Affaire Profumo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la politique image illustrant le Royaume-Uni
Cet article est une ébauche concernant la politique et le Royaume-Uni.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (mars 2016).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

L’affaire Profumo (Profumo Affair) est un scandale politique britannique ayant eu lieu en 1963, d'après le nom de John Profumo, Secrétaire d'État à la Guerre depuis 1960 dans le gouvernement du Premier ministre Harold Macmillan.

Cette affaire prend son origine dans la brève liaison en 1961 de John Profumo avec Christine Keeler, alors âgée de dix-neuf ans. Christine Keeler lui a été présenté par Stephen Ward ; ils se sont connus tout deux vers 1958[1]. En mars 1963, Profumo nie toute implication devant la Chambre des communes, mais il est contraint d'avouer quelques semaines plus tard. Il démissionne alors du gouvernement et du Parlement britannique. Les conséquences de cette affaire entament la réputation et la confiance en soi de Macmillan, qui démissionne quelques mois plus tard, en octobre, pour des raisons de santé. Le parti conservateur est terni par ce scandale, ce qui peut expliquer sa défaite face aux travaillistes dans les élections de 1964.

À la première révélation publique de l'affaire Profumo, le scandale est intensifié par des rapports indiquant que Christine Keeler aurait été simultanément la maîtresse d'un attaché militaire soviétique et espion supposé, le capitaine Yevgeny Ivanov, ce qui poserait une menace de sécurité interne. Cette découverte et des rumeurs d'autres scandales dirigent l'attention sur les activités de Stephen Ward, un ami de Christine Keeler qui, par ses nombreux contacts et connaissances, a fait rencontrer John Profumo et Yevgeny Ivanov. Stephen Ward doit alors faire face à des charges pour offenses à la morale. Pendant son procès, Ward se suicide par overdose car il se croit le bouc émissaire de cette affaire. Cependant, la justice le déclare coupable de vivre des gains de la prostitution de Christine Keeler et d'autres jeunes femmes.

Après l'enquête menée par le juge Lord Denning, les autorités britanniques déclarent qu'aucune brèche de sécurité n'a été permise par la relation avec Yevgeny Ivanov. John Profumo se retire complètement de la vie politique et commence un travail de bénévole comme repentance personnelle. Il est officiellement réhabilité en 1975. Chritine Keeler a eu des difficultés à échapper à l'image négative qui lui colle à la peau après l'affaire Profumo bien que son rôle de « victime » soit finalement reconnu[1]. Dans des témoignages variés et parfois contradictoires, elle a contesté les conclusions de Denning sur la menace de sécurité. La condamnation de Stephen Ward a été décrite par des spécialistes comme un acte de vengeance de l'establishment. En janvier 2014, son cas est éxaminé de nouveau par une commission de justice britannique.

Des adaptations théâtrales et cinématographiques ont été réalisées pour l'affaire Profumo.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Design Museum et Paula Reed, Fifty fashion looks that changed the 1960s, Londres, Conran Octopus, coll. « Fifty Fashion Looks »,‎ , 114 p. (ISBN 978 1 84091 604 1, présentation en ligne), « Christine Keeler: The scandaloussiren of the Sexual Revolution », p. 26 à 27