Alessandro Achillini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un philosophe image illustrant italien image illustrant un médecin
image illustrant italien image illustrant la Renaissance
Cet article est une ébauche concernant un philosophe italien, un médecin italien et la Renaissance.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Alessandro Achillini
AlessandroAchillini.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
BologneVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieux de travail
Activités

Alessandro Achillini (Bologne 20 octobre 1463 - 2 août 1512) fut un philosophe et anatomiste italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alessandro Achillini étudie en France et en Italie puis enseigne l'anatomie et la philosophie à l'université de Bologne et à celle de Padoue avec tant d'éclat qu'on le surnomma le second Aristote. Il suivait les opinions d'Averroès.

Il est l'un des premiers à avoir disséqué des corps humains. Il relève ainsi plusieurs erreurs de Galien et découvre le conduit connu sous le nom de Conduit de Wharton.

Son frère, Jean-Philothée Achillini (1466-1538), et l'un de ses descendants, Claudio Achillini (1574-1640), se distinguèrent comme poètes. Ce dernier, imitateur de Marini, était fort goûté en France.

Œuvres[modifier | modifier le code]

On a de lui :

  • un traité De universalibus (Bologne, 1501) ;
  • des ouvrages estimés de médecine et d'anatomie, entre autres Anatomicæ annotationes (Bologne, 1520).
  • Achillini opera omnia, recueil réunissant ses commentaires sur Aristote (1508).

Source[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Alessandro Achillini » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (Wikisource)