Appareil urinaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Schéma des organes constitutifs de l’appareil urinaire
De haut en bas : le rein gauche, l’uretère gauche, la vessie, l’urètre

L’appareil urinaire est l’appareil permettant l’évacuation des produits du catabolisme du corps humain sous une forme liquide, l'urine, et assure par conséquent l'épuration du sang ainsi que le maintien de l'homéostasie au sein de l'organisme.

Cet appareil est une succession d'organes rétro- puis sous-péritonéaux : les deux reins, les deux uretères, la vessie et l'urètre.

Anatomie et fonctionnement[modifier | modifier le code]

L'appareil urinaire se compose des reins, des uretères, de la vessie, de l'urètre et du méat urinaire. Il se forme et commence à fonctionner avant la naissance.

Le rôle de cet appareil est de former l'urine qui sera évacuée. L'urée est excrétée par les reins qui fabriquent l'urine ; cette urine est acheminée par l'uretère jusqu'à la vessie, une poche retenant l'urine, ensuite rejetée à l'extérieur de l'organisme lors de la miction par l'urètre s'abouchant au méat urinaire.

Reins[modifier | modifier le code]

Le corps humain possède deux reins. Toutefois, un seul rein peut suffire à l'accomplissement des fonctions d'épuration et d'élimination.

Ils ont la taille d'un poing, la forme d'un haricot et sont de couleur bordeaux. Les reins sont fixés sous les côtes de part et d'autre de la colonne vertébrale, ils sont en liaison avec l'artère rénale, par laquelle arrive le sang à filtrer.

Le rein possède une fonction sécrétoire (filtration du sang au niveau des glomérules) puis excrétoire à partir du pyelon (triangle à base issue du hile rénal) origine de l'uretère. On parle de jonction pyelo-urétérale.

Le sang est épuré au niveau du néphron, dans lequel certains éléments sont réabsorbés (ions minéraux, glucose, eau, acides aminés) et retourneront à la circulation sanguine par la veine rénale.

Les déchets récupérés constituent une urine primitive qui sera déversée dans le bassinet, puis dans l'uretère attenant au rein dont elle est issue.

Uretères[modifier | modifier le code]

Ils sont le prolongement des reins. Leur rôle est de collecter l'urine au niveau du bassinet. Ils se présentent comme des tubes dont l'extrémité supérieure prend une forme d'entonnoir, composée de fibres musculaires lisses évitant les reflux d'urine. L'uretère se dirige vers le bas, en avant et en dedans pour rejoindre la partie postéro-supérieure de la vessie. On distingue ainsi à l'uretère quatre parties :

  • l'uretère lombaire (12 cm)
  • l'uretère iliaque (3 cm)
  • l'uretère pelvien (12 cm).
  • l’uretère mural ou vésical ( correspond à la traversée de la paroi vésicale par l’uretère)

Vessie[modifier | modifier le code]

La vessie se présente sous la forme d'une poche dont les parois sont faites de muscles lisses (le détrusor) et de tissu épithélial et voit s'aboucher à sa partie inférieure l'urètre : on parle de col vésico-urétral.

Elle recueille l'urine qui lui parvient par les uretères. Sa capacité est d'environ 200 ml à 500 ml. L'urine est évacuée au niveau de l'urètre lors de la miction.

Le contrôle de la miction est réalisé par un sphincter lisse à commande involontaire et par un sphincter strié volontaire utilisé en cas de retenue forcée (ou en période post-opératoire).

Urine[modifier | modifier le code]

Constituée en majeure partie d'eau 95 %, de sels minéraux 2 % (chlorures, phosphates, sulfates, sels ammoniacaux) et des matières organiques 3 % (urée, créatine, acide urique, acide hippurique).

Son nom vient d'une molécule issue de la dégradation des protéines: l'urée. Celle-ci est en partie responsable de la couleur jaunâtre de l'urine.

En moyenne, les reins produisent 1,5 litre d'urine chaque jour.

La couleur de l'urine provient de deux pigments : l'urochrome et l'urobiline. La couleur de l'urine peut beaucoup varier sur 24 heures, car le taux d'urobiline varie énormément en fonction de la sécrétion biliaire [1].

Pathologies liées l'appareil urinaire[modifier | modifier le code]

Inflammations[modifier | modifier le code]

La cystite, la néphrite, la pyélonéphrite ainsi que l'urétrite sont des inflammations des organes de l'appareil urinaire.

Glycosurie[modifier | modifier le code]

La glycosurie représente le taux de glucose dans l'urine. Sa valeur normale est nulle.

Le glucose est en principe filtré et réabsorbé par le rein. Au-delà d'une certaine glycémie (taux de glucose sanguin), les capacités de réabsorption du rein, qui sont d'environ 9mmol/L, sont saturées : l'excédant est donc évacué par l'urine.

Une glycosurie peut être signe de diabète.

Rétention aiguë d'urine[modifier | modifier le code]

La rétention aiguë d'urine est l'incapacité d'uriner malgré le remplissage de la vessie. Elle peut avoir plusieurs origines.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Système urinaire