Mohamed Nouri Jouini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mohamed Nouri Jouini
Illustration.
Portrait de Mohamed Nouri Jouini.
Fonctions
Ministre tunisien de la Planification et de la Coopération internationale
Président Zine el-Abidine Ben Ali
Fouad Mebazaa (intérim)
Premier ministre Mohamed Ghannouchi
Gouvernement Ghannouchi I
Ghannouchi II
Successeur Abdelhamid Triki
Secrétaire d'État tunisien auprès du ministre du Développement économique, chargé de la Privatisation
Président Zine el-Abidine Ben Ali
Premier ministre Mohamed Ghannouchi
Gouvernement Ghannouchi I
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Tunis, Tunisie
Nationalité tunisienne
Diplômé de Université de Tunis
Université d'Oregon

Mohamed Nouri Jouini (محمد النوري الجويني), né le 13 octobre 1961 à Tunis, est un homme politique tunisien. Il est ministre de la Planification et de la Coopération internationale entre septembre 2002 et février 2011, au sein du premier et du second gouvernement de Mohamed Ghannouchi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Mohamed Nouri Jouini étudie à l'Institut des hautes études commerciales de Tunis[1], à l'Institut supérieur de gestion de Tunis rattachée à l'université de Tunis et enfin, à l'université d'Oregon, aux États-Unis, où il obtient un doctorat d'État en sciences du management[2].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il commence à travailler à l'Institut supérieur de gestion de l'université de Sousse, où il est maître de conférences. Un an plus tard, il en devient le directeur[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 1996, il travaille pour la présidence de la République ; un an plus tard, il devient conseiller auprès du président Zine el-Abidine Ben Ali[2]. Il devient secrétaire d'État auprès du ministre du Développement économique, chargé de la Privatisation, le 24 janvier 2001 ; il conserve son poste jusqu'à sa nomination au poste de ministre[2].

Il est ministre du Développement et de la Coopération internationale à partir de septembre 2002[2]. À la suite de la révolution de 2011, il conserve son poste, en tant que ministre de la Planification et de la Coopération internationale, dans le gouvernement de Mohamed Ghannouchi. Comme plusieurs de ses collègues ainsi que le Premier ministre, il annonce sa démission le 27 février.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié et père de deux enfants[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]