consulté le 16 juillet 2015)
  9. Jorland, Gérard. Les sciences dans l'histoire. pages 91-98. Le Débat, 1998/5 no 102. Gallimard
  10. (en) Lily E. Kay, Caltech, the Rockefeller Foundation, and the rise of the New Biology, New York et Oxford, Oxford University Press,‎ , « The Molecular Vision of Life »
  11. Morcellement des sciences sociales et recomposition des spécialités autour de la sociologie = Fragmentation of social sciences and restructuration of specialities around sociology. Consulter
  12. Horowitz 1993, Book review of Kay, 1993, p. 929-930.
  13. Wilson 2001, p. 3
  14. Jorland 2002
  15. (en) Lily E. Kay, Caltech, the Rockefeller Foundation, and the rise of the New Biology, New York et Oxford, Oxford University Press,‎ , « The Molecular Vision of Life »
  16. Cadian et 1978 p 758-759.
  17. Cadian 1979, p. 758
  18. a et b Horowitz 1993, p. 929
  19. Wilson et Wilson 2007 2007
  20. Moczek, A. P. (2009). "Endless forms most strange: a review of The Superorganism: the Beauty, Elegance, and Strangeness of Insect Societies, by Bert Hölldobler and Edward O. Wilson." Evolution & Development 11(6): 754-756
  21. Wilson 1971.
  22. Wilson 1971, Chapitre 22, p. 400-403.
  23. Wilson 1978, p. 2.
  24. Wilson 1971 Chapitre 22.
  25. a et b Wilson, p. 4.
  26. Wilson, Chapitre 27 dans cette première édition., p. 547-575.
  27. Sociobiology Study Group of Science for The People, «Dialogue. The Critique: Sociobiology: Another Biological Determinism, BioScience, 26, 3 (1976): 182+184-186. En ligne. [2] Frais de consultation requis
  28. Wilson, Edward Osborne, « Dialogue. The Response: Academic Vigilantism and the Political Significance of Sociobiology», BioScience, 26, 3 (1976) pp 183+187-190. En ligne Frais de consultation requis
  29. my colleagues and I had merely been extending neo-Darwinism into the study of social behavior and animal societies, and the underlying biological principles we employed were largely conventional
  30. a et b Wilson 1978, p. 1.
  31. Wilson et Wilson 2007.
  32. a, b et c Cadian 1979, p. 758.
  33. a et b Caplan 1984, p. 143-160.
  34. a et b Wilson 2009, pages 16 et 222. : On Human Nature - Summary by Michael McGoodwin, 1978, reviewed 1991, minor revisions 2009. Lire en ligne Résumé 2009.
  35. (en) citation étrangère
  36. (en) Wade, « Troubled birth for new discipline », Science Magazine, vol. 191, no 4232,‎ , p. 1151-1155 (DOI 10.1126/science.11643305, présentation en ligne) Consulté le 2015-05-09. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  37. Wilson 1989, Éditions du Rocher.
  38. Guillaume 1985, p. 139.
    • (en) Sebastian Linke, « Contexts constrain science in the public : How the sociobiology debate was (not) presented in the German press », Public Understanding of Science, Sage Journals, vol. 21, no 6,‎ 2011, 2012, p. 740-758 (DOI 10.1177/0963662510394250, présentation en ligne)Publié en ligne le 1er mars 2011 avant l'impression
  39. Contexts constrain science in the public: How the sociobiology debate was (not) presented in the German press - ResearchGate. Available from: http://www.researchgate.net/publication/247156552_Contexts_constrain_science_in_the_public_How_the_sociobiology_debate_was_(not)_presented_in_the_German_press [accessed May 15, 2015].
  40. Dawkins 1989.
  41. Dawkins 2012, Prospect magazine.
  42. Zimmerman et al. 1972.
  43. Sociobiology Study Group 1975, NYbooks novembre 13.
  44. Wilson 2001, p. 5.
  45. Delbecque 2013.
  46. Science for the People 1975.
  47. Science for the People 1976.
  48. Gould et Lewontin 1975.
  49. Segestrale 2001, Quatrième de couverture.
  50. a et b Turner 2012, Chapitre 6.
  51. a et b Turner 2012, Chapitre 9. Pierre van den Berghe's Approach.
  52. Reference Type: Journal Article, Author: Conniff, Richard Year: 2006 Title: Discover Interview: E.O. Wilson. Biology's chief provocateur explores the evolutionary origins of cooperation, warfare, and the tribal mind. Journal: Science for the curious. DiscoverMagazine.com Issue: June 26 URL: http://discovermagazine.com/ Added to Library: 20 Jun 2015
  53. Wilson 1998
  54. Wilson et Wilson 2007 p. 327-348
  55. Rethinking the Foundations of Sociobiology, 2007
  56. Wilson et Wilson 2007, p. 327.
  57. Wilson et Wilson 1971.
  58. Le Grand Robert 2015 et Cnrtl 2015
  59. Wilson et Wilson 2007, p. 345.
  60. Wilson 1980, Chapitre 1.
  61. « Inspiré des centres d'intérêt en Écologie du comportement et dynamique des populations », sur ecofect.universite-lyon.fr (consulté le 22 juillet 2015)
  62. Darwin 1871.
  63. Darwin 1872.
  64. On Human Nature. David L. Hull. 1986, pages11-12 de Proceedings of the Biennial Meeting of the Philosophy of Science Association, Vol. 1986, Volume Two: Symposia and Invited Papers (1986), 3-13.
  65. Lévi-Strauss 1983, Préface p.14-15 et Chapitre II « L'ethnologue devant la condition humaine », p. 49-62.
  66. Lévi-Strauss 1983, Préface p.14-15 et Chapitre II « L'ethnologue devant la condition humaine », p. 14.
  67. Lévi-Strauss 1983, Préface p.14-15 et Chapitre II « L'ethnologue devant la condition humaine », p. 15.
  68. Lévi-Strauss 1983, Bibliographie chapitre II, p. 62 Wilson en 1975 et en 1978.
  69. On Human Nature. David L. Hull. 1986, pages11-12 de Proceedings of the Biennial Meeting of the Philosophy of Science Association, Vol. 1986, Volume Two: Symposia and Invited Papers (1986), 3-13.
  70. Lévi-Strauss 1983, Préface p.14-15 et Chapitre II L'ethnologue devant la condition humaine p. 49-62.
  71. Lévi-Strauss 1983, Bibliographie chapitre II, p.62 Wilson en 1975 et en 1978.
  72. a et b Lemerle et Aeschimann 2014, Entretien. Article de vulgarisation.
  73. About - Sociobiology
  74. a, b, c et d 2015.
    • Humberto Maturana et Francisco J. Varela, L'arbre de la connaissance, racines biologique de la compréhension humaine,‎ Traduction
    • Humberto Maturana et Jorge Mpodozis, De l'origine des espèces par voie de la dérive naturelle. La diversification des lignées à travers la conservation et le changement des phénotypes ontogéniques, Lyon, Presses universitaires de Lyon,‎ . 2000 pour la traduction
    • (en) Humberto Maturana, « Systemic versus genetic determination », Constructivist Foundations, vol. 3, no 1,‎
  75. (en) « About - Sociobiology »
    • Humberto Maturana et Francisco J. Varela, L'arbre de la connaissance, racines biologique de la compréhension humaine,‎ Traduction
    • Humberto Maturana et Jorge Mpodozis, De l'origine des espèces par voie de la dérive naturelle. La diversification des lignées à travers la conservation et le changement des phénotypes ontogéniques, Lyon, Presses universitaires de Lyon,‎ . 2000 pour la traduction
    • (en) Humberto Maturana, « Systemic versus genetic determination », Constructivist Foundations, vol. 3, no 1,‎
  76. Ruffié, Sociobiologie.
  77. Jacques RUFFIÉ, « SOCIOBIOLOGIE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2015. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociobiologie/
  78. (en)(sv)Académie Royale des Sciences de Suède. Site officiel. Consulté le 29 novembre 2014.
  79. (en)Prix Crafoord. Site officiel
  80. Prix Nobel 1973
  81. Encyclopedia Britannica. Sarah A. Webb. Nobel Prizes : Year in Review 2007.
  82. (en)Prix Crafoord en Biosciences 1982-2014
  83. Conservationnisme première réflexions, George Perkins Marsh (1801-1882) dans Man and nature; or, Physical geography as modified by human action and Nature; (en)Library of Congress, aussi Gutenberg en Français, lire en ligne ou télécharger, ou sur (en)Archive en ligne
  84. Traduction de « for his imaginative and stimulating studies on co-evolution, which have inspired many researchers to continued work in this field » ((en) « The Crafoord Prize 1984 - in ecology », The Royal Swedish Academy of Sciences,‎ 1er septembre 1984).
  85. Traduction Ecosystem Ecology. Rapport officiel.
  86. Traduction abrégée. Résumé de ses apports. Consulter Rapport officiel.
  87. Traduction de Population Biology and the Conservation of Biological Diversity. Op.cit. 1990
  88. Traduction Behavior: Genetics and Evolution - Genetical and neurophysiological studies of fruit flies Rapport officiel.
  89. Traduction abrégée de Mathematical analysis facilitates our understanding of ecological patterns and processes. Rapport officiel.
  90. Traduction Evolutionnary theory in a modern perspective. Rapport officiel.
  91. Traduction Discovery of Archaea A Third Branch of the Tree of Life Rapport officiel.
  92. Traduction Social evolution in the animal world - conflict and cooperation Rapport officiel.
  93. Traduction for his pioneering studies on how spatial variation affects the dynamics of animal and plant populations. Rapport officiel.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article. Lorsque deux années sont indiquées, la première date représente celle de la publication originale dans sa langue d'origine.

Documents fondateurs[modifier | modifier le code]

1971
  • (en) Edward Osborne Wilson, « The Prospects for a Unified Sociobiology », dans Edward Osborne Wilson, The Insect Societies, Cambridge, Massachusetts, Belknap Harvard University Press,‎ , 562 p. (ISBN 0-674-45490-1 et 9780674454903), « 22 », p. 400-403 Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • (en) Edward Osborne Wilson, « The Prospects for a Unified Sociobiology : This important branch of behavioral biology should be joined with population biology », American Scientist, Sigma Xi, The Scientific Research Society, vol. 59, no 4,‎ , p. 400-403 (lire en ligne)Inscription ou Frais de consultation requis. Consulté le 2015-05-20. Document utilisé pour la rédaction de l’article
1975
  • (en) Edward Osborne Wilson, Sociobiology : The New Synthesis, Cambridge, Massachusetts, Belknap Press of Harvard University Press,‎ , 697 p. (ISBN 0674816218)
    • Édition abrégée. 1980. (en) Edward Osborne Wilson, Sociobiology : The Abridged Edition, Cambridge, Massachusetts, Belknap Press of Harvard University Press,‎ , 366 p. (ISBN 0674816218). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Edward Osborne Wilson, « Man : From Sociobiology to Sociology », dans Edward Osborne Wilson, Sociobiology : The New Synthesis, Cambridge, Massachusetts, Belknap Press of the Harvard University Press,‎ (lire en ligne), « 27 », p. 547-575 (1975) Document utilisé pour la rédaction de l’article
1976
  • (en) Edward Osborne Wilson, « For Sociobiology : In response to : Against Sociobiology 1975.11.13 », The New York Review of Books, New York,‎ (lire en ligne) Consulté le 2014-12-26. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Edward Osborne Wilson, « Dialogue. The Response: Academic Vigilantism and the Political Significance of Sociobiology », BioScience, BioScience Oxford University Press et Amewrican Institute of Biological Sciences, vol. 26, no 3,‎ , p. 183–190 (lire en ligne) (inscription nécessaire) (frais de consultation requis) Consulté le 2015-01-21. Document utilisé pour la rédaction de l’article
1978, 2004
  • (en) Edward Osborne Wilson, On Human Nature : With a New Preface, Revised Edition, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press,‎ 1978, 2004 (ISBN 9-780-6740-1638-5)
  • Edward Osborne Wilson (trad. Roland Bauchot), L'humaine nature (essai de sociobiologie) [« On Human Nature (1978) »], vol. 38, Paris, Stock, coll. « Le monde ouvert »,‎ , 317 p. (ISBN 9-782-2340-1059-8 et 2234010594) Préface de Alexandre Dorozynski.
  • (en) Edward Osborne Wilson, « Introduction : What is Sociobiology ? », dans Gregory Michael Steven, Anita Silvers, Diane Sutch (1978), Sociobiology and Human Nature : An interdisciplinary critique and defense,‎ (lire en ligne), « 1 », p. 1-12 Consulté le 10 janvier 2015. Document utilisé pour la rédaction de l’article
1998
  • Edward Osborne Wilson (auteur) et Constant Winter (traducteur), L'unicité du savoir : De la biologie à l'art, une même connaissance [« Consilience: The Unity of Knowledge 1998 »], Paris, Robert Laffont,‎ 2000 pour la traduction française, 399 p. (ISBN 0-679-45077-7 et 9780679450771) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
2007
  • (en) Edward Osborne Wilson et David Sloan Wilson, « Rethinking the Foundation of Sociobiology », The Quarterly Review of Biology, The University of Chicago., vol. 82, no 4,‎ , p. 327-348 (DOI 10.1086/522809, lire en ligne) Inscription ou (frais de consultation requis) Document utilisé pour la rédaction de l’article
2012, 2013
  • Edward Osborne Wilson. The Social Conquest of Earth, 2012
  • Edward Osborne Wilson, La conquête sociale de la terre : Avant-propos ajouté par Edward Osborne Wilson pour l'édition française. [« The Social Conquest of Earth, 2012 »], Paris, Flammarion, coll. « Nouvelle bibliothèque scientifique »,‎ , 384 p. (ISBN 978-2-0812-9014-3, présentation en ligne, lire en ligne) Consulté le 2015-02-14. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Bibliographie générale[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

En français[modifier | modifier le code]

  • Daniel Baril, « La démagogie est-elle génétique ? : Réplique à Ruelland (2005), à l'invitation des Sceptiques du Québec », Le Québec sceptique, vol. 58,‎ (lire en ligne [PDF])
  • Gérald Berthoud (Directeur), Sciences sociales et défis de la sociobiologie, vol. 23, No 29, Genève, Droz, coll. « Cahiers Vilfredo Pareto »,‎ , 382 p. (ISBN 2600042229) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Denis Buican, Darwin dans l'histoire de la pensée biologique, France, Éditions Ellipses, coll. « Culture scientifique »,‎ , 232 p. (ISBN 978-2-7298-4006-8, présentation en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Denis Buican et Cédric Grimoult, L'Évolution : Histoire et controverses, Paris, CNRS Éditions, coll. « Le Banquet scientifique, dirigée par Jean Audouze »,‎ , 248 p. (ISBN 978-2-271-07320-4, présentation en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Denis Buican et Cédric Grimoult, « 8. Évolution synergique des comportements et de la connaissance », dans L'Évolution. Histoire et controverses, Paris, CNRS Éditions, coll. « Le Banquet scientifique, dirigée par Jean Audouze »,‎ , 248 p. (ISBN 978-2-271-07320-4, présentation en ligne), Sociobiologie et éthologie comparée Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Alan Francis Chalmers (auteur) et Michel Biezuski (traducteur), Qu'est-ce que la science ? Popper, Kuhn, Lakatos, Feyerabend : Récents développements en philosophie des sciences [« What is This Thing Called Science ? An Assement of the Nature and Status of Science and its Methods (1976, 1982) »], Le Livre de Poche, coll. « Biblio essais. La Découverte »,‎ 1987 pour la traduction française, 287 p. (ISBN 9-782253-055068) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Yves Christen, « L'heure de la sociobiologie », Canadian Journal of Political Science / Revue canadienne de science politique, Paris, vol. 14, no 1,‎ , p. 171-173 (ISSN 00084239)
  • Yves Christen (directeur scientifique), Le Dossier Darwin : La sélection naturelle, l'eugénisme, la sociobiologie, la darwinisme social, France, Copernic,‎ , 252 p. (lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Yves Christen, L'homme bioculturel : de la molécule à la civilisation, Éditions du Rocher, coll. « L'esprit et la matière »,‎ , 212 p. (ISBN 2268004384 et 978-2268004389) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Yves Christen, « Ces animaux obsédés par les règles : prohibition de l'inceste à l'impératif normatif », Le Coq-Héron. L'homme et les autres animaux, France, ERES, vol. 4, no 215,‎ , p. 25-34 (ISBN 9782749239682)
  • Charles Darwin (auteur), Thierry Hoquet (Traduction, présentation, annotations) et Jean-Marc Lévy Leblond (Sous la direction de), L'origine des espèces : Texte intégral de la première édition de 1859 [« On the Origin of Species by Means of Natural Selection , or the Preservation of Favoured Races in the Struggle for Life (1859, 1st edition) »], Paris, Seuil, coll. « Sources du savoir »,‎ 1971, 2013 pour cette édition, 516 p. (ISBN 978-2-02-105959-5) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Charles Darwin (auteur), Patrick Tort (directeur nouvelle traduction) et Michel Prum (coordonnateur de traduction), La Filiation de l'homme et la Sélection liée au sexe [« The Descent of Man, and selection in relation to Sex (1871) »], Institut Charles Darwin International, coll. « Champions classiques. Essais »,‎ 1871, 2013 (ISBN 978-2-7453-2685-0)
Précédé de « L'anthropologie inattendue de Charles Darwin » de Patrick Tort.
  • Charles Darwin (auteur) (trad. Samuel Pozzi et René Benoit), L'expression des émotions chez l'homme et les animaux [« The expression of the emotions in man and animals 1872. Text Image PDF F1142 »], Paris, C. Reinwald et Cie,‎ , 404 p. (lire en ligne)
  • Jean-Pierre Desportes et Assomption Vloebergh, La recherche en éthologie : les comportements animaux et humains, Paris, Seuil, Éditions scientifiques, coll. « Points. Sciences No 517 »,‎ , 319 p. (ISBN 2-02-005080-3) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Cédric Grimoult, Histoire de l'évolutionnisme contemporain en France : 1945-1995, Paris, Librairie Droz, Paris-Genève. Publié avec l'aide de l'Université de Paris X Nanterre, 616 p. (ISBN 2-600-00406-8, ISSN 0254-2808, présentation en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Ivan Guillaume, « La biosociologie d'Espinas et la sociobiologie de Wilson : Deux systèmes de pensée comparables », dans Gérald Berthoud, Sciences sociales et défi de la sociobiologie, Genève, Librairie Droz,‎ , p. 139-158 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Paul Hopkins, « La sociobiologie », dans Jean-Pierre Desportes, Assomption Vloebergh, La recherche en éthologie. Les comportements animaux et humains,‎ , p. Chapitre 14. 288-304 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Gilbert Hottois, « Sociobiologie », dans Gilbert Hottois et Jean-Noël Missa, Nouvelle encyclopédie de bioéthique : médecine, environnement, biotechnologie, Belgique, De Boeck & Larcier., coll. « Université »,‎ , 922 p. (ISBN 2-8041-3712-0, lire en ligne), p. 731-735 Consulté le 2015-04-03. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Albert Jacquard, L'héritage de la liberté : De l'animalité à l'humanitude, Paris, Éditions du Seuil,‎ , 224 p. (ISBN 978-2-02-113678-4)
  • Gérard Jorland, « La notion de révolution scientifique aujourd’hui », Revue européenne des sciences sociales [Online],‎ (ISSN 0048-8046, DOI 10.4000/ress.579) Consulté le 2015-06-07 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sébastien Lemerle, « Essor et diffusion des penser sociobiologiques en France 1970-1995 », Bibliothèque ESSIB, France, École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques,‎ , p. 245 (lire en ligne) 831585D Bibliothèque de l'ENSSIB. Diplôme de conservateur de bibliothèque. Rapport de recherche. Consulté le 2015-02-09. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sébastien Lemerle, Le singe, le gène et le neurone, Paris, Presses universitaires de Franc, coll. « Science, histoire et société »,‎ , 245 p. (ISBN 978-2-13-062159-1, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Thomas Lepeltier, « Book Review : L'empire des gènes. Histoire de la sociobiologie », Sciences humaines,‎ (lire en ligne) Mis à jour 2011-06-15. Consulté le 21 février 2015. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Claude Lévi-Strauss, Le regard éloigné, Paris, Plon,‎ (ISBN 2-259-01007-5)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Claude Lévi-Strauss, « L'inné et l'acquis », dans Le regard éloigné, Paris, Plon,‎ (ISBN 2-259-01007-5), p. 19-48Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Noël Missa, « Eugénisme d'État. 2. Fondements théoriques de l'eugénisme d'État », dans Gilbert Hottois et Jean-Noël Missa, Nouvelle encyclopédie de bioéthique : médecine, environnement, biotechnologie, Belgique, De Boeck & Larcier., coll. « Université »,‎ , 922 p. (ISBN 2-8041-3712-0, lire en ligne), p. 422-425 Consulté le 2015-04-03. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Odile Petit, « Éthologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], Encyclopædia Universalis Inc.,‎ (présentation en ligne) (frais de consultation requis) Consulté le 2015-02-02.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Rostand, La Formation de l'être : Histoire des idées sur la génération, Hachette,‎ , 222 p.
  • Jacques G. Ruelland, L'Empire des gènes : Histoire de la sociobiologie, Montréal, Lyon, ENS Éditions (Histoire des Sciences), coll. « La Croisée des chemins »,‎ (réimpr. électronique), Nouvelle éd. (1re éd. 2004), 326 p. (ISBN 9782847880458 et 9782847884371, lire en ligne [html]) Consultations 2014-2015. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jacques G. Ruelland, « La Sociobiologie, une pseudoscience ? Conférence du vendredi 13 mai 2005: compte-rendu rédigé par Anne-Sophie Charest », Le Québec Sceptique,‎ (lire en ligne) Voir la réplique de Daniel Baril (2005). Consultations 2014-2015. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marshall Sahlins (auteur) et Jean-François Roberts (traducteur), Critique de la sociobiologie : Aspects anthropologiques [« The Use and Abuse of Biology : An Anthropological Critique of Sociobiology, 1977 »], France, nrf Éditions Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines »,‎ , 200 p. (ISBN 9782070201532)

En anglais[modifier | modifier le code]

  • (en) John Alcock, The Triumph of Sociobiology, États-Unis, Oxford University Press,‎ , 1e éd., 272 p. (ISBN 0-19-514383-3, présentation en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Stuart A. Altmann, « A Field Study of the Sociobiology of Rhesus Monkeys, Macaca Mulatta (1962) », Annals of the New York Academy of Sciences, vol. 102,‎ , p. 330-435 (DOI 10.1111/j.1749-6632.1962.tb13650.x)
  • (en) David P. Barash, Sociobiology and Behavior, New York, Elsevier,‎ , XV + 378 p.
  • (en) John Buettner-Janusch, The Relatives of Man : Modern studies of the relation of the evolution of nonhuman primates to human evolution, vol. 102, The New York Academy of Science,‎ , p. 183 et suivantes Recueil d'articles présentés au Congrès tenu les 27 et 28 avril 1962 sous l'égide de l'Académie des Sciences de New-York.
  • (en) James. D. Cadian, « Book Review. The Sociobiology Debate. Readings on Ethical and Scientific Issues. Edited by A.L. Caplan. New York. Harper and Row. 1978. 514p. », The American Journal of Human Genetics, vol. 31, no 6,‎ , p. 758–759 (lire en ligne [PDF]) Consulté le 2015-04-19. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Arthur L. Caplan, « Sociobiology as a strategy in science », The Monist, Hegeler Institute, vol. 67, no 2,‎ , p. 143-160 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Richard Chambers, Vestiges of the natural history of creation, Londres, John Churchill,‎ (lire en ligne)Scanned, OCRed and corrected by John van Wyhe 1998. RN3. Autres versions sur Darwin on line. Explications. Version (1845)Explanations: A sequel to "Vestiges of the natural history of creation." By the author of that work Darwin Online;Vestiges en ligne, Version anonyme, scanned from an original text Electronic Scholarly Publishing.
  • (en) Richard Dawkins, The Selfish Gene, Oxford University Press,‎ (ISBN 0-19-286092-5) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Richard Dawkins (Interviewé) et Frans Roes (Intervieweur), « You can survive without understanding », Speak Darwinist's !,‎ (lire en ligne) Consulté le 14 février 2015. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Richard Dawkins, « The descent of Edward Wilson : A new book on evolution by a great biologist makes a slew of mistakes », Prospect's Magazine. Science and Technology. Book Review,‎ (lire en ligne) Prospect's Mgazine, novembre 2012. Consulté le 14 février 2015. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Catherine Driscoll, « Sociobiology », The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Edward N. Zalta,‎ (lire en ligne)
  • (en) Lee Allan Dugatkin, « Inclusive fitness Theory from Darwin to Hamilton », Genetics, vol. 176, no 3,‎ , p. 1375-1380 (lire en ligne) Consulté le 2015-05-09. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Renée C. Fox, Victor M. Lidz et Harold J. Bershady, After Parsons : A Theory of Social Action for the Twenty-First Century, États-Unis, Russell Sage Foundation,‎ , 368 p. (ISBN 978-0-87154-269-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Stephen Jay Gould, The structure of evolutionary Theory, Cambridge, Massachusetts et Londres, Angleterre, Belknap Press of Harvard University Press,‎ , 1 464 p. (ISBN 9780674006133 et 0-674-00613-5, présentation en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article Téléchargement PDF
  • (en) Stephen Jay Gould, Richard D. Lewontin, Barabara Beckwith, Jon Beckwith, Steven Chorever, David Culver, Margaret Duncan, Ruth Hubbard, Hiroshi Inouye, Anthony Leeds, Chuch Madansky, Larry Miller, Reed Pieritz, Herb Shreir et Elizabeth Allen, « Against “ Sociobiology ” : In Response to Mindless Societies Mindless Societies, 7 août 1975, », The New York Review of Books, New-York,‎ (lire en ligne) The following letter was prepared by a group of university faculty and scientists, high school teachers, doctors, and students who work in the Boston area. The Sociobiology Study Group. Consulté le 1er janvier 2015.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Michael Steven Gregory, Anita Silvers et Diane Sutch, Sociobiology and Human Nature : An interdisciplinary critique and defense, San Francisco, USA, Jossey-Bass,‎ , xix+326 p. (ISBN 0-875-89384-8 et 978-0-87589-384-6, présentation en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    Résultats de la conférence Sociobiology : implications for human studies tenue à l'université d'État de San Francisco, les 14-15 juin 1977. Avec index. Bibliographie : p. 295-316. Librairies Australia ID 1305237.
  • (en) William David Hamilton, « The Evolution of Altruistic Behavior », American Naturalist, no 97,‎ , p. 354-356 Consulté le 2015-05-09
  • (en) William David Hamilton, « The Genetical Evolution of Social Behaviour », Journal of Theorical Biology, no 7,‎ , p. 1-52 (lire en ligne) Consulté le 2015-05-09. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Bert Hölldobler et Edward Osborne Wilson, The Superorganism : The Beauty, Elegance, and Strangeness of Insect Societies, W.W. Norton,‎ , 522 p. (ISBN 9780393067040)
  • (en) Kay, The Molecular Vision of Life, New York and Oxford, Oxford University Press, 304 p. (ISBN 0-19-505812-7 et 9780195111439)
    • (en) Norman H. Horowitz (Division of Biology, California Institute of Technology), « The Molecular Vision of Life », Biophysical Journal, vol. 66,‎ , p. 929-930 Consulté le 2015-06-07. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Philip Kitcher, Vaulting Ambition : Sociobiology and the Quest for Human Nature, MIT press,‎ , 470 p. (ISBN 9780262610490) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Philip Kitcher, « Chapter 1 From Nature Up », dans Vaulting Ambition: Sociobiology and the Quest for Human Nature, MIT press,‎ , 470 p. (ISBN 9780262610490, lire en ligne), p. 1-23 Consulté le 2015-01-28. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en+fr) Richard C. Lewontin, Steven Peter Russell Rose et Leon J. Kamin, Nous ne sommes pas programmés : Génétique, Hérédité, Idéologie [« Not in our Genes. Biology, Ideology, and Human Nature (1984, Pantheon Books, 322 p.) »], Paris, Éditions La Découverte, coll. « Science et Société »,‎ 1985 pour la traduction française (ISBN 978-2707115324, 0-14-013525-1 et 2707115320, présentation en ligne)
  • (en) Frans Roes, « Speak Darwinist's : Entrevues avec Robert Trivers , William Hamilton, Richard Dawkins, Martin Daly & Margo Wilson, Richard Alexander, George Williams, Edward O. Wilson, Sarah Blaffer Hrdy, Napoleon Chagnon, Randolph Nesse, Randy Thornhill, Glenn Weisfeld »,‎ Entrevues consultées en février 2015. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Michael Ruse, « Edward O. Wilson : Biography - American biologist », Encyclopædia Britannica Online, Encyclopædia Britannica Inc.,‎ (lire en ligne) Consulté le 2015-01-31. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Michael Ruse, Sociobiology, sense or nonsense?, Springer Netherlands,‎ 1979, 1985, 260 p. (ISBN 90-277-1797-4, présentation en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Marshall David Sahlins, The Use and Abuse of Biology : An Anthropological Critique of Sociobiology, Ann Arbour, University of Michigan Press,‎ , 120 p. (ISBN 0-472-08777-0)
  • (en) Ullica Christina Olofsdotter Segerstråle, « Colleagues in conflict : An ' In Vivo ' Analysis of the Sociobiology Controversy », Biology and Philosophy, Massachusetts, D. Reidel Publishing Company, vol. 1, no 1,‎ , p. 53-87 (lire en ligne) Consulté le 10 janvier 2015.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Ullica Christina Olofsdotter Segerstråle, Defenders of the Truth : The Battle for Science in the Sociobiology Debate and Beyond, New-York, Oxford University Press,‎ , 512 p. (ISBN 0-19-850505-1 et 9780192862150, présentation en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Ullica Christina Olofsdotter Segerstråle, Beyond the Science Wars : the missing discourse about science and society, Albany, State University of New York Press, coll. « Suny series in science, technology, and society. »,‎ , Livre électronique (lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Phillip Sloan, « The Concept of Evolution to 1872 », The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Edward N. Zalta,‎ (lire en ligne) Consulté le 2015-02-11. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Sociobiology Study Group, « Against “ Sociobiology ” : In Response to Mindless Societies, 7 août 1975, », The New York Review of Books, New-York,‎ (lire en ligne) The following letter was prepared by a group of university faculty and scientists, high school teachers, doctors, and students who work in the Boston area, namely Steven Jay Gould, Richard D. Lewontin, Barabara Beckwith, Jon Beckwith, Steven Chorever, David Culver, Margaret Duncan, Ruth Hubbard, Hiroshi Inouye, Anthony Leeds, Chuch Madansky, Larry Miller, Reed Pieritz, Herb Shreir et Elizabeth Allen. Consulté le 1er janvier 2015.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Sociobiology Study Group of Science for the people, « Sociobiology : Another Biological Determinism », BioScience, University of California Press on behalf of the Amewrican Institute of Biological Sciences, vol. 26, no 3,‎ (lire en ligne) Consulté le 2015-05-16. Document utilisé pour la rédaction de l’article(frais de consultation requis)
  • (en) Jonathan H. Turner, Contemporary Sociological Theory : Livre numérique Google, Sage Publications,‎ , 768 p. (ISBN 9781483307206, présentation en ligne)
  • (en) Jonathan H. Turner, « The Rise of Evolutionary and Ecological Theorizing », dans Contemporary Sociological Theory, Sage Publications,‎ (présentation en ligne), « 6 » Consulté le 2015-05-19, Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Jonathan H. Turner, « Darwinian Inspired Evolutionary Theories », dans Contemporary Sociological Theory, Sage Publications,‎ (lire en ligne), « 9 » Consulté le 2015-05-19, Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) David Sloan Wilson, « Richard Dawkins, Edward O. Wilson, And The Consensus Of The Many », This view of Life, The Evolution Institute org,‎ (lire en ligne) Consulté le 2015-02-14. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Bill Zimmerman, Len Radinsy, Mel Rothenberg et Bart Meyers, « Towards A Science For The People », sur Cursos, investigaciones y materiales de divulgación crítica, Coordinacion naturaleza ciencia y sociedad,‎ Headings : Science in Capitalist America; Science is Political; What is to be Done ? Political Organizing in the Health Fields; Postcript : Censorship by Science. Consulté 2014-2015.Document utilisé pour la rédaction de l’article

Entrevues scientifiques[modifier | modifier le code]

Audiographie[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

Encyclopédies
Banques de données
Revues
Varia


Articles connexes[modifier | modifier le code]