Banque internationale arabe de Tunisie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Banque internationale arabe de Tunisie
Création 29 mars 1976
Fondateurs Mansour Moalla
Habib Bourguiba Jr.
Mokhtar Fakhfakh
Forme juridique Société anonyme
Siège social Drapeau de Tunisie Tunis (Tunisie)
Direction Mohamed Agrebi (directeur général)
Ismaïl Mabrouk (président du conseil d'administration)
Activité Banque
Filiales Assurances BIAT
La Protectrice
BIAT Asset Management
BIAT Capital Risque
BIAT Capital
Site web www.biat.com.tn
Bilan comptable 5 513 063 (USD) en 2013[1]

La Banque internationale arabe de Tunisie (بنك تونس العربي الدولي) ou BIAT est une banque tunisienne qui fait partie des vingt principaux établissements d'Afrique du Nord[1]. Première banque tunisienne en termes de parts de marché et cotée à la Bourse de Tunis (indice Tunindex 20), elle a pour actionnaire de référence le groupe Mabrouk.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien siège de la BIAT en 2007

La BIAT est créée en 1976 par la fusion des succursales locales de la Société marseillaise de crédit et de HSBC Bank Middle East (en). Cette création s'inscrit dans l'achèvement de la « tunisification » du système bancaire engagée au lendemain de l'indépendance.

À l’origine de la BIAT, on compte trois fondateurs : Mansour Moalla, président-directeur général de la banque jusqu’en 1980, Habib Bourguiba Jr., qui est resté membre du conseil d'administration jusqu’en 2007, et Mokhtar Fakhfakh[2], qui devient président-directeur général de la banque de 1980 à 2000, puis président du conseil de surveillance jusqu’en 2005 et enfin président d’honneur jusqu’à son décès en 2014.

L’actionnariat de la BIAT est longtemps en grande partie détenu par des actionnaires étrangers mais, relativement éparpillé, ne connaît qu’une stabilité relative[réf. souhaitée]. À partir de 2007, le groupe Mabrouk entre au capital de la banque[3]. Allié au groupe TTS de l'homme d'affaires Aziz Miled (12 % du capital), il prend le contrôle de 40 % du capital de la banque en mai 2010[3]. La banque dispose ainsi d’un actionnariat majoritairement tunisien ; c’est aussi la première fois de son histoire que la BIAT peut compter sur un actionnariat de référence, gage de stabilité qui la met à l’abri du risque potentiel d’une OPA hostile[3].

En 2008, elle devient la première banque privée en Tunisie en termes de total de bilan[4], avec une part de marché de près de 17 % en 2014[5]. En 2009, Ismaïl Mabrouk est nommé président du conseil d’administration de la banque[6].

À la chute de Zine el-Abidine Ben Ali, à l’instar de ce qui s’est produit pour de nombreux acteurs économiques de Tunisie, le groupe Mabrouk, et indirectement la BIAT, sont temporairement chahutés. En décembre 2014, elle compte 185 agences à travers la Tunisie[7].

Dirigeants[modifier | modifier le code]

  • Mansour Moalla, président-directeur général (1976-1980) ;
  • Mokhtar Fakhfakh, président-directeur général (1980-2000) puis président du conseil de surveillance (2000-2005) ;
  • Chekib Nouira, président du directoire (2000-2005) puis président-directeur général (2005-2007) ;
  • Taher Sioud, président du conseil d’administration (2007-2009) ;
  • Ismaïl Mabrouk, président du conseil d’administration (depuis 2009) ;
  • Slaheddine Ladjimi[8], directeur général (2007-2009 et 2009-2014) ;
  • Mohamed Agrebi[9], directeur général (depuis 2014).

Principales filiales[modifier | modifier le code]

Agence de la BIAT

La BIAT a développé une offre de produits et services complète pour ses clients — particuliers, professionnels, PME, grandes entreprises et institutionnels — et s’est dotée de filiales financières propres à assurer la couverture de l’ensemble de leurs besoins. Le groupe BIAT compte ainsi des filiales dans l’assurance, la gestion d'actifs et le capital risque :

  • Assurances BIAT (compagnie d’assurance)
  • La Protectrice (courtage en assurances)
  • BIAT Asset Management (gestion d’actifs)
  • BIAT Capital Risque (capital risque et investissement)
  • BIAT Capital (société de bourse)

Pour son activité de capital-investissement, elle développe également des participations et filiales, notamment dans le domaine du tourisme, comme par exemple avec le groupe Accor[10].

Relations avec le régime Ben Ali[modifier | modifier le code]

La banque a été l'une des pièces maîtresses de l'échiquier politico-financier du régime Ben Ali et de ses familles proches. En effet, Marouane Mabrouk, membre du conseil d'administration à partir de 2007[11], n'est autre que le gendre du président. Le Franco-Tunisien Hakim El Karoui, ancien cadre de la banque Rothschild, est une connaissance personnelle de Mabrouk puisqu'il est aussi administrateur d'Orange Tunisie dont le président du conseil d'administration n'est autre que Mabrouk lui-même[12] ; Karoui conseille par ailleurs le Premier ministre du gouvernement transitoire, Mohamed Ghannouchi[13].

En juin 2011, lorsque paraît le décret-loi de la confiscation de biens signé par le président par intérim Fouad Mebazaa [14], suite à la révolution tunisienne et à la chute de Zine el-Abidine Ben Ali, le nom de Marouane Mabrouk est cité et les parts qu’il détient dans la BIAT potentiellement concernées. Le 22 janvier 2012, toute saisie le concernant est annulée par la Cour de cassation tunisienne qui statue que les biens acquis licitement et ceux provenant de l’héritage ou des fruits de l’héritage ne sont pas concernés par les mesures de confiscation [15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Les 50 premières banques d'Afrique du Nord en 2014 », Jeune Afrique, hors-série n°38 « Spécial finance », 2014, p. 61
  2. (fr) Abdelfatteh Fakhfakh, « Hommage à Mokhtar Fakhfakh (1930-2014) : la BIAT... la part des hommes », Kapitalis, 9 novembre 2014
  3. a, b et c (fr) « Tunisie. La BIAT à l’abri des prédateurs », Kapitalis, 4 juin 2010
  4. Frédéric Maury, « La BIAT doit confirmer son statut de leader », Jeune Afrique, 4 janvier 2009
  5. (fr) « Avec près de 17% de part de marché, la BIAT maintient sa domination », Webmanagercenter, 11 novembre 2014
  6. (fr) « M. Ismaïl Mabrouk nouveau président du conseil d’administration de la BIAT », Webmanagercenter, 25 juin 2009
  7. (fr) « La BIAT renforce sa couverture du territoire avec l’ouverture de 16 nouvelles agences en 2014 », Banque internationale arabe de Tunisie, 25 décembre 2014
  8. (fr) Nadya B'chir, « AG de la BIAT : vibrant hommage d'Ismaïl Mabrouk et ses actionnaires à l'artiste Slaheddine Ladjimi », Business News, 25 mai 2014
  9. (fr) « Tunisie - Nouveaux DG et DGA à la BIAT », Business News, 23 mai 2014
  10. (fr) « Économie : contrat Accor-BIAT pour la création d’un hôtel Ibis à Sfax », Kapitalis, 24 avril 2014
  11. (fr) « Entrée de Marouane Mabrouk et Tahar Sioud et sortie de Mohamed Bousbia et Chakib Nouira », Webmanagercenter, 30 mai 2007
  12. (fr) « Les dessous du président d'Orange Tunisie », UnderNews, 15 février 2011
  13. (fr) Mathieu Magnaudeix et Lénaïg Bredoux, « Hakim El Karoui : l'ex-plume de Raffarin conseille le Premier ministre tunisien », Médiapart, 2 février 2011
  14. (fr) « Tunisie - JORT - Décret-loi : confiscation des avoirs des Ben Ali-Trabelsi, liste des personnes concernées », Webmanagercenter, 24 mars 2011
  15. (fr) "Enquête sur une spoliation" - Jeune Afrique - 14 mars 2014

Lien externe[modifier | modifier le code]