Alphasyllabaire thaï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alphabet thaï)
Aller à : navigation, rechercher
Thai Alphabet Sample.svg Cette page contient des caractères thaïs. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Thaï
Image illustrative de l'article Alphasyllabaire thaï
« Àksǒn thai » écrit en thaï
Caractéristiques
Type Alphasyllabaire
Langue(s) thaï
Historique
Époque XIIIe siècle jusqu’à nos jours
Système(s) parent(s) Protosinaïtique

 Phénicien
  Araméen
   Brahmi
    Gupta
     Nāgarī
      Khmer
       Thaï

Codage
Unicode U0E00 à U0E7F
ISO 15924 Thai[1]

L'alphasyllabaire thaï (en thaï : อักษรไทย, àksǒn thai) est un système d'écriture de type alphasyllabique utilisé pour écrire la langue thaïe.

Il est très proche des alphasyllabaires lao (Laos), tamoul (Sri Lanka) et khmer (Cambodge) sans leur être vraiment identique : la graphie de certaines lettres diffère ainsi que leur prononciation.

Stèle de Ramkhamhaeng (Musée national de Bangkok) portant les plus anciennes inscriptions en alphabet proto-thaï

Historique[modifier | modifier le code]

Cet alphabet est probablement dérivé du khmer ancien (อักขระเขมร), lui-même issu du devanagari[2]. Suivant la légende, c'est le roi de Sukhothaï, Po-khun Ramkhamhaeng le Grand (พ่อขุนรามคำแหงมหาราช), qui en 1283 codifia et imposa cet alphabet.

Description de l'alphabet thaï[modifier | modifier le code]

Tableau des consonnes[modifier | modifier le code]

Il y a 44 lettres différentes (dont 2 désormais non utilisées) qui représentent 21 sons-consonnes différents. Les consonnes sont divisées arbitrairement en trois classes (basses, moyennes et hautes) qui en conjonction avec la durée la voyelle associée, la présence éventuelle d'une marque tonale au dessus de la consonne, et le type de consonne finale, permettent de déterminer la tonalité de la voyelle associée. Les consonnes répliquées (même son, même classe) proviennent des origines sanscrit et pâli et sont prononcées à l'identique en thaï, elles sont cependant conservées pour différencier des mots thaïs homophones. Il existe aussi 4 signes consonnes-voyelles combinées qui ne sont pas comptabilisés dans la liste des 44 consonnes mais figurent dans le tableau.

Pour aider à l'apprentissage, chaque consonne est traditionnellement associée à un mot typique l'ayant en initiale ou la mettant en valeur. Le nom de la consonne est formé en lui associant la voyelle or et en rappelant le mot type. Exemple : la lettre « ข », ( K de œuf) s'épèlera Khor Khaï (ข ไข่).

Dans le tableau ci-dessous, la colonne « Équivalence » propose la transcription la plus proche en alphabet latin. De nombreuses consonnes ont une prononciation différente si elles sont consonnes initiales ou finales d'une syllabe (ka et ak). La première notation de la colonne « Équivalence » donne la valeur en position initiale, la seconde en position finale. Les sons consonnaux en finale de mot sont limités à 'k', 'm', 'n', 'ng', 'p' et 't'. Quand une syllabe écrite se termine par plusieurs consonnes, seule la première est prononcée. L'addition de deux consonnes ne se trouve qu'en initiale d'un mot, on trouve sr, pr, kl, kr et tr.


Lettre Nom Équivalence Classe
kor kai (poulet) k (g) M
khor khai (œuf) -, -k H
khor khuat (bouteille) [obsolète] -, -k H
khor khwaai (buffle d'eau) -, -k B
khor khon (personne) [obsolète] -, -k B
khor rakhang (cloche) -, -k B
ngor nguu (serpent) ŋ B
jor jaan (assiette) ʨ-, -t M
chor ching (cymbale) ʨʰ-, - H
chor chaang (éléphant) ʨʰ-, -t B
sor soo (chaîne) s-, -t B
chor choe (arbuste) ʨʰ-, - B
yor ying (femme) j-, -n B
dor chadaa (diadème) d-, -t M
tor patak (lance) t M
thor sunthaan (socle) -, -t H
thor naangmonthoo ([nom d'une princesse]) - (d), -t B
thor phuuthao (vieillard) -, -t B
nor neen (moine novice) n B
dor dek (enfant) d-, -t M
tor tao (tortue) t M
thor thung (sac) -, -t H
thor thahaan (soldat) -, -t B
thor thong (drapeau) -, -t B
nor nuu (souris) n B
bor baimaai (feuille) b-, -p M
por plaa (poisson) p M
phor phueng (abeille) -, - H
for faa (couvercle) f-, - H
phor phaan (coupe) -, -p B
for fan (dent) f-, -p B
phor samphao (voilier) -, -p B
mor maa (cheval) m B
yor yak (ogre) j B
ror ruea (pirogue) r-, -n B
lor ling (singe) l-, -n B
wor waen (bague) w B
sor saalaa (pavillon) s-, -t H
sor reusii (ermite) s-, -t H
sor seua (tigre) s-, -t H
hor hiip (coffre) h H
lor chulaa (cerf-volant) l-, -n B
or aang (bassine) ʔ M
hor nokhuuk (hibou) h B

Tableau des voyelles[modifier | modifier le code]

Les sons voyelles de la langue thaïe sont très nombreux, dont des diphtongues.

Dans l'écriture, certaines voyelles s'écrivent avant leur consonne dans la syllabe, d'autre après, dessus ou dessous. Dans certains cas, les signes peuvent encadrer la consonne active. La voyelle ะ ([a]) est aussi utilisée avec d'autres voyelles pour raccourcir la longueur de celles-ci. La transcription en alphabet latin des sons voyelle thaïs reste aléatoire, les équivalences données dans le tableau ne peuvent représenter qu'une valeur approximative aux oreilles francophones. Seul l'alphabet phonétique international permet à ce jour de transcrire correctement la prononciation du thaï.

Pour compliquer encore ce système d'écriture, certaines voyelles ne sont pas écrites. Ainsi, dans la première syllabe d'un mot polysyllabique ou dans un mot monosyllabique, un [a] n'est souvent pas marqué. De même [ɔ] n'est pas marqué quand il est dans une syllabe avec consonne finale.

Lettres Nom API Équivalence Variantes Sons
กะ sara a a u a de « patte »
กั mai han-akaat a a u a de « patte »
กา sara aa aa a â long dans « pâte »
กิ sara i i i i i dans « vite »
กี sara ii ii ee î long dans « dîne »
กึ sara eu ɯ eu ue uh comme un « ou » mais lèvres non arrondies (ouvertes), court
กือ sara euu ɯ: eu ue comme un « ou » mais lèvres non arrondies (ouvertes), long
กุ sara u u u oo ou ou dans « fou »
กู sara uu uu u oo ou ou long dans « douce »
เกะ sara eh eh e é court « nez »
เก sara e e ay a ae ai é long dans « fée »
แกะ sara aeh εʔ aeh a è dans « lèpre »
แก sara ae εː ae a e ê long dans « fête »
เกอะ əʔ erh e e dans « je »
เกอ əː er e e long dans « je »
โกะ sara oh oh o o dans « dose »
โก sara o o oh or ô long dans « rôti »
เกาะ sara orh ɔʔ orh oh o or o dans « note »
กอ* or aang ɔː or o aw ow o long dans « dehors »
เกียะ sara iah iaʔ iah y a dans « il y a »
เกีย sara e…sara ii yor yak ia ia y a dans « il y a »
เกือะ ɯaʔ euah « ou » non arrondi suivi de a
เกือ ɯa eua « ou » non arrondi suivi de a
กัวะ sara uah uaʔ uah ouah oua dans « ouate »
กัว mai han-akaat wor waen ua ua oua oua dans « ouate »
กวก* wor waen ua ua uar oua « ouate »
กำ sara am am am um am dans « dame »
ไก sara ai maimalai ɑj ai ay y ail dans « vantail »
ใก sara ai maimuan ɑj ai ay y ail dans « vantail »
เกา sara e...sara aa aw ao aw ow au dans l'allemand « raus »
ror reu reu r suivi de « ou » non arrondi court
ฤา ror reuu rɯː reu r suivi de « ou » non arrondi long
lor leu leu l suivi de « ou » non arrondi court
ฦา lor leuu lɯː leu l suivi de « ou » non arrondi long
กร ɔn on onne dans « bonne »
กรร* ror han an an un anne dans « Anne »
กรรก* ror han a a u

a dans « patte »

(*) voyelles ou diphtongues écrite avec une consonne.

Diacritiques[modifier | modifier le code]

Chaque symbole est présenté en situation par rapport à la consonne « ก » ko kaï. Ces petits signes servent à corriger les indications de tons données par les classes de consonnes pour les 4 premiers.

Symbole Nom Valeur
ก่ mai ek accent de ton
ก้ mai tho accent de ton
ก๊ mai tri accent de ton
ก๋ mai jattawa accent de ton
ก็ mai taikhu voyelle courte
ก์ mai thanthakhat lettre non prononcée

Détermination du ton d'une syllabe[modifier | modifier le code]

La détermination du ton d'une syllabe est assez complexe. Les syllabes sont divisées en syllabes fermées (terminées par les phonèmes -[p], -[t], -[k] et -[ʔ]) et les syllabes ouvertes (terminées par les voyelles, -[w], -[y], -[n], -[m] ou -[ŋ]). Notons qu'une voyelle courte ne peut jamais se placer en fin de syllabe : elle est toujours suivie de l'arrêt glottal, [ʔ]. Seules les syllabes ouvertes peuvent porter un signe diacritique indicateur du ton. Dans ce cas, le ton dépend à la fois de la classe de la consonne initiale et du signe diacritique, selon la règle suivante:

pas de signe ก่ ก้ ก๊ ก๋
H ascendant bas descendant -- --
M moyen bas descendant haut ascendant
B moyen descendant haut -- --

Le ton des syllabes fermées dépend de la classe de la consonne initiale et de la longueur de la voyelle, selon la règle suivante:

voyelle courte voyelle longue
H bas bas
M bas bas
B haut descendant


Le tableau suivant tente de proposer un « parcours » pour la détermination du ton d'une syllabe en se basant sur la présence ou l'absence d'un signe de tonalité, sur la longueur de la finale et sur la classe de la consonne initiale (classe notée I, II, ou III, correspondant respectivement au H, M, ou B dans les tableaux ci-dessus). Pour chacun des douze cas de figure, un exemple de mot est indiqué.

Schéma de détermination des tons en thaï

Autres symboles[modifier | modifier le code]

Symbole Nom Signification
paiyan noi le mot précédent est abrégé
ฯลฯ paiyan yai etc.
mai yamok le mot précédent est répété

Chiffres thaïs[modifier | modifier le code]


Thaï Unicode[modifier | modifier le code]

Les codes Unicode pour le thaï sont dans l'intervalle U+0E00 ... U+0E7F.

    0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 A B C D E F
E00  
E10  
E20  
E30   ฿
E40  
E50  
E60  
E70   ๿

Divers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Consortium Unicode, « Codes pour la représentation des noms d’écritures » (consulté le 16 mai 2013)
  2. Michel Jacq-Hergoualch, Le Siam, Guide Belles Lettres des Civilisations, Les Belles Lettres 2004, (ISBN 2-251-41023-6), p. 142.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]