Afif Chelbi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Afif Chelbi
Afif Chelbi en février 2015.
Afif Chelbi en février 2015.
Fonctions
Ministre tunisien de l'Industrie
Président Zine el-Abidine Ben Ali
Fouad Mebazaa (intérim)
Premier ministre Mohamed Ghannouchi
Gouvernement Ghannouchi I
Ghannouchi II
Prédécesseur Fethi Merdassi
Successeur Abdelaziz Rassâa
Biographie
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Tunis, Tunisie
Nationalité tunisienne
Parti politique Nidaa Tounes
Diplômé de École centrale Paris
Profession Économiste

Afif Chelbi, de son nom complet Mohamed Afif Chelbi (محمد عفيف شلبي), né le 14 mars 1953 à Tunis, est un homme politique et économiste tunisien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît dans une famille de l'ancienne bourgeoisie tunisoise composée de propriétaires terriens et fondée par Ahmed Chelbi, mamelouk turc du début du XVIIIe siècle et fonctionnaire à la cour beylicale[1]. Du côté maternel, il est l'arrière-petit-fils du grand savant religieux Salem Bouhageb dont la famille a brillé à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle[2].

Ingénieur de l'École centrale Paris en 1978, il travaille d'abord à l'Agence de promotion de l'industrie de 1981 à 1986[3]. Entre 1986 et 1987, il est chef du centre d'études et d'ingénierie à l'École nationale d'ingénieurs de Tunis[3]. Directeur de la maîtrise de la technologie et des mutations industrielles au ministère de l'Économie nationale (1987-1990), il devient directeur de l'évaluation des projets à la Banque tuniso-qatarie d'investissement puis directeur général du Centre technique du textile (1992-1998) et de l'Agence de promotion de l'industrie (1998-2001)[3]. En 2001, il prend la tête de la banque d'affaires International Maghreb Merchant Bank (IM Bank)[4].

Il est nommé ministre de l'Industrie, de l'Énergie et des PME le [5], puis ministre de l'Industrie et de la Technologie le .

Sa reconduction à ce poste le , au sein du « gouvernement d'union nationale » conduit par Mohamed Ghannouchi, après la fuite de l'ancien président Zine el-Abidine Ben Ali durant la révolution tunisienne, cristallise la colère de la population qui exige la formation d'un gouvernement excluant les personnalités qui ont travaillé avec Ben Ali. Celui-ci quitte finalement ce parti le [6]. Il présente sa démission du gouvernement intérimaire le , à la suite du Premier ministre Ghannouchi[7] ; Abdelaziz Rassâa lui succède. Il devient alors chargé de mission auprès du Premier ministre Béji Caïd Essebsi[3].

Le , Afif Chelbi tente de se suicider avec des anxiolytiques à la suite de la réouverture de l'enquête sur l'affaire de malversation au sein de la Société tunisienne des industries de raffinage[8], et alors qu'un non-lieu a été prononcé à son égard en septembre[3].

Le 4 octobre 2013, le parti Nidaa Tounes annonce son ralliement[9]. Il est nommé administrateur à la Banque internationale arabe de Tunisie le 23 mai 2014[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]