Uretère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Section transversale de l'uretère

En anatomie humaine, les uretères (le nom est masculin) sont les deux conduits qui transportent l'urine des bassinets vers la vessie. Les uretères sont des tubes musculaires qui poussent l'urine par des mouvements péristaltiques. Chez l'adulte, ils mesurent habituellement de 25 à 35 cm de long.

Anatomie[modifier | modifier le code]

L'uretère comprend plusieurs parties. À la sortie du rein, une première partie dilatée : l'infundibulum d'un diamètre de 1 cm. Ensuite un premier rétrécissement : le collet (isthme) ; puis l'uretère s'élargit à nouveau et forme le fuseau lombaire (jusqu'à 1,5 cm de diamètre). Au niveau de la bifurcation de l'iliaque commune, devant la symphyse sacro-iliaque, l'uretère se rétrécit à nouveau et enjambe les vaisseaux. Enfin, dans la partie dorso lat du bassin, il se dilate et forme le fuseau pelvien avant de rejoindre la vessie. Les uretères pénètrent obliquement à la face postérieure de la vessie, et y rentrent sur quelques centimètres. Il n'y a pas de valves, le reflux étant normalement empêché par la position oblique des uretères dans la vessie, et le tonus des muscles de la paroi de la vessie.

Les urographies intraveineuses permettent de mettre en évidence que sur la moitié craniale, les uretères sont concaves latéralement et dorsalement, alors que dans la moitié caudale, ils sont concaves médialement et ventralement avant de se jeter dans la face postérieure de la vessie. Si ces trajectoires sont modifiées, cela signifie que l'uretère est comprimé, dévié par un processus pathologique.

Résistance de l’uretère

Un uretère est normalement une structure résistante. L’uretère humain a besoin d’une pression appliquée de 5000 KiloPascals, donc 5 MegaPa pour rompre. Cette valeur est citée par plusieurs auteurs dans plusieurs études et livres sur la Biomecanique. (5MPa= 50 Atmosphères) [1],[2]. Par exemple, le papier A4 normal de 100 g/m2 a une résistance à l'éclatement de 250-300KPa[3].

La résistance à l'éclatement indique quelle est la force (la pression) que le papier peut tolérer avant rupture[4]. La résistance à l'éclatement est mesurée par la pression hydrostatique maximale (en kPa) nécessaire pour rompre l'échantillon du papier que soumis a une constante augmentation de la pression appliquée[5],[6].

Le guide TERUMO de 0,89 mm [7], très souple, est utilisé pour naviguer dans les uretères[8], [9] et il ne peux pas rompre un uretère sain[10] qui normalement est une structure à la fois délicate, mais résistante.

Une dilatation de l’uretère pourrait se réaliser par un médecin en utilisant un ballonnet de dilatation avec une pression jusqu’au 10-20 atmosphères[http://www.springer.com/cn/book/9781627032056 1].

Rapports[modifier | modifier le code]

Rapports postérieurs[modifier | modifier le code]

Les uretères sont en rapport avec le muscle grand psoas, les nerfs ilio-hypogastrique, ilio-inguinaux et génito-fémoraux, ainsi qu'avec les artères iliaques. La loi du Luschka énonce que l'uretère droit croise l'artère iliaque externe et l'uretère gauche, l'artère iliaque commune.
Les uretères iliaques sont en rapport avec une fossette triangulaire, dite de Cunéo & Marcille. Elle se trouve entre la face latérale de la vertèbre L5, la face médiale du muscle grand psoas et le bord supérieur de l'articulation sacro-iliaque. Celle-ci contient les racines de L4 et L5, la chaîne sympathique lombaire et les vaisseaux ilio-lombaires.

Rapports ventraux[modifier | modifier le code]

Parmi les rapports ventraux, se trouvent les vaisseaux gonadiques qui croisent l’uretère en L3, le 2e duodénum, le cæcum et l'appendice (iliaque ou méso-cœelique) à droite, l'angle duodéno-jéjunale, l'artère colique supérieure et les artères sigmoïdiennes à gauche.

Cela peut expliquer que, par exemple, une appendicite peut provoquer des symptômes semblables à ceux d'une colique néphrétique.

Vascularisation[modifier | modifier le code]

Les uretères sont vascularisés chacun par quatre artères, reliées entre elles par de petites anastomoses dans l'adventice.
L'artère urétérique supérieure est une branche de l'artère rénale, l'artère urétérique intermédiaire est une branche de l'artère gonadique, l'artère urétérique moyenne est une branche de l'artère illiaque commune et l'artère urétérique inférieure est une branche de l'artère du conduit déférent (homme) / utérine (femme) (branches de l'artère illiaque interne elle-même branche de l'artère illiaque commune).

Histologie[modifier | modifier le code]

Les uretères, qui sont au nombre de deux, le gauche et le droit, ont un diamètre d'environ 3 mm, avec une lumière étoilée. Cette lumière peut donc s'agrandir au passage de l'urine.

De la lumière vers l'extérieur de la paroi, on retrouve, comme dans le bassinet :

  • une muqueuse constituée d'un urothélium, d'une lame basale, épaisse et élastique, qui permet à l'uretère d'être imperméable et d'un chorion riche en fibres élastiques ;
  • une musculaire-muqueuse ;
  • une sous-muqueuse, tissu conjonctif dense ;
  • une musculeuse constituée de fibres musculaires lisses, circulaires puis longitudinales ;
  • une adventice, qui joue le rôle de gaine porte-vaisseaux et contient de nombreuses anastomoses.

Problèmes médicaux de l'uretère[modifier | modifier le code]

Uretère ectopique

La rupture spontanée de l'uretère

La rupture spontanée de l'uretère est un événement rare, mais pas exceptionnel[11],[12],[13],[14]

Les auteurs américains de Minnesota (Mayo Clinique, Rochester, MN)  déjà en 1991 ont publié 8 cas de rupture spontanée du système collecteur du Haut Appareil Urinaire (HAU) sans pathologie sous-jacente identifiable chez les femmes enceintes et le 17ème cas de rupture rénale spontanée globalement [15].

Son caractère " spontané " est reconnu en l'absence de manœuvre iatrogène et de chirurgie récente, de traumatisme rénal, de néphro-uropathie préexistante [16]. Un mécanisme d'hyperpression urétérale entraînant fragilisation puis ischémie de la paroi urétérale pourrait en être la cause, favorisé par une lithiase urétérale, un obstacle néoplasique ou un reflux vésico-urétéral [17],[18].

La rupture urétérale spontanée, en l'absence de toute autre cause, est une entité qui existe[19]. Ainsi, la nécessité de maintenir un haut indice de veille, afin d'identifier rapidement cette entité cliniquement, est nécessaire pour instaurer un traitement rapide et donc assurer que une rupture «spontanée», ne devient pas un «faux pas» au vrai sens de le mot[20].

La rupture urétérale spontanée pourrait survenir chez l’enfant et a été déjà signalé dans la littérature, sans aucune explication pathologique[21].

La rupture urétérale spontanée pourrait survenir chez les personnes avec des maladies ou néoplasies du bassin (pelvis) [22],[23].

La rupture urétérale spontanée pourrait survenir chez des personnes normales après une colique nephretique [24], pendant la grossesse [25],[26],[27], un traumatisme parfois banal (accident routier[28], chute en vélo, chute de son hauteur, etc.) [29],[30],[31],[32], compression de la vessie ou une vessie distendue [33].  

La rupture urétérale pourrait aussi survenir après un cathétérisme par une sonde vésicale de type Foley [34], [35],[36] ou une administration rapide des liquide par la voie intraveineuse[37].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Manoj Monga, Ureteroscopy: Indications, Instrumentation & Technique, Springer, Springer (ISBN 9781627032056)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Yuan-Cheng Fung, Biomechanics: Mechanical Properties of Living Tissues, Springer-Verlag,, Science - 433 pages., , 433 p.
  2. (en) « Mechanical property of the human ureter », sur Nihon Hinyokika Gakkai Zasshi. 1989 Oct;80(10):1481-8. (consulté le 10 septembre 2009)
  3. (en) « http://www.paperonweb.com/paperpro.htm » (consulté le 10 octobre 2012)
  4. (en) « https://www.iso.org/obp/ui/#iso:std:iso:2758:ed-4:v1:en », sur https://www.iso.org/obp/ui/#iso:std:iso:2758:ed-4:v1:en (consulté le 10 juillet 2017)
  5. (en) « Strength Properties », sur http://www.paperonweb.com (consulté le 10 septembre 2009)
  6. (en) « paper-physical-tests », sur http://www.smitherspira.com/services/materials-testing/paper-physical-tests (consulté le 10 juillet 2017)
  7. (en) « http://www.terumo-europe.com », sur http://www.terumo-europe.com (consulté le 10 octobre 2016)
  8. (en) « http://www.prnewswire.com/news-releases/olympus-to-distribute-terumo-glidewire-endoscopic-hydrophilic-coated-guidewire-for-gastroenterological-endoscopy-300192988.html » (consulté le 9 septembre 2016)
  9. (en) « http://www.olympuscanada.com/cpg_section/cpg_HeadlinesDetails.asp?PressNo=1027 » (consulté le 10 octobre 2016)
  10. (en) Liguori G, Department of Urology, University of Trieste, Trieste, Italy, « Comparative experimental evaluation of guidewire use in urology. », Urology. 2008 Aug;72(2):286-9; discussion 289-90. doi: 10.1016/j.urology.2007.12.098.,‎ epub 2008 apr 14. (lire en ligne)
  11. « RUPTURE INTRAPÉRITONÉALE SPONTANÉE DE L'URETÈRE », sur www.em-consulte.com/en/article/122412+&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr, j radiol 1998; 79 : 1401-1403 (consulté le 10 septembre 2009)
  12. (en) 1. Diamond DA, Marshall FF., « The diagnosis and management of spontaneousrupture of the ureter. », J Urol 1982;128:808-10.,‎
  13. Belin X, « Extravasation spontanée d'urine au cours de l'urographieintraveineuse. À propos de 21 cas. Revue de la littérature. », J Radiol 1991;72:57-64.,‎
  14. « https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=spontaneus+rupture+ureter », sur https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=spontaneus+rupture+ureter
  15. Van Winter JT1, Ogburn PL Jr, Engen DE, Webb MJ., « Spontaneous renal rupture during pregnancy. », Mayo Clin Proc. 1991 Feb;66(2):179-82.,‎ 1991 feb;66(2):179-82. (lire en ligne)
  16. (en) Goel MC, « Spontaneousperforation of the ureter: endourological management with renal preservation. », Urol Int 1996;57:122-5.,‎ ([Goel%20MC,%20Ramanathan%20R,%20Banerjree%20G,%20Ahlawat%20R,%20Kapoor%20R.%20Spontaneousperforation%20of%20the%20ureter:%20endourological%20management%20with%20renal%20preservation.Urol%20Int%201996;57:122-5. lire en ligne])
  17. Ginsberg SA., « Spontaneous urinary extravasation in association withrenal colic », J Urol 1965;94:192-5.,‎
  18. Chapman JP, « Significance of urinary extravasationduring renal colic », Urology 1987;6:541-5.,‎
  19. « J Am Board Fam Pract. 1998 Jul-Aug;11(4):318-20. An unusual cause of ureter rupture and acute abdomen. », sur https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9719355
  20. (en) « Spontaneous ureteric rupture, a reality or a faux pas? Aggarwal G1, Adhikary SD2. BMC Urol. 2016 Jul 7;16(1):37. doi: 10.1186/s12894-016-0158-2. », sur https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27388295
  21. Miyamoto H, Usuda K., « Spontaneous rupture of the hydronephrotic renal parenchyma associated with urinoma in a child]. », Hinyokika Kiyo. 1994 May;40(5):419-21.,‎ 1994 may;40(5):419-21. (lire en ligne)
  22. Ikeda S, « Spontaneous ureteral rupture during concurrent chemoradiotherapy in a woman with uterine cervical cancer. », Gynecol Oncol Rep. 2015 May 6;13:18-9. doi: 10.1016/j.gore.2015.04.006. eCollection 2015 Aug.,‎ 2015 may 6;13:18-9. doi: 10.1016/j.gore.2015.04.006. ecollection 2015 aug. (lire en ligne)
  23. Deng F, « Ureteral obstruction by prostate cancer leads to spontaneous ureteric rupture: a case report. », Int J Clin Exp Med. 2015 Sep 15;8(9):16842-4. eCollection 2015.,‎ 2015 sep 15;8(9):16842-4.
  24. « J Surg Case Rep. 2017 Jan 9;2016(11). pii: rjw192. doi: 10.1093/jscr/rjw192. Spontaneous proximal ureteric rupture secondary to ureterolithiasis. Pace K1, Spiteri K2, German K2. »
  25. Upputalla R, « Spontaneous forniceal rupture in pregnancy. . », Case Rep Nephrol. 2015;2015:379061. doi: 10.1155/2015/379061. Epub 2015 Jan 11.,‎ epub 2015 jan 11.
  26. « Intrapartum Spontaneous Ureteral Rupture. Narasimhulu DM1, Egbert NM, Matthew S. », sur https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25923026, obstet gynecol. 2015 sep;126(3):610-2. doi: 10.1097/aog.0000000000000788. (consulté le 10 septembre 2016)
  27. Satoh S, Okuma A, Fujita Y, Tamaka M, Nakano H., « Spontaneous rupture of the renal pelvis during pregnancy: a case report and review of the literature. », Am J Perinatol. 2002 May;19(4):189-95.,‎ 2002 may;19(4):189-95. (lire en ligne)
  28. Maruyama E1, Azuma H, Kiyama S, Kotake Y, Inamoto T, Kiura H, Iwamoto Y, Ueda H, Katsuoka Y, Hongo Y., « Complete avulsion of ureter caused by abdominal blunt injury: a case report. », Hinyokika Kiyo. 2004 Mar;50(3):187-90.,‎ 2004 mar;50(3):187-90
  29. Ay D, Yencilek E, Celikmen MF, Akkas M, Ekci B., « Spontaneous rupture of ureter: an unusual cause of acute abdominal pain. », Am J Emerg Med. 2012 Feb;30(2):390.e1-2. doi: 10.1016/j.ajem.2010.12.027. Epub 2011 Feb 26.,‎ 2012 feb;30(2):390.e1-2. doi:
  30. Mattila A, Lundstedt S, Palmu A., « Ureteropelvic rupture caused by a fall », Duodecim. 1999;115(17):1850-2.,‎ 1999;115(17):1850-2. (lire en ligne)
  31. White MA1, Kepros JP, Zuckerman LJ., « Bilateral partial ureteropelvic junction disruption after blunt trauma treated with indwelling ureteral stents. », Urology. 2007 Feb;69(2):384.e15-7.,‎ 2007 feb;69(2):384.e15-7.
  32. Somville FJ1, Aerts E., « Ureteral injury from blunt abdominal trauma sustained in a bicycle accident. », Acta Chir Belg. 2009 Mar-Apr;109(2):232-3.,‎ 2009 mar-apr;109(2):232-3.
  33. « Spontaneous Perforation of the UPJ: A Case Report and Review of the Literature. Searvance K1, Jackson J1, Schenkman N1. »
  34. Baker KS, « Ureteral rupture from aberrant Foley catheter placement: a case report. », J Radiol Case Rep. 2013 Jan;7(1):33-40. doi: 10.3941/jrcr.v7i1.1276. Epub 2013 Jan 1. Review,‎ 2013 jan;7(1):33-40. doi: 10.3941/jrcr.v7i1.1276. epub 2013 jan 1. review (lire en ligne)
  35. Hale N, Baugh D, Womack G., « Mid-ureteral rupture: a rare complication of urethral catheterization. », Urology. 2012 Nov;80(5):e65-6. doi: 10.1016/j.urology.2012.07.011. Epub 2012 Sep 19.,‎ 2012 nov;80(5):e65-6. doi: 10.1016/j.urology.2012.07.011. (lire en ligne)
  36. « Experitoneal bladder perforation due to in-dwelling urethral catheter successfully treated by urethral drainage: a case report; Okuda H1, Tei N, Shimizu K, Imazu T, Yoshimura K, Kiyohara H. », sur https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18697497, 2008 jul;54(7):501-4.
  37. Huang E, Sayegh R, Craigo S, Chelmow D. Author information Massachusetts General Hospital, Vincent OB/GYN Service, Boston, USA., « Rupture of the renal pelvis associated with intravenous fluid bolus. », J Matern Fetal Neonatal Med. 2002 May;11(5):345-6.,‎ 2002 may;11(5):345-6. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]